Croissance, crises et mutations économiques

De
Publié par

Quel sera le monde économique de demain ? Quelles activités sont porteuses d'avenir ? Quelle physionomie prendront les marchés à l'échelle internationale ? Quels obstacles majeurs devrons-nous franchir pour assurer la transformation de notre monde actuel vers un économie propre et soutenable à long terme ? Cet ouvrage s'efforce de répondre à ces questions en apportant une vision entrepreneuriale de la mondialisation qui en fait son originalité.
Publié le : mardi 1 mars 2011
Lecture(s) : 66
Tags :
EAN13 : 9782296802261
Nombre de pages : 198
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
CROISSANCE,CRISES&MUTATIONS ÉCONOMIQUES
Roland Couture
CROISSANCE,CRISES
&MUTATIONS ÉCONOMIQUES
Préface de Christian de Boissieu
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54290-7 EAN : 9782296542907
5HPHUFLHPHQWV 
 Je voudrais remercier Michel Cabart, un compagnon de route du conseil, avec qui jai cheminé dans ce métier durant de nombreuses années. Les conseils et les corrections quil ma prodigués avec sa grande clairvoyance et sa brillante intelligence mont été de la plus grande utilité. Je remercie aussi Christian de Boissieu pour son soutien. Il ma fait lamitié de sa préface et le présent de sa confiance, jen suis très honoré. Je remercie Christian Poujardieu et Michel Repiso, deux grands patrons éclairés aujourdhui à la retraire, ainsi que Frank Jubelin pour leur relecture et leurs conseils avisés. Jy associe Michel Martin-Roland, journaliste et écrivain, pour ses suggestions pertinentes. Je remercie enfin Catherine Andrieu pour son soutien, sa patience, son dynamisme et sa gentillesse. Je dédie ce livre à mes filles Audrey et Camille. On peut être fier de son travail mais on ne lest jamais autant que de ses enfants.
Roland Couture
3UpIDFH
par Christian de Boissieu *
Le beau livre de Roland Couture propose un éclairage pertinent et stimulant sur les changements structurels intervenus depuis quelques décennies (la mondialisation, les nouvelles technologies, la montée des services, les nouveaux comportements des entreprises et des consommateurs), et leurs implications économiques et sociales. La rétrospective nest mobilisée que pour tendre vers linterprétation des événements en cours (y compris la crise mondiale) et vers les bases de la prospective. Au cur de la démonstration figurent en première place les exigences de productivité et de compétitivité, non indépendantes lune de lautre. Comme lavait noté Alfred Sauvy il y a longtemps, la productivité nest pas, à terme, léconomie de lemploi. Si, à court terme, le progrès technique peut être « récessif » (cest-à-dire éventuellement défavorable à lemploi), il devient rapidement « processif », cest-à-dire favorable à lembauche. Lexpérience américaine des années 1990 et 2000 (jusquà lexplosion de la crise en 2007) le confirme, mais lexemplarité de cette expérience a été remise en cause par les excès de lendettement, de la finance en général, et la pression nuisible exercée sur les entreprises par la quête de rentabilité financière maximale à court terme.
* du Conseil dAnalyse Economique Président lUniversité de Paris I (Panthéon  Sorbonne).
- 9 -
et
Professeur
à
Croissance, crises & mutations économiques
Tout ce qui est dit, en combinant et intégrant avec un talent rare la micro et la macro-économie, sur les ressorts de la croissance est dune actualité brûlante.
Alors que la crise mondiale nest pas achevée et que se surajoute pour nous la crise dans la zone euro (Grèce, Irlande), lEurope fait figure de zone de basse pression, en comparaison des autres régions du monde, du point de vue de lactivité et de lemploi. Les projections « au fil de leau » à lhorizon 2020 ne sont guère plus encourageantes. Seule la mise en uvre, dans chaque pays européen et avec lappui de léchelon communautaire, dun programme « schumpétérien » organisé autour de la R&D, de linnovation, des nouvelles technologies, de lenseignement supérieur, du développement des PME, etc. nous permettra déchapper au « fil de leau ». Il fallait être keynésien face à la crise, surtout après la faillite de Lehman Brothers. Les politiques monétaires et budgétaires ont assuré lessentiel, en évitant le pire. Désormais, cest le programme schumpétérien centré sur les politiques de loffre et lexigence de compétitivité des entreprises qui doit prendre le relais, face aux défis mais aussi aux opportunités nés de laffirmation des grands pays émergents (dont bien sûr la Chine). Plus précisément, il faut arriver à marcher sur les deux jambes, cest-à-dire à la fois réduire les déficits publics et les dettes publiques et mettre en uvre des stratégies actives de croissance pour résorber le chômage.
Les deux jambes sont-elles compatibles ? Oui, à condition daccélérer le redéploiement des budgets publics (Etats et
- 10 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.