Le Général de pierre - Livre IV - La Montagne

De
Publié par

Auteur contemporain

Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 690
EAN13 : 9782820608956
Nombre de pages : 245
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LE GÉNÉRAL DE PIERRE - LIVRE IV - LA MONTAGNE
Geneviève Grenon Van Walleghem
Collection « Les classiques YouScribe »
Faites comme Geneviève Grenon Van Walleghem, publiez vos textes sur YouScribe YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
ISBN 978-2-8206-0895-6
I – La fleur aux lèvres
Une fois de plus, Bleu Nuit s’assit sans bruit sous le magnolia ruisselant de couleurs, et observa Lotus Mauve qui lisait, confortablement installé dans une chaise longue. Quand le vent caressait la ramure, la chevelure du Seferneith s’éclairait de sillages mouvants, et le guérisseur semblait la gemme d’un écrin florissant, suavement polie. Mais son cœur… son cœur avait l’éclat scintillant de la mort, et tranchait inexorablement dans les chairs d’autrui. L’exorciste grimaça, releva la tête, contempla les courbes souples des branches, le réseau délicat des brindilles chargées de grandes fleurs blanches lavées de rose. Quelques petites feuilles vert vif embellissaient encore les corolles voisines, comme un discret rehaut de leurs sveltes silhouettes aux insouciants pétales. L’arbre lui semblait un nuage rosé par le soir, qui se fût posé sur l’herbe et ne l’eût plus quittée, tant elle le ravissait d’une tendre compagnie. Apaisé par la beauté de ce vivant bouquet, il tenta de comprendre le guérisseur. Des malades agonisaient, et celui qui eût pu les sauver s’en moquait ! Pire, Verte Bruine avait fini par lui expliquer que son ami attendait la fin du genre humain, le tout dernier soupir du tout dernier humain… en dehors du jardin. Il n’agirait donc pas. Bleu Nuit en eut le vertige, et baissa la tête pour retrouver le sol. Comment Lotus Mauve pouvait-il rester souriant, condamner sereinement toute l’humanité, et laisser mourir, lui qui savait faire obéir la vie ? Il n’avait pas à se battre pour sauver autrui, rien qu’à demander, et la vie obéissait ! Il revit le guérisseur lors de leur première rencontre, et le chagrin lui noua la gorge. Dans le palais de Deux-Rivières, le Seferneith avait eu l’air si malheureux, si esseulé… misérable, en fait, et presque désespéré. Il prit le temps de laisser couler ses larmes, puis s’essuya le visage dans ses manches, imaginant sur sa peau la douceur des lapins qui les décoraient. Lotus Mauve avait certainement souffert, mais de là à décider un génocide ! Il était si doué pour aider autrui à surmonter ses blessures… pourquoi ne soignait-il pas la sienne ? Parce qu’un cœur de pierre ne savait plus guérir, qu’il ne pouvait que peser, inexorable, figé dans sa douleur ? Une fois de plus, l’exorciste maudit la montagne ; une fois de plus, il tenta de la comprendre, et de l’excuser ; une fois de plus, il fut incapable de dire s’il avait réussi, et il abandonna le sujet. Il resta songeur. Comprendre… si Verte Bruine avait défendu Vieux Saule et Fier Bouleau, c’était par amour. Mais Lotus Mauve… connaissait-il un humain ? En appréciait-il un seul ? Si, faute de rencontres plaisantes, il n’avait pu s’attacher au moindre d’entre eux, il pouvait bien les éliminer tous, il n’y perdait rien ; or, il n’agissait jamais sans que son intérêt fût en jeu, directement ou indirectement. Bleu Nuit sourit, car cela lui semblait maintenant normal. Il s’approcha du guérisseur, qui fit mine de ne pas le voir. Il cueillit une fleur de magnolia, la nicha dans ses mains, la caressa du bout de son nez, la frôla à peine de ses lèvres sèches, et en fit naître un petit oiseau blanc et rose qui alla se percher sur l’épaule du Seferneith. Celui-ci posa son livre, et observa son léger visiteur aux plumes parfumées, attendri. Il y eut un long silence, puis Lotus Mauve effleura le passereau, qui s’assoupit à moitié, n’émettant plus que de petits murmures de bien-être, et il demanda, un soupir dans la voix : – Que me voulez-vous ? – J’aimerais