Secrets d'enfance

De
Publié par

Livré à son destin depuis le décès subit de sa mère, Samuel ne connaît pas le contenu du billet qu'elle a laissé à son père... Mort, solitude, mensonges, amitié, racisme, abandon, guerre, Shoah, amour : c'est au travers du regard de l'enfant puis de l'adolescent et dans la résilience que Samuel construit son identité autour des non-dits des adultes. Connaîtra-t-il un jour le contenu du dernier message laissé par sa mère ?
Publié le : samedi 1 novembre 2008
Lecture(s) : 169
EAN13 : 9782296208773
Nombre de pages : 116
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Secrets ci'enfance

@ L'Harmattan,

2008

5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harrnattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-06596-3 EAN : 9782296065963

Paulo David

Secrets

d'enfance

Roman

L'Harmattan

.A EmilY)

Owen et Simon

Il ne serait pas aisé de trouver un homme devenu malheureux parce qu'il n'aurait pas surveillé ce qui se passe dans l'âme d'un autre; mais quand on néglige d'observer attentivement les émotions propres de son âme, il est inévitable qu'on tombe dans le malheur.

Marc-Aurèle

- PemÙs pour moi-même, Livre II

Le petit billet
Samuel regardait son père assis sur la chaise en bois de la cuisine et pour la première fois il ne le percevait plus comme un adulte. À l'aube sa mère s'était jetée par la fenêtre. Il ne comprenait pas exactement ce que cela signifiait, mais il savait que demain elle ne pourrait plus l'accompagner à l'école. Tous les objets de la cuisine lui semblaient également sans vie. Comme son père pleurait doucement, il se dit que ce n'était pas le moment pour lui d'en faire de même. «D'habitude ce sont les enfants qui pleurent, mais aujourd'hui c'est au tour des adultes» pensa-t-il étonné. Il tenta même de songer à quelque chose de drôle, se tritura les méninges, mais, à sa surprise, pour une fois il n'y parvint pas. Samuel n'avait aucune idée de combien de temps avait passé lorsqu'on sonna à la porte. Il décida d'aller l'ouvrir comme son père semblait toujours figé et probablement étonné que la vie s'invite soudainement ainsi. À sa surprise, il vit une grosse casquette de policier vissée sur un interminable cou; il crut un instant que c'était une girafe déguisée, mais lorsque le policier lui fit un sourire d'adulte gêné, il comprit que c'était du sérieux. - Ton papa est là, petit? Sans mot dire Samuel guida le policier vers la cuisine et se dit que c'était bien une matinée étrange, d'abord sa mère qui se jette par la fenêtre, son papa qui pleure comme un gamin, puis un policier qui vient pour une enquête criminelle. - Nous vous le rendrons dès que l'enquête sera terminée, dit le policier au long cou avant de repartir dans une démarche déglinguée. - Qu'a-t-il pris? demanda Samuel étonné à son père. - Un mot que ta mère m'a laissé. Et le crayon avec lequel elle l'a écrit. Samuel eut envie de pleurer, mais se dit que ce n'était pas le bon moment. Il avait aussi terriblement envie de demander à son père ce que disait le petit mot, mais là aussi il se dit que

décidément ce n'était pas le bon moment pour beaucoup de choses. «D'abord on me vole ma maman et ensuite son dernier petit mot» se dit-il. - Qu'a donc fait le crayon de mal? demanda Samuel à son père un brin gêné par sa question. Son père d'abord étonné par la question réalisa vite qu'il lui fallait donner rapidement une réponse à son f1ls. - La police veut savoir si c'est le crayon qui a poussé ta mère ou si elle est tombée toute seule. Samuel sembla satisfait de la réponse.

10

Silences
Au réveil Samuel ne reconnut pas le matin. Ce jour-là, le silence qui régnait dans sa chambre lui donna une impression d'irréel. - Vais-je parler aujourd'hui? se demanda-t-il plusieurs fois, alors que couché dans son lit comme paralysé, il fixait le plafond. Puis, en regardant ses peluches, comme si désormais il était entré dans leur monde muet, il se dit convaincu:
-

Pourquoi exprimer quoi que cela soit?

«Le silence deviendra mon plus fidèle compagnon de route» se dit-il en s'habillant. « Lui au moins il ne se jettera pas par la fenêtre» grommela-t-il. Au petit déjeuner, il nota que son père également ne pipa mot. Peut-être avait-il contracté le même virus? Mais, sur le chemin de l'école, Samuel se ravisa déjà. «En fait, la parole ne m'a rien fait, se dit-il en marchant. C'est même plutôt le silence qui m'a fait mal. » Donc, après tout, il était exclu de se joindre à l'ennemi ! Ce matin, la classe était étrangement silencieuse et Samuel nota les regards gênés de la maîtresse et de ces camarades. Il se demanda avec méfiance la raison de ce manque de chaos. Même son camarade Viktor d'habitude si turbulent était assis sagement, la tête engoncée dans son large coup et le regard évasif. «Seraient-ils donc déjà tous au courant» se demanda-til anxieux? Rapidement, madame Pervanche rompit le silence de sa voix stridente: - Nous partageons ta tristesse Samuel et nous sommes de tout cœur avec toi, lui dit-elle avec difficulté, la tête mi-baissée. Bon, continua-t-elle en se reprenant visiblement sans trop de difficultés, maintenant prenez vos cahiers de mathématique! C'est bien la première fois qu'elle partage quelque chose madame Pervanche, marmonna Samuel. Une larme roula sur sa joue; la première depuis que sa mère avait fait le grand saut.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.