Les juges

De
Au chant premier il y a lui et elle. Mais elle est la femme d’un autre. Le deuxième chant parle d’eau, comme on parlerait de la mer, d’une rivière, d’un lac, ou bien encore d’un étang nourri par une fontaine. C'est une source, la jeunesse où coule un peu d’illusion. Le troisième chant est fait d’arbres et de terre mêlés. Nous sommes dans une immense forêt où le soleil se perd. Dans le quatrième chant, on entend l’eau s’unir à la forêt. Ici aussi sont trois jeunes femmes, assises sur quatre pierres stériles. Écoutez-les rêver : Bhí eochair ann don t-sonas, eochair óir agus éabainn.
Publié le : mardi 1 octobre 2013
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9791022100748
Nombre de pages : 45
Prix de location à la page : 0,0030€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
couverture

1er jour

Sur la terrasse blanche du quatrième espace, les ménestrels sont assis. Une lueur sur eux. Musique.

Un ménestrel

Se lève et marche de long en large.

Perdus au premier jour de notre histoire, ainsi étaient les deux amants impossibles. Marchant, perdus au milieu d'une immense forêt de songes. Tout hésitant, désespérant aussi, à prendre le plus sûr chemin qui les mènerait à la clé du bonheur, loin de la tourmente, sur cette belle île peut-être, direction Nord-Ouest, partir là-bas, pour la tranquillité.


Le ménestrel hisse un soleil rouge sur le fond. Simultanément, noir sur ménestrels et lumière sur le premier espace.Entrent Gabriel et Johanne.

Gabriel

Je te dis qu'on s'est perdu!

Johanne

Mais non! Nous y sommes presque.

Gabriel

On est déjà passé par ici.

Johanne

Qu'est-ce qui te fait dire cela?

Gabriel

L'apparence du coin.

Johanne

Qu'est-ce qui ressemble le plus à un coin de forêt sinon un autre coin de forêt?

Gabriel

Crois-moi, on ne retrouvera pas ce chemin.


Un temps.


On s'est bel et bien égaré au milieu de nulle part.

Johanne

Voyons, ce n'est pas compliqué. On vient de là, donc, c'est le premier sentier à gauche.

Gabriel

La dernière fois, on a pris lequel?

Johanne

Celui de droite, et on a dû faire demi-tour après un quart d'heure. Le mieux, c'est que l'on suive le soleil.

Gabriel

Arrêtons-nous là deux minutes.


S'assoit.


Je n'en peux plus.

Johanne

Si je me souviens bien, le cabanon doit être au bout de ce chemin. Rassure-toi, là-bas on trouvera un peu de repos et de calme en attendant le bateau de cinq heures.

Gabriel

Gabriel se lève.

Je continue à penser qu'on aurait dû prendre le bateau d'une heure. On aurait été plus tranquille sur la mer.

Johanne

À quoi bon cette tranquillité, si elle ressemble à leur enfer.

Gabriel

Ne comprenant pas la réplique de Johanne.

À quoi bon? À quoi bon? À quoi bon la vie dans ce cas?


Un temps.

Johanne

Ce matin, j'ai encore pleuré. On aurait dit qu'une fontaine jaillissait de mes yeux!

Gabriel

Tendrement.

Es-tu triste?

Johanne

Chaque jour un peu plus.


Un temps.


Dernière de Couverture

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les plus belles œuvres de Fragonard

de Presses-Electroniques-de-France

Dom Juan

de Presses-Electroniques-de-France

Les plus belles œuvres de Vincent Van Gogh

de Presses-Electroniques-de-France

suivant