vous parler de ce qu’il y a d’aimable chez les humains. – Ah oui… j’oubliais votre manie d’aller fouiller des tas de merde pour y trouver des pépites. Mais puisque vous l’avez fait… montrez-les-moi donc. Elles sont bien propres, au moins ? Le guérisseur prit l’oiseau béat dans ses mains, et le contempla, souriant. Bleu Nuit s’assit, et lui parla de ce qu’il avait apprécié chez ses pairs, la douceur de certains sentiments, la beauté de l’art, la générosité, la créativité, la gratitude, l’éveil d’un esprit, l’enthousiasme, la curiosité. Peu à peu, il réalisa qu’il plaidait une cause, même s’il n’osait soutenir le regard du Seferneith, et il s’enhardit au point d’évoquer la tristesse d’un peuple qui se meurt alors qu’il fleurissait, il rappela l’horreur de la mort de Verte Bruine, et il affirma que les humains ne souffriraient pas moins. Lotus Mauve hochait la tête avec de légers soupirs, car il connaissait par cœur ces arguments pour les avoir lui-même utilisés jadis. Il répondit : – Vous n’êtes pas sans qualités, certes, mais que valent-elles en regard de vos défauts ? Vous croissez et vous proliférez comme un cancer, vous vous étendez tels la gangrène, et vous dévorez mieux que la lèpre. – Mais… malgré cela… vous m’appréciez… enfin, vous appréciez Rouge Cerise. Et ses parents. Et Lavandin. Ils ne peuvent pas être uniques dans leur genre. – Ah non ? Rouge Cerise a quelque chose à voir avec la montagne. Ses parents l’y ont conçue ; qui me dit qu’ils n’ont pas été altérés ? Quant à vous et Lavandin… êtes-vous sûrs de ne pas avoir un rapport avec la Lune Noire ? Vous avez une telle prédisposition pour parler aux morts. Bleu Nuit resta bouche bée. Lui, un Tuan ? Il frissonna, et, d’une toute petite voix : – Verte Bruine approuve cette théorie ? – Il préfère celle qui voudrait que vous ayez de notre sang. – Les Seferneith se sont mêlés aux humains ? – Les Seferneith, non. Moi, oui. L’exorciste fixa Lotus Mauve avec horreur. Il n’était déjà pas très fier de sa famille, mais s’il fallait y ajouter le Seferneith, il craignait de mourir de honte. Il n’avait vraiment pas besoin d’un tel ancêtre. Verte Bruine, volontiers… mais Lotus Mauve… Il se passa lentement les mains dans les cheveux, et réfléchit. Le guérisseur n’avait pas déposé sa stèle sur un autel familial,son descendant n’avait donc et pas de culte à lui rendre. D’ailleurs, il nepossédait mêmepas
d’autel familial ! Pour quoi faire ? Contempler le vide ? Aucun intérêt. Et puis, s’ils étaient apparentés, cela remontait à un passé oublié, et ne comptait donc plus vraiment. Il soupira, consterné par le peu d’efficacité de sa mauvaise foi, car il ne voyait pas comment négliger un ascendant auquel il ressemblait toujours. Tant qu’ils aimeraient tous deux les fleurs, les parfums et la beauté, il n’y parviendrait pas, et à ce prix-là, il n’essaierait même pas. Mieux valait brûler de l’encens et compter les volutes en attendant que les bâtonnets se fussent consumés. Lotus Mauve remarqua : – Ne vous sentez pas tenu de me rendre un culte, cher descendant. Vos bons sentiments sont tellement indigestes que malgré mes modestes talents, je craindrais de vous vomir ma reconnaissance. – Vraiment ? Et vous pensez qu’une pneumonie suffirait à vous faire cracher un compliment ? Ou faudrait-il une tuberculose ? – Mais non, voyons ! Il suffit de trouver un sujet qui en vaille la peine. – Je suis un maître exorciste. – J’avais remarqué que les critères d’entrée dans la profession avaient bien baissé. – Pardon ? – Je n’étais pas mauvais, jadis, pour ramener des morts ceux qui partaient trop tôt. Mais vous ! Vous ! Vous ne savez que repousser ceux qui y parviennent par eux-mêmes ! – Mais… ils nuisent aux vivants. – Manque d’éducation. Manque d’encadrement. Manque de vie résiduelle. Ils reviennent, et ils restent affamés ! – Mais… Lotus Mauve… c’est normal. Quand la vie leur échappe, quelqu’un d’autre s’en saisit. – Non, ce n’est pas normal ! La vie devrait parcourir le monde en flots lumineux et mouvants, mais elle ne forme