Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Des enfants tombés du ciel

De
304 pages

Le roman foisonnant de la haine entre deux hommes, et l'histoire d'une double vengeance qui ne recule devant rien...





En 1870, quand naissent les fils de Catulle Moringuet, des triplés, sa mère, consultant les cartes, lui prédit: "Deux de vos fils chercheront à vous tuer. Les cartes sont muettes sur le troisième." C'est à travers le destin de ces trois enfants que va se jouer le combat entre les deux ennemis...Lors du siège de Paris, deux des triplés sont embarqués clandestinement à bord d'un de ces ballons qui relient la capitale à la province, le troisième reste à Paris. Un accident de navigation projette le ballon au sol, quelque part en Corrèze. Ces "enfants tombés du ciel", recueillis dans trois familles d'horizons différents, vivront pour accomplir le destin annoncé... Mais comment, ainsi éparpillés, deux d'entre eux pourront-ils chercher à tuer leur père, tandis que le troisième finira par le haïr?Enlèvements, assassinats, trahisons... Gilbert Bordes mêle les actions les plus noires aux sentiments les plus purs, sur fond de grands événements politiques. Il emporte le lecteur, comme savaient si bien le faire au xixe siècle ses illustres prédécesseurs, ces écrivains qui ont fait la gloire des romans-feuilletons.





