Commerce international

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 472
Tags :
EAN13 : 9782296273092
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

COMMERCE
La dynamique

INTERNATIONAL
des rapports de forces

Du même auteur: La Chine du Nouveau Départ, L'Harmattan, juin 1987. Turbulences Chinoises, L'Harmattan, juin 1989. Growth and Adjustment, Center for Economic Research on Africa, Montclair State College, New Jersey, September 1990. S'UNIR: Le défi des états d'Afrique Centrale, L'Harmattan, septembre 1990. DEVELOPPEMENT: tembre 1991. Stratégie de l'Urgence, L'Harmattan, sep-

eL'
ISBN:

Harmattan,
2

1992

- 7384.,1644 - 6

Guy SCHULDERS

COMMERCE INTERNA TIONAL
La dynamique des rapports de forces

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 PARIS

COMMERCE INTERNATIONAL La dynamique des rapports de forces

SOMMAIRE

SOMMAIRE

7 11 17 18 19 20 21 22 23 27 29 32 35 36 40 40 43

International Trade: The New Power Dynamics
INIRODUCTION

1- Dogmes anciens et faits nouveaux 2- L'approche en termes de turbulences 3- De l'universalisme à la spécificité 4- De la continuité à la stratégie de l'urgence 5- Des microsystèmes aux ensembles régionaux redimensionnés 6- De nouvelles grilles: besoins des populations et intégration CHAPI1RE 1- LA VAlEUR DES FLUX COMMERCIAUX 1- La non homogénéité des dotations factorielles 2- La diversification des productions de matières premières 3- Les "secteurs porteurs" du commerce international 3.a- Secteurs porteurs: le progrès s'universalise 3.b- Secteurs porteurs: une approche chiffrée FranceReste du Monde - Approche statique: 1990 - Approche dynamique: 1982-1990

-7-

4- La polarisation du commerce mondial 4.a- Nord-Sud: une évolution divergente 4.b- La montée en puissance de l'Europe de l'Est 5- La valeur des biens échangés 6- Les marchés et les cours des produits échangés CHAPITRE lIe L'ANALYSE DES MARCHES SENSIBLES 1- Des choix conventionnels 2- La classification des produits de base 3- Remarques concernant les diverses productions 4- Les marchés caractéristiques 4.1- Les céréales 4.2- Le café 4.3- Le cacao 4.4- Le coton 4.5- Le sucre 4.6- Le pétrole 4.7- Le charbon CHAPITRE III SPECIAUSATION INfERNATIONALE ET DYNAMIQUE DES RAPPORTS DE FORCES 1- COMMERCE INfERNATIONAL ET COUTS DE PRODUCTION 1- L'orientation des activités nationales 2- Commerce extérieur et spécialisation 2.1- Le prix des blés anglais: Fiscalité ou ouverture? 2.2- Deux pays Deux produits 11-L'EXTENSION NATIONS INDUSTRIALISEES / NATIONS EN DEVELOPPEMENT III- LE DEPASSEMENT DU CADRE RICARDIEN
1- L'analyse néoclassique a) de la productivité du travail à la dotation factorielle b) la "Loi de Proportion des Facteurs" c) la rémunération des facteurs d) le paradoxe de LEONTIEF

47 47 49 53 56 65 65 67 68 73 73 77 85 87 90 92 96 99 101 102 104 104 108 111 115 116 116 117 119 120

-8-

2- Vérifications et peIfectionnements de l'analyse néoclassique a) des approches globales aux analyses ponctuelles b) des approches trop statiques c) au-delà des coOts constants d) la demande génère les flux du commerce international e) indétennination et indisponibilité 1) avantage comparatif et entorse à la libre concurrence g) la possibilité de pertes dynamiques à l'échange h) poids politique et domination des marchés

122 122 123 124 125 127 128 129 130 133 135 135 138 142 148 148 149 151 152 155 157 158 162 167 169 173 174 177 178 -9-

CHAPI1RE IV-VERS UN NOUVEL ORDRE COMMERCIAL MONDIAL 1- LA STRA1EGIE DES RAPPORTS DE FORCES INDUITS PAR LE COMMERCE IN1ERNATIONAL 1- Commerce international et approches développementalistes 2- Commerce international et approches marxistes et radicales 3- La stratégie de l'urgence 11-MONNAIES NATIONALES ET RAPPORTS DE FORCES IN1ERNATIONAUX 1- Sud: hétérogénéité et faiblesse des économies nationales 2- Zones monétaires: des dynamiques d'intégration 3- La Zone Franc: une restructuration inévitable 4- La dévaluation: non pas un choix. mais un risque 5- Le rattachement du Franc CFA à l'ECU III- CROISSANCE. OUVERTURE ET RAPPORTS DE FORCES COMMERCIAUX 1- De l'isolement à l'ouverture 2- Commerce extérieur et "effet multiplicateur" 3- Commerce extérieur et "effet d'accélération" 4- Commerce extérieur et inégalité des revenus IV- LES 1ENTATIVES IN1ERNATIONALES DE STABILISATION DES MARCHES 1- Le GATT 2- La CNUCED 3- Les Accords de LOME

4- Commerce international et choix de système a) Rapports de forces et libéralisme économique b) Rapports de forces et démocratisation c) le cas de l' Mrique du Sud

184 184 185 186 189 199 199 201 203 206 209 211 219

CONCLUSION ANNEXES A- Les produits de base dans le monde B- Les flux du commerce extérieur France/Mrique C- Notes sur la théorie des échanges internationaux et du développement D- Les multiplicateurs du commerce extérieur INDEX DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES BIBUOGRAPHIE INDEX DES AUIEURS

- 10-

INTERNATIONAL

TRADE

The New Power Dynamics

Openness to outside economic forces is an overriding requirement of modem times, affecting a11nations with its implidt costs and upheavals; and yet, in spite of the apparent inevitability of the overall process, it is not going forward at the same pace in all countries adopting it, nor providing them the same benefits. Faced with this situation, prevailing theories of intema tional economic relations have so far failed to come up with satisfactory answeIS to various fundamental questions, namely: 1. In terms of economic growth and development, is ex tema! trade equally benefidal to both developed and developing countries? 2. Are the present structure and operation of international trade networks really such as to ensure the political and economic independence of trading nations? 3. Most important of a11 : is the survival of the poorest nations possible when economic openness is imposed and not chosen?

OPENNESS CREATES NEW POWER DYNAMICS A country's natural resources and own economic dynamism playa lùndamental role in the orientation and volume ofits international trade flows.
On the other hand, given the opportunity for trade, all nations are attracted by the wealth of others and, using existing intema tional trading channels are able to create new resources. Theyare thus able to stimulate new economic activities hitherto unjustified from a purely national

- 11 -

standpoint and generally foster growth and development. Taking these factors into considemtion, liberal, struc turalist and mdical analyses now tend to evaluate international tlade's possible effects on na tional growth more realistically. In addition, analysis ofmonetary phenomena, an aspect often overlooked in basic economic models, now clearly demonstrates the extent to which a well-managed national currency or its integration into a larger monetary zone facilitate economic tmnsactions between diflèrent countries. Finally, the various disparities in income levels and the in creasing inequalities existing between nations (as between individuals) play their part in neutralizing the benefical effects of international tmde. This is particularly troe with respect to non-democmtic regimes clinging to inflexible and archaic economic systems. In reality, the effects ofin temational tlade on economic growth and development processes are directly related to the structuml framework of this trade. The "sensitivity" of national economics to internaJionaJ trade ultimately depends on their ability to mobilize local economic opemtors through the importation of certain external items essential for increasing their productivity. Although these items may initiallyappear to be expensive at the time, they can undoubtedly lead to improved productivity ifthey are well targeted. On the other hand, if a national economy becomes too dependent on outside sources, it will inevitably losesomething ofits national sove-reignty. The relative power balances between countries is also very much a function of their role as producers or consumers. For example, countries specializing in finished products are in a much stronger bargaining position than suppliers of low value-added goods, often burdened with excessive and costly inventories, trying to sell on alreadyoverloaded markets. UNFORESEEN NEW PHENOMENA

Historically, economic theory developed in the limited context of economic operators functioning within the same geogmphica1 area. However, since the last century the role of economic open ness and the resultant growth in international trade has been increasingly recognized, therebyextending the scope of study well beyond na tional boundaries. Until the sixties, economic theory had developed manyanalytical

- 12 -

systems based on the effect of economic openness on generally rich industrial econmies such as those of Great Britain, France, Gennany, Japan, the USA and the Soviet Union. In these models the relative power balances between the trading nations were expressed in static tenns of complementarity or competitiveness between industrialized nations whose situations were roughly comparable. Among other things this explains why these systems were able to fonnulate a number of basic concepts which, nevertheless, no longerappear valid, for example, such concepts as the homogeneity of products, the in terchangeability of factors, the free circulation of goodS, the fixed nature of technical processes and the absence of economies of scale or overt influence from outside economies.

However, foJJowing the extension of international economic relations to many newly-independent countries in the southern hemisphere, the area of study was further enlarged. At the same time, these countries were 1ùndamentaIly different in many respects from the industrialized nations for example, in tenns of culture, political
regimes, economic structures, consumer patterns, purchasing natural resources, human rights and so on.

-

power,

It was then recognized that most of the analyses made of the economies of the industrialized countries were inapplicable, and that it was necessary to redefineinternational economic relations in tenns of the new geopolitical realities. Specifically, it was found that economic theories developed with respect to wealthy, mature countries could not realistically be applied to . poor countries lacking even the most elementary in fiastructures such as a genuine currency, ski! led manpower, a trained managerial class, or even industries and services, in general. Undeniably, economic theory, as it had been applied hi therto, had not taken into consideration such concepts as donations, grants, institutionaJ and individual bankruptcyand liquidity failure. Furthennore, it did not adequately explain the new relationship springing up between the fonner imperial powers and their former colonies, based on historical links and usually involving preferential treatment. The overaJJ effect of these developments has been to discredit the former theories and underscore the need for new theories of commercial relations between the two hemispheres. As a result, it is now necessary to develop a theory of international economic relations and development for back ward and structuraJJy handicapped countries. Such a theory wi1I have to be highly realistic

- 13 -

and applicable both in terms of relations between the developing countries themselves and between them and the industrialized world.
NEW ffiEORETICALAPPROACHES Certain economists have already made highly pertinent observations on the relative or absolute benefits accruing to trading nations, and, in some cases, have developed specific analytical methodologies to express them. However, others have been extremely critical of the vulnerable position of insufficiently industrialised coun tries following their inclusion in the international trading system. For certain countries the various components of their extemal trade (imports and exports included) represent such a large share of GNP as to bely the very concept of poli tical sovereignty, particularly when foreign powers by their various mechanisms of lobbying, trading networks, pricing and production have a virtually detennant effect on the operation oftheir weaker trading partners' economies. Econometric approaches, based on "production functions" and optimum growth productions, are usually developed within a static competitive framework of each country's primary economic assets. Such models often do not attach enough significance to time, as an tnJnomic factor, a parameter which is particularly important in the context of economtc openness. In addition to these new theoretical conceptions of international economic relations, other politico-economic analyses of the role played by external trade in the growth and development of poor countries are making their presence felt. While such analyses have not always been free ofideological preconceptions on the part of their exponents, they have, on occasion, highlighted the various power imbalances and structuraI disparities existing between trading partners. Primary among these has been A. Lewis's work which contrasts the functioning of a typical modern economy (based on productivity and profitability) with traditional approaches taking into account family, community and ethnic values and using less efficient and some times archaic methods. Other economists have elaborated on this picture. For example, Prebisch has highlighted the role of adjacent capitalist economies; Singer has particularly concentrated on the effect of the worsening market position for certain commodities; Myrdal has studied the special role ofinstitutions in relation to development; Penaux has attempted to identify key sectors and define the role of training, innovation and

- 14-

outside econmies, while Hirschman has made a special study of the phenomenon of non-uniform growth and the effect of investment in "fits and starts". The dualist and strocturalist schools emphasize certain key features such as: the problem of economies with inadecpate or even no structure to speak of; the polarization of rich and poor countries; the dissimilar interests of the countries of the northernand southern hemispheres; the trading advantages of manufactured goods over raw materials; the "centre-peripherY' conflict; poverty-inducing inequities; domination caused by free trade and economic expansionism,' lack of linkage, between the dynamic components of the prosperous economies with key sec tors of the poor ones and so on.