plus que quelques gouttelettes. Vous êtes si nombreux que vous l’avez dévorée ! Volée aux plantes, volée aux lieux. Dissous, les papillons ; dissous, les gais poissons ; dissous, les beaux insectes aux couleurs chatoyantes. Je n’ai plus de lézards, et où sont mes tritons ? Il se tut, puis : – Goinfres. Il n’y en a que pour vous. – Je suis désolé. – Pas vous, Bleu Nuit ! Quand comprendrez-vous que je puis vous apprécier sans adopter pour autant le reste de votre peuple ? Vous, je vous jure que vous traverserez cette épidémie sans même souffrir d’un malaise. Vous, vous vous tiendrez debout, resplendissant de vie, quand ils seront crevés. Vous, vous êtes déjà une exception, car qui vous donnerait votre âge ? Comme nous, vous oubliez de vieillir. Et plus la vie coulera en abondance, plus vos jours s’allongeront. L’exorciste baissa la tête, et ses épaules se voûtèrent. Resplendissant de vie ? Quand tous ceux qu’il avait voulu protéger seraient morts ? Quand le monde ne serait plus parcouru que de spectres légers, de soupirs distants ? Vivant, sans limite, sans fin, et le monde des humains de plus en plus lointain dans sa mémoire, s’abîmant dans un passé bientôt mythique ? Lotus Mauve rit. – Belle vision, bien morbide, et grossièrement inexacte au surplus. Foutez-leur la paix, aux humains ! Ils se moquent bien que vous les protégiez des vilains fantômes ! Ils ne vous ont rien demandé. C’est vous qui les avez pris sous votre aile, vous qui avez imaginé une mission, vous qui vous êtes rêvé utile plutôt que de crever, vide de sens. Quant à un monde hanté de spectres, un monde vide… laissez-moi rire ! Quand la vie aura été libérée, quand elle se sera extraite du bourbier humain, elle fleurira, je vous le garantis. Vous la verrez courir, vous la verrez voler, vous la verrez nager, vous la verrez pousser ses vrilles, ses feuilles et ses racines, comme vous ne l’avez jamais imaginée. Il y eut un silence, puis il reconnut : – Mais comment l’auriez-vous pu ? Vous êtes né dans un monde déjà mort, un monde dévoré par le pire des parasites, celui que j’ai eu l’imbécillité de laisser s’installer jadis. Il regarda longuement l’exorciste : – J’ai bon espoir, Bleu Nuit, j’ai bon espoir que vous vous adaptiez. Lavandin le fait bien, lui. Qu’a-t-il de plus que vous ? L’amour d’un père, songea l’exorciste. L’amour d’un père, venu bien plus tôt dans sa vie. – Prétextes, laissa tomber Lotus Mauve. Vous défendez le monde et vous ne demandez qu’à crever. Tant qu’à exceller dans l’usage de deux poids et deux mesures, faites-vous à l’idée que vous aller survivre, car vous faites partie des privilégiés, et non des sacrifiés. Je sais, c’est ennuyeux ; je sais, c’est difficile… mais une fois de plus, vous n’avez pas le choix. Bleu Nuit ne sut que dire, et le guérisseur conclut : – Voulez-vous un mouchoir ? Si j’étais vous, j’irais m’entraîner à pleurer efficacement mes gros chagrins, car Verte Bruine a peut-être un peu mieux à faire que de vous tapoter le dos lorsque vous sanglotez. Pendant que vous pleurez l’ancien monde, lui, il tente de deviner le suivant… – Verte Bruine…
Oui, votre cher maître, qui s’est adapté au présent et qui s’adaptera au futur. Vous… vous êtes un fossile. L’exorciste s’éloigna, accablé de chagrin. Il était incapable de fléchir Lotus Mauve. Il mourrait jusqu’au dernier homme sur terre, et il resterait impuissant. Il pleura longtemps devant un petit étang entouré de murs blancs, et pour ses yeux brouillés de larmes, le vert feuillage du bananier était si lumineux qu’il évoquait une flamme. Le vert sombre des aiguilles du pin semblait autant de cendres voletant lentement. Il resta hébété et silencieux pendant des heures, son regard parcourant le mur. Il se fixait un instant sur chaque fenêtre, admirant leurs formes étranges et les croisillons étroits qui dessinaient tantôt des pétales, tantôt des feuilles, tantôt des flocons ; ou il suivait l’ondulation du toit de tuiles noires qui coiffait le mur comme un serpent sans fin, assoupi au soleil. Il revint vers le guérisseur, qui l’accueillit avec un soupir, et lui demanda : – Pourrez-vous vivre avec le poids de ce crime sur la conscience ? Lotus Mauve éclata de rire. – D’autant plus aisément que je suis déjà mort de ne pas l’avoir commis. Il trouva que cela ne répondait pas vraiment à sa question ; mais le Seferneith ajoutait déjà : – Allons, Bleu Nuit, vous me demandez de me soucier de la santé de mes assassins. Cela vous arrive souvent ? L’exorciste revit le visage violacé de Roseau Bleu, et il songea que oui, il se souciait de leur santé, de leur mauvaise santé. Il dit pourtant : – Les humains ne sont pas tous des assassins. – Mais il en reste bien assez pour que je sois certain que mon peuple sera éliminé. Affirmeriez-vous que j’ai tort ? Bleu Nuit secoua la tête avec lassitude, en signe de dénégation. Il était bien placé pour savoir que les uns tireraient leur arme de son fourreau, et que les autres appelleraient un exorciste. Lotus Mauve conclut généreusement : – Bleu Nuit, ne vous privez pas : étudiez la médecine, inventez une maladie qui sache trier nos ennemis de nos amis, et nous l’utiliserons sur les survivants, si tant est qu’il en reste. Verte Bruine possède sûrement quelques ouvrages intelligibles pour un débutant, et si ce n’est pas le cas, je lui en dicterai un. Vous verrez, c’est passionnant. L’exorciste s’inclina, puis s’éloigna d’un pas lent. Le guérisseur le suivit du regard, contemplant les couleurs sinistres de son obstination teintée de désespoir, et il soupira. Il eût préféré le faire sourire, mais ses exigences étaient inacceptables. Il était affreusement ennuyeux de côtoyer un être si peu adaptable, si peu réaliste, et si attaché au passé. Si seulement il avait pu le manipuler, pour faciliter son évolution ! Mais Verte Bruine tenait à le laisser avancer à son rythme. Si ce n’était pas du respect mal placé, qu’était-ce ! Il ne restait donc plus qu’à tuer Bleu Nuit… ce qui serait encore plus inconfortable que de le tolérer, car le lettré tenait à ses amis, et que son mécontentement gâcherait le jardin. Bref… à moins que l’exorciste ennuyât également le lettré, il resterait le bienvenu. Il faudrait donc continuer à l’éviter autant que possible… Et à ce sujet… Lotus Mauve corrigea le cours de ses pensées pour en exclure Bleu Nuit, et revint au présent. Il avait un livre passionnant à terminer, le soleil était délicieux sur sa peau, l’endroit tranquille et parfumé. Il sourit au magnolia que nulle présence ne défigurait plus, et ajouta un tapis de violettes à son pied, puisqu’elles ne risquaient plus d’être piétinées. Quand le monde serait redevenu un lieu d’harmonie, il serait temps de songer au bien-être de tous ses habitants. Mais avant cela… il limiterait l’ampleur de sa générosité aux habitants du jardin. * Verte Bruine s’étonna, car Bleu Nuit ne l’avait toujours pas rejoint. Et pourtant, il ne manquait jamais leurs rendez-vous. Il étendit ses sens, perçut la vie de l’exorciste, et gémit. Il rejoignit en hâte le pavillon de son ami, et tout le long du chemin, il chercha le moyen de ressentir toujours ceux qu’il aimait, même s’il se passionnait pour ce qu’il faisait. Il était regrettable que la concentration fût si exclusive ! Et il était également déplorable qu’on pût songer à souffrir seul, plutôt que d’appeler à l’aide. Il fit tinter la cloche, entra malgré l’absence de réponse, et s’assit à côté du lit où Bleu Nuit était couché, tout habillé, ses vêtements froissés par une nuit de sommeil. Il remarqua : – Je suis heureux que nos rendez-vous soient quotidiens. L’exorciste eut un sourire désabusé. Le lettré continua : – Et si vous me parliez du problème ? Nous y trouverons peut-être une solution. – Ha ! Vous m’avez déjà dit que vous ne m’aideriez jamais à contraindre Lotus Mauve. – Le contraindre, non. Le convaincre, oui. – L’autre jour, c’était non. – L’autre jour, vous étiez en état d’agir seul. Bleu Nuit regarda son maître, et se laissa envelopper par son odeur. Il soupira profondément, puis murmura : – J’ai si souvent l’impression que… que vous m’abandonnez. – Je n’aime pas faire naître de tels sentiments en vous ; mais quels seraient les miens, si je me forçais à agir ? – Je le comprends, et je l’accepte. Néanmoins, je ne peux pas m’empêcher de penser que, si vous m’aviez aidé, le problème serait déjà réglé. – Si je devais m’occuper préventivement de tous les problèmes qui seraient peut-être mieux réglés avec mon aide
que sans, j’aurais tout intérêt à pondre un certain nombre de copies de moi-même ! Mais cela ne les intéresserait pas plus que moi. Désolé, Bleu Nuit, je n’interviens que quand je suis certain d’être indispensable. Le reste concerne quelqu’un d’autre. L’exorciste se tourna vers lui, et tendit une main hésitante. Verte Bruine s’en saisit, s’étendit sur le lit, la pressa doucement contre sa poitrine, massa la chair découragée de ses longs doigts tièdes et parfumés. Bleu Nuit resta longtemps les yeux dans le vague, puis il demanda : – Puis-je inviter des amis dans le jardin ? – Bien sûr. – C’est que… Il expliqua son idée, le lettré éclata de rire, et accepta. * Lotus Mauve releva la tête, et huma l’air, incrédule. Il se hissa sur le rebord du bassin, et aperçut un groupe d’une dizaine d’humains, une famille probablement, car leurs personnalités montraient des pathologies trop bien corrélées. Un enfant courut vers lui, et resta admiratif devant les reflets mauves de ses cheveux. Puis il aperçut son entrejambe. – Eh ! Pépé ! Viens voir ! Le… le… n’est ni un homme, ni une femme ! Le grand-père s’approcha : – Pardonnez la curiosité de cet enfant, il ne pense pas à mal. – L’idiotie ne garantit pas l’innocuité. L’homme eut un sourire d’excuse, il s’inclina, et emmena son petit-fils. Comme ils s’éloignaient, l’enfant demanda : – T’es d’accord qu’il est bizarre ! – Certainement. J’avais entendu dire qu’il existait des malformations curieuses, mais celle-ci m’était inconnue. Son beau-fils renifla. – Forcément ! Que veux-tu que des parents en fassent ? Personne ne voudra l’épouser, et on ne peut rien en faire non plus dans un bordel ! Dehors, ils ne doivent pas vivre vieux, les comme lui. Le vieil homme jeta un regard désolé vers Lotus Mauve, et sa femme lui caressa l’épaule. Elle murmura : – Nous irons le revoir sans la famille, mon chéri. La grossièreté a toujours effarouché la grâce, mais ce n’est pas forcément définitif. Même les oiseaux les plus craintifs peuvent s’amadouer. Lotus Mauve retint un ricanement, il attendit qu’ils disparussent, puis il se rhabilla lentement. Il étendit ses sens, et il hoqueta de stupéfaction, car le jardin grouillait d’humains. Il choisit le moins détestable d’entre eux, et il s’en approcha : – Bonjour. Je suis Lotus Mauve, l’un des résidents du jardin. À qui ai-je l’honneur ? L’homme le regarda avec étonnement, puis il se reprit : – Oh ! Pardonnez ma surprise… j’avais été averti que nos hôtes seraient étranges, mais je ne m’attendais tout de même pas… – Vous avez été averti, me dites-vous ? Pourrais-je savoir par qui ? – Par un brave homme, en vérité, dont j’ai malheureusement oublié le nom… – Mais son apparence vous reviendrait peut-être ? – Certainement, oui ! Il porte une robe bleue décorée de lapins, un grand collier de perles roses, et… Le Seferneith trouva l’exorciste assis à son bureau, très occupé à allonger encore une liste de noms déjà interminables dont seule une infime partie était cochée. – Bleu Nuit… – Lotus Mauve ? – Vous… vous avez osé… – Je ne suis pas pressé, Lotus Mauve. Vous pouvez prendre le temps de vous calmer. – Je n’ai pas envie de me calmer. – C’est regrettable. Les solutions proposées par la rage sont rarement sensées. – Et alors ? Il s’agit uniquement d’éliminer quelques humains de plus ! – Je ne pense pas, non. Le guérisseur s’assit, et articula : – Et que pensez-vous ? – Ce sont mes amis. Je les ai invités dans le jardin, car je suis incapable de vivre sans eux. – Incapable de vivre sans eux ? Vous êtes un solitaire, Bleu Nuit ! Vous n’avez pas besoin d’une foule de médiocres, mais de quelques interlocuteurs bien choisis !
– C’est peut-être vrai actuellement, mais je ne puis jurer que cela durera toujours. Mon asocialité est certainement liée à mon histoire personnelle, mais dès lors que j’irai mieux, elle se résorbera sans doute. – À d’autres ! – Et pourtant… vous m’avez assez souvent reproché mes folies, ainsi que ma chasteté. Maintenant que je songe enfin à y remédier, vous rechignez ? – Quoi ? – Je ne suis pas encore casé, Lotus Mauve. Or, d’après vous, une vie sexuelle florissante est une part essentielle du bonheur. Je veille donc à préserver suffisamment d’humains pour pouvoir faire mon choix. – Des femmes, d’accord, mais des hommes ? – Leur famille, Lotus Mauve, leur famille. Il n’y a pas de mariage sans accord de la famille. – Qui se soucie du mariage ? – Moi. Seules les unions légales préservent suffisamment la puissance d’un maître exorciste. – Ce sont des croyances ! – Je regrette, Lotus Mauve, mais je pense mieux connaître mon métier que vous, du moins dans sa forme actuelle. Et de toute manière, les hommes ont un sens également. – Vraiment ? – Mais oui. Je ne suis pas certain de n’aimer que les femmes. – Vous avez déjà Lavandin et Rouge Cerise, et même Verte Bruine ! – M’oui. Mais est-ce bien avec eux que j’enfanterai un jour ? – Vous êtes déjà père de famille ! – Par adoption, tout au plus. Tous ces bambins autour de moi finissent par me donner envie de contempler ma descendance, savez-vous ? – Menteur. – Peut-être un peu, actuellement, mais il faut penser au futur… je ne vais tout de même faire l’amour aux rares spectres laissés par l’humanité ! – Et pourquoi pas ? – Question d’éthique, évidemment. Je ne voudrais pas confondre mes loisirs et ma profession. Lotus Mauve se massa lentement le visage, puis il demanda : – Et Verte Bruine, qu’en dit-il ? – Verte Bruine veille à ce que ses invités ne causent pas de déprédations majeures. Pour le reste, il est heureux que je me soucie enfin de mon bien-être à long terme. Ils se regardèrent en silence, et le Seferneith renonça. Bleu Nuit mentirait aussi longtemps qu’il le faudrait, et non seulement il n’en avait pas honte, mais il s’amusait énormément. Le guérisseur retourna s’asseoir dans sa chaise longue, et fit de son mieux pour retrouver son bien-être. Mais chaque fois qu’il devait éloigner un humain d’une senteur, ses dents se serraient. Il eût tellement préféré les tuer ! Il lui semblait que son cœur lui déchirait la poitrine, qu’il voulait bondir hors de son corps pour aller faire de la bouillie de ces visages et de ces crânes. Il regarda le jardin, et songea qu’il ne s’y était jamais senti aussi mal. Quand il vit passer Verte Bruine, il jaillit hors de sa chaise longue : – Toi ! Comment peux-tu tolérer cela ? – Tolérer quoi ? – Bleu Nuit abuse ! – Oh, vraiment ? – Tous ces… déchets dont il encombre ton jardin ! – Ah, ça… tu ne sais plus les éloigner ? – Si, bien sûr… mais je jouissais du calme, de la sécurité, je me rétablissais peu à peu, et me voilà affligé de ces importuns ! – Lotus Mauve, je suis bien conscient des perturbations que ces réfugiés apportent à mon jardin, et je compatis à ton inconfort. As-tu réfléchi à une solution ? – Jette-les dehors. – Non, Lotus Mauve, une solution qui satisfasse et Bleu Nuit, et toi. Vous êtes tous deux mes amis. Puis-je t’aider à la définir ? – Tu peux même la définir seul ! – Je préfère que tu t’impliques, il y aura plus de chances qu’elle te plaise.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant