//img.uscri.be/pth/aca0b7ec4e9a1a1fb60407e6b3f0ef3eb9323879
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ombre d'une passion (L')

De
260 pages
Xavier Mvindi, un jeune camerounais, décide d'abandonner ses études après une série de drames et s'installe alors dans le village de ses parents. Il y mènera une vie rustique jusqu'à ce qu'un jour une nouvelle inattendue fasse basculer sa vie. Malgré tout, se sentant redevable de son passé, celui-ci va jeter un voile obscur sur sa nouvelle vie. Pourtant, des années plus tard, il se trouvera à nouveau touché par la flèche de Cupidon, dans la ville de Boston (USA), en marge d'un colloque international de neurochirurgiens. Débutera alors pour lui, un dilemme dont il aura du mal à se sortir.
Voir plus Voir moins
Georges Wilfried OSSA
L’ombre d’une passion ou Un cœur entre deux feux
Lettres camerounaises
L’ombre d’une passion
Lettres camerounaises
Collection dirigée par Gérard-Marie MessinaLa collection « Lettres camerounaises » présente l’avantage du positionnement international d’une parole autochtone camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen d’un dialogue dynamique entre la culture regardante – celle du Nord – et la culture regardée – celle du Sud, qui devient de plus en plus regardante. Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire propre, cette collection s’intéresse particulièrement à tout ce qui relève des œuvres de l’esprit en matière de littérature. Il s’agit de la fiction littéraire dans ses multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que la littérature se veut le reflet de l’identité des peuples, elle alimente la conception de la vision stratégique. Déjà parus Nonyu MOUTASSIE ERARD,Les trophées perdus de l’histoire du Cameroun, 2017. Egbokanlé Roméo SALAMI,L’aventure d’Iwé sur les chemins du savoir, 2016. Chantale Chekam KEMADJOU, Matcha’a ou l’attrait de l’illusion, 2016. Marc KÉOU,Le crépuscule des mœurs, 2016. Maboa BEBE,Salmat la musulmane et Alan le chrétien, 2016. Maboa BEBE,Dangereuses fréquentations. Une arnaque financière, 2016. OPIC Saint Camille,Les chansons du cœur, 2016. Patricia NOUMI,Une aube nouvelle, 2016. Marie-Louise BILO’O NDI,À contrecœur, 2016.MADJIRÉBAYE HERVÉ,Déportation rémunérée, 2016. Hubert ONANA MFEGE,Au fond du crépuscule, 2016. Calvin Blaise MANJIA,Un amour empoisonné, 2016.
Georges Wilfried OSSA
L’ombre d’une passion ou Un cœur entre deux feux
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-08373-5 EAN : 9782343083735
PREMIERE PARTIE
I Yaoundé, ville aux étranges sept collines et aux facettes mesquines. Yaoundé, indéniable poumon politique d’un pays aux hommes autant braves que profondément meurtris par leur vie ironiquement souriante. Tant d’âmes usées par leurs misérables conditions et gardant au fond de leur impérissable mémoire, le souvenir inoubliable de pathétiques expériences. Tant de nobles citoyens qui, comme de milliards d’autres à travers le monde, traînent le poids de leurs souffrances au gré des facéties de la providence. Cette dernière, si riche et généreuse en malheurs, façonne à sa guise le cœur de ces millions de sourires dont l’unique quête est la paix. Certes, l’obtenir n’est pas une sinécure. De plus, il semble à s’y méprendre que personne n’ait véritablement jamais goûté de ses délices. Comme ses compatriotes, voilà des années que le Dr Xavier Mvindi la recherche en vain. Et pourtant, ceux qui se permettent de juger ce neurochirurgien à la tête de la cliniqueHOPE, l’unique centre médical entièrement dédié aux neuropathologies dans la grande sous-région Afrique-centrale, tous s’accordent à dire qu’il est béni des cieux. Béni, car brillant, riche et de renommée mondiale dans un pays où les médecins ne suscitent malheureusement plus le respect jadis mérité que leur vouait la société. Quoi qu’il en soit, l’image qu’il donne de lui n’est après tout, que très peu de chose. Ce qui préoccupe l’expert en neu-rosciences alors même qu’il préside la réunion hebdomadaire avec différents responsables de l’institution qu’il dirige, c’est cette terrible angoisse qui a pris place dans son cœur depuis