Le soir du 14 janvier, une nuit glacée figeait Paris; les passants se faisaient rares. Une voiture s'arrêta au portail de la maison de Julia. Un homme descendit du siège du cocher, agita la clochette. Auguste Leblanc, qui était encore là, vint ouvrir.– Monsieur Leblanc, je suis bien aise de vous trouver. Le quartier est bouclé par la police! C'est votre épouse qui m'a indiqué que je vous trouverai ici.– Vous dites que le quartier est bouclé par la police?– Oui. Quand j'ai demandé ce qu'ils cherchaient, un brigadier m'a répondu qu'ils étaient sur le point d'arrêter une jeune femme qui serait au service des Prussiens... Je n'en sais pas plus et ce n'est pas là mon souci. Voilà: le "Ville de Caen" doit partir dans une heure. Ce ballon sort de vos usines; l'aérostier pressenti pour le vol a été blessé tout à l'heure par un éclat d'obus. Je vous demande, par ordre de la direction générale de la Poste, de nous déléguer un de vos spécialistes pour cette mission de la plus haute importance. J'ai les caisses de dépêches dans la voiture. Un lord anglais, sir Hartinger, qui a payé une fortune pour fuir le bombardement, sera du voyage.– Depuis quand les gens de la Poste s'occupent-ils de faire fuir les étrangers?L'homme baissa la tête, visiblement gêné. Il avait probablement vendu à l'Anglais une place sur le "Ville de Caen" sans en aviser ses supérieurs.– Les temps sont difficiles pour tout le monde. Sir Hartinger a payé très cher...Auguste se mit à réfléchir: alors que la police s'apprêtait à capturer une jeune femme dans le quartier, les individus qui voulaient s'emparer d'Anna la faisaient passer pour une espionne, subterfuge permettant de mobiliser un important arsenal policier. Une idée germait dans son esprit.– Écoutez, nous n'avons pas le temps. Mes spécialistes savent construire des ballons, mais n'ont aucune expérience du vol. Je suis le seul à avoir effectué plusieurs voyages. Nous ne pouvons pas risquer de perdre les dépêches sur les lignes ennemies. Je vais donc assurer le vol. Vous passerez prévenir ma femme et lui ferez part de mon intention de lui écrire très vite par pigeon postal.– C'est que les pigeons ne reviennent plus aussi facilement que le mois dernier. Le froid les gêne pour retrouver leur chemin.– Aucune importance. J'ai toujours eu le sens du devoir.– Comme vous voulez, monsieur! L'important, c'est que les caisses de courrier parviennent à destination.– Elles arriveront. Cependant, comme je ne vais pas pouvoir revenir de sitôt, il me faudra emporter quelques effets personnels. Le "Ville de Caen" peut porter six cents livres. Combien pèsent les caisses de courrier?– À peine deux cents livres. Il n'y a pas de courrier privé, mais des renseignements très précieux pour les armées de la Loire.– Parfait, je peux donc sans risque emmener cent livres d'effets personnels.– Je n'ai aucun ordre pour vous en empêcher.– Faites entrer la voiture et bouclons le portail! Le courrier important ne doit pas pousser quelque malfrat qui nous aurait entendus à voler les caisses pour les revendre aux Prussiens. Je vais chercher mes effets. Pendant ce temps, allez vous faire servir quelque chose de chaud à la cuisine.Auguste parti en courant. Anna se tenait à l'étage avec la tante Julia. Les bébés dormaient. Rapidement, il expliqua la situation: la police perquisitionnerait d'un instant à l'autre; Anna serait arrêtée et accusée d'espionnage.– La Providence souhaite vous sauver, Anna. Vous allez devoir votre liberté à un concours de circonstances unique: le pilote du ballon blessé par un éclat d'obus et des dépêches militaires urgentes à acheminer.Vite, il exposa ce qu'il souhaitait faire. La tante Julia ouvrait de grands yeux étonnés. Auguste était fou, mais cette folie lui plaisait. Puis elle passa dans sa chambre, avant d'en revenir quelques instants plus tard:– Prends cet argent! Il vous sera utile.– Le seul inconvénient, remarqua Auguste, c'est que les petits se réveillent et se mettent à pleurer.La tante passa de nouveau dans sa chambre, fouilla dans son armoire, tendit enfin un petit flacon et un peu de coton à Anna.– Imbibez le coton de ce liquide et faites-leur respirer. Ne craignez rien, c'est un vieux remède polonais, inoffensif, qu'on utilisait autrefois pour les bébés qui faisaient leurs premières dents.Venez, le temps presse.La grosse malle de voyage était remisée dans une pièce qui servait de débarras. Auguste la dépoussiéra rapidement et dit à la jeune femme:– Vous allez loger là-dedans, avec les deux bébés. Rassurez-vous, vous n'y resterez pas longtemps. Dès que nous aurons décollé, je vous libérerai.– Mais je vais étouffer!– Non, il y a suffisamment d'ouvertures. Faites vite!Anna se recroquevilla, tout en ménageant un peu de place à François et Louis qu'elle serrait contre son cœur. Auguste ferma le couvercle et le verrouilla.On sonnait au portail. Après avoir donné l'ordre à une servante d'aller ouvrir, Julia partit chercher le postier qui, ayant bu un peu de vin chaud et mangé un morceau de pain, éprouvait les meilleurs dispositions à l'égard des propriétaires de la maison. Auguste lui demanda de tenir une des poignées de la malle. L'homme la trouva lourde, mais ne dit rien; le pilote connaissait après tout mieux que lui le potentiel de sa machine. Ils sortirent de la maison au moment où les gardes nationaux arrivaient.L'officier qui commandait le détachement les arrêta. Le postier montra son ordre de mission.– Le ballon doit partir dans moins d'une demi-heure! dit-il. Veuillez nous laisser passer. M. Leblanc est le pilote que nous venons de réquisitionner, après que le pilote pressenti s'est fait blesser par un éclat d'obus.Le brigadier, à la lueur de sa lanterne, examina avec attention l'ordre de mission, puis ordonna à ses hommes de s'écarter.La malle fut entreposée sur les autres caisses et la voiture postale s'ébranla vers la place Saint-Pierre toute proche. Le lieu était désert. La foule qui assistait aux premiers lancements fuyait le froid, d'autant qu'il n'y avait presque rien à voir puisque les départs se faisaient désormais toujours de nuit.Un homme emmitouflé dans un épais manteau, portant une casquette anglaise à longues oreillettes, s'entretenait avec les aides près de la nacelle que retenaient de grosses cordes. Des gardes nationaux qui protégeaient la machine cernaient la place. Le postier sortit de voiture, salua sir Hartinger et lui présenta Auguste Leblanc, fabricant de ballons et pilote émérite, à qui il reviendrait d'effectuer le vol.– Enchanté! dit l'Anglais dans un français excellent. J'ai le mal du pays, alors je pars! Fini de manger du chien, du kangourou ou du rat! Je redeviens un inconditionnel ami des animaux!Il ignorait encore, à cette heure, combien ce voyage serait déterminant dans sa vie. Il regardait distraitement les aides charger les caisses dans la nacelle et Auguste contrôler les instruments servant à mesurer l'altitude et la pression du gaz à l'intérieur du ballon.– Peur, moi? plastronna-t-il à l'adresse du postier qui avouait ne pas avoir le courage de monter dans ce grand panier suspendu dans les airs. Jamais! Un Anglais n'a jamais peur!Sitôt les caisses chargées, Auguste contrôla une dernière fois la direction du vent au drapeau planté au sommet d'un très haut mât. Il constata qu'il soufflait vers le sud-ouest.– C'est parfait! dit-il assez fort pour qu'Anna entende. Le vent est favorable, profitons-en. On y va.Il enfonça sa toque fourrée par-dessus ses oreilles et remonta le col de son épais manteau.– Vous devriez en faire autant! conseilla-t-il à sir Hartinger. Il va faire très froid là-haut.Sir Hartinger s'emmitoufla dans une épaisse couverture et prit place dans la nacelle. Auguste vérifia que la vanne du ballon était fermée:– Lâchez tout! cria-t-il.






Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

couverture
 

DU MÊME AUTEUR

Chez le même éditeur

L’Angélus de minuit, 1989

Le Roi en son moulin, 1990

La Nuit des hulottes, 1991

Prix RTL-Grand Public 1992

Prix du printemps du livre 1992

Grand Prix littéraire de la Corne d’or limousine 1992

Le Porteur de destins, Seghers, 1992

Prix des Maisons de la Presse 1992

Les Chasseurs de papillons, 1993

Prix Charles-Exbrayat 1993

Un cheval sous la lune, 1994

Ce soir, il fera jour, 1995

Prix Terre de France, La Vie, 1995

L’Année des coquelicots, 1996

L’Heure du braconnier, 1997

La neige fond toujours au printemps, 1998

Les Frères du diable, 1999

Lydia de Malemort, 2000

Le Silence de la Mule, 2001

Le Voleur de bonbons, 2002

Lumière à Cornemule, 2002

Chez d’autres éditeurs

Beauchabrol, Jean-Claude Lattès, 1981 ; Souny, 1990

Barbe d’or, Jean-Claude Lattès, 1983 ; Souny, 1992

Le Chat derrière la vitre (nouvelles), L’Archipel, 1994

Dernières Nouvelles de la Terre, Anne Carrière, 2001

Une vie d’eau et de vent, Anne Carrière, 2003

Gilbert Bordes

Des enfants tombés du ciel

roman

images

Prologue

— Monsieur Chevillard, je vous remercie d’avoir répondu à mon appel !

Maurice d’Hérisson, proche collaborateur du général Trochu, s’était levé de son siège pour accueillir son visiteur, un homme de petite taille au visage recouvert d’une abondante barbe noire, au regard ardent.

— Je suis très honoré que le gouvernement provisoire de la toute nouvelle république ait pensé à moi ! dit Pierre Chevillard.

Grave, M. d’Hérisson lui désigna un siège et s’assit derrière son bureau. Le soleil éclairait la pièce d’une lumière déjà automnale.

— Les soucis, monsieur Chevillard, les soucis accablent ce pauvre gouvernement mis en place depuis le 4 septembre, depuis la fuite de l’impératrice et le refus de l’empereur de revenir. Il nous laisse la France dans de beaux draps ! Savez-vous que depuis hier, 17 septembre 1870, les Prussiens convergent vers Paris qu’ils menacent d’encercler ! Est-ce possible à notre époque ?

— On peut faire confiance à notre armée pour les en dissuader ! répliqua Chevillard, qui ne perdait pas un geste de son interlocuteur. Nos troupes sont prêtes et ne craignent pas l’envahisseur !

— Certes ! fit d’Hérisson. Mais le climat est malsain. Nous redoutons les espions capables de faire capoter les actions de notre armée !

Pierre Chevillard prit un air étonné. Il se demandait où M. d’Hérisson voulait en venir. Pourquoi l’avait-il convoqué à la mairie de Paris, siège du gouvernement provisoire, lui, simple ingénieur au service de l’armée ?

— Les Parisiens sont courageux ! observa-t-il. Ils ont montré dans leur histoire qu’ils pouvaient se mobiliser contre l’ennemi.

— Certes, mais la situation est inédite. L’empire a brisé le patriotisme et les Français ne pensent plus qu’à leur petite tranquillité. Les troupes prussiennes trouvent dans nos campagnes des gens prêts à les accueillir, pourvu qu’elles ne causent aucun dégât. Nous redoutons qu’après l’encerclement de Paris qui se prépare et que nous allons combattre, des Parisiens, plus attachés à leur confort qu’à la gloire de leur pays, ne jouent le jeu de l’ennemi.

En parlant ainsi, M. d’Hérisson exprimait les craintes de Trochu. Le gouvernement provisoire n’était pas populaire. La menace prussienne repoussait l’organisation des élections et personne ne savait comment réagirait le peuple. Il fallait donc le tenir d’une main ferme.

— Nous avons pensé à vous, poursuivit Maurice d’Hérisson, parce que vous êtes un excellent ingénieur. Nul n’a oublié ici les améliorations que vous avez apportées dans l’usinage des armes et la nouvelle culasse du chassepot, qui vous doit beaucoup. Aussi avons-nous besoin de votre perspicacité. Votre connaissance de la physique et des nouveaux procédés de communication peut aider la nation. Le général Trochu souhaite vous confier la mission d’appréhender les espions, les traîtres, tous ceux qui, de Paris, tenteront de communiquer des informations à l’ennemi, et nos renseignements nous indiquent qu’ils sont nombreux.

— Je suis au service de mon pays, et si je puis être de quelque utilité dans sa défense, j’en serai le premier honoré.

Pierre Chevillard, le cœur léger, sortit du bureau de M. d’Hérisson. L’occasion était inespérée. Traversant une place où des enfants se battaient, il serra les poings.

— Moringuet, la chance a tourné ! dit-il sans quitter des yeux un garçon qui martelait de coups son camarade au sol. Moringuet, ce sera toi le premier espion ! Enfin, je vais avoir ta peau !

Puis il s’éloigna en sifflotant. La haine brillait dans ses yeux.

Première époque

Une prison nommée Paris

Le jour blanchissait le ciel de Paris en ce mardi matin 20 septembre 1870. Les rues s’animaient, mais aux habituels porteurs d’eau, de lait s’ajoutait une foule de badauds qui se rassemblaient par groupes pour commenter les événements.

— Ils ont fait sauter le pont de Sèvres et le pont de Saint-Cloud. Nos troupes n’ont rien pu faire !

— Je les ai vus, monsieur, nos pauvres gardes nationaux, détaler comme des lapins sous la mitraille ! Les Prussiens sont à nos portes ! Notre armée n’a pu les arrêter à Forbach-Spicheren et à Froeschwiller, mais Paris saura se défendre !

— Il paraît qu’ils ont coupé toutes les routes, les voies de chemin de fer, et qu’ils encerclent Paris au-delà de nos forts !

— Justement, cette racaille n’a pas eu le courage d’avancer un peu plus. Et pour cause, nos quinze forts sont bien équipés ! Quelques canonnades, et vous verrez que les routes s’ouvriront !

— Mais que dites-vous là… ? Nos forts présentent un tel état de délabrement qu’ils ne seront d’aucune utilité ! Heureusement que Paris est efficacement défendu par ses murailles et ses fossés !

— Nos murailles ne valent guère mieux ! Voilà des années qu’elles ne sont plus entretenues ! La vérité, monsieur, c’est que nous allons tous mourir de faim !

— Mais pourquoi dramatiser ? dit un bourgeois plein d’assurance. Les gens du gouvernement provisoire ont tout prévu. Avez-vous vu le jardin du Luxembourg ? Il est grouillant de moutons. Deux cent mille autres et quarante mille bœufs ont été rassemblés au bois de Boulogne. Les entrepôts de grain et de farine sont pleins ! Nous avons de quoi tenir des semaines !

Malgré l’optimisme et les histoires drôles qui circulaient d’un groupe à l’autre, les regards anxieux surveillaient les coins de rues, redoutant l’arrivée d’un bataillon ennemi. La veille, Catulle Moringuet avait pu avec beaucoup de difficultés rentrer de chez un de ses clients de Meudon ; les troupes prussiennes se trouvaient entre Clamart et les forts de Vanves et d’Issy. Tout convoi en provenance de Paris était refoulé, mitraillé s’il s’obstinait à vouloir passer. Seuls les particuliers, après d’interminables questions, fouilles et vérifications pouvaient entrer dans Paris.

Catulle Moringuet habitait au pied de la butte Montmartre, rue Caulaincourt, une grande maison bourgeoise en meulières blanches, dressée au milieu d’un vaste parc où l’automne s’installait lentement. Un marronnier laissait tomber ses fruits durs comme des cailloux qui arrachaient, dans leur chute, des feuilles déjà jaunes. Au fond de la cour, les écuries abritaient quatre magnifiques chevaux. L’aile droite avait été aménagée en logements pour les domestiques. L’opulence du lieu indiquait que, contrairement à la multitude de manœuvriers et de miséreux qui grouillaient de Rochechouart à la gare de Lille, Catulle Moringuet n’avait rien à redouter de la mauvaise saison. Le siège de Paris pouvait durer, ses greniers étaient pleins, ses réserves de bois et de charbon lui permettraient d’attendre le retour du printemps.

Son aisance, Catulle Moringuet la devait, certes, à son père qui avait agrandi la fonderie, mais surtout à lui-même qui avait su, au bon moment, y adjoindre un atelier de tôlerie, une forge et une usine qui produisait des pièces mécaniques pour les nombreuses machines nouvelles et les industries qui se développaient en cette période de grands changements.

La guerre prenait une tournure qui ne lui convenait pas. Si, jusque-là, elle était restée éloignée, l’encerclement de Paris allait très vite l’empêcher de travailler. Contrairement à la plupart des Parisiens, il redoutait qu’elle ne dure longtemps et qu’elle le ruine. Il n’attendait rien des nouveaux dirigeants qui palabraient beaucoup, lançaient de belles phrases, mais se révélaient incapables de conduire le pays en de telles circonstances. Comment faire confiance à une armée qui n’avait pas su arrêter la progression des Prussiens, qui s’était fait battre lamentablement à Sedan ? Et comment confier la défense des bons bourgeois à ces « moblots », soldats-citoyens dont beaucoup ne savaient même pas se servir d’un fusil ? Catulle était de ceux qui pensaient que la négociation, le compromis valaient mieux que ce maudit conflit voulu par Bismarck et déclaré par Napoléon III.

Il n’avait pas dormi de la nuit, préoccupé par les événements dramatiques autour de Paris, dont il pressentait qu’ils le toucheraient directement, et par ce qui se passait dans sa propre maison. Du petit salon où une servante avait allumé un feu, il regardait par la fenêtre l’aube se lever. Un jour pas comme les autres puisqu’il allait être père. Marie-Agnès, son épouse, avait ressenti les premières douleurs la veille, vers dix heures. Pervenche, l’accoucheuse qui surveillait la future maman depuis plusieurs jours, n’avait pas caché son inquiétude : « Il y a quelque chose de pas normal ! Rien ne se présente comme il faudrait. Ce sera long, très long et douloureux ! »

Catulle n’avait pas montré son angoisse. C’était un jeune homme de vingt-huit ans, au front traversé de fines rides et dont les premiers cheveux blancs éclaircissaient les tempes. « C’est de famille ! avait-il l’habitude de dire. Mon père était tout blanc à mon âge ! » Il était grand, sportif, le visage long, les yeux clairs sous d’épais sourcils noirs, les cheveux courts. Contrairement aux usages de l’époque, il se rasait entièrement le visage et sa figure glabre lui conférait une gravité, une réserve qui inspiraient le respect à tous, même aux plus vieux serviteurs qui l’avaient connu enfant. Il parlait peu mais juste, et ceux qui l’approchaient étaient étonnés par la force, la détermination qui émanaient de tout son être.

Dans la rue, derrière le grand portail de fer forgé, un groupe d’hommes discutait avec beaucoup de gestes. Catulle les regarda un moment. Un cri retentit à l’étage. Quelqu’un parla, des pas résonnèrent dans l’escalier de bois, puis le silence retomba. Catulle se tourna vers sa mère dont il avait oublié la présence. La vieille femme était assise près de la cheminée qui éclairait son visage anguleux et regardait trois cartes qu’elle tenait dans sa main droite. Un nouveau cri retentit, plus long, strident, un cri de douleur. Le jeune homme le ressentit telle une lame froide tranchant sa chair. Adélaïde posa les cartes sur une table basse, au-dessus du jeu étalé.

— Le diable est entré dans cette maison ! dit-elle. J’ai sorti trois fois le valet de pique !

Catulle eut un haussement d’épaules. Sa mère, depuis la mort de son mari, l’année précédente, n’avait plus toute sa raison. Cette femme jusque-là sensée, rigoureuse, était persuadée d’entrer en contact avec Dieu par l’intermédiaire de l’âme de son époux, restée près d’elle, et d’avoir connaissance de l’avenir.

Des tisons s’effondrèrent dans l’âtre au milieu d’une gerbe d’étincelles.

— Trois fois le valet de pique ! répéta Adélaïde. C’est plus qu’un signe. Le malheur est ici et pour longtemps. Le diable l’a décidé, nous n’y pouvons rien !

Agacé, Catulle se tourna vers la fenêtre. La fatigue engourdissait ses membres. Il sourit pourtant : la veille, en rentrant de Meudon, il avait rencontré le lieutenant Girard, son cousin, qui commandait un corps d’armée près du fort d’Issy. Girard avait salué Catulle et ordonné à deux soldats de l’accompagner à la porte de Paris. « Surtout n’en profitez pas pour entrer dans tous les bistrots que vous allez croiser ! » Pourquoi Catulle pensait-il a de telles futilités dans un moment aussi grave ?

Des pas martelèrent l’escalier. Piétrine, la vieille servante pour qui Catulle ressentait un attachement quasi filial, arriva dans le salon. C’était une femme très maigre, d’une soixantaine d’années. Son visage grave indiquait qu’elle n’apportait pas de bonnes nouvelles. Elle dit pourtant :

— C’est un garçon !

Gênée, Piétrine garda la tête baissée. Catulle s’impatienta :

— Que se passe-t-il ? Mon fils est-il contrefait ou trop faible pour survivre ?

— Non, Catulle – Piétrine appelait le maître par son prénom et le tutoyait. Il n’est pas seul, un deuxième enfant est en train de naître !

— Des jumeaux ! s’exclama le jeune père. À deux, ils seront plus forts ! C’est une bonne nouvelle !

— Je l’espère ! fit Piétrine en tournant les talons.

Elle remonta rapidement à l’étage où Pervenche l’appelait. Catulle n’était pas pressé de voir ses deux enfants ; les nouveau-nés ne l’avaient jamais attiré. C’était l’affaire des femmes. Cependant, il avait hâte de serrer dans ses bras Marie-Agnès, qui endurait tant de souffrances pour assurer la survie de sa maison.

Sa mère n’avait manifesté aucune réaction en apprenant la naissance des jumeaux. Elle étala les cartes sur la table et en tira deux au hasard. La stupeur se marqua sur son visage, puis l’incrédulité. Elle reposa les cartes, Marine, la jeune servante, arriva avec une brassée de bûches.

— Laisse-nous ! dit Adélaïde qui, malgré sa démence, n’avait rien perdu de son sens aigu de l’économie. Il ne fait pas encore assez froid et la situation ne nous incite pas à gaspiller le bois.

Marine plaça les bûches dans la niche du mur et quitta la pièce. Cette fille d’une vingtaine d’années, aux lourds cheveux blonds, aux yeux d’un bleu léger servait dans la maison depuis l’âge de dix ans, Catulle la considérait un peu comme sa petite sœur. Son regard se posa furtivement sur le nouveau père, s’y accrocha un instant, puis elle sortit. Adélaïde tira de nouveau les cartes.

— Le malheur est ici et n’en partira que quand il aura tout détruit ! Il se prépare des choses terribles !

— Je vais faire un tour ! dit Catulle, agacé par les propos alarmistes de sa mère.

Il prit sa cape. Un cri à l’étage l’arrêta au bas de l’escalier. Piétrine, affolée, dévalait les marches. Elle faillit tomber en ratant la dernière mais se retint à la rampe.

— Catulle, c’est un grand malheur ! On croyait à deux petits jumeaux, mais…

Son corps sembla se vider de sa substance. Elle s’affaissa sur la rampe de bois, le visage baissé.

— Ce sont des triplés ! C’est horrible ! dit-elle en fondant en larmes…

— Des triplés ?

— Oui, trois garçons ! Pardonne-moi ce que je vais dire, mais plaise à Dieu que l’un des trois meure au plus vite !

Elle sanglotait, consciente de la laideur de son souhait destiné à sauver la maison de la malédiction. La peur populaire des enfants multiples la terrassait. Si les jumeaux n’étaient pas rares, peu survivaient, et c’était bien ainsi puisqu’une même âme ne pouvait habiter deux corps. Les cas de triplés étaient exceptionnels, mais se produisaient parfois dans les maisons maudites. Par ces trois enfants, le diable se substituait à la Trinité de Dieu. Heureusement encore, la plupart mouraient.

Catulle resta un moment perplexe. Des triplés ! Il ne pouvait accepter la croyance de Piétrine : trois garçons seraient encore plus forts que deux, c’était une chance ! Pas un instant il n’imaginait qu’ils puissent mourir dans les prochains jours. Au contraire, il se voyait agrandissant son usine et ses fils prenant la relève, chacun dans une spécialité qui ferait d’eux les plus gros producteurs de pièces mécaniques de Paris.

— Piétrine, cesse donc de pleurer et de dire des sottises ! Je veux voir mes fils tout de suite.

Piétrine leva ses yeux mouillés sur son maître. Elle savait le peu de cas qu’il faisait des superstitions, elle admirait son courage, mais comment ne pas penser, comme la vieille Adélaïde, que le malheur était entré dans cette maison ?

— Que Dieu te protège ! dit la servante. Mais je sens bien que ce matin rien n’est comme avant…

— Ce sont des foutaises ! Je veux que mes fils vivent !

De la pièce voisine, la vieille Adélaïde s’écria alors :

— Le diable est dans la maison ! J’ai senti son haleine putride !

Consultant ses cartes, elle ajouta !

— Ils ne mourront pas ! Leur vie se poursuit au-delà de mes cartes. Ils vivront !

— Mère, taisez-vous ! tonna Catulle, comme si le fait d’évoquer les malheurs suffisait à les provoquer.

— Pourquoi me tairais-je ? Votre père m’avertit que tout va basculer !

Elle tira une nouvelle carte.