//img.uscri.be/pth/bd16fc4eca2c45ea3d721e07113b573a61816f3d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Soleil, diables et merveilles

De
144 pages
Sur la plage d'une île de la Caraïbe, une jeune fille brune chante les soirs de lune d'or. Sa voix d'alizé a caressé le cœur d'un homme-poisson. Une nuit de lune d'or, l'homme-poisson aux yeux clairs se hisse hors de l'eau : Quel est ton nom, fille des hommes ? / Mahalia, et toi ? répond-elle d'une voix douce. / Je suis un homme-poisson, à toi seule, je dirai mon nom sortilège, Dandaro. Nuit après nuit, ils se rencontrent, ils se plaisent (...), elle, fille de la terre et lui, fils de la mer. Mais les femmes-poissons et les hommes les surprennent et se mettent en colère...
Voir plus Voir moins

Solei' diableJ
et merveilleJ

@ Éditions L'Harmattan ISBN: 2-7384-4371-0

Isabelle CADoRÉ

Solei' ~iahleJ
et merveilleJ
Contes antillais bilingues
créole

- français

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE L

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

,
TI FI-A KI TE TOUNEN ZWEZO

Rozali té an bèl tifi lapo koulè kafé. An jou manman'y janbé a chouval anlè an siklonn épi i pati jis an bout lorizon. Rozali rété ka atann Ii, atann Ii mé sé
pou aven, manman'y pa jen viré. Marenn Ii ki té enmen'y anpil, anpil mennen'y Granrivyè a kay Ii. Dé là Rozali té ka wè fidji manman'y ki té ka souri pou'y aden sé niyaj-Ia ki té ka posé wo dan syèl. Epi vannowdé pl en épi lodè tout kalité fwi té ka bèsé plézi kon lapenn moun. An jou lannuit lalin vwéyé an ti réyon karésé fidji Rozali, alos réyon lalin-Ia lévé Rozali an sonmèy. Rozali lévé épi alé godé pa finèt, tout lodè lannuit anni anparé'y. An pyé jasmen-té ka pousé bo kay-la, i té ka santi bon, bon siton bon ké lodè josmen viré fè Rozali sonjé manman'y ki té pati. Tjè'y fè'y pli an pli mal, Jasmen té flè manman'y té pli simyé. An mitan lennuitla Rozali di tau dousman : - Manman! Manman! Tjè'y té gwosè sa épi lapenn, i té anvi an moun i enmen té pran'y dan bra'y, 010i olé bo kabann marenn Ii, mé kabann-Ia té vida Rozali asiz épi koumansé atann, marenn Ii pa té ka déviré. Rozali tou ka pléré fini pa pran sonmèy adan réyon lalin ki té ka vlopé'y. Landumen bonmaten an bon lodè kafé lévé'y, marenn Ii té déviré. Mèl té ka souflé, toutrèl té ka wouklé, wopso Rozali soti an kabann-Ia, i rouvè finètla, solèy koulé kon an larivyè anlè planché kaz-la, lajwa gonflé fi tjè timanmay Ii o.

4

LA FILLETTE-OISEAU

Rosalie était une jolie petite fille couleur café. Un jour, sa mère chevaucha un cyclone jusqu'au bout de l'horizon. Rosalie l'attendit, l'attendit mais en vain, sa mère ne revint jamais. Sa marraine qui l'aimait beaucoup, l'emmena chez elle à Grand-Rivière. Rosalie apercevait parfois dans les nuages mouvants le visage de sa mère qui lui souriait. Et les alizés fruités berçaient les joies et les chagrins des hommes. Une nuit, Rosalie fut réveillée par un rayon de lune qui caressait sa joue. Elle se leva, s'accouda à la fenêtre et respira les senteurs de la nuit. Le jasmin qui poussait près de la case embaumait et son parfum entêtant réveilla la douleur de l'absence; c'était la fleur préférée de sa mère. Rosalie murmura dans la nuit: Mamanl Moman I Son cœur était gros de chagrin, elle voulait la tendresse de bras aimants, elle se dirigea vers le lit de sa marraine, mais le litétait vide. Rosalie s'installa et attendit, sa marraine ne revenait pas. Rosalie s'endormit dans ses larmes, au creux d'un rayon de lune. le lendemain matin, une bonne odeur de café la réveilla, sa marraine était revenue. les merles sifflaient, les tourterelles roucoulaient, Rosalie sauta du lit, ouvrit la fenêtre, le soleil ruissela sur le sol, la joie gonfla son cœur d'enfant.

-

5

Adan laravin tan-an lannuit roulé yonn dèyè lot épi toutlodè yo, épi tout mistè yo. Rozali rimatjé chak two lalin plen, marenn Iika disparèt. Bagay-tala mété an zagriyen an tèt Rozali mé i pa té noz mandé marenn Ii aven, alos i sonjé tok i té konnèt sikré'y la. An jou oswè lalin té plen, won kon an boul ka kléré kon 10, Rozali kouché, zyé'y dimi tèmen, anba pwèl koko zyè'y i ka véyé marenn Ii. I wè'y té ka fwoté tout ko'y épi an kalité losyon ki té ni an lodè pwav épi jenjanm. Rozali tann marenn Ii ka di dé kalité pawol i pa té jen tann é ku i pa té .konprann. Marenn Ii mété fyol-Ia anba kabann-Ia. Rozali tou estébégwè, pa wè marenn Ii, mé an gro zwézo, an malfini pran lavol pa finèt-Ia, i monté an syèl an mitan gro lalin plenn la ki ka kléré kon 10.Alos Rozali soti an kabann Ii,i viré fè tout jès i té wè marenn Iifè mé sé pawol sosyé a i pa té sa di yo, i pa té ka sonjé yo. Lè i fini mété fyol-Ia anba kabann-Ia ou anni wè an bèl ti toutrèl pran lavol pa finèt-Ia an mitan lalin ka kléré kon 10. Rozali pa té sav marenn Iité konnèt fè lafizik, sé té menm an soukouyan. Lè jou oswè lalin té klè, épi dot soukouyan yo té ka sanblé épi yonn a lot té ka montré sa yo té konnèt. Diwè Rozali pa té di sé pawol lafizik lapyès soukouyan pa té pé rukonnèt Ii. Rozali volé anlè Granrivyè. I godé adan tout finèt ki rouvè, i apèsuvwè Izidow ka tété dwèt Ii, Télumé ka fjenbé popot Ii dan bra'y, Aristid ka wonflé kon an toupimabyal. Adan an ti kout zèl glisé dous kon swa i olé pabo laforé, i pasé abo kaz papa Dyé gran sosyé. Papa Dyé sé an zanmi marenn Ii. 6

Et les nuits roulèrent une à une dans la ravine du temps avec leurs parfums et leurs mystères. Rosalie remarqua qu'à chaque pleine lune sa marraine disparaissait. Intriguée mais n'osant rien demander à sa marraine, Rosalie décida de découvrir son secret. Une nuit de lune ronde et dorée, elle aperçut entre ses cils baissés sa marraine qui se frottait le corps avec une lotion au parfum poivrée de gingembre. Rosalie entendit des mots étranges, étrangers. Puis sa marraine se baissa pour mettre la fiole sous le lit. Stupéfaite, Rosalie ne vit pas sa marraine se redresser mais un oiseau, un mal-fini s'envoler par la fenêtre dans la clarté dorée de la lune. Alors Rosalie se leva. Elle refit tous les gestes qu'elle avait vu faire. Mais ne dit pas les mots magiques, elle ne s'en souvenait plusl Quand elle remit la fiole sous le lit, une petite tourterelle s'envola dans la clarté dorée de la lune. Rosalie ignorait que sa marraine possédait des pouvoirs, qu'elle était même un soucougnan I Les soirs de pleine lune avec d'autres soucougnans, ils se réunissaient et échangeaient leur savoir. Mais comme Rosalie n'avait pas prononcé les paroles magiques, aucun soucougnan ne pouvait la reconnoitre. Rosalie survola Grand-Rivière. Par les persiennes ouvertes, elle aperçut Isidore suçant son pouce, Télumée serrant sa popote dans ses bras, Aristide ronflant joyeusement. D'un vol doux comme de la soie, elle s'éloigna vers la forêt, elle passa près de la case se Papa Dyé le sorcier. C'était un ami de sa marraine.