The theme of the developing countries' exploitation of the poor
southern coun tries has been emphasized by certain more overtly ideological (Marxist and Neo-Ri cardian) analyses, which have attempted, with varying degrees of success, to transpose concepts derived from the western context to the COIlsi erably more va ried contexts of the lessd developed world. Notable among these studies have been those of Amin, Frank, Bettelheim, Emmanuel and Palloix. They have made a considerable contribu tion to the formation of a "third world" mentali ty, which, however, has never been clearly defined and which, has become increasingly vague when compared with more specific and limited
approaches.

**
International trade is based on a constraining but changing com bination of dynamic forces. We are presently witnessing an inexorable shift in the world's centre of economic gravity due to a number of new factors, namely: the pending accession to commercial dominanceofthe westem members of the former communist bloc; the emergence of many Asiatic countries as mid-level economic powers; and, last but not least, the coJJapse ofworld raw material and commodity markets, which has been so harmful to African economies.. This has caused unprecedented problems in terms of the developing countries' intemational economic relations and ca1Jsfor a new definition of the relative power balances between nations.

In a context where poverty, malnutrition, nepotism, illiteracy,
tribalism, traditional methods, non-regulated activity and lack of respect for human rights still predominate, development economists have to make a special effort to be realistic, effective and more aware of the role of the time factor.

- 15 -

However, in our fin-de-siècle world which has lost sight of its own moral bearings, our most effective tools arc still democracy, the opening-up of economic and political systems and active in volvement in the world trading system.

- 16 -

La dynamique des rapports de forces

INTRODUCTION

Des circonstances politiques exceptionnelles ont caractérisé la fin des années quatre-vingt (démantèlement du Mur de Berlin et du "Rideau de Fer") et le début des années quatre-vingt-dix (réunification allemande, Guerre du Golfe, dissolution de l'ensemble soviétique et éclosion complexe d'une Communauté d'Etats Indépendants, problèmes kurdes, zaïrois, togolais, algériens, etc.). L'accélération et la localisation de ces événements politiques récents montrent combien les transformations qui façonnent le monde ne sont homogènes ni dans l'espace ni dans le temps. Or, dans ce contexte étonnamment évolutif, le poids et le coût des mutations n'affectent pas tous les pays avec la même rigueur:

- les pays de l'ex-bloc socialiste ont recouvré une certaine forme de liberté économique et politique et sans s'y être véritablement préparés, s'ouvrent très rapidement, à un mode de ges- 17 -

tion capitaliste qui impose ses lois et ses exigences sur le plan matériel comme sur le plan humain;

- la population active des "Nouveaux BundesUinder" allemands endure un chômage particulièrement éprouvant, même si chacun s'entend à admettre que celui-ci ne sem que provisoire, dans la mesure où il caractérise une période politiquement, économiquement et socialement tmnsitoire ;

- la plupart des pays du Sud sont confrontés à des crises économiques très gmves, car profondes et structurelles, qui fmppent avec une particulière acuité l'ensemble des états du continent africain. Qu'elles soient causes ou conséquences, ces mutations politiques inédites sont inextricablement liées à des évolutions économiques et sociales fondamentales qui interpellent tant les pmticiens que les théoriciens, et remettent en cause les approches trop longtemps universalistes, souvent dogmatiques et rarement réalistes des initiateurs de la science économique moderne.
1- Dogmes anciens et faits nouveaux Face à ces faits et à ces rythmes nouveaux, les outils d'analyse dont dispose la Science Economique pour mesurer, comprendre ou infléchir les crises ou les déséquilibres sont de moins en moins opérants. De la même manière, les politiques traditionnelles de relance, de déblocage ou de retour à l'équilibre ne parviennent plus à expliquer et encore moins à endiguer les mécanismes cumulatifs de déstabilisation, d'appauvrissement, de récession ou de rejet qui affectent, par effet de ricochet, un nombre de plus en plus élevé de pays du Nord comme du Sud. Puisque la théorie se trouve désemparée et impuissante face aux camctéristiques déroutantes des phénomènes qui conditionnent les crises présentes, l'économiste peut opter pour l'un des trois comportements suivants : a- la théorie est bonne, mais les pays en mutation affectés par la crise (pays en développement du Sud ou pays anciennement socialistes du Nord) ne fournissent pas, dumnt la période exceptionnelle qu'ils tmversent, les éléments de mtionalité qui en permettent l'application. Si la crise devait durer, les réalités d'un monde éminemment changeant pourmient conduire à une décon-

- 18 -

nexion de la théorie économique à l'égard des besoins des populations et des exigences des états affectés par les perturbations ; b- la théorie est bonne, mais elle doit être impérativement complétée pour tenir compte des événements récents. La modernisation des approches devra être prudente et pragmatique car il existe en la circonstance un risque réel de surcharger des modèles et des processus économiques déjà lourds et complexes tant au niveau de leur conception que de leur gestion. c- Puisque devant ces faits et ces rythmes nouveaux "la théorie ne répond plus", l'économiste doit remettre en cause sa méthode, le politicien doit proposer une nouvelle image de la société, l'universitaire doit redéfinir sa pédagogie et réorienter ses recherches. Nous avions développé ce thème dans le cas spécifique des économies des pays du Sud en difficulté de développement. Une redéfinition du rôle de l'économiste nous semblait alors relever de l'urgence et non d'une continuité dans le mode de gestion économique des états. Les événements survenus depuis 1991 dans l'ex-Union Soviétique nous conduisent désormais à étendre la notion de stratégie de l'urgence, relative à l'élaboration de nouveaux principes économiques et sociaux de sauvegarde, à l'ensemble des pays anciennement socialistes du Nord fortement affectés par la crise présente1.
2- L'approche en tennes de turbulences

-

L'écueil que les économistes doivent impérativement contourner en cherchant à combler le retard de la théorie sur l'événement est celui de la précipitation. Celle-ci a certainement été néfaste en 1991 à l'évolution des réalités politiques, économiques et sociales de l'ex-URSS, du Zaïre, du Togo, du Congo et de bien d'autres pays qui furent éprouvés par des changements désordonnés. L'analyse du développement extrêmement rapide de l'appareil productif chinois au cours des années quatre-vingt conduit à systématiser une approche des phénomènes de mutation en termes de "turbulences". En effet, dès lors qu'une évolution non synchrone
1 Thème évoqué dans notre "DÉVELOPPEMENT: Stratégie de l'Urgence", Éditions L'Harmattan, Paris 1991 (p.18 et suiv.).

- 19 -

caractérise au cours d'une même période le matériel (produits, techniques, marchés nouveaux), le naturel (la démographie, les productions agricoles) et le spirituel (les mentalités, les idéologies, les religions, les cultures), une cassure menace, à brève échéance, la société concemée2. Les turbulences relèvent le plus souvent d'une certaine forme de syncrétisme liée à l'incompatibilité, voire à l'incohérence des mesures mises en oeuvre au niveau politique, économique ou social par des gouvernements inquiets, maladroits ou débordés. Semblable incohérence peut être simultanément culturelle, humaine et matérielle. Ceci nous semble vérifié sur tous les continents, même en Europe maintenant, où dans certains pays, l'accès aux forces du marché ne saurait relever d'une marche forcée. Transparence et Perestroika requièrent une adaptation des mentalités en même temps que s'opère un transfert de pouvoirs. "Toute précipitation en ce domaine pourrait remettre en cause les effets bénéfiques dont sont éminemment porteurs de tels vecteurs de changement"3.
3- De l'universalisme à la spécificité

-

Dans un premier temps, l'on est contraint d'admettre, davantage par pragmatisme que par souci de peaufiner les raisonnements ou de perfectionner les démarches scientifiques, forcé par la réalité évolutive des appareils économico-politiques des diverses nations, que l'universalisme libéral, keynésien et à plus forte raison marxiste, doit être relayé par une analyse orientée vers la spécificité des cas de figure inédits, de plus en plus diversifiés, qu'impose notre époque récente4.
2 "Chine: Une réforme limitée", Guy SCHULDERS, Revue Sud-Est Asie, Janvier 1988. La parution de "Turbulences Chinoises", Éditions L'Harmattan, Paris 1989, a coÙlcidé avec le déclenchement des événements dramatiques de la place Tien An Menh. 3 L'accélération des changements à l'Est depuis 1990, ainsi que les affrontements ethniques de Yougoslavie corroborent cette impression que nous avions exprimée dans notre "Stratégie de l'Urgence", op. cit. p.20. 4 KOLM Serge-Christophe, "Splendeurs et misères de la Science Économique", Le Monde, 2 avril 1991. Voir également, MAHIEU François-Régis, "Les fondements - 20-

