Merci, les femmes !

De
Publié par

Tampinté vient d'une famille sénégalaise traditionnaliste qui ne voit pas d'un bon œil son envie de devenir journaliste et sa relation avec Yakhané, roturière de la classe des griots. Ils devront tous deux mener une lutte acharnée pour voir leur amour triompher et faire évoluer les mentalités. L'auteur mêle ici roman et reportage pour dénoncer la rigueur des traditions et la condition des femmes au Sénégal. Ce livre leur rend hommage en nous montrant avec quelle force et quel courage elles se battent pour plus de libertés.
Publié le : lundi 2 novembre 2015
Lecture(s) : 14
EAN13 : 9782336394275
Nombre de pages : 144
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
El Hadji Diagola
Merci, les femmes ! Roman
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
Merci, les femmes !
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen
Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.
Dernières parutions
Paterne BOGHASIN,La ruine et la malédiction, 2015 Jean-Baptiste BOKOTO APANDA,Une histoire de violences, Je suis Charlie au Congo, 2015 Jean DUBUS,Là-bas, entre terre et ciel, 2015. Fred JULIANI,Contes et mécomptes d’Afrique et d’ailleurs, 2015. Jean-François Sylvestre SOUKA,Madame Gentil, 2015. Thierry VUNOKA,Héros anonymes, 2015. Jérémie MULIKARE,La vie des pygmées Batwa au Rwanda, 2015. Irène ASSIBA d’ALMEIDA et Sonia LEE,Essais et documentaires des Africaines francophones. Un autre regard sur l’Afrique, 2015. Jean-Pierre EYANGA EKUMELOKO,Enfin éclos d’un vase clos, 2015. Jules ERNOUX,La Précarité quotidienne en Afrique de l’Ouest. Culture et développement, 2015. Éric BOUVERESSE,Celui qui voulait être roi. L’Afrique, terre des esprits, 2015. Joseph Marie NOMO,L’envers de l’argent,2015. Françoise UGOCHUKWU,Bribes d’une vie nigériane. Mémoires d’une transformation identitaire, 2015. Athanase RWAMO,La rue, refuge et calvaire, 2015. Judicaël-Ulrich BOUKANGA SERPENDE,Et si brillait le soleil…, 2015. Abdoulaye MAMANI,À l’ombre du manguier en pleurs,suivi deUne faim sans fin, 2014. Baba HAMA,Les amants de Lerbou, 2014. Parfait DE THOM ILBOUDO,L’Amante religieuse, 2014.
El Hadji DIAGOLA Merci, les femmes ! Roman
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06181-8 EAN : 9782343061818
Note au lecteur
Je rends hommage, à travers ce récit, à toutes les femmes du monde, en particulier les combattantes de la paix, du dé-veloppement et de la prospérité d’une communauté, d’une société, d’une famille, etc. Par ailleurs, la stratification sociale de la population afri-caine a toujours existé depuis la nuit des temps. Ainsi, elle est devenue pour certaines communautés une Tradition Sa-crée. Toute tentative de modification pourrait coûter la vie à certains initiateurs. Parmi des initiateurs dans le continent, on pourrait retrouver des femmes qui ont complètement réussi à casser cette Tradition Sacrée pour la moderniser. Dans ce roman, le thème principal est le problème de la cas-sure d’une Tradition Sacrée pour la moderniser afin de sauver l’épanouissement et la prospérité des jeunes. Cet épa-nouissement et cette prospérité sont étouffés par l’application stricte de cette Tradition Sacrée. Des braves femmes jugent anormal le fait de freiner le développement et la prospérité de la jeunesse au profit d’une quelconque Tra-dition Sacrée dans ce monde de mondialisation et de démocratie. Elles se sont investies pour donner à ces jeunes une liberté d’expression, de choix et d’épanouissement dans leur communauté. Dans ce milieu, la Tradition Sacrée est l’interdiction de mariage inter-castes qui pénalise beaucoup de jeunes filles et de garçons. Alors, pour modifier cette Coutume, deux étudiantes, un journaliste et un cadre expa-trié ont décidé de conjuguer leurs efforts pour sortir cette jeunesse de cette situation lamentable en jouant avec le temps comme moyen de lutte pour arriver à leurs fins. Leur stratégie de lutte dans le temps est de se marier entre castes dans un premier temps. C’est-à-dire l’une des étudiantes, issue de la caste des griots, va épouser le journaliste de la
7
caste des nobles. Et l’autre étudiante de la caste des nobles accepte d’épouser le jeune cadre expatrié issu de la caste des griots. À l’approche des élections municipales, l’État décrète leur village en une nouvelle commune d’arrondissement. À cette occasion, ces deux étudiantes en profitent pour se déclarer candidates à la tête de la nouvelle mairie afin d’avoir les mains libres pour mettre en œuvre leurs projets. À la suite de ces élections, l’équipe réformiste est élue pour diriger cette nouvelle municipalité. Et, à la tête de cette mairie une des étudiantes est nommée maire, pour gérer les destinées de cette nouvelle commune. Avec la collaboration de la totalité des jeunes et des ex-vieux sages conservateurs, la première équipe de cette mairie a réussi à implanter une nouvelle men-talité dans le quotidien de la population et surtout en acceptant de célébrer des mariages inter-castes dans sa mai-rie. En donnant espoir aux jeunes et en voyant leurs actions concrètes de développement issues de la promesse électorale dans la commune, tous les ex-vieux sages conservateurs ont donné raison à ces deux femmes pour avoir sauvé leur ex-village d’un éclatement pour une affaire de mosquée et sur-tout d’y ramener la paix et de réconcilier les cœurs. Ils ont remercié ces femmes pour avoir consacré leur énergie pour la paix, le développement et la prospérité de leur commu-nauté. « La survie d’une communauté est sa jeunesse. Nous de-vrons donc aider notre jeunesse à se développer et à s’épanouir tout en leur enseignant notre expérience dans la vie dans laquelle elle peut puiser des bonnes choses pour son évolution. Nous étions dans l’erreur pour les avoir contraints à nous suivre aveuglément et uniquement pour des intérêts individuels ou de groupuscules. La preuve, notre village allait éclater pour de bon à cause d’une affaire de mosquée à la-quelle nous voulions appliquer coûte que coûte nos lois et règlements de la tradition vieux de plus de dix siècles. Sans l’intervention de cette brave femme issue de nos griottes,
8
l’ex-village de Débé aurait disparu de la carte. Cela traduit que nous devons reconnaître que nos femmes peuvent diri-ger une communauté pour la sauver d’un danger. Nous remercions Yakhané et son équipe de nous avoir réveillés. Merci, les femmes ! » conclut l’un des ex-vieux sages conser-vateurs.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.