7

Lè i té soti rivé Granrivyè, i té pè gran nonm-tala, an gran nonm ki sitan vyé, dé moun ka dii ni laj dlo. Mé atjèlman papa Dyé épi'y bonzig. I pozé koy anlè bOdaj finèt papa Dyé épi i rêté an ti moman ka gadé'y domi ; épi i viré pran lavol pabo laforé. La adan limyè 10lalin-Ia, i wè sé pyé Banbou a ganmé kon yo sèl, bèl gran pyé Foujè, vyé Maogani, pyé Koubaril kosto kon pa dé, épi lafatig anparé'y, i pozé koy anlè branch an vyé pyé Fwomajé ki té ni pasé santon. Loyt, kabrit bwa, kritjèt ka fè ansèl lanmizik. Lannuit fè muzisyènn, ti fi..zwézo pran sonmèy. Lannuit tjèyi lè ki flè lalin yonn pa yonn épi douvan jou 0 pipiri chantan Rozali lévé. I pran lavol pou i ay chaché manjé, mé kon Rozali pa té an vré zwézo, i pa té sa bèkté. Pandan tan-a marenn Ii té déviré épi i té chanjé moun. I pa wè Rozali dan kabann Ii,sa pa entjété'y plis kisa. Sé té an tan gran vakans, i sonjé Rozali té ay lapèch krab 0 flanbo épi kanmarad Ii épi sé vwazen-an. Marenn-Ia kouché koy épi i pran sonmèy. An toutrèl ki té ka wouklé tou pré kaz-la lévé'y an sonmèy. Ilévé, lè i wouvé lapot Ii,sa i ka wè, an toutrèl pozé anlè an branch pyé kalbas. Marenn-Ia bésé pran an woch, i ka vizé toutrèl, ka sonjé sé ké fè an bon déjunen. Rozali té sav ki mannyè marenn Ii lé aplon, épi an woch i té ka fè mango kité an tèt pyé mango. Rozali an ni pran lavol vitman, épi i olé pozé anlè pyé fwiyapen a. I mété koy ka wouklé épi an sèl dézèspérans, mé marenn Iipa té ka konprann sa Rozali té lé di'y la, alos Rozali pran lavol adanjaden-a épi i volé kay an kay.
8

Au début, elle avait eu peur de cet homme si vieux, si vieux que certains disaient qu'il avait l'âge de l'eau. Mais maintenant, Papa Dyé et elle étaient devenues de grands amis. Elle se posa sur le rebord de la fenêtre de Papa Dyé et le regarda un instant dormir; puis elle s'envola vers la forêt. Là , sous la clarté dorée de la lune, elle vit les élégants bambous verts, les superbes fougères arborescentes, les vieux mahoganys, les puissants courbarils, puis fatiguée, elle se posa sur la branche d'un fromager centenaire. Les petites grenouilles, les cabris de bois et les grillons donnaient un concert. le soir devint musicien et la fillette-oiseau s'endormit. La nuit cueillit les heures, fleurs de lune, une à une et l'oiseau de l'aube réveilla Rosalie. Elle prit son envol et chercha à manger: mais Rosalie n'était pas un vrai oiseau et ne savait pas picorer! Entre-temps, sa marraine était rentrée et avait repris sa forme humaine. Elle vit que Rosalie n'était pas dans son lit, mais elle ne s'en inquiéta pas. C'étaient les grandes vacances et Rosalie avait du aller à la chasse aux crabes aux flambeaux avec ses amies et des voisins. La marraine se coucha et s'endormit. Elle fut réveillée par le roucoulement d'une tourterelle. Elle se leva, ouvrit la porte et vit la tourterelle posée sur une branche du calebassier. La marraine se baissa, prit une pierre et visa la tourterelle, cela lui ferait un bon repas pour midi. Rosalie connaissait l'habileté de sa marraine, avec une pierre, elle décrochait les mangots les plus hauts. Rosalie s'envola à tire-d'aile et se posa sur l'arbre-àpain. Elle roucoula désespérément mais sa marraine ne la comprenait pas, alors elle s'enfuit du jardin et vola de maison en maison. 9

Tout mounté étonnen di wè an ti toutrèl tou yonn ki ka wouklé épi sitan lapenn. I té ka pozé tanto anlè an finèt, tanto anlè an pyébwa, tanto anlè an fétay kay. Rozali pa té say sa i té pou fè pou i té viré chanjé tifi. I apèsuvwè kanmarad Ii ka fè zwèl, i té ké tan lé i sé pé rijwenn yo pou kouri épi yo jisatan lang Ii sèvi'y lavalyè. An plis i té fen menm, tout kalité bon lodè zépis té ka soti adan tout kannari é yo té ka ba'y pli fen anko. Ladézèspérans anparé'y, i volé an dènyé kou anlè Granrivyè épi ansèl kou i sonjé papa Dyé alos i alé pozé koy anlè an branch gouyav pyé gouyav papa Dyé a. Papa Dyé douvan lapot Ii té ka fimen an pip, lèspri'y ka alé vini, i apésuvwè ti toutrèl-Ia. Rozali mété koy ka wouklé, ka wouklé, papa Dyé lévé épi vansé. I kouté, i kouté, toutrèl-Ia wouklé épi i di'y :
Toutrè/, toutrè/,

si ou sé an zwézo, rété zwézo si ou sé an fi manmay tounen fi manmay! Alo tout plim Rozali tonbé épi i chanjé tifi, i té asiz anlè an branch gouyav. I bay désann an pyé gouyav la épi i di'y : I kouri rujwenn marenn Ii, i tonbé an bra'y épi i rakonté'y tou sa ki té rivé'y la. Marenn Ii babiyé'y kont babiyé'y ; épi i èspliké'y i pa té pou fè bagay san i té konprann yo, té ni an laj pou chak bagay, pou ou té vini gran falé té ni tan épi tan, tan té ka pran tan. Midi té ka sonnen, marenn Rozali vwéyé'y envité papa Dyé pou i té manjé an migan épi yo.

- Mèsi papa

Dyé, mèsi!

10

Tout le monde
tourterelle toute se posait seule

s'étonnait
'une

de voir cette petite
si tristement. Elle

et qui roucoulait

sur le rebord

fenêtre, sur un arbre, sur un redevenir faisaient une une petite

toit.Rosalie

ne savait plus comment ses amis qui

fille. Elle aperçut poursuite, perdre

course-

elle aurait aimé De

les rejoindre

et courir, courir

à

haleine.

plus, elle avait faim, très faim, et de

savoureuses
marmites, Désespérée, Grand-Rivière, poser sur une Dyé aperçut

odeurs
elle vola puis branche

épicées
une

s'échappaient
fois au-dessus

des
de

excitant

l'appétit. dernière

elle pensa

à
pipe

Papa

Dyé

et alla se

de son goyavier. une devant sa case en

Papa rêvant

qui fumait

la petite tourterelle.

Rosalie s'approcha.
Ilécouta

roucoula,

roucoula,

Papa

Dyé

se leva et

attentivement

le roucoulement

puis

ildit:

Tourterelle, tourterelle si tu es un vrai oiseau, reste oiseau si tu es un enfant, redevient enfant!

Alors Rosalie perditses plumes et se retrouva petite
fille assise sur une Elle dégringola branche de goyavier. de l'arbre et

dit:
se jeta dans

- Merci,
Sa

merci

Papa Dyé!
retrouver sa marraine, sa mésaventure. sévèrement; faire des mais elle lui sans

Puis elle courut ses bras et lui raconta marraine

la gronda

expliqua

surtout qu'il ne fallaitpas qu'il y avait un âge

choses

les comprendre, prenait du temps

pour tout, que

grandir

et qu'ilfallait laisser du temps

au temps.

Midi sonnait au clocher, la marraine envoya
inviter Papa

Rosalie
pain

Dyé

à manger

un migan

de fruità

avec

elles.

11

,

\

MAJELAN

PREN5 E5KLAV

Kamiy té an ti milat zyé gri, i pa té dyè ni pasé dizan. Chak gran vakans i té ka monté Granfonkay granpapay pasé vakans. Tout lé rèstan lanné-a i té ka rété anvillari Izanbè a kaymanman'y. Dépi primyé sanmdi gran vakans, manman'y té ka batjé'y anlè bato Senpyè ki té ka rété Kazpilot. I té ka pasé vwayaj-Ia ri, ka kouté milan épi tout blag. Rivé Kazpilot, granpapa'y té ka vini jwenn Ii anlè balkadè. Avan yo té viré monté Granfon, yo té ka genyen adan an boutik, luil, sik, sèl, lanmori salé, pen, kako dou Elot,latjé kochon, pétwol épi ronm. Kamiy té enmen granpapa-tala ki té ka ri épi son an tanbou, ki té ni lapo koulè kafé. Granpapa'y té ka mennen'y konnèt anba bwa, té ka mennen'y lapèch kribich épi lachas zotolan. Pou Kamiy, papa Sostèn té ka rouvè lapot an lot péyi, an péyi plen silans, kont épi mistè. Lè granpapa'y té ka rakonté kont anba pyé mango a, lè lalin té klè, tjè'y té ka chanjé tanbou, tèt Ii té ka pati promnen dan syèl épi sé zétwal-Ia. Papa Sostèn té toujou ka lévé avan senkyè dumaten pou fè kafé'y. Lodè kafé-a té ka lévé Kamiy. Jou-a ki té ka lévé a té ka mété tout kalité koulè lakansyèl anlè Granfon.

12

MAGELLAN

PRINCE

ESCLAVE

Camille, petit mulâtre de dix ans aux yeux gris allait passer les grandes vacances chez son grand-père Sosthène au Grand-Fond. Toute l'année, il vivait avec sa mère à la rue Isambert à Fort-de-France. Le premier samedi des vacances, sa mère l'installait dans le bateau pour Saint-Pierre qui s'arrêtait à CasePilote; c'était un voyage ponctué de rires, de potins et de plaisanteries. Arrivé à Case-Pilote, il retrouvait son grand-père au débarcadère. Avant de remonter au Grand-Fond, ils achetaient à la boutique de l'huile, du sucre de canne, du sel, de la morue salée, du pain, du chocolat Elot, de la queue de cochon, du pétrole et du rhum. Camille aimait ce grand-père au rire tambour, à la peau café qui lui faisait découvrir les bois, la pêche aux écrevisses et la chasse à l'ortolan. Pour Camille, Papa Sosthène ouvrait les portes d'un autre monde, un monde de silence, de contes et de mystères. Quand son grand-père lui racontait des histoires, au pied du manguier, sous la lune, le cœur de Camille devenait tom-tom et ses pensées s'envolaient vers les étoiles. Papa Sosthène se levait tous les jours avant cinq heures du matin et préparait son café. L'odeur parfumée du café réveillait Camille. Le jour mettait des couleurs par petites touches sur le grand-Fond.

~ 13 ~.

Kamiy té ka lavé fidji'y anba dé banbou ki té ka mennen dlo lasous-Ia adan an trou woch avan i té viré pati dan savann-Ia. I té ka mété an vyé chot épi an vyé jilé ta granpapa'y. I té ka mété an kout sik dan tenbal aliminyum Ii a épi i té ka pati édé granpapa'y tiré sé trwa vach Ii a. Pandan yo té ka tiré lèt-Ia i té toujou ka plen tenballi a épi lèt cho katchumen. Ou tann di sa té bonI Lè i té déviré lanmézon, i té ka manjé an bidim zasyèt plen voumvap : patat tjuit dan lèt épi sik é fèy kannèl. Epi sulon jou i té ka olé épi granpapa'y dan jaden ou byen lachas ou byen lapèch. Pa té ni Lendi, pa té ni Dimanch, tout jou té won, lis, dous kon an ti kalbas. Antan lanfans lajounen té ni an gou mang. An jou bonmaten, Kamiy désidé i ka pati drivé anba bwa Granfon. I ay chèché dé kanmarad Jowj épi Wobè. Yo té ka vansé, ka ri, ka soté kabriyolé, akwèdi dé jenn kabrit ki kasé kod yo. Epi an sèl kou, yo tou lé two doubout dwèt, ka kouté, yo té konprann an moun té ka kouri anba bwaa. Yo sèten yo ka tann ti bwanch ka kasé, ti zèb ka chiré kon swag Yonn a lot sé ti bolonm gadé lot. Tou sé kont papa Sostèn la, kont djab épi ladjablès, kont zonbi, tout sé kont-Ia chanjé pou bon. Syèl té koulè manto Lavyèj, solèy té dwèt an mitan syèl-Ia, laforé-a té kon an sèl mélanj tout kalité vèt, té ka vibré kon lavi-a Ii menm, i té plen sikré. Pa an ti briz, pa lonbraj an ti van ki té ké poté an ti lafréchè té ka posé dan branch sé pyébwa-a é tout fèy té ka brennen, tout fèy té ka mirmiré.

14