//img.uscri.be/pth/d2b4bf8274095732b313c01ce23b141849fea074
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les offrandes du désert

De
128 pages
Jason fuit les turpitudes du monde moderne pour tenter de se retrouver. Il part dans les immensités désertiques, dans l'espoir d'un renouveau. Il a choisi un endroit qu'il considère comme privilégié, malgré les risques que cela comporte. Au fil de son immersion dans le désert inhumain, mais d'autant plus envoûtant, ses pensées vont se purifier, se simplifier, jusqu'à atteindre une élévation spirituelle qui lui fait entrevoir l'essentiel et surtout, la question existentielle de la venue de l'être humain sur terre. Dans cet univers hostile, il prend conscience de la valeur de la vie. Il a besoin de la Terre, mais la Terre a-t-elle besoin, de l'homme?
Voir plus Voir moins
RandolphBENZ AQUEN
Les orandes du désert Roman
Les impliqués É d i t e u r
Les offrandes du désert
Les Impliqués Éditeur Structure éditoriale récente fondée par L’Harmattan, Les Impliqués Éditeur a pour ambition de proposer au public des ouvrages de tous horizons, essentiellement dans les domaines des sciences humaines et de la création littéraire. Déjà parus Ottavi (Dominique),Et ceux qui vont sur la mer…, Polyphonie romanesque, 2017. Balthi (Sabine)Courbet, frère artiste, essai, 2017. Aguénounon (Arnaud Éric),La soif du pouvoir. Regard éthique sur des manoeuvres politiques au Bénin,2017. Auxiètre (Jean-Michel),En Islande sur la route duPourquoi-Pas ?,évocation d’un drame de la mer et de la science,2017. Kouadio (Awouh Firmin),La délivrance par la parole de Dieu,2017. Le Piouff (Magali),L’Imaginaire jusqu’au ciel,poésie, 2017. Hazebrouck (Luc),Villes de nuit,nouvelles, 2017. Magunda Masiste (Stéphane),Cri de cœur et larmes intérieures, poèmes, 2017. Bokobza (René),La philosophie du hasard ou la rétroaction cognitive, essai, 2017. Dejean (Christine),Le management, ça se vit passionnément, essai, 2017.
Ces dix derniers titres de ce secteur sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site : www.lesimpliques.fr
Randolph BENZAQUENLES OFFRANDESDU DESERTRoman Les impliqués Éditeur
© Les impliqués Éditeur, 2017 21 bis, rue des écoles, 75005 Paris www.lesimpliques.fr contact@lesimpliques.fr ISBN : 978-2-343-10952-7 EAN : 9782343109527
Le choix
Jason inspire lentement, avec délectation, le vent sec et chaud du désert. En le caressant, ce dernier lui adresse un message qui lui fait percevoir ces espaces vierges qui l’attirent tellement. Ce vent, qui a parcouru inlassablement des contrées sans limites, survolé des obstacles, sans contrainte, vient dans son souffle ardent, le prévenir qu’il est le seul à pouvoir voyager ainsi, telle une émanation divine : « Je suis le Vent ! Je viens de loin, rien ne peut retenir ma course, je me déplace librement, comme et où bon me semble ! Il va te falloir beaucoup de courage, d’effort, de ténacité, d’amour et de temps, pour péné-trer, pas à pas, dans mon domaine ! » Jason, ivre d’une liberté toute neuve, goûte l’haleine du désert. Son odeur lui conte les immenses territoires qu’il a survolés. Il espère ainsi trouver une liberté aussi vaste que l’espace qui l’enchante et l’enveloppe. Il s’est enfin décidé. Il part à l’aventure, l’esprit tota-lement alerte. Ce n’est pas la première fois qu’il y pense, à plusieurs reprises la tentation de tout abandonner a été grande,
7
mais ce n’était pas le moment d’agir. Il s’est délesté du fardeau qui lui pesait sur les épaules. Le moment s’est présenté, il ne le laissera pas s’échapper. Sa motivation a surpassé toutes ses inhibitions. Il concrétise un rêve qui le tente depuis longtemps mais qu’il n’a jamais osé réali-ser ; cette fois, il fait le pas, un peu poussé par la société qui ne le satisfait plus. Il sent que c’est l’opportunité qu’il attendait, s’il hésite, le cours de la vie va le re-prendre dans son tourbillon et peut-être le souffle qui le pousse à agir, va se réfugier dans l’oubli de ce qu’il au-rait pu faire, avec un arrière-goût irréversible de regret. Ce moment précis risque de ne plus se dévoiler de fa-çon aussi propice. Au fil des ans, il a pris conscience que les expériences de la vie façonnent un être humain. Des actes, des évènements importants ou anodins se nichent dans un petit coin de notre tête, s’installent dans notre subconscient, sans que l’on s’en rende véritable-ment compte, mais sans rester pour cela inactifs ; ils ressurgiront tôt ou tard, de façon inattendue. Entre-temps, ils auront fait un travail en profondeur et finiront par s’imposer comme une nécessité, un besoin vital de se réaliser. Tout le processus remonte loin dans le temps. Dès l’enfance, les faits nous marquent au fer rouge, puis se lovent dans la mémoire, pour refluer au moment op-portun, souvent quand on s’y attend le moins. Un idéal se crée, un besoin apparaît, qui finit par dominer toutes les autres pulsions.
8
Ses pensées le poussaient à agir et influençaient le cours de son existence. Il se rendait compte qu’il lui fallait bien peu de choses pour être heureux. Au cours de son existence, tout comme l’homme, Jason avait été pris dans la frénésie de l’accumulation de richesses, au détriment d’une véritable richesse, celle de la richesse intérieure. Aujourd’hui, il préférait prendre conscience du sens de son existence profonde, plutôt que de dé-pendre des évènements extérieurs. Jason était frappé de constater comment le temps glissait entre ses doigts. Les mois, les années, sombraient dans le néant, gouffre irréversible qu’il refusait de voir. Quand on est jeune, on avance sur une route qui semble se dérouler à l’infini, les années s’écoulent len-tement, si bien que nul ne s’aperçoit de leur fuite. Puis, à un moment donné, des portes se ferment derrière nous ; on n’a plus le temps de revenir en arrière. Mais comme tout ce qui nous entoure avance à notre rythme, on ne se sent pas trop décontenancé, on se soumet. On s’aperçoit que l’on est ensemble, sur le même vaisseau. Et, subitement, comme un couperet, les années sont là ; elles se sont accumulées pernicieusement et nous font ressentir l’avance inexorable du temps. On a beau s’accrocher aux pierres de la berge, le fleuve de la vie nous entraîne impitoyablement. Les souffrances de l’existence nous appartiennent, nul ne peut nous en libé-rer, même si son amour est grand. C’est ce qui fait la solitude de la vie. Toute vie ne peut pas s’acheminer vers un néant absurde ! pensait-il.
9