//img.uscri.be/pth/51615998cc35d22379fdfc53b3f223d00976b7d7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La récompense d'un arriviste

De
188 pages
Ce roman retrace l'itinéraire d'un parvenu, Christophe Assembe, qui profite de sa situation sociale pour martyriser sa famille et railler son entourage. Il montre les maladresses extraordinaires et parfois comiques d'un homme dont la fin, à coup sûr controversée, n'est pas heureuse. Il attire aussi l'attention sur le sort de la femme au foyer et son comportement parfois incompréhensible dans notre société.
Voir plus Voir moins
18,50 ISBN : 9872-3-630-90621-Ctophhrissembe As tnu eseenh j uess imeom pundu ecer erèed ruev- sted u snnaecqui a qune mère ôt sl téttièrt â l deoléc àe,m ua aa sn eion ucate édvaisnos te elailima l àmeistéenbs atnetnos sni curtcoé cleprometomesnm ladaorti,stion ar des morualaccal à taétiobl  i blet enu esèperos nd  enerétrason  et ruecr teai  rreuop el runiecneireéo dhistooseesruocmm erpsoinn o  Cun snad Ceihparn ar, soelleionnessp ornaec uic eieerquesn sot rem tirp elitnacnce,roa pen son tophcna aomrul rcrae hirediect,t l à am anosile mettent en contia ev cash éiotia ,esuopé no pmeaili qu, umodimc  ee ts ,liel sauqueur na-t nevuopia n ,se  dvrvit anusplne,tn oorodnméésobéirse pas dtslasnilléeli e qule l et itteappa uaele ,irvu secave rrou bonlC rhsiothp,eq du oer conjuaoçamn ,nl no nioemalt enecavn  ue rere daarne beuu voqo ,rpitnoiailum hteet casp etroppus en iuCe romanatale vilati éc teetr suisdee er sla u elleqnocetêuartur me pocialliel ma rasiresn sor leilrat  eom l earuotne litiné retracenup raevarri edtrodee  qnu puioitaos n as utisodtnmm en ,l  aup sà coontrûr c,eésrevop tsen reeu hasl  eustnerl sem ladaersses etraordinaseri te rap siomicoesquu dhon ehérpmocni siorpat enemrtpoom cétcoéiers  notdansble n-sirus  el nettnoitsiusa ltiat are rtes noa  uoela emmesort de r ouamele anumFotsivirraD éusoJegmelSanle2imana eoFmuénàsetrécompense dun L aoooéeeddrodrtEemêtellemlestaerdlnetesnEldeniootompriédnoaedS74.r19vrie1fé04 elaredaMoj_NUOEL_SERTTAC-SROMEAIUNS_SE_FPFématpsieotnologie.H-CAMERtenrdedesètratoone.ornaemsateteàpprêteniso
Lettres camerounaises
Josué Delamour Foumane Foumane
La récompense d’un arriviste
:893   11/1316/0   1ddni.ETSIVIRRA-ENSPEOMEC_RNEMAOU
 
 
La récompense dun arriviste
Lettres camerounaises Collection dirigée par Gérard-Marie Messina
La collection Lettres camerounaises  présente lavantage du positionnement international dune parole autochtone camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen dun dialogue dynamique entre la culture regardante  celle du Nord  et la culture regardée  celle du Sud, qui devient de plus en plus regardante. Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire propre, la collection Lettres camerounaises  sintéresse particulièrement à tout ce qui relève des uvres de lesprit en matière de littérature. Il sagit de la fiction littéraire dans ses multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que la littérature se veut le reflet de lidentité des peuples, elle alimente la conception de la vision stratégique.
Déjà parus
Benoît NDI, La Rose de Jérusalem , 2013. Martial ATEBA NOMO, Ladopté , 2013. Larmahi ZAMEDJO, Les hommes rompent le silence , 2012. Camille NKOA ATENGA, Jalousie de femmes et complicités coupables , 2012. Raviel KARMADY, Chasse-mouches , 2012. Moïse FEUNKAM TALLA, Lettres à une génération sacrifiée , 2012. Joseph Franck BONNY, Nébuleuse de larmes , 2012. Émile ESSONO TSIMI, Le métier daimer , 2012. Émile NGUIMFACK, Morts mystérieuses à Poulàh , 2012. Gilbert DOHO, Désastre à Fodong , 2012. Alain Désiré Taïno KARI, Âme vivante. Mes visions du monde , 2012. Jean Claude ABADA MEDJO, Les machinations du sable , 2012. Charles SOH, La chèvre du sous-préfet , 2012.
 
  
Josué Delamour Foumane Foumane            La récompense dun arriviste  
  
                   
 
  
                           
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-00926-1 EAN : 9782336009261
 
 
 
 
 
 
 
 
A
mon grand frère
NKOO Jean Paul
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PREMIERE PARTIE
CHAPITRE I
Le deuxième trimestre avait commencé. Nous suivions attentivement la leçon de Monsieur Seme, notre maître du cours préparatoire. Aucun élève ne bavardait, le maître étant sévère. Il nous dictait, du haut de son estrade et à haute voix, ses multiples convictions. La nature lavait fait pour ne parler quen tempêtant ; et il en rajoutait au prix defforts soutenus. Il allongeait le cou, rejetait sa tête vers la nuque et puis, les yeux fermés, comme un fanatique transporté dans un élan denthousiasme, nous enseignait des commandements, espérant que nous comprendrions mieux la leçon par lautorité de sa voix. A la vivacité de son expression, il ajoutait des gestes brusques et calculés, voulant ainsi nous rendre aussi dociles que des agneaux. Comme une flèche orientée, il dirigeait son index droit vers chacun de nous, pour nous interpeller individuellement, en nous lançant un regard grave : « Tu dois pardonner à ton prochain ! Tu dois aider les pauvres ! Tu dois respecter tes aînés ! ».  La leçon tirait à sa fin, le cours de maths allait commencer. On frappa à la porte ; le maître se retourna : « Entre ! » ordonna-t-il,  visiblement gêné. Un bout dhomme apparut, une main dadulte layant poussé par le dos. Cétait Assembe, notre camarade. Il avait le cou enfoncé dans les épaules, on ne saurait dire si cétait par embonpoint ou par nanisme. Deux sourcils épais soutenaient son front court. Ses gros yeux, à létroit dans les lobes en sortaient outrageusement comme sils étaient poussés de lintérieur par un organisme dégoûté. Il était si monstrueux quen le voyant approcher, nous croyions à la venue du diable. La mauvaise impression était à son comble quand notre regard heurtait ses mandibules. Elles souvraient par le cou et prenaient cette forme angulaire qui nous rappelait la laideur dune tête de vipère. Sur cette déformation maxillaire, de grosses joues sétaient greffées à limage dun crapaud nuisible qui croasse sans cesse. Son bedon, fruit dune overdose alimentaire, relevait ses