Paysages de Paris

De
w LEANDREVAILLAT PAYSAGES DE ^ROFESSOR 4. * h pavsaaesJ5ag dex anari5 JI Ê JI E AUTEURDU ART Bracqaenioiu) (Marty, éditeur) i vol. éditeur) vol.Ettidej d'aruj ( Fischbacher, i Perronneau, peintre pajlellùle (en collaborationJ.-B. avec Ratouis de Limay) i vol.M. La Sociélé du JLx-huitièine j^cècU et -rej peinlrej (Perrin, éditeur) i vol. éditeur) . vol.La Jlaidoiu dej paya de France (Flammarion, i La renaù^danfe {LiAROvssE, éditeur) i vol.Cite Le Décor de la ^'ie (Larousse, i vol, LITTÉRATURE françaiseLa Sawie, ouvrage couronné par l'Académie (Perrin, éditeur) i vol. Le Cœur et La Croix de Sawie (Perrin, éditeur). ... i vol. ROMAN Aîodedle et Beaucbaj/Lé (Flammarion, éditeur) i vol. La Légende deà ... i vol.gorgeô du Lier (Satre, éditeur). LÉANDRE VAILLAT >-wwww-v JTaysagesdex ans Dessins de Maurice ACHENER EDITE PARLA C^ompagnie Crénérale Iransatlantique 6, RUE AUBER^ PARIS Tous droits de traduction, dadaplation cl de reproductions rése^^ es pour tons les pays. Copyright hy Léandre Vaillat, 191g. AméncalaeJ>uneA f?i'amil priéijiil '^ Parui/'de lui montrer L. V.10^ V3 -^^. 21 19G4 9 16 975 X ay5age5 de x ari5 lE FLEUVE Lcaj Quaiei'. voudrais. Madame, que le navire qui vous a menéeJe en France ne s'arrêtât pas aux rivages de la mer, mais ceuxqu'il vous portât jusqu'à de Paris, et que les arches des ponts s'ouvrissent pour lui laisser passage.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins

w
LEANDREVAILLAT
PAYSAGES
DE^ROFESSOR4.
* hpavsaaesJ5ag
dex anari5JI Ê JI E AUTEURDU
ART
Bracqaenioiu) (Marty, éditeur) i vol.
éditeur) vol.Ettidej d'aruj ( Fischbacher, i
Perronneau, peintre pajlellùle (en collaborationJ.-B.
avec Ratouis de Limay) i vol.M.
La Sociélé du JLx-huitièine j^cècU et -rej peinlrej (Perrin,
éditeur) i vol.
éditeur) . vol.La Jlaidoiu dej paya de France (Flammarion, i
La renaù^danfe {LiAROvssE, éditeur) i vol.Cite
Le Décor de la ^'ie (Larousse, i vol,
LITTÉRATURE
françaiseLa Sawie, ouvrage couronné par l'Académie
(Perrin, éditeur) i vol.
Le Cœur et La Croix de Sawie (Perrin, éditeur). ... i vol.
ROMAN
Aîodedle et Beaucbaj/Lé (Flammarion, éditeur) i vol.
La Légende deà ... i vol.gorgeô du Lier (Satre, éditeur).LÉANDRE VAILLAT
>-wwww-v
JTaysagesdex ans
Dessins de Maurice ACHENER
EDITE
PARLA
C^ompagnie Crénérale Iransatlantique
6, RUE AUBER^ PARIS
Tous droits de traduction, dadaplation cl de reproductions rése^^ es pour tons les pays.
Copyright hy Léandre Vaillat, 191g.AméncalaeJ>uneA
f?i'amil priéijiil
'^ Parui/'de lui montrer
L. V.10^
V3
-^^.
21 19G4
9 16 975X ay5age5 de x ari5
lE FLEUVE
Lcaj Quaiei'.
voudrais. Madame, que le navire qui vous a menéeJe
en France ne s'arrêtât pas aux rivages de la mer, mais
ceuxqu'il vous portât jusqu'à de Paris, et que les
arches des ponts s'ouvrissent pour lui laisser passage.
J'aimerais qu'après toutes sortes deminauderies,comme
s'il ne se résignait pas à se laisser ligoter, il accostât
enfin sur le quai d'Orsay, en face de la Concorde,
Pourquoi là plutôt qu'ailleurs ? Quand on arrive
dans une ville qui n'est connue que par les livres, on
court à l'endroit dont l'esprit, par avance, s'est exalté.
A Florence les premiers pas vous précipitent au Palazzo
Vecchio; à Pise, au Campo-Santo; à Strasbourg, vers
la cathédrale. On diraitqu'on veutau moins emporter la
réalité d'une image, pour le cas où un hasard vous obli-
gerait brusquement ces lieux, à peine entre-à quitter
5LEFLEUVE
vus. Où trouver, à Paris, cette image? comment l'ex-
celles quitraire de toutes assaillent votre cœur ? Les
boulevards, la rue de la Paix, le Louvre, le Luxem-
bourg, l'Arc de l'Etoile, les hôtels du faubourg Saint-
Oui,Germain? sans doute ; mais d'abord le fleuve, la
Seine. C'est la première promenade que j'ai faite en
arrivant à Paris, il a plus de vingt ans depuis vingty ;
ans, il ne se passe pas de semaine où je ne désire la
vingt ans, il donnerefaire; après n'en est pas qui me
plus de joie révèle encore autant de choses nou-et me
velles. Nulle part vous ne trouverez une pareille har-
monie entre la nature et ce que les hommes ajoutèrent,y
arbres,un équilibre aussi juste entre les pierres, les
l'eau et le ciel, une gamme aussi variée de nuances et
de sensations fortes, une conciliation aussi heureuse
entre le bruit et le silence, entre la dignité de l'histoire
et la ne péné-vie qui continue; nulle part enfin vous
ti'erez mieux dans l'intelligence de Paris, de ses
humblescommencements, de son allure générale.
laSuivre les quais de l'une et l'autre rive, depuis
place de la ToujoursConcorde jusqu'au pont Sull^^.
un premier plan d'eau remuante, que des arbres enca-
drent à gauche et à droite l'horizon fermé par un
;
pont au-dessus sur leduquel se profile, comme dessinée
papier Ingres à la silhouettemine de plomb, une
fuyante de maisons, dominée et là de quelquesçà
flèches, quelques tours, quelques dômes, qui rappro-
chés par la ainsi que cesperspective, semblent posés
chapelles que l'on bâtissait au moyen âge, au-dessus
piles,des pour les protéger contre la ruée du fleuve,
aux fortes immense,crues. Là-dessus un ciel, non pas
mais grand, qui échange avec l'eau un langage de lueurs
et d'ombres fugitives, un dialogue plein d'esprit, de
réticences et de cielsous-entendus. A certains jours, ce
prend un ton gris de aux nuées,penne qui, s'étendant
glisse et gagne les architectures, les les enduitJ'aùri^ueà,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.