Paraguay bilingue

De
Publié par

Ces analyses, en français ou en espagnol sont proposées par des universitaires travaillant dans le champ de la sociolinguistique et des politiques linguistiques et éducatives, à propos de la situation exemplaire du Paraguay. L'ouvrage souhaite faire connaître le laboratoire sociolinguistique-glottopolitique paraguayen et rendre hommage à l'action en faveur de la promotion du guarani, comme langue co-officielle.
Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
EAN13 : 9782296511927
Nombre de pages : 284
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
  g  arau  ni, ontres coisnbituentné amerche  d irseuch sitsevnt el rusarugyanerearnia  arfaite et doncémrous stnemfni attun iounr sie gniuoiilsocotenhxe, omleue cstiq nal el rus tnatue qesqutiras deséreatnenoitC .sur sel c dui res( ueoreésno  uales contributeursnenneiv irohd tmé-anotis)incarimoélsec iaeremtn diszonsnaircilioc sloionglae,agsecn ud  : seicstion. IS léducaneec sedig,es ic e28-637060-633-2-879 : NBLiBiY uaüENg
Henr BOYER et Hedy PENNER (sos l drecton de)
S
LE PuaY aRaggNEuiBiLRagaLEP 
EL PaRaguaY BiLiNgüE
LE PaRaguaY BiLiNguE
Le Paraguay bilingue
 El Paraguay bilingüe                 
 
Sociolinguistique Collection dirigée par Henri Boyer (Université de Montpellier 3)  Conseil scientifique : G. Bergounioux (Univ. d'Orléans, France), A. Boudreau (Univ. de Moncton, Canada), E. Boix (Univ. de Barcelona, Espagne), J.-F. De Pietro (IRDP, Neuchâtel, Suisse), J. Guilhaumou (CNRS, France), G. Kremnitz (Univ. de Wien, Autriche), M. Matthey (Univ. de Grenoble 3, France), B. Maurer (Univ. de Montpellier 3, France), H. Monteagudo (Univ. de Santiago de Compostela, Espagne), H. Penner (Univ. Católica de Asunción, Paraguay), A. Kristol (Univ. de Neuchâtel, Suisse), Ch. Lagarde (Univ. de Perpignan Via Domitia, France), M. Tournier (CNRS, France)  La Collection Sociolinguistique se veut un lieu exigeant d'expression et de confrontation des diverses recherches en sciences du langage ou dans les champs disciplinaires connexes qui, en France et ailleurs, contribuent à l'intelligence de l'exercice des langues en société : qu'elles traitent de la variation ou de la pluralité linguistiques et donc des mécanismes de valorisation et de stigmatisation des formes linguistiques et des idiomes en présence (dans les faits comme dans les imaginaires collectifs), qu'elles analysent des interventions glottopolitiques ou encore qu'elles interrogent la dimension sociopragmatique de l'activité de langage, orale ou scripturale, ordinaire, médiatique ou même « littéraire».  Donc une collection largement ouverte à la diversité des terrains, des objets, des méthodologies. Et, bien entendu, des sensibilités.  Dernières parutions  Sabine EHRHART, LÉcologie des langues de contact. Le tayo, créole de Nouvelle-Calédonie , 2012.  Eléonore YASRI-LABRIQUE, La Turquie et nous. Enquête sur limaginaire turc de la France, 2010. Henri BOYER (sous la dir. de), Hybrides linguistiques. Genèses, statuts, fonctionnements , 2010. Patrick CHARAUDEAU (dir.), Identités sociales et discursives du sujet parlant , 2009.    
  
Sous la direction de Henri Boyer et Hedy Penner    Avec la collaboration de Carmen Alén Garabato   Le Paraguay bilingue
 El Paraguay bilingüe    
  
  
 
 
 
                        
     
 Ouvrage publié avec le soutien du Laboratoire DIPRALANG  EA 739 (Université Montpellier III)  
 © L'Harmattan, 2012  5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00637-6 EAN : 9782336006376
  
 
 
 
 
5
LE PARAGUAY
  
  
Présentation  
Henri BOYER Université Montpellier III Hedy PENNER Universidad Católica de Asunción
 Le Paraguay, où est majoritairement parlé le guarani  (paraguayen), langue d'origine amérindienne, présente une configuration sociolinguistique clairement de type diglossique ou plutôt pluriglossique (car coexistent de 17 à 19 langues amérindiennes parlées par des communautés indigènes plus ou moins importantes) particulièrement intéressante. Cette configuration «pluriculturelle et bilingue» (selon les termes de la Constitution démocratique de 1992) est en pleine évolution avec la mise en uvre d'une Réforme éducative qui vise à promouvoir l Éducation bilingue» (guarani-espagnol) dans le pays. Tous les indicateurs institutionnels présagent une rupture avec une longue période de minoration , durant laquelle le guarani a été alternativement exclu de l'école, stigmatisé et mythifié, objet d'idéalisation nationaliste. On peut se demander cependant si la représentation ambivalente  de la langue des origines - symbole quasi unanime de l'identité nationale en dépit d'avoir été souvent dévalorisé au profit du castillan - appartient bien au passé.
7
  
Quoi qu'il en soit, dans 59,2% des foyers paraguayens, le guarani est la langue usuelle, pourcentage plus élevé que celui des foyers où c'est le castillan qui est habituel (35,7%) (Corvalán 2006: 15-16). Cela montre jusqu'à quel point cette configuration ethnosociolinguistique, en ce qui concerne les répertoires et les usages, est atypique dans l'ensemble de l'hispanophonie américaine, où la langue du colonisateur, le castillan, est dominante. Mais en même temps, une autre enquête met en évidence la persistance de représentations ambivalentes: alors que 77,6% des enquêtés sont en désaccord avec l'affirmation selon laquelle «au Paraguay il suffit de ne parler que guarani» et alors que seulement 33,4% sont d'accord pour affirmer que «pour progresser économiquement, il faut savoir parler guarani», 81,3% considèrent que «la langue guarani est dans [leur] sang», un résultat cohérent avec le fait que 71,3% des enquêtés sont d'accord avec l'affirmation: «pour être authentiquement Paraguayen, il faut savoir parler le guarani» (Gynan 2003: 76-80). Un fait capital concernant l'imaginaire des langues au Paraguay est que le guarani est au centre d'un interdiscours dominant qui célèbre la nation paraguayenne, nation métisse, fière d'avoir élevé au rang de langue officielle une langue indigène. G. Corvalán (1981: 41, [1977]) note ainsi le « haut degré de nationalisme qui naît de l'emploi du guarani ». Mais on ne peut pas davantage nier l'existence d'une autre perception en relation avec l'éloge du métissage : B. Melià parle même d'un «bilinguisme nationaliste» (Melià cité par Zajicová 2009: 58). Selon Zajicová « la fierté est liée au bilinguisme, et non au seul guarani » ( Ibid. : 58.). C'est dire si la question de l'identité / des identités et sa gestion officielle est centrale pour la société
8
  
paraguayenne, habitée par diverses modalités d'hétérogénéité culturelle et etnosociolinguistique. Aussi la société paraguayenne actuelle est-elle un terrain d'observation privilégié pour les sociolinguistes et tous ceux qui s'intéressent à la production d'identité culturelle et linguistique: en effet cette société présente une situation complexe dans laquelle la tension identité / hétérogénéité se manifeste simultanément à travers des figures apparemment paradoxales qui démontrent justement la nature dynamique de cette tension et son incidence glottopolitique. D'abord il faut noter l'existence d'une modalité linguistique dont on a beaucoup débattu (et qui continue à nourrir bien des discussions): le « jopara », modalité interlectale , parfois  considérée comme «troisième langue», parfois identifiée simplement au guarani hispanisé au cours des siècles et dont l'émergence remonte aux lendemains de la conquête. Les spécialistes (enseignants et / ou chercheurs) favorables au guarani normé, enseigné, ont des difficultés pour défendre la légitimité du guarani scolaire, contre l'attitude de la plupart des usagers, qui considèrent le guarani parlé (le « jopara ») comme la véritable langue du peuple paraguayen. Par ailleurs il est clair que le guarani paraguayen n'est pas revendiqué par les Indiens qui parlent un guarani «ethnique» et qui veulent préserver son intégrité, y compris en s'opposant à une scolarisation en guarani paraguayen qui peut mettre en danger une identité singulière préservée du métissage.                       
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.