Cette publication est accessible gratuitement

Partagez cette publication

Sitiveni Sivivatu : " Surmotivé pour effacer ces deux demi- finales perdues"

Satisfait de sa première saison auvergnate, Sitiveni Sivivatu veut désormais gagner un titre avec Clermont. Après être passé près d'un sacre, l'ailier allblack est revenu de vacances avec une motivation intacte et veut marquer l'histoire du club auvergnat.

Les vacances vous ont-elles permis de digérer les deux défaites en demi-finales ? Oui même si je suis un gagneur et que j'étais très déçu. D'autant que ça c'est joué à rien du tout et que l'on pouvait nourrir de gros regrets, mais bon les résultats n'ont pas été en notre faveur, il faut l'accepter.

Comment jugez-vous votre première expérience européenne jusqu'à présent ?

Je suis très heureux. Je voulais découvrir une nouvelle culture et une nouvelle approche du rugby. C'est le cas ici, je ne pouvais pas trouver mieux pour m'épanouir. Mais je ne voulais pas le faire n'importe où. Je savais en venant ici tout le potentiel du club et je ne suis vraiment pas déçu. Je prends vraiment du plaisir en France.

Avez-vous digéré votre non sélection pour la Coupe du monde ?

Oui, ça a été dur sur le coup. Disputer la plus belle compétition du monde, chez soi, c'était une occasion unique, mais je n'y étais pas. C'est le destin.

Quel est votre avis sur le championnat français ?

Ici, il y a beaucoup de puissance et d'intensité. Le championnat est difficile. Toutes les équipes ont un niveau similaire et on doit mettre énormément d'intensité dans tous nos matches, aucune relâche n'est permise.

Quelles sont les différences avec ce que vous avez connu en Nouvelle-Zélande ? Les deux championnats sont très proches au niveau de l'investissement et de la qualité des joueurs qui sont sur le terrain. Le Top 14 est plus long et plus éprouvant, mais cela vient compenser le fait qu'en Super Rugby, les déplacements sont plus longs et demandent, la plupart du temps, de quitter durant plusieurs semaines nos familles. Ici, nous jouons puis nous rentrons chez nous. Je pense que c'est une bonne chose au niveau de l'équilibre et de la récupération.

Pensez-vous que l'équipe peut se relever mentalement après les deux grosses déceptions de la saison dernière et aller chercher un titre ?

Oui car nous sommes des compétiteurs. On a dans l'effectif pas mal d'internationaux français qui ont connu la défaite en finale de Coupe du monde et quand ils sont rentrés ils se sont remis au service du club. Ils n'ont pas ruminé leur défaite. A la reprise, j'ai retrouvé des gars motivés bien décidés à effacer ces deux défaites en demi-finale. La saison dernière nous a laissés sur notre faim, on veut un titre, on est motivés à fond.

"La saison dernière nous a laissés sur notre faim..."

Et le doublé est-il possible ?

Beaucoup de gens nous disaient qu'on n'en était pas loin la saison dernière. Le problème, c'est qu'il manquait... deux matches. Ce qui est peu et beaucoup à la fois. La H Cup et le Top 14 sont deux compétitions très dures physiquement et c'est compliqué de mener les deux de front jusqu'au bout. Toulouse est passé près aussi certaines fois, sans y arriver.

Sitiveni Sivivatu Né le 19 avril 1982 à Suva (Fidji) 1m85 - 97 kg - Ailier

Clubs successifs : Waikato (2001-2011, Nouvelle-Zélande), Clermont (depuis 2011)

Palmarès : Vainqueur du Tri Nations (2006, 2007) International néo-zélandais

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin