Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Danty serait-il le nouveau Bastareaud ?

1 page
Avec Jules Plisson et Hugo Bonneval, Jonathan Danty fait partie de la nouvelle vague du Stade Français. Souvent comparé à Mathieu Bastareaud, le jeune trois-quarts centre parisien n'y prête pas trop attention. Les prochains adversaires du Stade Français auront eux, en revanche, tout intérêt à faire attention à Jonathan Danty. Et à s'en méfier !
Voir plus Voir moins
Danty serait-il le nouveau Bastareaud ?
"N'ayant que peu d'expérience, je n'ai pas osé autant que j'aurais pu la saison passée."

Quand Mathieu Bastareaud a quitté le club l'été dernier pour rejoindre Toulon, les dirigeants ont reconnu être à la recherche d'un centre pour compléter leur effectif et compenser le départ de l'international français. Ils n'avaient pourtant pas besoin de chercher bien loin puisque le successeur de "Basta" se trouvait déjà dans l'effectif et après avoir fait ses classes en espoirs Jonathan Danty attendait tout simplement qu'on lui donne sa chance : "C'est vrai qu'on me dit depuis déjà deux ou trois ans que je ressemble à Mathieu. Mais moi je réponds qu'on ne peut pas comparer deux joueurs. Même s'il y a des ressemblances physiques, chaque joueur est différent. Mon objectif est de faire de mon mieux et d'exploiter mon potentiel au maximum. Je sais qu'avec le travail, on peut arriver à tout." Nullement perturbé par le fait que ses dirigeants cherchent un nouveau centre, Jonathan a démarré la saison 2011-2012 avec une grande envie, concrétisée par un essai inscrit lors de sa première titularisation contre Montpellier. Pour une première, elle fut réussie, même si le score final n'était pas flatteur pour le Stade Français qui avait dû partager les points avec les Héraultais (19-19) : "C'est vrai que j'ai marqué mon premier essai sur ce match, mais j'aurais préféré ne pas marquer et que l'équipe gagne. J'étais déçu par le résultat ce soir-là." Surfant sur ses bons débuts, Jonathan a pris de plus en plus confiance en son potentiel et il est devenu un élément clé de la sélection des moins de 20 ans en jouant tous les matches du Tournoi des VI Nations au coeur de l'hiver : "C'est vrai que je suis très satisfait de cette saison. Mon objectif premier était de jouer pour progresser au contact de mes coéquipiers qui me conseillent beaucoup." Stoppé dans son élan par une grave blessure la saison précédente, le jeune parisien est bien revenu et après le Tournoi, le sélectionneur a coché le nom du Parisien sur sa liste pour la Coupe du monde des moins de 20 ans disputée cet été en Afrique du Sud : "Cette blessure n'est plus qu'un mauvais souvenir, mais j'ai eu ensuite des soucis au niveau de mon épaule touchée en septembre dernier. Mais je ne suis pas découragé." Et il a eu raison car il est en pleine progression et les nouveaux entraîneurs devraient l'utiliser de plus en plus avec son profil de perforateur si important et recherché dans un rugby de plus en plus fermé. Désormais, l'avenir semble lui appartenir, s'il ne s'enflamme pas bien sûr : "Non, ce n'est pas mon genre. D'ailleurs, j'ai conscience qu'il y a toujours des choses à améliorer. Je suis conscient que j'ai encore beaucoup de travail et à tous les niveaux. Sur ma première saison avec l'équipe professionnelle, j'ai parfois eu l'impression de jouer avec le frein à main. N'ayant que peu d'expérience, je n'ai pas osé autant que j'aurais pu. Je dois continuer à progresser pour pouvoir jouer régulièrement en équipe première et m'affirmer de plus en plus au sein du groupe.". Avec une telle mentalité, il devrait y arriver sans trop de problèmes.

Jonathan Danty Né le 7 octobre 1992 à Paris (France) 1m81 - 93 kg - ¾ centre Formé au club

"On me dit depuis déjà deux ou trois ans que je ressemble à Mathieu. Mais moi je réponds qu'on ne peut pas comparer deux joueurs"

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin