7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Partagez cette publication

Les enquêtes
du commissaire La Rennie
Jacques Delatour et Robert Tubach Les enquêtes du commissaire La RennieOn a assassiné l’inspecteur d’académie Du rififi au Conseil général Sacré Winston
Illustrations d’Yvon Tardy et Éric Vautherin
Ouvrages de Jacques Delatour Les Carnets d’un écolier de Franche-Comté (1939-1944), éd. Cabedita, Yens-sur-Morges (Suisse) Les Cent jours d’un inspecteur d’académie, éd. L’Harmattan, Paris Le miroir du général Lecourbe En collaboration avec Lucien Dupuis Pierre Palué, sa vie, ses peintures, éd. Études Drômoises, Valence Yvon Tardy, peintures, éd. Études Drômoises Toros, sculptures, éd. Études Drômoises Pierrette Dumonteil, peintures Pierre-Vincent Innocente, peinturesOuvrages collectifs Métiers d’Art dans la Drôme, éd. Études Drômoises, Valence Le Guide de la Littérature britannique,éd. Ellipses, ParisL’Inspecteur d’académie, deux siècles au service de l’éducation, éd. CNDP, Paris Ouvrage de Robert Tubach Maximilien d’Autriche au Mexique (1862-1867) d’après les souvenirs de Sara Yorke Stevenson, traduction, éd. L’Harmattan, Paris© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55434-4 EAN : 9782296554344
Jacques Delatour et Robert Tubach - I -Illustrations d’Yvon Tardya LES ENQUÊTES DU COMMISSAIRE LA RENNIE On a assassiné l’inspecteur d’académie
On a assassiné l’inspecteur d’académie
Sommaire
10La porte était fermée
15Cyclamens en goguette
21Le petit noir d’un matin noir
23Un matin sans
27La fenêtre de Monseigneur
33Les gros bouillons du chaudron
38Des cours très particuliers
42Macaire le monteenl’air
45La chute de la maison Macaire
48Souffle le mistral
51Justine à l’heure de la vertu
54Un cadavre sans intérêt
55Kicéki ?
62Le patron est mort ! Vive le patron !
|7|
LES ENQUÊTES DU COMMISSAIRE LA RENNIE
Après tout qu’estce qu’un roman, policier ou non, sinon une suite d’invraisemblances vraisem blables? Aucun inspecteur d’académie n’a heureusement jamais été assassiné. Si les lieux évoqués ont une ressemblance certaine avec des lieux connus, les personnages sont eux en tièrement fictifs. Les auteurs qui ont eu le plaisir de travailler ensemble pendant plusieurs années se sont amusés à emprunter des traits de carac tère à tous ceux qu’ils ont pu alors rencontrer et ils en ont rencontré beaucoup, des meilleurs et des moins bons.
|8|
Casting
On a assassiné l’inspecteur d’académie
Michel Delaroche,Inspecteur d’Académie, directeur départemental des services de l’Éducation, en résidence à Valence, tient le rôle principal et le moins causant.
Michelle de la Minaudière,sa fidèle directrice de cabinet, dircab en jargon administratif, le vénère.
Le secrétaire généralde l’inspection académique, dirige, mal, les services de l’inspection. Indigne de l’Éducation Nationale, ne mérite pas que l’on donne son nom.
Robert Frontu,adjoint à l’inspecteur d’académie, traîne comme un boulet son neveu Yvan ; aide l’inspecteur d’académie à gérer les quelque 3500 professeurs des écoles du département.
Yvan Gourevitch,neveu du précédent, professeur des écoles incapable, remplaçant ne remplace jamais.
Monsieur Macaire,spécialiste du made in China et in Amsterdam, est chargé des achats à l’inspection académique.
La Belle Justine,aime pardessus tout la photo et les musées d’Amsterdam.
Max La Rennie, commissaire divisionnaire, ne pratique pas Racine, ce qui ne l’empêche pas de mener l’enquête tambour battant.
MmeLa Rennie,, épouse aimée du précédent, agrégée, enseigne les mathématiques en classes préparatoires.
Le préfet, le recteur de l’académie de Grenoble, les inspecteurs généraux de l’Éducation Nationale, l’évêque, les maires du Haut Diois, jouent avec conviction leur rôle de V.I.P (very important people) tout comme la postière, les inspecteurs de police, les chefs de service, les employés : technicienne de surface, chargé de la repro… La Ville de Valence omniprésente, fait partie du casting.
|9|
LES ENQUÊTES DU COMMISSAIRE LA RENNIE
La porte était fermée
Valence, mardi
Elle était toute légère Michelle ce matin là, dans sa robe Kenzo de lin et soie bleue, achetée en solde privilégié à la boutique de Janine M. Une er vraie trouvaille, les filles du bureau du 1 degré pourraient aller se rha biller avec leurs fringues de la Jedoute ou des Six Suisses, et le patron serait content, lui qui détestait les femmes en pantalon et n’hésitait pas à le leur dire. Ah ! elles allaient bisquer, pensait Michelle, alors qu’elle longeait le bâtiment du conseil général et de la préfecture jetant un regard distrait aux gigantesques panneaux accrochés aux grilles et au basrelief de pierre de Dintrat récemment lessivé de sa gangue noirâtre de poussière grasse de pots d’échappement. Elle traversa la rue au rond point de la place Le Cardonnel pour pénétrer dans la cité administra (1) tive Brunet, une ancienne caserne austère comme un jour sans pogne et protégée par un mur d’enceinte infranchissable. Momo était là, fi dèle au poste, surveillant les premières arrivées, lui qui avait son heure de gloire les jours de grande manif où il se sentait propriétaire des lieux, bouclant ses grilles et regardant narquois les manifestants s’époumoner à l’extérieur.
Michelle mettait son point d’honneur à être toujours la première arri vée et la dernière partie. Le samedi, quand l’inspection était fermée, elle était encore là, toujours volontaire pour assurer les heures de garde et prévenir le patron si le toit du collège de Grand Serre venait à s’envo ler ou si le collège des Alexis à Montélimar disparaissait sous les eaux. C’était elle qui avait prévenu l’inspecteur d’académie, il y avait déjà bien longtemps, quand le car de ramassage scolaire avait brûlé près de La Garde Adhémar et qu’elle avait dû trouver en toute hâte la liste des malheureux élèves ayant pris ce car. L’inspection académique et, non pas « d’académie », comme disent les ignorants de la télé, c’était toute sa vie, toute sa famille, tout son dévouement, et finalement oui, tout son amour. Les inspecteurs passaient, de plus en plus rapidement, mais elle restait toujours, confortée dans son poste de directrice de cabinet, une directrice courtisée et critiquée, appréciée ou méprisée par les chefs des services et les filles des bureaux.
1  Pogne : brioche de Valence.
|10|