//img.uscri.be/pth/288235367854935840039fdf0834571aa11b0f70
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mystère de la démocratie en Afrique (Le)

De
192 pages
Après la chute du mur de Berlin, la démocratie fut propulsée dans les pays d'Afrique noire. Celle-ci repose a priori sur deux piliers : une Constitution stable respectée par les gouvernants (surtout) et les autres citoyens ainsi qu'un partage équitable du PIB (Produit Intérieur Brut) par tous et la justice sociale. Le problème, c'est que ces deux piliers fondamentaux sont mis à mal en Afrique noire: ceci est la cause des guerres, de la prolongation et de la modification en cascade des constitutions. Cette étude est organisée autour du cas de Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès Social (RDPS) au Congo Brazzaville.
Voir plus Voir moins
à
Robert Ghoma Lefort
Le mystère de la démocratie en Afrique
L’exemple du RDPS au Congo Brazzaville
Le mystère de la démocratie en Afrique
Le mystère de la démocratie en Afrique
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com
ISBN : 978-2-343-09920-0 EAN :9782343099200
Robert GHOMALEFORTLe mystère de la démocratie en Afrique L’exemple du RDPS au Congo Brazzaville
PRÉAMBULE
L’art politique est essentiellement un art de la décision. Pour cela, il faut posséder l’intuition de la mesure qui semble la plus opportune, et le sens de la responsabilité pour la cause que l’on défend. Or, le RDPS qui se définit comme joue depuis sa création à l’opportunisme et même, pour pratiquer l’art politique à une agitation à vide, parce que n’ayant pas un objectif précis et un programme approprié. De nos jours, il faut se doter d’un programme qui tienne compte des réalités à la fois départementales et nationales, au lieu d’être copte sans réelles ambitions économiques, sociales et culturelles, si ce n’est que le troc d’un poste politique de second rang utile à l’intéressé, mais préjudiciable aux populations qu’il est censé représenter. Nos hommes politiques départementaux gèrent davan-tage leurs humeurs, leurs programmes ne permettent pas aux militants de comprendre la politique locale, ils n’ont besoin d’eux que lorsque des évènements politiques se pointent à l’horizon, et alors on parle de l’aile politique de tel ou tel dirigeant en leur donnant de quoi acheter du jus, de l’arachide, du pain. La majorité des jeunes actuels du Kouilou (région du sud du Congo Brazzaville et ayant pour chef-lieu Loango) qui a vocation de muer en une force politique, active,
progressive est encore marginalisée. Il faut que les étudiants, élève, le sans-emploi, et déshérité se rapprochent du travailleur et du paysan ; car leur avenir se joue dans leur solidarité et dans leur alliance. Tout changement est l’œuvre des masses populaires. En définitive, c’est au RDPS d’apprécier le moment de passer à telle ou telle action, de déterminer les formes de lutte particulières et les possibilités locales conjonc-turelles. Dans les circonstances et les rapports de force actuels, c’est la lutte pour une démocratie avancée qui permet de mobiliser l’énergie de tous ceux qui ressentent le besoin et la nécessité de changer la vie sociale pour un mieux-être. Seule l’activité politique croissante confiante peut qualitativement élever le niveau de chaque membre de notre parti, et assurer son extension et son influence nationales. Pour combattre l’opportunisme, la couardise, et la tartufferie qui sévissent au Kouilou, nous devons lutter avec la dernière énergie contre : les traîtres, les fignoleurs, les paresseux, les jongleurs, contre la maladie infantile du pouvoir central, le népotisme ; expliquer au peuple le danger du népotisme et comment le chasser ; il faut le décrier sur les toits des maisons, et dans les places publiques. Une des manifestations pour lutter contre l’oppor-tunisme au sein du RDPS est d’éviter la concentration de notre attention sur les questions futiles d’actualité faites pour nous distraire. Nous devrons nous consacrer à l’objectif final de notre programme constitué par l’égalité des chances pour chacun et pour tous, la justice sociale, le compromis utile et nécessaire à la démocratie avancée. Il nous faut préparer les jeunes hommes et femmes dans les
8
écoles ou des ateliers politiques ; c’est le rôle du RDPS. Il faut convaincre les populations afin qu’elles combattent becs et ongles en faveur de l’avènement d’une société nouvelle où toutes les 52 ethnies du Congo travailleraient la main dans la main, sans favoriser aucune d’entre elles, surtout dans l’orientation des boursiers, le recrutement à la Fonction publique, dans l’armée, la police et la gendarmerie, les douanes, les impôts, etc., car leur clivage crée la haine réciproque entre les fils et filles du Congo Brazzaville. À l’heure où nous écrivons, ses structures précitées sont pleines et nous nous posons la question de savoir ce que fera le prochain Président de la République. Pour une paix durable, il faut que les forces vives des douze (12) départements y réfléchissent. Tant que coulera le pétrole peu d’équations trouveront leur solution, ceux qui vivront, seront les seuls témoins de l’histoire, car ils exigeront les audits de cesdites structures. J’ai suivi la main droite sur le cœur qui lâchait l’interview du pasteur Ntoumi le 30 décembre 2009 à RFI qui parlait de l’insertion de 19 000 jeunes du Congo, département par département sans citer le département du Kouilou. Le RDPS doit marcher avec la lampe à la main afin d’apprendre l’A B C D de la politique au peuple qui vit et vote dans l’ignorance selon l’appartenance ethnique, et non la personne. Pour ce faire, il nous faut former les indicateurs, propagateurs des idées du parti, pour une meilleure pédagogie politico sociale locale du Congo Brazzaville, à la place de nos députés et sénateurs sourds, muets et aveugles. Les paysans ne voient pas la constitution, ils vivent de moralité basée sur leurs traditions respectives. Par contre ce sont les responsables
9