La Magie de Noël

De
Publié par

La magie de Noël est un recueil de trois histoires drôles.
La première histoire intitulée « Un drôle de mariage » concerne un jeune couple qui devait se
marier. Cependant aucun des deux protagonistes n'avait envie de dire « oui » le jour J.
Braquage à la béninoise est la seconde histoire qui se déroule dans la célèbre ville de Cotol'eau.
Dans cette histoire vous êtes entraîné dans une ville où les braqueurs règnent en maître et
cambriolent les banques sans être inquiétés par une police quasi inexistante. La troisième histoire
« Le jour le plus long » se déroule le jour de Noël et se déroule à l'intérieur d'un bus très très
rapide.
J'espère qu'avec ces trois histoires vous allez bien rigoler et passer de très bons moments.
Joyeux Noël.
Publié le : dimanche 26 juin 2011
Lecture(s) : 228
Tags :
Nombre de pages : 40
Voir plus Voir moins
Cette page a été la
issée
vide intentionnel
lem
ent.
2.
1.
Un drôle de mariage.
Braquage a la beninoise.
3.
Le jour le plus long.
Resume
La magie de Noël est un recueil de trois histoires drôles. La première histoire intitulée « Un drôle de mariage » concerne un jeune couple qui devait se marier. Cependant aucun des deux protagonistes n'avait envie de dire « oui » le jour J. Braquage à la béninoise est la seconde histoire qui se déroule dans la célèbre ville de Cotol'eau. Dans cette histoire vous êtes entraîné dans une ville où les braqueurs règnent en maître et cambriolent les banques sans être inquiétés par une police quasi inexistante. La troisième histoire « Le jour le plus long » se déroule le jour de Noël et se déroule à l'intérieur d'un bus très très rapide. J'espère qu'avec ces trois histoires vous allez bien rigoler et passer de très bons moments. Joyeux Noël.
Aka Dave
UN DROLE DE MARIAGE
 Merde, demain je me marie!!! je me demande vraiment ce qui m'a poussé à la demander en mariage, pfff. Maintenant, je ne peux plus reculer. A bien y penser, je me demande encore ce qui m'a poussé à la demander en mariage...c'est vrai qu'elle a certains atouts bien placés mais de là à ce qu'on se marie...On verra bien ce que ça va donner!!...
 P****, demain je vais épouser ce con. Je me demande vraiment ce qui m'a pris d'accepter sa demande en mariage...c'est vrai qu'il avait sorti le jour là un magnifique diamant...mais bon pas pour autant que je vais passer le reste de ma vie avec lui. Que vais-je bien pouvoir faire pour m'en débarrasser?? La nuit porte conseil...  Demain je vais encore célébrer un mariage, nom de dieu!! Les voir se dire «oui je le veux» ça m'énerve tellement...«pour le meilleur comme pour le pire» ouais c'est ça!! Pourquoi suis je même devenu prêtre? Sans doute pour sortir de la galère au moins avec ça, je ne meure pas de faim. Mais ça commence à me gazer, tous ces gens qui se mentent et qui quelques jours après commencent à se chamailler. D'autre part que vais-je faire après? Il n'y a pas de boulot ici, pfff, d'ailleurs il n'y a rien ici. Que le seigneur tout-puissant nous garde (je ne sais même pas s'il existe encore)...  Ce jour-là, le soleil s'est levé très tôt, sûrement pour ne pas rater le spectacle, et a dardé ses rayons ardents multicolores sur toute la ville. Le mariage devait se dérouler à 9H mais à l'heure dîtes, il n'y avait que quelques invités. Ni celle qui devait se marier(et sa famille), ni celui qui devait se marier (et sa famille) ni le prêtre (...et sa bible) n'étaient présents. Je me demande si c'est vraiment aujourd'hui le mariage:il n'y a personne, dit un des rares invités qui était déjà présent... A quelques kilomètres de là: – Mais tu vas être en retard à ton mariage, Grazièl chérie. Regarde l'heure qu'il est!!! – Oh maman lâche-moi je t'en prie. Ta mère a raison ma fille... – Toi aussi papa, lâche-moi les baskets ou les talons aiguilles, enfin je ne sais plus. Sortez de la chambre, quand j'aurai fini je vous ferai signe. Les deux parents sortirent de la chambre en souriant: – Tu crois vraiment que ce mariage aura lieu? J'espère que non. En tout cas, c'est bien parti pour foirer. Ha ha ha!!!  Du côté du futur marié: – Slip... – Tiens! – Short – Oui, c'est sa! – Pantalon.  – Voilà! – Qu'est-ce qui vient ensuite? – Chemise je crois hein?!! – Chemise je crois hein?!! – Tiens. Il est déjà 10 heures, ne vas-tu pas te dépêcher? – Tu veux que j'y aille nu? Nœud... – ...oui, tiens. Il se dirigea ensuite vers une glace et grimaça: – Ne trouves-tu pas que j'ai l'air d'un idiot? – Waouh...tu as payé ta glace où? Je devrais l'apporter à ma femme qui se prend pour la 9ème
mervei... – Dégage!!! – Non je blaguais tu es très beau. – Ouais c'est ça. Laisse-moi seul un instant s'il te plaît. Profites-en pour chauffer le moteur de la Nakata. – ???? TU ES MALADE? TU VEUX ALLER A TON MARIAGE AVEC UNE NAKATA? ET TA FEMME:TU VAS LA METTRE OU? – Pfff, je l'avais oubliée celle-là... ------Du côté du prêtre, se passait une scène assez... – ..Non, mon père...non, on pourrait nous surprendre. De plus, vous avez un mariage à célébrer...non... – Oui...oui, je m'en fous du mariage..c'est vous ma priorité..oui...oui.  – ..mais Dieu ne serait pas d'accord...oui, oui, là à droite...non, moi je veux aller au paradis. – Ben passez par moi!!! – Ah bon? C'est vrai? C'est possible? – AU NOM DE DIEU. – Alors venez,qu'est-ce que vous attendez!! VENEZ!!!  «Toc, toc, toc, mon père on vous attend pour le mariage» Oh p ***, on ne peut même plus aller au ciel en paix. C'est la dernière fois que je porte cette ** tenue. Moi j'ai envie de vivre, j'en ai assez... – Et mon ciel??? – Revenez ce soir poupée:pour vous, je veux qu'il soit étoilé.... A 13H,tous les invités étaient présents et tout ce beau monde était assis calmement. Grazièl, marchait gauchement au bras de son père qui la conduisait à l'autel. – Ah, ce n'est pas trop tôt. Depuis 9H, c'est maintenant vous vous pointez..Vraiment. – On ne t'a pas forcé à venir hein!! lui répondit une autre personne. – Ah bon, si c'est comme sa, je rentre chez moi... – Dommage pour toi, la réception sera grandiose: champagne, salades, pâte noire, pâte rouge.. – Tout bien réfléchi, je leur pardonne. La salle éclata de rire, ce qui ne dérida pas du tout le visage de Grazièl. «Où est ce con? Je ne supporterai pas qu'il me plante là, c'est moi qui devrait le mettre dans une telle situation...Et le prêtre, il est où?» Un bruit effroyable troubla ses pensées noires et une fumée blanche entra dans l'église. Dodji gara sa NAKATA, qui eût du mal à s'arrêter,et fît son entrée dans la salle avec son ami. Au lieu de marcher au même niveau que son ami, il le laissa passer devant lui et marcha nonchalamment. – . ..oui, c'est lui... – Oh qu'il est beau!!  Tous les regards se tournèrent vers la fille qui venait de faire cette exclamation. C'est alors que le prêtre fît son apparition:«Asseyez-vous, asseyez-vous. J'étais venu à 9H mais il n'y avait personne. Je vous pardonne pour le retard mes enfants, sa arrive à tout le monde...». – Mon père, le bas de votre robe est mouillé dit un petit garçon.  – C'est de l'eau bénite mon fils!! Tu en veux? Viens en prendre chez moi...Mesdames et Messieurs, nous sommes ici pour célébrer, le mariage de deux êtres qui s'aiment. Avec ou sans votre permission, je vais vous épargner les passages de la bible... – Oh, fit toute l'assistance.  – Oui, oui il est déjà tard et le gâteau va fondre, faudrait qu'on passe à l'essentiel. Qui sont ceux qui sont pour? La majeure partie de l'assistance leva les deux mains. – Adjugé. Heu c'est quoi votre nom déjà? Demanda-t-il discrètement à la future mariée? –Grazièl répondit-elle?
– UN SEUL MOT!! Pardon? – Très joli nom. Et vous l'homme à la Nakata? C'est quoi votre nom? Jinimata? – Non, Jinimati... – Hé c'est pour bientôt, le mariage? Interpella l'un des membres de l'assistance – La porte n'est pas fermée à clé, rétorqua le prêtre...Bon et si on commençait. Nous sommes ici pour célébrer le mariage de Grazièl et de Jinimati... – La porte n'est pas fermée à clé, rétorqua le prêtre...Bon et si on commençait. Nous sommes ici pour célébrer le mariage de Grazièl et de Jinimati... – Ce n'est pas ce que vous aviez dit. Montrez-moi votre acte de naissance. – J'ai ma carte d'identité... – ça ira.. Dodji enleva sa ceinture, baissa son pantalon et prît sa carte d'identité dans son short. – Elle était bien au chaud...dit le prêtre. – J'avais peur de la perdre.. – D'accord, d'accord. Oui, c'est vrai, vous vous appelez Dodji Egblémankou Allassane Didi.. – C'est bon commençons s'il vous plaît, Monsieur le prêtre, dit Dodji agacé. – Alors allons-y; Messieurs et Mesdames nous sommes ici pour célébrer l'union éternelle de G-grazièl et de Dodji Egblémankou etcetera. Si pour une raison ou pour aucune raison quelqu'un s'oppose à ce mariage, qu'il parle maintenant ou qu'il attende le prochain mariage... La porte s'ouvrit brusquement et toutes les têtes se tournèrent: – Moi, je suis contre, dit le nouvel arrivant!! (oh Dieu merci, je ne savais pas comment faire pour annuler ce mariage sans prendre la honte pensa très bas Grazièl...). (Yes, yes, ouf, j'ai eu peur, j'attendais depuis longtemps ce geste de l'esprit saint, pensa très très bas Dodji...) (Non pas ça!! Non!! Non!! c'est encore qui ce niais? On tendait déjà vers la fin, j'ai même réussi à éviter les passages de la Bible...Meeeeeeeeeeeerrrrrrrrrrrde). Faut que je fasse quelque chose se dit intérieurement le prêtre, faut que je fasse quelque chose sinon on ne va pas vite conclure ce mariage. Il se dirigea vers l'homme qui venait de faire irruption dans l'église et l'entraîna au dehors malgré les protestations de ce dernier. « Je reviens dans une minute », dit-il aux autres. – Oui, je peux savoir qui vous êtes? – Je suis le messager de Dieu.  Le messager de Dieu? – Oui, il m'a dit de venir annuler ce mariage. – Et pour quelle raison?? – Heu parce qu'il ne veut pas c'est tout. Et ce que Dieu veut, Dieu veut. – Il y' a aussi l'expression qui dit « Ce que femme veut, Dieu veut » et la femme qui est la dedans veut se marier, tu n'as qu'à voir ses yeux...( Et il y' a une autre femme qui veut passer par moi pour aller au ciel, se dit-il intérieurement). – Ce n'est pas mon problème, moi j'obéis juste à la volonté du Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre, celui qui a le plus beau nom, celui qui me donne à manger tous les jours bien qu'il y' a trois jours que je n'ai pas eu la moindre nourriture sur ma langue asséchée, plate comme les fesses de ma 4ème épouse... Tu veux combien? L'interrompit le prêtre – Vous voulez me corrompre? S'offusqua le visiteur imprévu. – Non, je veux juste t'interrompre mon fils car on dirait que le diable est entré en toi par la  grande porte. Là, je n'ai pas le temps de t'exorciser et je veux vite en finir. Alors tu veux combien? – DIEU TOUT-PUISSANT, vous osez me proposer de l'argent pour que je n'aille pas annoncer
la parole divine? Vous voulez souffler sur ma langue pour qu'elle ne se délie pas comme les jours où je prends du kil? Vous voulez être l'être parmi tous les êtres qui veut défier Sakpata et Jéovah en même temps? Et bien compte tenu de toute votre argumentation et du fait que Dieu a d'autres messagers dans la ville et que mon silence vaut aussi de l'or, j'accepte votre proposition. – Ce n'est pas trop tôt répondit le prêtre qui envisageait déjà de le bâillonner et de mettre son corps dans la rivière. Et tu veux combien, fais vite les gens m'attendent. – 100000fr seulement... – 100000 fr??? Je ne suis pas un GAYE MAN non!! Tu te crois où? Les gens ne viennent plus beaucoup à l'église donc la recette de la quête n'a pas été immense, je n'ai que 10555 fr à te donner, – 10555 fr?? Cela fait 2 Chawarma plus 3 litres de Tchoukoutou. Et il restera 6550 fr avec lesquelles je ne pourrai plus inviter qu'une seule fille...Non, ce n'est pas assez, donne-moi 15000fr. – NON SI – NON SI – Bon reste là, de toute façon, tu m'as déjà fait perdre assez de temps. Moi je m'en vais, dit le prêtre agacé. – Ok, c'est bon grand chef, c'est bon donne, dit le visiteur car il sentait que le prêtre n'allait rien lui donner s'il continuait ainsi. Le prêtre enleva sa chaussure, sortit des pièces de ses chaussettes, et les lui remit. – Maintenant, disparaît de ma vue. – Mais je n'ai pas compté les pièces... Le prêtre ne l'écoutait même plus et se dirigea vers l'église – Que Dieu te bénisse mon fils, lui envoya le visiteur... – Et qu'il te maudisse mon frère... Lorsque le prêtre entra dans l'église, le futur marié avait le nœud défait et était adossé contre le mur. La future mariée elle, flirtait avec un jeune garçon. Les gens bavardaient et étaient tous presque débraillés parce qu'il faisait assez chaud dans l'église. – Alors mon père que s'est-il passé? Demanda un membre de l'assistance. – Non, rien de grave:il s'était juste trompé de mariage. – Ah non, le Monsieur avait quelque chose à dire, nous aurions dû tous l'écouter, répliqua Grazièl. – Pour une fois, je suis d'accord avec elle dit Dodji. – Allons, allons, tout ça n'est qu'une vieille histoire. Maintenant que le mariage reprenne là où on l'avait laissé. Que les futurs mariés s'approchent. Alors mademoiselle Grazièl, acceptez vous de prendre pour époux Monsieur Dodji ici présent et de l'aimer jusqu'à la fin de votre vie, de lui préparer à manger, de veiller sur lui et de le soutenir dans le meilleur comme dans le pire. – Demandez-lui d'abord!!! pourquoi c'est à moi vous allez poser la question premièrement, demanda Grazièl toute courroucée... – Ohhhh!! fit toute l'assistance. – Pourquoi c'est aux femmes qu'on va poser la question premièrement, dit Grazièl. Elle se tourna vers l'assistance et dit « Mesdames, il est temps qu'on revendique nos droits devant les hommes, la parité n'est pas pour les chiennes. Et si cette revendication ne commence par aujourd'hui avec moi, elle ne commencera jamais. QUI SONT CELLES QUI SONT AVEC MOI??? – Nouuuuuuuuus!!!!! crièrent toutes les femmes de l'assistance qui commencèrent à applaudir et à faire du bruit. – On te soutient Grazièl.
– Oui Grazièl on te soutient. Monsieur le prêtre, commençons par l'homme. Sinon il n' y aura pas mariage et nous ne cèderons pas. Le prêtre était dépassé. Il ne comprenait plus rien. Devant toutes ces femmes en colère, il se dit qu'il ferait mieux de capituler. Il se tourna alors vers Dodji: – Monsieur Dodji acceptez-vous... – Mon père, comment pouvez-vous céder aussi facilement?? Ce n'est pas digne d'un homme l'interrompit Dodji. – Tu sais mon fils parfois il faut se sacrifier surtout lorsque les choses en valent la peine. – OUI, lorsque les choses en valent la peine. (Mais cette fille n'en vaut même pas la peine, se dit-il intérieurement). Il se tourna lui aussi à son tour vers l'assistance: « Messieurs, Messieurs, écoutez-moi ...» – Ah non, moi je veux manger du gâteau, je n'ai rien à faire avec vos histoires d' égalité ou d'inégalité entre hommes et femmes, dit un membre de l'assistance. Faîtes le mariage pour qu'on en finisse. – Pour ton information, le gâteau a déjà fondu...répliqua Dodji. – QUOI? Répliqua l'autre qui se leva tout bouillant comme le soleil d'Afrique au mois de Mars. Il se tourna alors vers l'assistance et cria: « MESSIEURS, DODJI A RAISON; NOUS N'ALLONS PAS NOUS FAIRE MARCHER DESSUS PAR DES FEMMES. S'IL CEDE DAEU JOÂUTREDA'HU.U.I, NOUS CEDERONS POUR TOUJOURS. ET... EN PLUS IL N'Y A PLUS G . – On te soutient Dodji. On te soutient. Faut pas que ces bonnes à rien nous marchent dessus, lança un autre. Qu'est-ce que tu viens de dire?? On est des bonnes à rien?? Nous qui supportons tous vos caprices, fermons les yeux sur vos infidélités?? Ça ne veut pas se terminer ainsi: les filles à l'attaaaaaaaaaque. Des Hommes civilisés contre toute attente se comportèrent comme des animaux. Les chaises s'élevèrent en l'air comme si elles voulaient atteindre le St-Siège. Une grosse dame avait attrapé un Monsieur dans un coin et lui envoyait des rafales de baffes. Elle prit ensuite sa tête et lâcha du vent sur le Monsieur qui s'évanouit sur le champ. D'autres profitaient pour se peloter en faisant semblant de se battre. Le prêtre était abasourdi par tout ce cinéma. Il était tellement décontenancé qu'il ne vit pas le visiteur de tout à l'heure qui s'était approché de lui. – Heu mon père, il manque 5fr dans l'argent que vous m'avez remis....  – 5 ffffffffr?  – Oui, 5 fr, oui depuis le changement le tchoukoutou a pris 5fr de plus et selon mes calculs, je ne pourrai pas inviter une autre fille si je m'amusais à enlever 5fr de la somme restante... – Ok, dit le prêtre qui fut traversé par une idée diabolique. Oui, je te donnerai les 5fr mais avant tu vas me rendre un petit service. – Lequel? – Tu vas parler au nom de Dieu comme tu sais si bien le faire. Tu diras exactement ce que je te dirai de faire. – Juste à cause de 5fr? Ah non, la parole de Dieu vaut cher... – Soit tu acceptes, soit je te dénonce à la police. Je leur dirai que tu escroques les gens en te faisant passer pour le messager de Dieu. Vu que je suis un prêtre avec toute mon autorité, mon influence, ma noblesse, mon charisme, mes relations, ma sainteté, ma virginité(perdue il y' a longtemps) et que toi tu n'es qu'un moins que rien: qui va-t-on croire à ton avis? – D'accord, d'accord, vous voulez que je fasse quoi exactement? Après que le prêtre lui ai donné les directives à suivre, il s'éclipsa. Le prêtre pour passer le temps se joignit à la bagarre; il commença à peloter deux ou trois filles: « Oh mon père », « ce n'est pas bien heiiiin, mon père », « yooo, yoooo, non là, non là ». Tout le monde se chamaillait quand une grosse voix retentit avec écho: N'AVEZ-VOUS PAS HONTE??? ( N'AVEZ-VOUS PAS HONTE, N'AVEZ-VOUS PAS HONTE???). VOUS VOUS BATTEZ DANS MA MAISON?? D'AILLEURS, METTEZVOUS
TOUS À GENOUX, PROSTERNEZ-VOUS TOUS DEVANT MOI (DEVANT MOI,DEVANT MOI)!!! – C'est quoi cette voix? Demanda quelqu'un... AINSI, FILS INDIGNE, TU NE RECONNAIS PAS LA VOIX  UE J'AI UN PEU DATBUÉ FUNASEÉU  RTD ETUC ETOCCNHHNNOAIIUQSKU POEA)U.S TJS EOL USA,  UVCIOSE ISD XID EDEUER  JNTEIO ESNR UPSI ÈST REDEIM E(PCUS' ,EJ SE TS V UDIR SUAQ  IDTIQOE UJUET -J RPE EUSIVUSOISSANT, FAUT UE IE CE DIEUUUUUUU, RUGIT LA VOIX. AGENOUILLEZ-VOUS TOUS SINON MA COLERE SERA EFFROYABLE!! M'ENTENDEZ-VOUS?? Je reconnais la voix de mon père, oui c'est lui, oui c'est lui mes enfants: c'est votre grand-père. Agenouillez-vous sinon sa colère sera immense et plus personne ne pourra le calmer; agenouillez-vous mes enfants, agenouillez-vous, dit le prêtre. – Que des conneries dit Grazièl, depuis quand Dieu se soucie-t-il des Hommes?? N...ELLIF ,NOB HE LLFIE-ITET PONOB NA  HNG.ENIIDS TE VAI, JEHEINÈ.EG ARDNP-A PROUVER QUE JE SUIS VRAIMENT TON R AGGGGGGGENNNNNNNNNNNNOUUUUUUUUUUUUUU TOIIIIIIIIIIIIIIIII, ABRACADABRAAAAA. Le prêtre qui était tout juste à côté de Grazièl lui fit un petit croche-pied et elle tomba sur ces genoux... – C'est vraiment Dieu, fit quelqu'un. Vous avez vu comment il l'a fait tomber sans la toucher?? Moi je ne veux pas de problème oh, donc je m'agenouille oh. Pardon grand-père, pardon, j'implore ton pardon. Les uns après les autres, tous ceux qui étaient dans l'assistance s'agenouillèrent. Le prêtre, à genoux, e ntre ses mai cape. aVvCOa'iUtElSSe  TDvIiBsRaIEg:eRAJ  EEN C,nLsEe tMDrIiAaIRitNAsI ToPEuAsOM À SNIF XU SIODES ELP UQ EEÊRRTEC SUOT NEIB ZETOUÉC, NTNA EN C'EST BIEN. QUE JE VAIS NE FASSE UN AUTRE GESTE ASSEZ LARGE... – Non,ÊvouSs-pVoOuvUeSz  ScoÛnRti?mon père, je crois qu'ils ont compris...nuer EN TE – Oui, mon père, siffla le prêtre entre ses dents. ( Si je l'attrape ce con, qu'est-ce qu'il fout?? se ditA-iLl iOnRSr ieÉuCreOmUeTntE)Z-MOI!! VOUS VOUS BATTEZ COMME DES PRIMATES ET VPOOYUER ZD-VEOS URSA IPSAOS NQS UQE UDI ON'DEJIN  EVTALENTZ IPÈALS LA PEINE. PARITÉ, PARITÉ!! NE GRA SE FOUTENT DE VOUS?? EN RÉALITÉ, AUCUN D'ENTRE EUX NE VEUT SE MARIER, ET ILS VOUS ONT MONTÉ LES UNS CONTRE LES AUTRES. CEPENDANT COMME JE SUIS UN DIEU GENTIL ET CLÉMENT, JE VOUS PARDONNE À CONDITION QUE VOUS ALLIEZ-VOUS CONFESSER TOUS APRÈS. OK? – firent toutes les voix ensemble. COEuiP,ENDANT DODJI ET GRAZIÈL POUR NOUS AVOIR FAITS PERDRE NOTRE TEMPS À TOUS, JE VOUS PUNIS(PUNIS)... – Tchoo, fit Dodji. QUI TIENNE, FALLAIT Y PENSER. AINSI, EN VERTUIL N'Y A PAS DE TCHOO DES POUVOIRS QUI M'ÉTAIENT, QUI ME SONT ET QUI ME SERONT TOUJOURS CONFÉRÉS... – AME JE VON,UfSit  DleÉpCLtrAe.R.E MARI ET FEMME. VOUS VOUS SUPPORTEREZ JUSQU'À LA FIN DE VOS JOURS. ET JE VOUS INTERDIS DE DIVORCER SINNNNNNNNNNOOOOOOON... – AMEN, fit le prêtre. – AMEN, fit les autres. JE VOUS LES,JE N'AI PAS FINI. VOUS LES FINE M'INTERROMPEZ PAS ,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant