//img.uscri.be/pth/b63080bf5db98e31dbd99452bfc72eb5ba161a6e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une didactique des actes de discours et des séquences

De
240 pages
En remaniant des articles de presse, ce livre propose une double analyse : tout d'abord, le but recherché est de rendre compte de la structuration et des relations syntaxiques dans le discours (au regard des concepts de R.Barthes), puis, d'envisager les actes de discours dans les développements démonstratifs. Cette étude s'adresse autant aux didacticiens en FLE ou à des professeurs de ce domaine qu'à des étudiants qui rencontrent des problèmes dans la lecture/compréhension des textes de presse.
Voir plus Voir moins
Victor Allouche
UNE DIDACTIQUE DES ACTESDE DISCOURS ET DES SÉQUENCES
Production et compréhension écrites en FLE
Une didactique des actes de discours et des séquences
Victor Allouche Une didactique des actes de discours et des séquences Production et compréhension écrites en FLE L’HARMATTAN
Du même auteur, Aux Presses Universitaires de la Méditerranée (PULM) : Vécu de langues en milieux australiens(2006) L’écrit en FLE : Travail du style et maîtrise de la langue(2011) Chez L’Harmattan Approche interprétative des discours de presse(2012) © L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00145-6EAN : 978233600145-6
A Nada, ma femme, et à mes enfants, Christophe et Gabriella.
Présentation
Cette didactique des actes de discours et des séquences dans le cadre du FLE est soutenue par diverses théories issues des sciences du langage (structuralisme, analyse du discours, sémiotique) et de la philosophie du langage ordinaire (théorie des actes de langage), et permise par l’étude d’un corpus d’articles de presse à visée 1 démonstrative . Préalables Trois questions se posent au début de cette présentation avant d’en venir à l’arrière-plan théorique de cette didactique des actes de discours et des séquences, la première concerne la raison historique de cette contribution dans le champ de la didactique de l’écrit en FLE, la seconde renvoie à la justification de l’enseignement/apprentissage de discours écrits à visée 2 démonstrative dans un contexte institutionnel, la troisième enfin se rapporte aux raisons didactiques qui visent à conférer à la production des écrits une place croissante ?
1  Nousdéfinirons cette notion de «démonstration »dans « Structurationdans les discours conventionnels». Disons tout de suite que la visée démonstrative est à entendre soit comme une visée du faire comprendre (élucider) quelque chose à un lecteur, soit comme une visée persuasive (qui peut se parler en termes d’influencer un lecteur ou de le convaincre du bien-fondé de ses positions). L’idée de démonstration n’est donc pas rattachée à un raisonnement logique. 2 S. Moirand (1979) distingue le contexte institutionnel du contexte de la vie quotidienne pour envisager dans ce dernier contexte deux grands domaines où produire de l’écrit est un besoin, une nécessité : la communication épistolaire et la communication professionnelle (p. 95).
7
Parfois, il arrive que les retombées pédagogiques d’une recherche soient publiées avant la recherche elle-même, du moins sous la forme d’un ouvrage, que nous proposons maintenant, rassemblant à la fois certains articles parus et d’autres non parus. Nous préciserons, dans cette présentation, les uns et les autres. Mais nous voulions parler de la parution aux PULM deL’écrit en FLE(Allouche V., Maurer B.: 2011). Dans les propositions théorico-pratiques pour améliorer la production d’écrits, nous rappelons seulement que nous invitons les enseignants, B. Maurer et moi, au niveau B1/B2, à faire travailler les apprenants sur la cohérence discursive (la hiérarchisation des contenus sémantiques) à travers quatre séquences démonstratives que sont les séquences explicitative, illustrative, explicative et justificative avant de les faire travailler sur des discours entiers (combinant ces séquences). Or ces quelques types d’organisations pragmatico-sémantiques sont issus d’une recherche didactique propre qui prenait surtout pour théorie de référence la pragmatique des actes de langage et des travaux complémentaires que nous préciserons (sur l’explicitation, le couple explication/justification, sur les exemples). Historiquement, cette recherche commencée en 1989 a bénéficié de l’apport de la réflexion didactique sur les approches notionnelles-fonctionnelles et communicatives et, bien sûr, de la pragmatique et de la sociolinguistique (fondements du Niveau-seuil: 1976, à travers les notions de «notion »,de «fonction »,et « d’actesde parole»). La raison historique de cette didactique des actes de discours et des séquences est donc de rendre compte de cette recherche sur certains discours écrits à récurrence forte.
Quelle est, ensuite, la justification de l’enseignement/apprentissage de discours écrits à visée démonstrative (élucider ou persuader) en compréhension et en production? Rappelons qu’aujourd’hui les
8
3 programmes issusdu CECRL prévoient l’enseignement/apprentissage aux niveaux C1/C2 de 4 techniques transversales (la reformulation , l’organisation 5 des écrits ), d’écrits académiques (le résumé, la synthèse 6 7 de documents), d’écrits créatifs (l’article de presse, la critique, l’éditorial, la lettre de motivation). Signalons ensuite ce qui pourrait se faire comme enseignement/apprentissage de discours écrits, à l’intérieur de Diplôme d’Université de Français sur Objectif 8 Universitaire (FOU),comme la dissertation, le commentaire de texte ou l’exposé oral, pour préparer des étudiants étrangers de niveau B2 à entrer à l’université française. Or tous ces genres de discours universitaires ou journalistiques supposent du côté de la compréhension (article de presse à étudier pour le résumer, texte à étudier pour le commenter), ou du côté de la production (article critique, dissertation), à lire ou à écrire des séquences ou discours à visée démonstrative, autrement dit une visée pragmatique tendant à élucider quelque chose pour un lecteur ou à prouver quelque chose à un lecteur. En 1981, 3 Voir M. Causa, B. Mègre (2008)Production écrite, Didier. 4  Letravail de «reformulation »revient, selon les auteurs, à ce que nous appelons l’explicitation. 5  Lesauteurs ne proposent pas une organisation générale des écrits, mais font des remarques sur leur présentation spatiale et donnent des précisions sur les connecteurs ou marqueurs de relation qui sont en général des signalisations d’actes de langage (ajouter, atténuer, concéder, exclure, expliquer, opposer, illustrer, etc.). 6  Pourl’organisation de la synthèse de documents, les auteurs proposent des séquences explicitatives à bases discursives condensives, sous la forme d’idées essentielles développées par trois idées secondaires. 7  L’articlede presse envisagé par les auteurs est essentiellement informatif, donc il n’entre pas directement dans notre projet. Par contre la critique et l’éditorial y entrent, pour le premier l’auteur peut donner son avis, juger, apprécier, et donc justifier, pour le second l’auteur doit exprimer une opinion et argumenter en faveur de cette position. 8  L’IEFE(Montpellier III) a demandé et obtenu l’habilitation de ce diplôme au conseil d’administration de cette même université en 2011.
9