//img.uscri.be/pth/df33a2586ec5996a1c1e8d9f274221d0376daba2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Entraînement gymnique

De
209 pages
De la fin du XIXe siècle à nos jours, les clubs de gymnastique se structurent et la politique gymnique voit naître de nouvelles formes (gymnastique rythmique, acrobatique, trampoline, tumbling, "Baby Gym"). On assiste dans le même temps à une fuite significative des pratiquants. Quelles en sont les raisons ? Comment faire évoluer les clubs et les pratiques gymniques ? Comment devrait se comporter les entraîneurs ?
Voir plus Voir moins

ENTRAÎNEMENT GYMNIQUE La pratique de demain

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11311-4 EAN : 9782296113114

Gabriel RAMIREZ MORALES

ENTRAÎNEMENT GYMNIQUE La pratique de demain

L’Harmattan

Sommaire

Avant-propos Chapitre 1. Chapitre 2.

p7.

Chapitre 3. Chapitre 4.

Chapitre 5. Chapitre 6. Chapitre 7. Chapitre 8.

Le club. p15. Ce qu’il est. Ce qu’il pourrait devenir. Le pratiquant p35. Qui était-il, qu'est-il aujourd’hui ? La spécialisation à une discipline. La fuite. Le désintérêt. p53. L'enfant et l'entraînement L'entraîneur p67. Qui est-il ? Un apprentissage juste. Changement de mentalité. Comportement à l'entraînement. Une médaille mais pas à n’importe quel prix. p115. L’entraînement Les principes généraux de la théorie de l'entraînement. La compétition p127. L’après… p149. Outils p157. Un agrès incontournable: le trampoline. La "part-method". L'avance salto. La hiérarchie des figures. Un atelier parfois dangereux: la fosse

Chapitre 9.

de réception. L'utilisation de la vidéo. Travail quantitatif et qualitatif. La manipulation ou "parade". L'attention en début d'apprentissage. Le principe d'anticipation p201. Conclusion

6

Avant-propos
Pédagogue, entraîneur, ou disons … plutôt non, disons accompagnateur, ou les deux… oui c'est mieux accompagnateur pédagogue qui parfois entraîne… Mais alors technicien ou pas. Si j'encadre les enfants en bas âge je ne suis plus technicien, ou alors technicien de bas niveau ? Non, on ne peut pas dire bas niveau puisque l'enfant débute. Ah oui, donc on pourra employer ce terme plus tard. Mais quand et pourquoi ? Avec les adultes, c'est cela, avec les adultes parce qu'ils viennent uniquement pour se faire plaisir donc ils ne sont pas bons … Alors disons entraîneur et technicien à la fois. Pas certain car un entraîneur se doit d'être un technicien, mais il existe de très fins techniciens qui ne sont pas entraîneurs. C'est compliqué tout de même, quel est le bon statut alors. Pas nécessairement la première question à se poser dans la voie qui nous unit. Le titre peut être ce qu'il est, c'est la façon d'aborder le thème de l'entraînement et l'état d'esprit qui feront la différence. La fonction, le rôle et le statut de l'entraîneur s'ils doivent être révélés uniquement par la présence de diplômes apposés sur un mur ne correspondent pas à ce qui animent les plus convaincus qui osent mettre en avant l'épanouissement de l'individu avant tout autre chose. Si cela doit donner des résultats audelà, tant mieux, si ces résultats ne passent pas par le respect de l'épanouissement, c'est bien dommage. Ce sont quelques décennies passées dans des salles d’entraînement et de compétition qui sont à la base de cette réflexion et des quelques lignes qui suivent. Le terme « réflexion » n’est pas si exact qu’il devrait l’être car sont amenées également quelques affirmations. L’objectif n’est autre que de rassurer et éventuellement guider les 7

entraîneurs qui débutent une carrière, mais également de penser l'avenir de nos disciplines, de nos clubs, de l'organisation. Malgré la présence de chapitres qui structurent ce livre, un monologue est souvent présent qui amène un vécu, un ressenti par rapport aux thèmes abordés. Le décor étant posé, d’éventuels entraîneurs déjà en activité depuis plusieurs saisons peuvent également trouver ici des pistes qui leur permettront d’aborder différemment l'entraînement ou d’envisager son approche autrement. Nous le savons, l’activité gymnique, l'acrobatie, quelle qu’elle soit, va s'apprendre sous l'influence de paramètres divers et variés. Ils vont être sociaux, environnementaux, en rapport à l’affect et au caractère propre de l’individu et vont de toutes façons, être pris en compte dans la mise en place du comportement qu’aura un entraîneur envers le ou la gymnaste. Toutes les disciplines gymniques et tous les niveaux de pratique, amateur et loisir, compétition, haut niveau se retrouvent dans ce processus. Seul aspect quelque peu différent, l’entraînement du haut niveau qui amène l’entraîneur à avoir un comportement de coaching en plus de l’entraîneur classique et connu de tous. C’est l’aspect du comportement de l’entraîneur autour et dans nos disciplines qui va être le dénominateur commun aux chapitres proposés. Une traversée sans hiérarchie établie entre les paramètres qui affectent un entraînement va suivre. Nous aborderons le classicisme connu de tous, les groupes de niveaux, la détermination des groupes d’entraînement, la compétition, l’après-carrière, etc. La technique sera peu ou pas abordée car ce paramètre de l’entraînement est de nos jours bien étudié avec des résultats probants qui s’améliorent au fil du temps. Une analyse des éventuels changements qui peuvent survenir dans le fonctionnement des clubs et des pratiquants sera proposée. Nous tenterons de définir ce que pourraient être 8

les structures et les pratiquants à l'avenir. Les indications qui vont suivre peuvent être appliquées à toutes nos disciplines gymniques. De la gymnastique artistique au trampoline, en passant par le tumbling, avec au besoin quelques adaptations spécifiques, chaque pratique s'y retrouve. De même dans un confort d'écriture, le masculin sera principalement utilisé dans la rédaction mais le fond de ce qui est proposé concerne à l'identique les deux sexes. De tout temps, l'acrobatie a suscité admiration et étonnement de par son côté spectaculaire. Le mot "acrobatie" est devenu de nos jours un terme générique dans lequel sont englobées toutes les expressions ou situations dans lesquelles le corps humain est sorti de sa position initiale et naturelle représentée par la station verticale tête en haut. Depuis la nuit des temps, l'acrobatie se pratique au travers de diverses activités. Ouvrons un bref et très simple historique… Afin d'établir grossièrement le chemin parcouru par l'acrobatie dans son évolution, nous remontons jusqu'au 2ème siècle avant J.C. où nous avons en Crète minoenne des hommes et des femmes qui développent une véritable maîtrise dans le saut de taureau en exécutant diverses acrobaties. Ce sont historiquement, les premiers gymnastes recensés. Nous le voyons ici, le terme gymnaste est très tôt associé à l'acrobatie. Parallèlement en Grèce, trois formes de gymnastique sont développées. Une qui consiste à acquérir et entretenir une bonne forme physique, une seconde qui se destine à entraîner les soldats, et une troisième qui concerne le développement physique des enfants. Avançons dans le temps et dirigeons nous vers le moyen âge où nous trouvons le fou du roi qui avait pour vocation 9

de distraire le souverain par diverses facéties, notamment des acrobaties. En France, les premiers "fous" sont recensés sous Charles III. Certains deviendront célèbres comme Triboulet sous le règne de Louis XII et François 1er. C'est à la fin du 18ème siècle qu'ils disparaissent de la plupart des cours européennes. La forme récente de gymnastique a été développée en Allemagne au cours de la seconde moitié du18ème siècle par Johann Simon qui fut le premier professeur de gymnastique moderne, ou encore Friedrich Ludwig Jahn. C'est ce dernier qui fut le créateur de la gymnastique moderne. Il mit au point des exercices utilisant des appareils fixes afin de développer la force physique et l'autodiscipline. Une autre forme de gymnastique voit le jour au même moment en Suède et utilise des ballons, des cerceaux et des massues. L'ancêtre de la gymnastique rythmique. C'est en 1873 que la fédération française de gymnastique fut créée. La première épreuve de gymnastique lors de Jeux Olympiques aura lieu en 1896 pour les hommes, et en 1928 pour les femmes. Les programmes de l'époque étaient totalement différents de ceux que nous connaissons aujourd'hui. Nous le voyons, l'acrobatie a toujours été présente. Son apprentissage et son évolution sont fonction de plusieurs paramètres: l'être humain, le matériel et son évolution structurelle, les méthodes d'apprentissages, les sciences de l'entraînement, la recherche médicale, etc. De nombreuses études sur les techniques et moyens d'apprentissages de l'acrobatie et de nos disciplines gymniques ont été effectuées. Elles sont aussi justes les unes que les autres et ont donné naissance à des ouvrages scientifiques de très grandes qualités. Certains d'entre-eux 10

sont utilisés lors des formations d'entraîneurs et servent de base pour tout entraîneur. L'apprentissage étant de nos jours, tellement bien développé dans ces ouvrages spécialisés ou par des transmissions orales, que notre objectif de développement ici est tout autre. Tout ce qui concerne le domaine des sciences de l'entraînement de nos activités gymniques est aujourd'hui très au point et très fiable, nous n'y reviendrons pas. Rien ne nous dit que dans quelques décennies les techniques seront différentes mais cela n'est en rien important dans la mesure où si cela devait être le cas, cela serait sûrement en réponse à d'autres évolutions, à de nouvelles connaissances et à une adaptation du moment. Et d'ailleurs pourquoi il n'y aurait que la technique qui changerait, pourquoi les clubs ne pourraient pas changer ? Il apparaît important à ce stade de préciser que c’est la passion de nos activités et de l’être humain qui sont à la base de cet ouvrage. Il n’y a aucune prétention à établir un manuel d’entraînement ou un livre à placer sous la rubrique psychologique du sport. J’ai la chance, depuis plus de vingt ans, d’exercer la profession d’entraîneur sportif dans des structures m’employant à temps plein (section sport-étude, école nationale et centre supérieur des arts du cirque, Pôle espoir), c’est donc mon métier. Cette précision apparaît utile car l’activité d'entraîneur sportif peut se faire sous des formes différentes, sans parler du tout de niveau de compétence (cf. chapitre: les entraîneurs). J’ai eu la chance tout au long de cette période de croiser des centaines de profils complètement différents, dans des structures elles aussi différentes. En club, au sein d’un pôle espoir, d’un sport-étude ou autre, cette diversité m’a placé face à une réalité qui couvait en moi: la naissance d’une passion pour l’être humain et toutes ses facettes face 11

à l’apprentissage d’une discipline gymnique. C'est pour cela que ce livre concerne tous les profils pouvant être amenés à pratiquer nos activités, quels que soient l'âge et le niveau de pratique. Le regard envers d'autres entraîneurs et leurs réactions face à telle ou telle situation m'a permis également d'avoir une analyse de spectateur ajoutée à celle de l'entraîneur, du pédagogue. Beaucoup d'échanges et de discussions avec des pratiquants de tous niveaux de pratique ainsi que l'observation d'autres entraîneurs m'ont aidé à forger le fonctionnement qui me guide. L'aspect du comportement à adopter par l'entraîneur est abordé de façon assez simpliste dans les formations. Bien entendu l’apprentissage analytique y est abordé et on en ressort avec la certitude qu'il faut placer l’apprenant dans telle ou telle situation, mettre en place cet atelier ou celui-ci… cela est vrai mais cela suffi-t-il ? Je ne pense pas. Ne voyez aucune critique négative envers les organismes de formation car le domaine psychologique étant tellement vaste, varié, différent d’un individu à un autre qu’il paraît très difficile et impossible de proposer un contenu complet et unique dans ce domaine. L'essence qui a forgé cette passion que j'ai pour l'être humain et l'entraînement m'a été offerte par la diversité de réactions croisées et surtout décryptées. Cela va sembler très simpliste, connu et reconnu, du réchauffé, mais nul n'est identique à son voisin face à une même situation d'apprentissage ou de réalisation complète. La variété d'état mental est immense sous son aspect simple, et devient indéfinissable avec les connexions de plusieurs états. Quel que soient son âge et son niveau, l'apprenant peut lors d'une séquence d'entraînement être sûr de lui, avoir peur, être heureux, malheureux, anxieux, motivé ou démotivé, traverser une période de doute, d'euphorie, avoir des soucis personnels, scolaires, professionnels, affectifs, etc. Liste interminable et vous 12

l'aurez compris, il ne sert à rien de tenter de la compléter. Par contre il est important de comprendre que tout cela doit être un paramètre et des indicateurs sur le déroulement de la séance. Et nous ne parlons pas d'état physique mais simplement d'états mentaux. Il semblerait, à écouter ce qui se dit, que c’est l’expérience qui forge ce paramètre de l’entraîneur, et que l'expérience se nourrit du temps passé en activité. Nous ne pouvons certifier cela car nous connaissons tous des entraîneurs masculins et féminins qui agissent depuis très longtemps, donc avec une grande expérience, et qui s’avèrent rester de piètres entraîneurs sur le plan technique et relationnel. Attention à ne pas non plus faire un amalgame avec un trait de caractère plus prononcé qu’un autre. De bons entraîneurs peuvent être durs envers les gymnastes qu’ils entraînent, et ne pas être pour autant méchants envers eux. Cette différence sera reprise et analysée dans le chapitre consacré à l’entraîneur. D'autres sont quant à eux restés de nombreuses années dans des salles d'entraînement mais n'ont pas ressenti la nécessité d'actualiser leurs connaissances et de se remettre en cause. Peut-on dire qu'ils ont de l'expérience, oui, celle de l'inertie…

13

CHAPITRE 1

LE CLUB.

Ce qu’il est. Ce qu’il pourrait devenir.

Le club
point de vue fonctionnel…)

Ce qu’il est (aujourd'hui de façon simplifiée et d’un

Lieux de rencontre, de pratique intensive, de loisir, de nos jours c'est sous des aspects divers qu'existent les clubs de pratique sportive. Cependant, qu'ils soient de quartier, d'appartenance fédérale ou autre, le dénominateur commun entre tous va être leur statut juridique: ce sont des associations régies par la loi 1901, loi qui réglemente les associations. En France, une association loi 1901 est une association à but non lucratif qui relève de la loi du 1er juillet 1901, mise en place par Waldeck-Rousseau et du décret du 16 août 1901. Une petite variante demeure à propos des associations ayant leur siège dans les départements du Bas-Rhin, du Haut- Rhin et de la Moselle qui sont régies par le droit local (ceci car en 1901, ces départements n’étaient pas français). Il est bon de faire un bref rappel et de lever quelques idées reçues sur une association de ce type. Elle doit être composée d’au moins deux personnes et doit avoir un but autre que de partager des bénéfices. De plus, l'activité de l'association ne doit pas enrichir directement ou indirectement l'un de ses membres. Contrairement aux idées reçues et véhiculées au fil du temps, l'association n'a pas besoin d'être déclarée, elle est alors une association de fait. Son administration ne se fera pas obligatoirement par un bureau ou un conseil d’administration et un mineur, non émancipé, peut adhérer à une association et même en créer une. Elle peut générer des bénéfices mais la finalité de ces derniers est réglementée. De plus une association peut fonctionner sur un mode horizontal: il n'est pas nécessaire et malgré la tradition d'avoir une structure hiérarchisée 17

(président/trésorier/secrétaire). Enfin, le poste obligatoire au sein d'une association loi 1901 est celui du responsable face à la loi, ce sera l’administrateur ou encore nommé président, directeur, ou autre (cf. Art. 5 de la loi 1901). Le monde associatif sportif fonctionne en très grande majorité, en dehors des heures scolaires et la raison est très simple. En dehors de ces heures, les mineurs qui sont les principaux adhérents suivent leur scolarité, et ne peuvent donc pratiquer une activité, sportive (en dehors de l’EPS) ou / et culturelle. Des adultes fréquentent également les associations au même titre que les mineurs mais tout comme les premiers sont à l’école pendant la journée, les adultes sont pris par leur activité professionnelle et ne peuvent donc faire autre chose. Une autre raison à cela est que les clubs utilisant principalement les installations municipales ou ministérielles, ces dernières accueillent les établissements scolaires pendant la journée. Ce fonctionnement est relativement bien intégré par les associations. Beaucoup d’entre elles démarrent leurs activités dès la fin de l’école avec les pratiquants mineurs. Au fil des heures et en allant vers le début de soirée, ce sont les adultes qui prennent la relève, amenant pour certaines associations une organisation et une gestion du personnel encadrant spécifique. Nous aborderons le chapitre sur le profil de l’entraîneur par la suite mais nous pouvons dire dès à présent que même si parfois, l’encadrant est la même personne, l’encadrement sera différent pour les mineurs et majeurs. Facteur compréhensible très facilement car les profils de pratiquant sont différents dans leur statut et leur état. Le financement d’un club est une partie sensible dans le fonctionnement de la structure. C’est la fameuse “épée de Damoclès” qui surgit chaque année au moment ou le bilan et la prévision comptable voient le jour. En très grande majorité, les sources de financement ne sont pas des 18

robinets ouverts en permanence. Nous trouvons dans ce registre la cotisation de l’adhérent, les subventions de toute nature, éventuellement un bénéfice grâce à la vente de produits dérivés (accessoires, recette de buvette et de manifestations), parfois une source venant du sponsoring et de plus en plus rarement l’œuvre du mécénat. A l’étudier de près, le principe de la subvention est une très grosse machine avec des rouages et un fonctionnement bien spécifique, parfois pas toujours logique et impartial. Malgré cela, l’association est aujourd’hui une vraie petite entreprise régie très précisément et de façon stricte. Par exemple, une association sportive même si elle est un organisme à but non lucratif peut être soumise aux impôts commerciaux sous certaines conditions. L’analyse sera limitée à trois impôts: la TVA, l’impôt sur les sociétés et la taxe professionnelle. Le club recevant une subvention n’en fera pas ce qu’il en veut, la demande aura été motivée de façon précise et dans ce domaine, voici ce que dit la loi. “Si la subvention n’est pas affectée à une action précise exceptionnelle, manifestation d’une (organisation construction d’un équipement...), elle peut être utilisée dans les limites de l’objet statutaire. Par contre, si elle fait l’objet d’une affectation particulière, elle ne peut être utilisée que pour cet objet (art. 31, 1er alinéa de l’ordonnance no 58-896 du 23 septembre 1958). Cette subvention devra être utilisée dans un délai de douze mois sans quoi elle sera restituée à la collectivité (décret du 10 juin 1934 et article 112 de la loi no 45-0195 du 31 décembre 1945). Une convention collective est établie et le statut des entraîneurs est bien défini. Tous ne peuvent être rémunérés et le club a une obligation d’avoir dans la salle de pratique, la présence d’une personne titulaire, au minimum, du premier diplôme permettant d’enseigner contre rémunération. Une carte professionnelle est 19

délivrée par la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports qui atteste ce niveau minimum. Le fonctionnement du club est très encadré sur le plan fonctionnel, financier, et humain. Bien entendu le secteur de la sécurité est au cœur du développement de nos activités. Malheureusement encore quelques fois non appliquées, ou mal appliquées, des normes sont établies dans ce domaine, sur le plan humain et matériel. Nous l’avons vu plus haut, le club ne fonctionne pas de n’importe quelle manière. De plus nous allons ajouter au problème du financement et du recrutement de personnel, l’organisation et la réservation des salles d’entraînements. Autre aspect instable chaque année pour les dirigeants. Il est important de rendre un grand hommage à ces derniers qui œuvrent et se battent pour que les clubs puissent accueillir des pratiquants chaque année dans de très bonnes conditions. Nous parlons ici des dirigeants qui connaissent les ficelles de gestion d'un club, qui ont une passion avérée pour nos disciplines et qui bien sur sont totalement transparent. Pas de ceux qui veulent un titre sur une carte de visite et qui désirent briller au travers de l'association. Malheureusement ce profil est encore très présent. N’oublions pas que cette fonction reste à quelques exceptions près dans le domaine du bénévolat, et que le temps qui y est consacré est non négligeable. Ce qui est proposé pour les niveaux de pratique est en rapport direct au fonctionnement et organisation. Par fonctionnement il faut comprendre les jours et heures d’entraînements, la qualité et nombre des entraîneurs, la bonne répartition des groupes, la qualité du matériel d’évolution et pédagogique, la gestion des vacances scolaires. La qualité de ce qui va être développé est également en rapport direct à cela. 20