Ces approches avaient déjà conduit certains auteurs à étudier les rapports de forces Nord-Sud qui s'établissent par le biais du commerce international au sein de divers courants récents : - courant du développementalisme: problèmes spécifiques des nations non développées et mise au point de théories qui leur soient propres;

- courant du structuralisme: en termes de dualisme, de désarticulation, de cercles vicieux, de blocage, de domination sc1érosante, d'inégalités dynamiques, de substitutions compensatrices, d'innovations régénératrices, de pôles d'entraînement, - courant du radicalisme: (à moindre degré désormais depuis les revers qu'ont connues en 1990-91 les idéologies socialomarxistes) en termes d'échange inégal, d'exploitation Nordl Sud et d'exploitation CapitaVfravail, de firmes multinationales spoliatrices5. Ces approches peuvent être orthodoxes (directement conformes à la doctrine marxiste), ou hétérodoxes (non pas exploitation du travail par le capital, mais exploitation des nations pauvres par les nations riches). Les circonstances politiques les plus récentes renforcent le bien- fondé et la pertinence des analyses qui prennent en considération la spécificité des phénomènes de déséquilibres issus de l'instabilité des appareils économiques et politiques de l'époque présente.
4 - De la continuité à la stratégie de l'urgence

-

Dans un second temps, confrontée aux caractéristiques gravissimes des différents foyers de crise qui se sont manifestés depuis la fin des années quatre-vingt, la continuité des politiques économiques qui vise à entretenir les situations d'équilibre ou à contenir les tendances du déséquilibre fait place aux impératifs des stratégies de l'urgence et de la sauvegarde des appareils en déconfiture. Ceci est vrai en ce qui concerne les pays du Sud et particuliède la crise économique en Afrique", Coll. Logiques Économiques, Ed. L'Harmattan, Paris 1990, et COPANS Jean "La longue marche de la modernité africaine", Ed. Karthala, Paris 1990 ; HUGON Philippe: "L'économie du développement, le temps et l'histoire", Revue Économique, mars 1991. 5 Élaboration d'une théorie moderne du développement: voir Chapitre III.

- 21 -

rement ceux de l'Afrique subsaharienne dans lesquels, à de très rares exceptions près, les tentatives démocratiques ont échoué, et où les états continuent de se recroqueviller au sein de micro-systèmes totalitaires et dépassés. Dans ces pays les économies s'effondrent dans des circonstances socialement dramatiques. Faute d'une stratégie de l'urgence, ces pays encourent le risque d'être condamnés à disparaître en tant qu'états souverains, devenant tributaires d'une assistance économique humanitaire illimitée dans le temps. Il ne saurait être véritablement question d'indépendance politique et de souveraineté nationale pour des pays dont les économies sont tenues "à bout de bras" par le reste du monde. De la même manière, une approche en termes de stratégie de l'urgence s'impose dans le cas plus récent des états du Nord anciennement socialistes. A cet égard, nous nous garderons d'exprimer la conviction que le capitalisme occidental de Aprèsguerre, lui-même en perpétuelle transformation et sans cesse remis en cause par les mouvements et les aspirations des individus qu'il concerne, constituera une solution idéale et adaptée aux problèmes actuels des autres régions du monde. Plus de trois cent millions d'agents économiques ont évolué depuis trois-quarts de siècle dans un système socialo-marxiste lourd et sclérosant qui ne répondait plus aux exigences du monde moderne. Au demeurant, le chemin qu'il convient d'emprunter pour accéder à la liberté ne saurait être le même en tous lieux et en tous temps. 5 - Des micro-systèmes aux ensembles régionaux redimensionnés Par ailleurs, l'analyse des causes des blocages auxquels se sont heurtées les économies les plus gravement affectées par la crise actuelle permet de dégager l'importance des économies d'échelle. Par voie de conséquence apparaît la nécessité pour un très grand nombre de micro systèmes politico-économiques de se constituer rapidement mais prudemment - en sous-ensembles régionaux. Seuls de tels regroupements éviteront que se perpétue l'effondrement, ou au mieux la marginalisationd'états aujourd'hui très affaiblis. Il s'agit là, non plus d'un choix de système, mais d'un choix

-

- 22-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.