Hasard des routes aux USA

De
Publié par

Pendant plus de trente ans, André Girod a sillonné les routes des États-Unis, pour son travail et pour son plaisir. À chaque étape, il rencontrait diverses personnes et liait avec elles des amitiés souvent éphémères. En visitant les cinquante États, il a appris beaucoup de ces rencontres sur le quotidien en Amérique. Alors au hasard des routes américaines, vous rencontrerez Rhonda l'écologiste de l'Utah, Jenny la serveuse de San Francisco, ou encore Ryan, professeur dans l'Illinois.
Publié le : dimanche 1 décembre 2013
Lecture(s) : 72
EAN13 : 9782336332468
Nombre de pages : 154
Prix de location à la page : 0,0087€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Hasarddes routes auxUSA André Girod
Hasard des routes aux USA
© L’HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02048-8 EAN : 9782343020488
André Girod Hasard des routes aux USA
Du même auteur Demain le soleil était noir, Éditions d’Halluin, Paris, 1968 L’ivrogne, Éditions d’Halluin, Paris, 1969 Copeaux de mon enfance, Éditions Debresse, Paris, 1971 Caltecor 5127, Éditions Pensée Universelle, Paris, 1978 Flammes du père inconnu, Éditions Publibook, Paris, 2009 Classe de neige franco-américaine, Éditions Publibook, Paris, 2009 Ilkya, Partie 1 « Demain le soleil était noir », Éditions Publibook, Paris, 2010 Classe franco-américaine, Éditions Publibook, Paris, 2010 Tourisme de destruction massive, Editions L’Harmattan, Paris, 2011 Ilkya, Partie 2 « Morituri te salutant », Editions Publibook, Paris, 2012 Back to back En anglais Red Lead Press, Pittsburgh, USA 2012 Quand le Made in France devient le Mad in France Société des écrivains, Paris, 2012 C’est mon Amérique aussi Editions l’Harmattan, Paris, 2012
 Jedédicace ce livre à tous les inconnus qui ont accepté de suspendre leur temps pour m’accorder quelques instants de partage.  Jedédicace ce livre aussi à mes filles qui souvent m’accompagnaient dans mes errances à travers l’Amérique.
Avant-propos L’Amérique, comme tout pays, ne peut se résumer à cinquante figures connues, étudiées sous toutes les coutures et dont certains écrivains pensent encore révéler quelques secrets. Les personnages hors normes de Lincoln, Hemingway, Sinatra ou Monroe font en effet rêver par un grandiose destin. Mais ce n’est qu’un nombre marginal par rapport à la population globale. Vivre en Amérique, y travailler, y voyager n’est pas s’encombrer le regard d’icônes historiques comme au cinéma lorsqu’on va voir un film, on a la vue limitée par des héros en carton placés devant les guichets. L’horizon est engorgé et ne permet plus d’apercevoir d’infimes, de microscopiques êtres humains qui, pour les médias, n’ont aucune valeur symbolique et ne méritent pas même une seconde d’attention. Nous les infiniment petits, les insignifiants et les oubliés de l’actualité, nous sommes quand même de chair et d’esprit et formons une chaine de solidarité pour nous soutenir et nous entraider mutuellement. Lorsqu’un voyageur franchit des centaines, des milliers de kilomètres par les routes secondaires aux Etats-Unis, il ne rencontrera pas de sénateurs, de chanteurs à la mode, d’actrices à moitié dévêtues, de chroniqueurs tonitruants mais des gens simples qui bien souvent tentent de survivre ou de mener une vie normale. Elle pourrait sembler terne, voire même accablante aux yeux de nos grands spécialistes de l’Amérique. Mais c’est l’addition de ces millions d’existences peu glorieuses et dénuées d’intérêt aux caméras et micros des médias, sauf lorsqu’un paumé prend une kalachnikov et tue des gamins de maternelle, qui font marcher un pays et permettent à nos stars éblouissantes d’avoir des fans et de bien gagner leur vie. Alors dans une tentative d’équilibre médiatique, je vais les mettre, pour leurs « cinq minutes de gloriole » comme aurait dit Andy Warhol, sur le devant de la scène.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.