7
quelques jours. Il est vrai que la journée n’a guère été de tout repos. D’ailleurs, aucune de ses journées ne l’a jamais été depuis qu’il pratique. Et puis, jamais patient ni connaissance n’a suscité en lui autant de nervosité que Rose Morrison, une séduisante ingénieure informatique avec laquelle il s’était lié d’amitié depuis quelques années. Ensemble, ils avaient établi une relation plus qu’amicale, une insouciante intimité dont le brave neurochirurgien sent venir le temps des clarifications. Si l’Américaine s’est enfin décidée à lui rendre visite, il ne pourrait exister une autre raison que celle-là à ses yeux. Elle aurait pu aller passer ses quatre semaines de congé à St-Tropez. Avec son irrésistible charme, elle aurait certainement pu aller compliquer la vie de quelqu’un d’autre à Acapulco, aux îles Mariannes ou tout autre coin paradisiaque du globe. Mais non, il a fallu qu’elle s’invite une fois de plus dans la vie déjà assez compliquée du Dr Mvindi. Malgré tout, il ne peut continuer à ignorer la petite et can-dide voix qui lui dit sans cesse qu’il a besoin d’elle. Depuis son retour au pays, son travail l’a amené à douter, et même à renier les nobles sentiments qu’il éprouve pour Rose. Très habilement pourtant, cette voix dont il redoute la pertinence gagne sans cesse du terrain. Depuis l’annonce de la venue prochaine de Rose, la petite voix n’arrête de lui rappeler les agréables moments qu’ils avaient passés tous les deux. De tout ce qui se dit au cours de la réunion qu’il préside, de tous les rapports actuellement présentés, le Dr Mvindi n’en a guère l’oreille attentive. Malgré les apparences, malgré la violence qu’il se fait, il ne songe qu’à l’arrivée imminente de son amie dont l’avion en provenance de Paris devrait atterrir autour de 23h30. Il a beau regarder sa montre dans l’espoir insensé de voir le temps patiner, celui-ci semble au contraire prendre plaisir à accélérer.
8
II « Docteur ! », lui murmure soudainement à l’oreille une voix féminine qui le tire de ses réflexions. Il s’agit de Maggy, sa très dévouée secrétaire entrée su-brepticement dans la grande salle de réunion. Au milieu de la cinquantaine, Maggy est respectée de l’ensemble du person-nel. Pas plus grande que quatre caissons de bière empilés, son regard caché derrière de grosses lunettes lui donne des faux airs deMargaret Thatcher. « Un souci Maggy ? Lui demande alors Mvindi d’une voix calme et amicale. Excusez-moi docteur, une certaine Anna insiste à vous rencontrer de toute urgence ! ...». Le Dr Mvindi se tourne comme un éclair et écarquille grands ses yeux. Leur surprenant pétillement témoigne osten-siblement de son impatience à lire sur les lèvres de la bien-heureuse messagère, la confirmation de l’annonce que ses oreilles semblaient avoir entendue. « Vous avez bien dit Anna ? Interrompt-il. Elle s’est ainsi présentée et dit venir du Canada ! » Pour toute réponse, le médecin se lève brusquement et, vi-siblement heureux par ce qu’il vient d’apprendre, il s’adresse tout ému à ses collègues et collaborateurs : « Veuillez m’excuser chers collègues, j’ai une urgence… Je dois vous quitter ! » Après avoir rapidement ramassé les dossiers sur la table devant lui, le Dr Mvindi s’empresse de sortir de la salle. Il se dirige ensuite vers son bureau sous le regard étonné de la douzaine de médecins présente dans la salle. Tous, le sourire au coin des lèvres, se demandent dans un silence assourdis-sant, quelle pourrait bien être cette urgence dont l’annonce a réussi à bousculer le flegme déjà légendaire du Dr Mvindi.
9