Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Sergio Paulinho : " Contador est un vrai leader"

2 pages
Sergio Paulinho : " Contador est un vrai leader" Dans le peloton, il est surtout connu pour être l'un des proches lieutenants d'Alberto Contador. Revenu auprès du coureur espagnol cette saison, Sergio Paulinho sera à ses côtés pour les prochaines courses et notamment sur la Vuelta 2012. A 32 ans, le Portugais semble cependant arriver en bout de route et à bout de souffle. Entretien. Quelques semaines après la fin du Tour de France, comment allez-vous ? J'ai connu un Tour de France un peu décevant. Je voulais d'abord batailler pour une victoire d'étapes mais je n'ai pas réussi. J'ai été malade sur ce Tour et même sur ma meilleure étape (6ème à Foix), je n'avais pas les jambes pour faire mieux. L'équipe a tout de même été contente de mon rendement sur la Grande Boucle. J'ai tout de suite pensé à prendre du repos pour me focaliser sur les objectifs à venir comme le Tour d'Espagne. Sur un Tour 2012 sans réel leader pour le général, quel jugement portez-vous sur la Grande Boucle de la Saxo Bank ? Le bilan général est plutôt très positif. Tous les jours, on avait un homme dans l'échappée. On a lutté pour les victoires d'étapes. On a animé la course. Chris Anker Sorensen a réussi un bon classement général (14ème). Je crois qu'on peut être fiers de nous. Etiez-vous impatient de pouvoir compter de nouveau sur l'apport d'Alberto Contador à vos côtés ? Ce n'est pas seulement l'équipe ou moi qui étions impatients de revoir Alberto Contador sur un vélo. Tout le monde l'attendait.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Sergio Paulinho : " Contador est un vrai leader"

Dans le peloton, il est surtout connu pour être l'un des proches lieutenants d'Alberto Contador. Revenu auprès du coureur espagnol cette saison, Sergio Paulinho sera à ses côtés pour les prochaines courses et notamment sur la Vuelta 2012. A 32 ans, le Portugais semble cependant arriver en bout de route et à bout de souffle. Entretien.

Quelques semaines après la fin du Tour de France, comment allez-vous ? J'ai connu un Tour de France un peu décevant. Je voulais d'abord batailler pour une victoire d'étapes mais je n'ai pas réussi. J'ai été malade sur ce Tour et même sur ma meilleure étape (6ème à Foix), je n'avais pas les jambes pour faire mieux. L'équipe a tout de même été contente de mon rendement sur la Grande Boucle. J'ai tout de suite pensé à prendre du repos pour me focaliser sur les objectifs à venir comme le Tour d'Espagne.

Sur un Tour 2012 sans réel leader pour le général, quel jugement portez-vous sur la Grande Boucle de la Saxo Bank ? Le bilan général est plutôt très positif. Tous les jours, on avait un homme dans l'échappée. On a lutté pour les victoires d'étapes. On a animé la course. Chris Anker Sorensen a réussi un bon classement général (14ème). Je crois qu'on peut être fiers de nous.

Etiez-vous impatient de pouvoir compter de nouveau sur l'apport d'Alberto Contador à vos côtés ? Ce n'est pas seulement l'équipe ou moi qui étions impatients de revoir Alberto Contador sur un vélo. Tout le monde l'attendait. Après, il est vrai que pour nous, ce sera un plus indéniable. Alberto est un leader qui peut et sait comment gagner des courses. Il nous fera du bien de l'avoir à nos côtés.

Est-ce également important pour lui de vous avoir à ses côtés comme capitaine d'équipe dans les prochaines courses comme la Vuelta ? On est tous des capitaines d'équipe à ses côtés. Alberto a besoin de tout le monde pour avancer et gagner. Personne n'est spécial plus qu'un autre dans l'équipe. On fera tout pour qu'il puisse réussir les meilleurs résultats possibles dans les prochaines semaines.

Espérez-vous faire les Mondiaux à la fin du mois de septembre ? Pour être honnête, je pense que mon heure est passée. Il y a de nombreux jeunes coureurs talentueux au Portugal. Je pense qu'il faut leur donner des opportunités. Je vais me concentrer sur mon Tour d'Espagne et ce n'est pas qu'après que je vais prendre ma décision sur mon envie de représenter encore le Portugal sur des Championnats du Monde ou autre. J'avoue que je sature un peu. Je passe déjà tellement de temps loin de ma famille et de ma maison. Mon deuxième fils est né une semaine avant le début du Tour de France. Je vais donner la priorité à mes enfants et laisser un peu le cyclisme.

Comment voyez-vous votre avenir au sein de la Saxo Bank ? J'ai signé deux ans de contrat en comptant cette saison. Je vais encore faire la saison prochaine. Je ne pense pas encore à mon avenir. Il est clair que j'ai 32 ans. Il ne manque pas grandchose pour finir ma carrière. Cependant, je suis prêt à faire encore le plus d'année possible aux côtés d'Alberto. Tant qu'il me le demandera.

"Je suis prêt à encore aider Contador"

SERGIO MIGUEL MOREIRA PAULINHO Né le 26 mars 1980 à Oeiras (Portugal) 1m72 - 64 kg - Puncheur Début pro : 2002 Nombre de victoires : 15 Carrière : ASC-Vila do Conde (2002-2003, Por.), LA Pecol (2004, Por.), Liberty Seguros-Würth (2005-2006, Esp.), Astana (2006, Esp.), Discovery Channel Pro Cycling Team (2007, USA), Astana (2008-2009, Kaz.), Team RadioShack (2010-2011, USA), Team Saxo Bank-Tinkoff Bank (2012, Dan.) Palmarès : Une étape du GP d'Odivelas (2000), Circuit de Madère (2002), Deux étapes du Tour du Portugal du futur (2002), 3ème du contre-la-montre du Championnat du monde sur route Espoirs (2002), une étape de la Volta as Terras de Santa Maria da Feira (2004), Volta a Tras os Montese Alto Douro (2004), Champion du Portugal du contre-la-montre (2004 et 2008), Médaillé d'argent de la course en ligne des Jeux Olympiques d'Athènes (2004), Deux étapes du Tour du Portugal (2004), 6ème du GP Miguel Indurain (2012). Tour de France : 2007 : 65ème, 2009 : 35ème (vainqueur de la 4ème étape et du contre-la-montre par équipes), 2010 : 46ème (vainqueur de la 10ème étape), 2011 : 81ème, 2012 : 50ème. Tour d'Espagne : 2006 : 16ème (vainqueur de la 10ème étape), 2007 : abandon, 2008 : 26ème, 2011 : 85ème.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin