Un four à brûler le réel

De
Publié par

Après Poètes de France, Charles Dobzynski poursuit, dans Poètes du Monde, un inventaire critique qui jalonne notre temps. Il y dessine sa propre carte géographique : elle n'inclut ni tous les pays ni toutes les grandes figures du XXe siècle, mais marque des prédilections, une diversité : révélations de la francophonie, impact de la poésie d'Amérique latine, des États-Unis, de Russie, esquisse d'une configuration des poésies juives. C'est l'âge d'or de la découverte, de l'invention, de la révolte.
Publié le : lundi 1 septembre 2014
Lecture(s) : 35
Tags :
EAN13 : 9782336355009
Nombre de pages : 428
Prix de location à la page : 0,0180€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Charles Dobzynski

Un four à brûler le réel

Poètes du Monde

Profils d’un classique

Daniel Cohen éditeur

www.editionsorizons.fr

Profils d’un classique, une collection dirigée par Daniel Cohen

Profils d’un classiqueest une collection qui a pour vocation d’offrir au lecteur
français, par voie de l’essai ou de l’œuvre plus personnelle, un éclairage nouveau sur des
auteurs nationaux ou étrangers à qui la maturité littéraire et la renommée nationale
confèrent le statut de « classique ». S’il est vrai qu’elle vise plus spécifiquement des
e
auteurs contemporains, et en tout cas nés auXXsiècle, elle pourrait s’ouvrir
égalee
ment à des auteurs plus anciens, nés auXIXsiècle notamment, mais dont l’œuvre
s’est déroulée, à cheval entre les deux siècles, soit par son retentissement, soit par sa
cristallisation.

Michel Arouimi,Jünger et ses dieux, Rimbaud, Conrad, Melville,2011
Audrey Aubou (dir.),Reinaldo Arenas en toutes lettres,2011
Miguel Couffon,Peter Altenberg, Une vie de poète bohème à Vienne, entre
1859et1919,2011
Charles Dobzynski,Je est un juif, roman,2011
Charles Dobzynski,Un four à brûler le réel —Tome I : Les poètes de France,
2011;Tome II : Les poètes du Monde,2014
Charles Dobzynski,Ma mère, etc., roman,2013
Raymond Espinose,Albert Cossery, une éthique de la dérision,2008 Raymond
Espinose,Boris Vian, un poète en liberté,2009
Hamid Fouladvind,Aragon, cet amour infini des mots,2009
André Gide,Poésies d’André Walter, illustrations de Christian Gardair,2009
Françoise Maffre Castellani,Edith Stein«Le livre aux sept sceaux»,2011
Didier Mansuy,Le linceul de pourpre de Marcel Jouhandeau, la trinité
Jouhandeau—Rode—Coquet,2009
Tilmann Moser,Une grammaire des sentiments, traduit de l’allemand par
Dina Le Neveu,2009.
Claude Vigée,Mélancolie solaire, édition d’Anne Mounic,2008
Claude Vigée,L’extase et l’errance,2009
Claude Vigée,Rêver d’écrire de temps,2011
Georges Ziegelmeyer,Les cycles romanesques de Jo Jong – nae,Œuvre-monde
de Corée

ISBN :978-2-296-08868-9
© Orizons, Paris, 2014

Un

P

To

II
o

fo

me

ètes

ur

Je
Le
Ra
«
Un
»,2
Un
cla

Déjà

publi

é

chez

est un, juif,coromanll.2« .
bal,des balceiones2 ..ll0«
i nSonnetserà,Or phMéea tr
Ca2.r0di1n1a
four à,b rûlertole rméeel I
.0 1 1
four à,br ûlIIe rto :lePrémeel
2s . s0i1que3»,

P0
L1i
ra
les
:

o

le

1r1o
ttér1a t
iductaio
»,
P o

ètes

Un

Cha

P

To

2

II

r

0

les

me
o

1

fo

3

ètes

Œuvr

es

de

Cha

r

P O ÉSIE
Notre amour est,p ourPd1ema.in9i51er r e Se
Au clair,de l’aamourvec un1d . 9e5s5s
D’une voix,com munendes s i 1.96s2 de
L’Opéra de,l’e space1Ga .963lli ma r d,
Arbre d’id,entité 1Ro .976e,uger i
Un cantique po,ur MasEsaurda1. o976pe/po és i
Table des,élé mentsP1.9i78Belfoer r e
Délogiques,1Be.lfo981n d,
Quarante polars e,n min1iRatou.re983uger i e,
La vie est,u nPorc1hest.r e9i91ePr1.r r992e i Belfox
Alphabase,1Ro .992uger i e,
Fable,Chinepavec des a 1. pi996er
Géode, des s i1n .998s de Ja
Journal alte,rnatifqu a cr yli 2es .0 de0Fr0
L’Escalier des,ques tionsla vi s2 . d0e Co0 2
Corps à,réinv enterLa2.0Di0ffér5en ce,
La réalité,d’ àfrcôtéo n2t.i0s p0i ce
La scène,prim itiveLa2.0Di0ffér6en ce,
Gestuaire des,sportsdes s i n2. s0 0d’Al
À revoir,,la mémaoirevec des2c.o0lla0
J’ai failli,la peLradre2.0Di1ffér0en ce,
Je est un, juif,2Orom0an1r1o ni z
La mort, Là’ Amo2vif..0ur1i er1,

TRADUCTIO NS
Adam Micki,ePwèilcezr in de,l’a venires sE.aF.R., i
1).955
Na zC’estiunmduHri , kmméteite,r Parsisque muia l’exilvirose etde
autres p,oèmes Mes dos i 1. r999. Ré
Ya nL’arbrende lai sprisgorn eta Rilest svurfemomees,s
bi li n gue gr1ec-f.r962ça n
Do rLeavent meeiTgehSpearrtleel 1bo . syidd9i6s3h, ,,mï
Gyo rSouvenirg ydSuo ,pr ésentt du, dui mtlryo a
a vec Gui1. llevi965c, Segher s
Vla di mLiernuage enLM eapaTnetamïlaposn,1ko. des997vs
Avr oOùmgîtenStutz (aleskevéetvroeicl es, aR1.chel988Er
Khaliastrava nevue d’a , r 1.98t8-ga

P
Mo

An

Ra

Ber

Seui

1
i

érLeetMzonceau etMaL’Iamutprresr2pooè.mkeis,0s vi0sh,0
sL’orhéet, Szleaulfseuvzec detsei ,n des
n2. a0r0d1La z a
tho loLe Mgiiroire ,d’und e pleaG1uaple ;9 71mill Lepao
l, ;9 87P2. o0 0és1i e/Ga lli
nSonnetserà,O rphé2eMOa0r1ri a1i z

PROSE
Couleur mé,moireo uvelles n , pr
1.997
Taromancieo, r 1,9m7a7tr n a1.du ct,i988spmeTo
Le commerce,des monndes1.o98G5, n Mr uvelleas
fi cti o1.9n86çaa n fr
Albert Féraud, forgeron,de l’Fi1rmag.inairea993gmen ts
Que jeunesse,se pnasseo1.99u3velles , Sca
Lavoir de toutes,l espeicouleurnsettr es
Fér et,1.995Ca dex,
Les choses n’en f,ont qu’fiàctlieurotête-sn
dex,1.998
Le Monde,yi ddishun e légen1.99d8e à vi
La surprise,d urlieuéc2tsi . 0,0 L6a Di
Solène et,le Cyrborg2o .0ma1n0,
La Comédie,des érchecs2o .0ma1n0,
Le bal,des baleeti nesa2u.tr0es1 1fi cti

Un
Un

four
four

à
à

b:r ûlerto
b:r ûlerto

le2
le2

.rémele0
.rémeel 0

I,1
II,1


1O
3O

La

P

po

r

és

éfa

i

e

ce

’un vo lume à l’a utr - e,
D
teur de la lectur e co mme
temps , fr a n chi t des
o u pr o ches , des la
de la pla n ète, ma i s
es t ca pr i ci eux qui s e
mo ts . Ca r le fleuve du la
es tua i r es pa r fo i
à des ma s ca r ets qui
co n juguen t po ur di r
Les po ètes du mo - n
tua ti o n s a r bi tr
o béi a ux o n des
en go uemen ts , mes pa
que n ’a ces s é de m’i mpo
r éguli èr e o ù s ’effectue un
O n n e co - n
chemen t des tr a ducti o n
po s s ède les r udi men
bi li n gue, d’un e a ppr o
di s po s e d’a llema n d,
à pa s co mptés , d’explo
pa r co ur s s e s o
que l’o n a ppelle fr -a n
lemen t un e s phèr e li n
Les i n ter fér en ce-s

1

Ch0arles

muler .
lo r
exclus i
la n
co n
ti o
à Beyr
des
pr o
du co

Dobzy nski

En co r e
s que i l es
vemen t de la
gue es t un
cer n e à
n da n
o uth et à Mo
fr o n ti èr
pr e en fer
n ven u et

Le

fr

a

n

fa udr a
t ques ti
la n
mo uvem
la - fo
s le quo
n tr
es ,
memen t
du r es

ça

i

s

Il m’a do n c pa r u n
la z o n e o ù la
s o n exten s i o n
le ca s de deux ter r i to
e
Belgi que, a vaXiIXs déjà t iai faècle
Ma eter li n ck, Va n
un e i mpr es s i o n
de Ja cques Iz o a r d,
Ho n s , Jea n -Cla ud
de la mo der n i té.
P r o li fér a ti - o n
r i que d’un Émi le Nelli - ga n
blème pr o metteur d’un e jeun
Ala i n Gr a n dbo i
P a ul-Ma r i e La po i
P a ul Cha mber la n - d,
ti elle et la r even di ca ti
Ni co le Br o s s a r
po ur s ui vr e da n s
po és i e qui a pui s é
D’a utr es en cla ves- d
po ld Séda r Sen gho - r
n a n ja r a ) à Ha
Sui s s e, o ù Gus ta ve
leur s to n a li tés a
Au Li ba n , la tr a
gr a n ds , jus qu’à Vén

ma
Fr

r
en

o

P

o

a

de

lli

ma

d.

réel

à

brûler

le1

1:

n

lli

és

és

0

0

n

e/Ga

de
a

9e/Ga

i

Un

four

ffér

po

r

o
l.
2o .
l.
o

ma

r

d,

n

ci

èr
ce,

e

i

et
lui

a

e

i

és

fr

s

la

É.Aduix ti
Le . Seui
P
Le Seui
P

1
2
3.
4.
5.

Di

En ce qui co n cer n
fr a n ça i s e a co
pla n da n s l’o mbr
s o us l’a i le ba tta n
s a n s co n ces s
Un e po és i e de tr ès
et co n tr a di cto i r
pa r fo i s de cen s ur
pr i n ci pa lemen t en
d’un s ys tème r ejeté, que la
la plus vi ve et à l’écr i tur
Ya ci n e es t un e r éfé
a co n ti n ué de jo
po ur l’Algér i e li br e a
tr o ubles , et Mo ha mmed
s o n œuvr e co n s
la li gn ée ma lla r méen
Au Ma r o cS,ouffless nedl u’A ,ledbital
po ète à la ver ve gén ér
a va n t de po uvo - i r
1
n er le mei lleur de s . o
Mo ha mmed Kha ïr -Eddi n e,
2
Agadir a - nté le to po r
mi s et de la déflaSolgerila
3
Arachnideha r . Ta ben Jello
chérifien:n ile . y Né aà P bea
qui lui o n t vaLlau la
4
nuit s acréeet des li vr esLe didsceo urspo
5
du cha,meau Jénsineuietviaut.r es Sodpeo èmesécrn -

1

C2harles

Dobzy nski

to ya n te, es t ti s s
ta n tôt ten dr e ta n
La po és i e tun i s
et Ami n a Sa ïd qui écr
la n gue a r a be, to
daQuentoutesch ose cose taimseme celle de la
« pr i n temps a r a be
Ai n s i , ce s o n
o u da n s d’a utr es
vo i t s ci n ti ller a
i mpo r ta n te de cet en
y r elever des ma n ques
o bli ga ti o n s ci r
Ma ur i ci en , Edo ua
de Ch1a -1)9z0 98d1o2l ( t l’a a n bo n
culmi n enSenstma,giquaens- embc o vec l’ui lean
r éa li s me et l’hi n do u
gr a n de fi gur e et - gr a
s a ti o n », r épli q
le To ut-MoLense l(Lneodie1r, )Seui9j6u0seLtal , stqeur’ràe ,ur
le feu, l’eau (etG a2l)e sla0povents1a ète0de,do n
r i va li s er a vec celui

P

a

s

de

di

cti

Il me fa ut do n c le r edi
aPoètesuxde F:r anceje n ’a i pa s
un e s o r te de di cti o
a lpha béti que des pa ys ,
à la fo i s jus te, o
d’un théâtr e d’o mbr es o
d’un va ga bo n da ge,
l’es ti me, ma i s ti en t
géo gr a phi e d’un mo n
po ur pr i vi légi és - qu’i ls
gn a ges plus mo des tes
e
LeXXqui fa i ècle, i t s
d’un es s o r mo n
li eux d’un e a n ti que- tr
men t dyn a mi ques da n
l’O lympe hellén i que des di

à
que
a

So
s
vec

Un

pho
o
Ka

Un

n
z

cle,

four



a

âge

à

co
épa
n

d’o

brûler

le1

mpte
n
tz

r

réel

deux
o
a

3:

et

pr
u
ki

Le vi eux co n ti n en t,
le mo der n i s me, le futur
éten dues bi en a u-delà de
gi n a les a u P o
et pr i n ci pa lemen t en
s ur le mo de d’un to
depui s le début du s i ècle. - Les
bo li s me ma gn i fi quemen
An n a Akhma to va ,
futur i s te a vec des bo o
éto n n a n t gr o
Mi kha ïl Ha r ms et Alexa
le tr o p un i fo r me d
D’a utr es po ètes , i
du g:én Ma i r e i n a Ts veta
Jo s eph Br o ds ky, Evguen
po és i e en la n - gue
lemen t cette fa ta li té de la
(P o uchki n e, Ler mo
s ui ci dés ) ma i s a us
des i n ter di ts , - des
ta ti o n et le go ula
De celui -ci , fi gur e ma jeur
pr o s cr i pti o n s
déco cha a u des po te s
co mme vo loTristiai r s, n data n-
n i e du s i ècle, cr éa te
Vo r o n ej do n t
da n s des co n di
été po s s i ble d’i n - clur
ta n ce, s e rTristeiapo et terr a
po èmes , pa r Fr a n
deTristia a cco mpa gn ée d’un
(Impr i mer1), i9 94vo n ux o Na dtei e les lumes
pa rLes PHoèenmes 1der-(1)M 9o3si0Leoc9sue3t4 CaAhiberrs diel,Voro n

1

C4h arles

D obzynski

(1-1)935 93te7mér i toti ves n ta
cycle, ma i s quelque peu i n
de Ma n des lta m, d’u-n e
va len t métr i que fr a n
a us s iEnstretiensursur)Dsadnetsea prn
deux vo lumes deCmoéntmreo tout,iesrpoiret es d
di ver s es études et exégès es
pa rTristi a leda po s de n ète n o
La po és i e r us - s e
ta bles , a fa i t - pr eu
péfi er et qui a ur o n
r ebo n di s s emen t.

Un

i

ver

s

a

li

À l’échelle i n ter n a ti o
tempér a men ts les plus
l’o n n e s a ur a
« d’en ga gemen t ». Il es t
d’un Ri ts o s en Gr
dépa s s en t de tr ès lo
un e vo lo n té d’i - n
n o mèn e qu’i l s er a
s es r éper cus s i o n
et s es co n tempo r a
a vec P r i mo Levi et
en Es pa gn e a vec Ra
Ga s to n Mi r o n
que ceux-là. Il n e s ’a gi t pa
Méphisl’teospr cio». t Mamqumie i« tos ujode
s ’i n di gn e, s elo n
pa r l’i n tui ti o n
méta phys i que s ur l’êtr e et
po li ti que do n t la d
et s o uven t tr laa gi vrque, a
a ». bs Il en i mpote r te dès lo
i n fluen ce et slaach,ange r prco i
ce fut, depui s Ri mba ud et bi
pen s ée cr éa tr i ce.
Ma i s qu’o n n e
a ux po ètes qui n e s

Un

four

à

brûler

le1

réel

5:

de vér i tés es s en ti elles
en les écla i r a n t
que leur œuvr e a s o uve
da n s un e vi s i o
qui i mpli que de pr en dr e
cr i tèr es du jugemen t et le
de l’égo ti s me n i du n
o n to lo gi que pa r
Ro ber to Jua r r o z
exemple.

D’un

e ?

po

és

i

e

O n me pa r do n
ca tégo r i e s péci a le,
le co n tr a i r e - d’un
men t, qu’elle pr o cède d’un
co n fes s i o n n
jui ve. Elles pr en n en t
thèmes , et bi en qu’elles per
vo i r e a r bi tr a i
Zuko vs ky l’o bjecti vi s te a
a ucun e n ’es t vr a i
do cumen ta i r e do n
ce qu’i l n ’y a pa s u
la n gues . La , s l’An o ciur e
do n t Hen r i dés Me-s hellén cho
s » ée sdeétc hr«i » set tidébmoêmae «» nnsdiieloseusénesé
ter mes , des ver s i o
6
leur o r a . li té que pa r
Il fa ut i n s cr i r e
n ’a ja ma i s ces s
br a i s e du fo yer , le
de la po és i e d’Is r a
e e
des sXII, i èclesaXVIet l’daedpuui , vec Vcsémné du ile
e e
Lévi taXIXe , XtX apuni s u e pra o u ducti o
le cla s s i ci s me de I. L.

6.

O
Br

o

utr
uwer

e

des
les

pr
ci

emi
n

èr
q

es
s


upe

1

6

Charles

Dobzynski

r us s es , po lo n
7
mo n . s tr ueus e de la
En deho r s de l’a i
dévelo ppées en la n - gue
rales de cet arb-re
s i vemen t gén éa lo gi qu
ces s é de s e r a mi fi er
a ux Éta ts -Un i s , a
s ur le co n ti n en
Res te que le co n cept même
et à défi n i r à pa r ti
pr i mo r di a l r e-vi en
cée pa r s o n co
po ète jui f r o uma i n
que s o i en t les dén
(di s o n s Umber to
do n t l’a ppa r ten a
De même le s en ti men t r
r a ppo r t a u r éel. L’e
un i quemen t un s en
s o udées un cer ta- i
jecti vi té, co n tr i bua n
mes ur e d’o utr epa s s er
C’es t cette r éflexi o n qui
ma i s la mi s e en
li n gui s ti ques di s s e
co mme ceux qui a ur o - n
men t a xée s ur la judéi
jui fs a ya n t ma r qu
en hébr eu, po ur l’Is r
a mér i ca i n po ur

La
do
li
l’a

7.

n

Je
i


n

mpli

r
n

La

po

gui
fi

en
i

és
t n
s
ca

vo
tiLea

ti

co

ti

i

e,
o
ques
o

n

à
tr
,
n

i eAnthoploogie
Miroirne(Plmed’unopetu ple

s
e
l’a

deur
i és n

fluen

a
épo
n
et

la
i

pocées ie
tei/Ga

de

quyi
tulée

Un

four

à

brûler

le1

réel

7:

et l’Amér i que la ti n e, o
i r r és i s ti ble, celle des
mythi ques o u méta phys i ques
jeu des i dées to utes fa
Alo r s que la po és
pa s s i o n n a n
o n vo ya i t s e mul
des va leur s a dmi s es
un i n ven ta i r e d
po rU.S.Até. desi qeua àla un po éta és t
fi gur es i n co n to
Cummi n gs , d’un e o pa - bjerc
ti vi s te » (Zuko vs ki , Rez
de la », « beaa t vec genKer eor a ua t
Bur r o ughs — s a n
Jerome Rothenber-g, Sn
men t à l’échelle de la li ttér a
r éper cus s i o n s o
pa s fi n i d’a vo i

La

la

n

gue

es

pa

L’a utr e gr a n de va gue
da n s la la n gue
i bér i que, a1 ve9»c2 iluqa7fa co m
Ga r ci a Lo r ca - ,
cha do , (jus qu’à, plus r éc
ma i s da n s to ut
i mmen s e r és er ve n
de Vi n i ci us de Mo r
po és i e de la n gue es p
s ’es t a s s ur ée la
per ma n en te de s es
P a z , Jo r ge Lui s
Ni co la s Gui llen , Jo
quelques -un es des fi gur es
e e
qui oXX XXaIu t i fr ècle a l’o n céa chi nn s
ver s des li tto r a ux
déco uvr i r .
O n es ti mer a p
les po ètes s o n t

1

l’hi
s
pen
o

s
i

Ch8arles

to
vemen
s
ù n

D obzynski

a

i r
t o
bles
o

e


us

et
n
à

a

la
vi

ux-
fi

vo

br
n
co
n

Poésie de langue française
horsHexagone

Un

003fut un
2
ce
(à Tle
la
que
co
so
da
cha
g
Ma ce
l’in
n
s’épa
de
Je
e
de

Mo

Alg

L’a

tte
mce
rég
l’o
n
n
n
mbre
n
lg
dépe
e
n
la
a
n
se

e

rta

1920-2003)ha
po

n

a
a
n
io
n — prin
stituée
ima
s le
d’a
e
ré in
n
me
o
po
n
fin
s mig

érie

n
n
) ma
n
sa
de
g
mo
m- is éta
r co

- da
n
uir : o
ésie
Sén
, po
ra

n

mm
ète

e

c

22

Mo
que
pa
se
ça
l’épa
se
de
Mo
rie
sur le
e
fa
bo
Le
L’œuvre
puisLa
la
qu’un
de
surpre

Mo
qu’il n
pa
pa
e
be
a
le

1.
2.

3.
4.

Charles

Dobzynski

Re

to

ur e

ha mme d Dib a
l’e x périe
ssé. L’o rig in
s origi-n
ise . Ma îtrise
n o uisse
s fruits a ille urs, a
déra cin és e
ha mme d Dib qua
n d’e x
ta pis de ux
1 2
Ombrengardi eenneFrat leL. A.qu’ilnnTr itpo
ut surto ut pa s co
n nU.S.A. e
vo ro » : à vo ma st a nc’e lume
pro pre me
3 4
grandee1m95a2i,sjounsqu’à Cnomme un, ebr2u0i0 t1 ed’abeillesn
Lerséoémditmieoil, il ad’Èvedueten jo
wa g o
so n te
n dre e

? Nulle

Ga
Éd. de
Ca
Éd. du Se
Albin

Un

sse
rto
n
so
ux
re

ha

1961. Éditio llima
Éditio la
2003. lifo

2001.

o

uil.
Miche

me

e

mme
us co
, ma
ut, là-même
po
in
soOmbrne
cue

2003rd,. n
: GreDniffére
rn

l,

étra

d Dib n

is d’un
o
ésie
de
garduiercnene,
il co

s de
e nbilin
ia

n

n

t

.

la

l’a
n

e
de
de
ce

o
je
l’e
da
a
à n
le
pa
l’o
e

Le
Sur la
Un
Étra

So
Po
Ou e
Le
Ale

ute
’o
s mo
la
e
n
n
Pa
la
ux

Un

irs te
ur l’e
n
re
x
mbre
u de
mprise
n
pprise
a
circo
s mo
rdre
x

Je rêve
Et la vie
… / …
Vo us ve
Vo us buve
Ombre g
l’étra n
Mo ha
e n
(1975) jusqu’à l’Enfant-jazz(prix
la te
du dia ma

four

à

ur le
n
ts que
n
étra

brûler

g
co
ris, qu’il évo
n
de
n
x

g

a
s de
s ve
de
s le
s, e
ître
n
in
in
ig
qu’un
me

co

n
z to
a
g
mme
a
1998) eLeMacœur
n
n

le23réel

po
t rie
je
g
n

re

e

o
Ba
dre
ilé, Pa

qua

a
De n
Ne
rs, in
so
même
t do
, qui re
sta
s, da
time
e
e
de

re

:

rd

e
ut le
rdie
e
d Dib qua
Omcnceeros
(2t0i 0n0s)uolairella
sio
t.

24

La
dèle
le
a
po
de
lo
La
périme
Amo
e
pa
a
Mo
ve
titre
rica
Bo
d’a
re
ce
a
urba
a
pérég
du te
o
la
fa
Da
ha
suspe
fug
le
séque

5.

Ga

Charles

Dobzynski

Subve

rtir le

s mo

te: sen
retnas, y co mpris ce ux
urs ba lise s, défie
u risque de débo
ésie e t de
g én ére
g ique . Il e
ma rtin -e
n ta tio
5
s Oz publiaSeule la un imteirma qul y a
n ve rs e
s mo in s la
va n t-g
ha mme d Dib n
rs, déco upé eL. A.. LeTrnip
fa it sursa -ute
— a n mbia o n ma te
n . Adme tto
ccro che - r dès le
r bruta le me
l’in qu’il n» pavisibleorce city m qmuee
g g lo
in e e
ve c se s méa
rin a tio
rrito ire . Il n
bje ts, de s être
n g a
isa n t usa
n s ce tte
bitue ls e t co
n se o
a ce s, se
s déco upa g
n ce e

2002.

llima

rd,

Il y a
ha
sio
fig
jo
un
ro
récurre
se
Je
Le
Le
Un
C’e
que
Un
po

En
ba
bré de
pe
C’e
se
pa
rég
qui n
jo
co
mystère
co
e
Sa
Qui n
Qu’a
Ici e
étra

Un

que
g
n
ure
ur le
e
g
n
n
ssa
s che
g
e
st mo
j’a
e
ème

L’a

dépit de
isse
fa
ut que
st ce
co
r un
it le
’a
urn
n
qui lui va
mme
st po
so
e
ve
n
n

four

a

à

e
s fuya
? Ujon
vue
a
te

sue
m’e
ve
uido

brûler

lque

histo
n
i vo
histo
, so

ve

se
. Le
da
le
qu’o
mpo
e
te
n
a
de
co
Jude
n
litude
vive
c le

g

co

le25réel

cho
rde
t l’a
n
uer. Qu’e
p-lus o
tio
, tro
l ma
n
ux
n

histo
ulu ra

ig

n

:

ire

ire

s crue
ro
ise
ro
n
se
prése
x
ul be
l o
n
mme
x
ctuée
vie
n
ur po

e

re

26

Charles

No
Qu’o
Ma
Il vo
Le
mun
in
a
be
Un
Si e
Qui de
Co
pa
y fa
le
« a
a
Je
fra
mo
pe
œuvre
ture
da

Dobzynski

uve
n
is o
us sie
pa
s, qui fo
visible
u ve
a
e
lle
vra
n
ysa
ire
n
ilé » co
ca
n
g
dèle
u hybride
qui po
co
n

a
n
ù, si ça
d d’être

rti pris de
n
» pa
rtig
uté :
vue
e
it e
struire
g
surg
o
mme
pté pa
e
me
a
. Ce
ssède
mme
s so

x

u mo
e
vo
huma
- pro
t p
rco
e

lo

x

un
e
ir de
m fa
ce
r un
suis pa
n
se
n
- so
il le
n

L’a

Je
La

1926-1973) a
pa

mo

e a n
J
dire so n
e n po
co lo n
co n tre
d’a ba ttre
En1958e1960, j’a tre t i re
da n s mo
co n ve
d’un a pôtre
l’o rée d’un
sa pa ro
âme défro quée
n éce ssité po
sa n s n
que pa r ce
un e ca
pe n da
qui la créa tio
in sta n
Da nLe Solse ils a
de mon,Citopyeunpsle de— ilbreeauté
fo ug ue
Mo n pe
Mo n pe
Le s Ma ître
Le s ce n

ur du pa

n
ssio

Sén
a
ésie
isé, l’a
ce
le
n
n
rsa
un
e
le
, il ma
ur l’Alg
o
tte
us-e
n
n
t da
so,u Maati nslespoarmes
tro u
de
uple
uple
s du Sa
dre

28

Charles

Ma
ra
co
pre
scin
pa
pe
ce — révéla
multiple
a
L’écriture
co
te
cin

Ce
sur so

La

Albe
n — qui n
à l’irrémédia
révoltéqu’il prît un
po
qu’il co
surn
de », dit-o
lui, n
To
pro
ce
pa
so
a
réduire
Ce
rie
d’un

6.

Ga

Dobzynski

is so
is rie
mbaF.L.N.e
mière
tilla
rra
u d’a
n it un
s in
lo
n
mpris un
n
g
t ho
n

rt Ca
a

’a
ble

ur l’in
n
o
« lâche
’éta
ute
fo
lle
ra
n
lg
e
pe
n
He

llima

co

us ce - s ce
n de
t cla n n
vue , éta
6
nPoèmeste, le
in1954, ma a l
tte n
ce ta le
flue n
rs que pa
e jo
ve rs métr
da it ve
la n
mme po
visa g

mus a
c va
dive
e
dépe
sidéra
mma
n
it pa
so
n
de
do
t n
érie
t g
n
n
n

rd.

n

-
1958, due
L’homme
po

, ce

Ga
x

n

lla

it pa
rg

n
it co
it Sén

s n
n
déme

ée

ra
- da
e
ri Kréa

Un

four

à

brûler

le29réel

:

n1962-ant ui hèsrpa ,er el e
lutio n e n
n o uve lle
symbo lisa un jo
d’un ca fé pa r le
d’a mo ur a uthe
da n s le frémisse
Césa r Va lle jo
Au co urs de ce - tte
butio n à la co
po — a uvo mi de ir Be n
suspicio n ! — a - n
fe staNovembre,tsionutie
je unPoésieesur to)u,spublical epso fronts
deLessoPoètes.d’Algérien a
Ave c le n o
pa s à prêche r l’a ra
s’in sta lla -da
cra tie . Il e st vra
l’ex—
npressieome n t d’un rég
e t qui n e te
(n1926é e à Bén f sur lei-Sa n
de ve n ue
de ce rta in
pa rce qu’il n ’éta
a léa to ire

Je
n
pule
e
a
Pa
là a

Re
d’écrire

7.

Acte

En

quête

a1973n Sén, dna
’o n
ux ? Crime
x a cte
n s plus ta
so lin
ussi étro ite
7
nŒuvresé depoéti,qaues
: « Ils éta ie

s Sud.

t ja
po

de

rd, sur un
i. Le
me
Ce
n

r

30

n
sa
un
pro
e
Il y a
po
n
syn
résulte
a
a
po
a
so
substa
méfié de
de
lui-même

Même
Je
fice
« co
d’e
g
qui n
a
qua
Co
d’a
mis o
lin — s’a
o
à l’o
Ave
n
qu’e
l’œuvre

Charles

Dobzynski

e
po
po
fusio
t du re
che
étique
e
co
, c’e
u bo g
bo
litique
va
n
n
s méla
l’a
, il a

L’e

si se
a
s, de
rpo
x
a
e
précédé, so
n
n
bo
u ma
i vère
ù e
rdre
c le
o
lle
de

déra
ésie
ète
n
n
z lui, da
. Un
: c’e se
pe
st in
», le n o
utisse
e
n
t ra
tive
n
rticula
rrive

po

x

n
même
ho
, in
o
n
e
st un co
, un
dén
pe g ût public
n
t du se
t méta
isin
, n
g
tio
de

s po
n
la
ème
a
rço
so
n
d ils n
» se sidéreète
rd pa
l a
n
lle
biblique
te
n
n
Je— un

a

ème
Sén-
do
s » — désig
lte
n
n
t éto
e
rar S énm
- rce
- imés. Le
t pe
s a

mps s’o
-dits, le
e
a e

Un

four

à

brûler

le31réel

:

de l’Alg— g érierâce :Œuvres co à de
poétiques, un v80o0pa meulge
co mme nJean Séntaac,
8
pour une te,r rae possibleutre o
de ux pro d’un che
e x ce lle
9
s’a vère un . de
On n e sa
à déco uvrir. Ma is l’e - sse
titutio n min utie
da n s de s éditio
Da nPour une te,r rsoe lepossiblesne
po ème s in édits, de
Cha r, témo ig n
l’a n g le
vo ya n ce
mo in s sig n
du po ète a tte
le g o ût de
o ù Sén a c s’a
Ain si, c’e st to ut
méa n dre s- e
pe n sa1961: ble
J’écris j’écris j’écris po ur qu’e n
s’e ffo n dre
En ve rs libre s, métr
e st fo n dée
lyrisme qui écla te » da
y a ura puisé se s écla

8.
9.

Éditio
On
Acho

Jean

n s Ma
lira a
Sénac,ur :c landestin(Édd.eSségd1e9u9x9 ).

rsa
ussi a
rivesuie

e
L
e
lutio
de
qui co
do
pa
e
a
pa
pre
Ce
lo
de
d’e
pe
so
l’irra

1.
2.

Albin
Tombeau
sin

Abde

Un

Tun

194l6)aw

pa

de rn
t multifo rme
n2011n. Il se
n o
n ce
n t o
ro le
Pritn tleemps de T umnios, la
in si a
r ce s évén
n dre
pe n
n g
2
po , ma ésie
mblée pa
n sée
ufisme ) e
die e

2011. Miche
d’Ibn, illustrAarabi
s de

l,
tioLes99
Me

isie

ha

rco

ie
- , o
de a
us pro
rn
n
g
1
mét asmeorpnhose de
u ce
- e
e
da
te
rque , l’un
r Abde
éta
t l’in
rest ce

stations-n, de de
hdi Qo

Yale

n

34

un
d’un
Arabia
la
o
d’un
supe
le
e
Un
n
po
« co
de
récla
d’un
vite
in
1240) ma
mystique
tra
in
n
sa
bie
tra
la
pro
pra

Charles

Dobzynski

se n s plus pur a
e moTombeau d’Irban
va it déjà pa ru fra
lég e n
de urs bla n
a rbre do
rbe ma illa
s in dice s du viva
n tre cro
pa tchwo rk,
Les99 islteationsmedesY aoleséduise - urle n
sitif fo rme l, un
n ce n
mo n e
me la ve
to te m de
un e déma
e
itia sièctilqeue), I sben
Tawasîni s aaH’d922). Ourslslj e aauxom(n i
de ce tte
ve rsée du quo
te n sité de
éo n / le
n / quigméco […] Ilns’e
n / a u fe
n sitio n
réa lité, e n
céde r pa r le
tique a ve

ée
N
Fra
Afrique— un
lrie
re
seuils(la
g
irisée
3
inachevée, a
prése
s’e
cha / n
n
dits ». Or le
un
pa
que
o
du mo
e
e
Être
de
du préside
pa

3.

Éd. de

Amin

La

1953)

lumin

a

o

à Tun is d’un
1978. Tra n ductriceJeune ,edo j
e bra - ssée
u, Cha rle s Vildra
Lmeas saisons(AldMr’qAaudée nn2001) eLandouleuro tdes
2002). EllDe iffére co n n ce
a lo p ma
de reL’absenflcee
lo rs que la
n ce e
st tra cée e
cun/// ici oe t mtrae/ lei npro
o n -dit de
mo n de
e mo sa
ysa g e
lqueKodakna cdhose —
bse rva tio
n de to
n cha în
t le Ja po
po ète fe
g ré d’éma n
n t Bo urg
r un2011l’in, de oter

2009. la

Différe

n

36

Charles

Le
clichés du g
de
fa
e
la
o
vo
te
différe
e
Le
e
Ado
ma
ple

Dobzynski

pa

s’a
ce
x
te
ta
ya
rre
n
n
ra
x
n
is le
x

uide

rco
to
ffra
tte
e
rre
g
g
». Dès lo
ce
n
ffin
o
is. Et to
mo
ité.

urs d’Amin
uristi
n
s e
mple
ur e
e
e
rs, ce
, c’e
o
e
tisme
ut le
-n

La

n
U
pa
surg
e
ma
Ave
crie
pre
pre
ja2011». Il sa
o
sig
e
Mo
de
à so
d’un
e
jo
de
Ya
Ma
C’e
Le
Qui s’e
Qui pa

4.

Éditio

Mo

e
pie
it de
t ce
is to
c le
r, à cha
mière
mie
n
ù s’immo
n
mbra
n
littéra
n
me
n
ue
Ma
n
is si, éco
st le
de
n
rt

2011. n

ute

1949)

vo

n

ix

pla que
r, min i livre
4
Qlaue toute c hlaose se
tte dén
ut a u co
la n
n te
s lig n
r te x14
vie a r ussitôt
la pa
a l de
se r le
ce f Ouha
ture a
a2011ctif plusie , a u
e tin
tête du mo
r un rôle
hmo ud Da
n is Ritso
ute z bie
bruit de se
spo te
fuit

s Brun

o

38

Charles

En
Qui tra
Ve
Il s’e
Da
On
me
l’AraLa
co
to
sa
un
le
à dire
do
la
d’un
cha
Plusie
po
Fra
récurre
o
Da
sa
re
il fa
« L’immo
sig
co
le
In
po
e
dra
de
de

Ba
Un

Dobzynski

hâte
în
rs l’e
n
n

po
n
Diange. Cferançaise
n
n
tio
pe
so
vra
it use
po
rég
n
urs de
ète
n
n : le
ra
rwich, il me
déma
spe
it pro
rta
n
mme
s fle
scrite
ésie
mprun
me
s ima
vie
g
méla

e
n
do
s un

se
dro
rmira
ca

urra - it cro
teChâtimentso e
o n n e
ditio n
a li-té du la
n n
n cha
uci du ra ffin
i e t à re
r de s mo
rtée d’un
ime n
ce d’e
s te x
tun isie
ce d’un
ce se ha n
to ire
t e n
rche : le
ct à l’e n
fe ssio
lité de l’âme
ifie rie
l’a n
urs co n

n
te
s, pa
g
n
da
n

a

d :

e
le
ssa
e
t le

g

u cœur de

po
da

Ba
clique
sque
ta
Ma
De
le
Un
Po

n

Un

ptême
tis d’a
le
ble
rcha
s Ira
s pie
e
ur Mo
étique

four

e

à

du fe
rme
tte
tte
n
kie
rre
à un

, co
s le

brûler

le

39

réel

u,
s,
s de
s à la
dise
n
s de
e

n
st « Co

s cho

mme

:

ce

Mo

Le

Abde
Ta

Ma

u’e st-ce
Q
ve lle
laSouffles? Qu’ere
éta blire
ibérique , à l’épo
n ’hésite
co n
de missio
vo ix
se me
ma quillé, re
d’un e
à to ute
Le Ma
d’un e
le s e
Elle de
ce n
le s mo

s a

h1a941-1995),
1942), lla
1944h)a

que
g
stvcue
n

pa
?trCee
n
de
n
je
médio
re
ro
be
n
vie
e
ts, e

que

ro

va

mme
tif
r Be

- le
én
pa
t à l’ère
II, o
s à fa
un
ma
- se
t e
tte
crité sa
la
c d’a
a
ve
n
so
ux

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.