//img.uscri.be/pth/d89622493273b2379353f2041c53b35583d74080
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Gestion financière

De
328 pages
Cet ouvrage a pour principal objectif de convaincre le lecteur de la nécessité de bien maîtriser les concepts, les méthodes et les techniques de la gestion financière. Il aborde les thèmes aussi variés que le diagnostic financier, la gestion de la trésorerie, la politique d'investissement dans un univers certain et le coût du capital.
Voir plus Voir moins

Samy BENNACEUR Abdelwahed OMRI

Gestion financière

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37

10214Torino
ITALlE

SOMMAIRE
Avant-propos
CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE 1 : Un premier aperçu de la finance 2 : Les marchés financiers 3 : Une vue d'ensemble d'information du système

9 Il 19

comptable

31

CHAPITRE 4 : Les cycles et l'analyse de l'équilibre financier de l'entreprise CHAPITRE 5: Le passage de la comptabilité à la finance CHAPITRE 6 : La conduite d'une analyse financière CHAPITRE 7 : L'analyse des flux financiers
CHAPITRE 8 : La gestion de la trésorerie

43

77

117 167 201

CHAPITRE 9 : Le choix d'investissement en avenir certain
CHAPITRE 10 : Le coût du capital

225 299 323 325

Bibliographie générale Tables des matières

AVANT-PROPOS

Cet ouvrage propose un cours de gestion financière argumenté par des exercices corrigés et des applications. Il a pour principal objectif de convaincre le lecteur de la nécessité de bien maîtriser les concepts, les méthodes et les techniques de la gestion financière. Il aborde les thèmes aussi variés que le diagnostic financier, la gestion de la trésorerie, la politique d'investissement dans un univers certain et le coût du capital. Ce livre s'adresse plus particulièrement:

.
.

aux élèves des Grandes Ecoles de Commerce, et aux étudiants des Facultés des Sciences Economiques de Gestion, des IUT et des BTS.

aux enseignants de gestion financière qui veulent d'une part, fournir à leur étudiant un support de cours et d'autre part, illustrer leurs cours d'exemples pratiques. aux cadres et dirigeants d'entreprises qui souhaitent voir replacer les principaux concepts de la gestion financière dans l'environnement de l'entreprise.

.

S.B.N. & A.O.

CHAPITRE UN PREMIER

1 : APERÇU DE LA FINANCE

L'objet de ce chapitre introductif est de présenter au lecteur un bref aperçu sur la gestion financière des entreprises. De plus, après avoir lu cette introduction, le lecteur sera en mesure de connaître le métier du financier dans la pratique. Autrement dit, il comprendra mieux l'évolution de la gestion financière, la responsabilité des financiers et la place de la finance dans l'organigramme d'une entreprise.

Section 1 - Les définitions de la finance
Plusieurs définitions de la finance ont été proposées par les théoriciens et praticiens chacun se référant à son domaine d'intérêt: - La finance, c'est le placement, l'achat d'actions et d'obligations en Bourse, la gestion de portefeuilles, l'évaluation des valeurs mobilières, la restructuration des
entreprises.. .

- La finance, c'est les banques, les sociétés d'assurances, les intermédiaires financiers, la Bourse... - La finance, c'est le choix des sources de financement, la sélection des projets d'investissement et la distribution de dividendes.. . - La finance, c'est le taux d'intérêt, le taux de change, les assurances, les droits de douanes... - La finance, c'est l'inflation, l'impôt, les taxes et les dépenses publiques.

Cette diversité des définitions de la finance n'est pas nécessairement fausse. Elle émane parfois de spécialistes financiers. En réalité, la finance peut être décomposée en deux branches en interaction: la finance externe (finance de marché) et la finance interne (finance d'entreprise).

~ 1 - La finance

externe ou de marché

La finance de marché traite du marché financier, du marché monétaire et des institutions financières. De nombreux diplômés en finance sont recrutés par des institutions financières telles que les banques, les compagnies d'assurances, les sociétés d'investissement, etc. Pour réussir leur carrière professionnelle, les diplômés en finance de marchés ont besoin de connaître les facteurs qui influencent la détermination des taux d'intérêt, les réglementations auxquelles sont soumises les institutions financières et les différents types d'instruments financiers (certificats de dépôts, billets de trésorerie, bons de trésor, certificats d'investissement, etc.). Ils doivent également, avoir une connaissance générale de tous les aspects du management, car la gestion des institutions financières comporte de la comptabilité, du marketing, de la gestion des ressources humaines et de la gestion de l'information, en plus de la gestion financière. Une capacité de communication à l'écrit et à l'oral est recommandée, ainsi que la capacité de motiver les autres à réaliser leurs tâches. De plus, les diplômés en finance de marché peuvent travailler auprès de sociétés de Bourse en tant qu'analyste financier. D'autres, peuvent trouver un emploi au sein de banques,

12

d'O.P.C.Y.M.I, de consultations leurs fonds.

de compagnies financières

d'assurances

ou auprès de sociétés les investisseurs

qui conseillent

individuels ou les S.I.CA.y.2

sur la façon dont ils doivent investir

~ 2 - La finance

interne ou d'entreprise

La finance d'entreprise s'intéresse aux décisions internes prises par les dirigeants des entreprises. Ces décisions portent sur le choix entre les différentes sources de financement (décision de financement) et le choix des actifs à acquérir ou à céder (décision d'investissement et de désinvestissement). Les gestionnaires financiers ont aussi la responsabilité de décider des conditions de paiement des clients, du niveau des stocks, du niveau d'encaisse, d'acquérir ou non d'autres sociétés et de la part du résultat à affecter aux réserves (politique de dividende).

Section 2 - Les opportunités de carrière en finance
Les opportunités de carrière des deux branches de la finance
sont nombreuses et variées. Toutefois, les gestionnaires financiers doivent maîtriser les rudiments de ces deux branches s'ils veulent réussir leur carrière. En effet, la gestion financière

(finance d'entreprise) est celle qui procure le plus d'emplois. Celle-ci est importante dans toutes les entreprises, y compris les banques et autres institutions financières non bancaires. La

1 Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (O.P.C.V.M.) ont pour objet la gestion de portefeuilles de titres et de liquidités. Il existe deux types d'O.P.C.V.M. : les Fonds Commun de Placement (F.C.P.) et les Sociétés d'Investissement à Capital Variable (S.1.CA.V.). 2 Ce sont des sociétés anonymes dont le capital évolue en fonction des achats et des ventes des titres qui les composent. 13

gestion financière est également présente dans les établissements publics (Universités, Ecoles, Hôpitaux, etc.). Quelle que soit l'organisation dans laquelle vous voulez travailler, vous aurez besoin de connaître ces deux branches de la finance. Par exemple, une banque peut être intéressée par l'état de santé d'une entreprise à laquelle elle s'apprête à prêter de l'argent. De la même façon, les gestionnaires financiers d'une entreprise ont besoin de connaître les méthodes utilisées par les banques lors d'une opération de montage de crédits et comment les investisseurs vont juger la performance de leur entreprise? Donc, si vous voulez faire de la finance votre carrière, vous aurez besoin de connaître un tant soit peu de ces deux branches. D'un autre côté, supposons que vous n'envisagez pas d'être diplômé en Finance. Est-ce que la finance demeure importante pour vous? Absolument et ce, pour deux raisons principales: - Vous devez avoir une connaissance en finance pour prendre de nombreuses décisions d'ordre personnel, allant du placement de votre épargne à la détermination de la meilleure alternative pour le financement de votre voiture ou de votre logement.

-

Dans pratiquement tous les emplois, les décisions les plus importantes relèvent de la gestion, ce qui requiert des inputs provenant des personnes travaillant dans les fonctions production, marketing, finance et comptabilité. En particulier, les programmes de marketing ont toujours besoin des implications financières, donc les commerciaux doivent travailler avec des financiers pour prendre de bonnes décisions. Par conséquent, si vous voulez progresser ou même survivre en affaires, vous devez être un bon «chef d'orchestre» et ceci, nécessite une compréhension de ce que les autres <~oueurs» font. Il est donc, indispensable d'enseigner la gestion financière aux étudiants des grandes écoles de management, des facultés de

14

sciences économiques et de gestion et même des grandes écoles d'ingénieurs.

Section 3 - Les responsabilités l'entreprise

du financier de

La principale tâche qui incombe au financier dans une entreprise consiste à collecter des fonds et de les utiliser de façon à maximiser la valeur de l'entreprise. En effet, le financier s'occupe plus particulièrement des tâches suivantes: - Prévision et planification. Le financier doit œuvrer à prévoir et planifier le futur de l'entreprise en coordination avec les autres départements. - Décision d'investissement et de financement. Le financier doit déterminer le taux de croissance optimal des ventes, choisir les actifs à acquérir et fixer la meilleure façon de financer les actifs d'une entreprise. Par exemple, l'entreprise doit-elle financer son activité par endettement ou par augmentation de capital? Et si l'endettement est utilisé, doit-il être à court ou à long terme? Coordination et contrôle. Toutes les décisions en matière de gestion ont une implication financière, ce qui fait du financier à la fois un coordinateur et un contrôleur. - Relation avec le marché des capitaux. Le financier doit traiter avec le marché monétaire et le marché financier.

- Politique

de

dividende.

La

politique

de

dividende

demeure le lien direct entre les mandants et les mandataires. Le gestionnaire financier doit recommander le dividende par action que l'entreprise versera à ses actionnaires.

15

En somme, le financier prend des décisions relatives à la nature des actifs que l'entreprise doit acquérir, la façon dont ses actifs doivent être acquis et comment l'entreprise doit gérer ses ressources existantes. Si ces responsabilités sont correctement effectuées, le financier sera en mesure de contribuer à maximiser la valeur de son entreprise, c'est-à-dire à maximiser le bien être à long terme de ceux qui achètent ou travaillent pour l'entreprise. Toutes ces tâches peuvent se résumer en trois activités: investissement, financement et dividende.

Section 4 - La place de la finance dans la structure
d'entreprise
La place occupée par la fonction Finance au seIn d'une entreprise varie d'une organisation à l'autre et dépend de plusieurs facteurs: la taille de l'entreprise, le secteur d'activité, la stratégie d'entreprise, le talent et les capacités de l'équipe de direction. De façon générale, la fonction financière est organisée comme suit: le directeur financier relève directement du P.D. G. et demeure le premier responsable des décisions les plus importantes prises par le conseil d'administration. Sous sa responsabilité immédiate, on trouve le trésorier et le comptable. Le trésorier s'occupe de la gestion de la trésorerie et des valeurs mobilières, de la planification financière, de l'émission de titres et des relations avec les bailleurs de fonds. Le trésorier supervise également le crédit manager, le responsable des stocks et le responsable des décisions d'investissements. Le « comptable au sens large» est responsable pour sa part des activités de comptabilité (financière et de gestion) et de la fiscalité.

16

Arrêtons-nous là dans cette introduction, qui nous l'espérons, a permis au lecteur de découvrir l'univers passionnant de la gestion financière. Cet ouvrage comprend neuf autres chapitres: La connaissance de la Bourse de Tunis et des autres principales bourses étrangères (Chapitre 2). La maîtrise des concepts financiers et comptables pour déboucher sur le passage obligé de la comptabilité à la finance (Chapitre 3, 4 et 5). L'analyse et le diagnostic financier (Chapitre 6 et 7). La gestion de la trésorerie d'une entreprise (Chapitre 8). La décision d'investissement en avenir certain avec ce qui suppose comme connaissance en matière de coût du capital (Chapitre 9 et 10).

17

Chapitre

2 :

i

I

.

LES MARCHÉS

FINANCIERS

L'objectif de ce chapitre est d'initier les étudiants en Finance aux bases fondamentales du fonctionnement des Bourses de valeurs. Nous présenterons à cet effet, les marchés de la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis (B.V.M.T.) sur lesquels les investisseurs peuvent intervenir ainsi que les principales Bourses des pays développés. Section 1

- Les

marchés

de la B. V.M. T.

Avant de présenter les différents marchés de la B.V.M.T., il convient de préciser la signification du concept «action». Concrètement, une action représente une partie du capital social d'une entreprise. Détenir des actions d'une entreprise fait de l'actionnaire un copropriétaire de cette même entreprise et lui donne de ce fait des droits tels que le droit de vote, les droits de céder l'actif, le droit de percevoir des dividendes et le droit à l'information. La B.V.M.T. se subdivise en deux cotes: la cote de la Bourse et le marché hors cote. Les titres admis à la cote de la Bourse sont répartis entre le premier et le second marché pour les titres de capital et le marché obligataire pour les titres de créance. De plus, la cotation des actions se fait soit en continu 1, soit au fixing2.
1 A l'heure d'ouverture, chaque valeur fait l'objet d'une confrontation des ordres initialement introduits. Après la cotation du cours d'ouverture et jusqu'à la clôture de la séance, les ordres sont exécutables en continu. 2 Pendant la séance de la Bourse, chaque valeur sera soumise à une confrontation des ordres. Si lors de cette confrontation, on aboutit à une fixation de cours, il n'est plus possible de modifier, ni d'annuler les ordres préalablement acceptés.

~ 1 - Le

Premier

Marché

Il représente de loin le marché le plus liquide. Ce marché cote les actions des principales sociétés tunisiennes répondant aux critères suivants: avoir la forme juridique d'une société anonyme; avoir un capital effectivement libéré d'au moins cinq cents

.

.
. . . .

mille dinars; justifier d'au moins de 3 années d'existence et les 2 derniers exerCIces doivent être bénéficiaires dérogation du conseil de la Bourse; avoir distribué au moins un dividende; avoir au moins 500 actionnaires; diffuser au moins 20 % du capital auprès du public.
Second Marché

sauf

~ 2 - Le

Il est destiné à la cotation d'entreprises de taille plus modeste. Les conditions d'admission sont moins sévères que celles du premier marché et s'énoncent comme suit: . avoir la forme juridique d'une société anonyme; avoir un capital effectivement libéré d'au moins cinq cents mille dinars; justifier d'au moins de 2 années d'existence et le dernier

.
.

. . .

exercice doit être bénéficiaire sauf dérogation du conseil de la Bourse; avoir distribué au moins un dividende; avoir au moins 300 actionnaires; diffuser auprès du public un nombre de titres représentant au moins 10 % du capital.

20

~ 3 - Le

marché

obligataire3

Le marché obligataire est ouvert aux titres de créances de l'Etat, des collectivités publiques et aux titres de créances des organismes de droit privé. Les emprunts obligataires doivent toutefois, satisfaire à certaines conditions fixées par le règlement général de la Bourse.
Section 2

- Les

ordres

en bourse

Les ordres sont passés auprès d'un intermédiaire en Bourse. Ils sont donnés par écrit, par téléphone ou par minitel en contactant son intermédiaire en Bourse. Les informations à fournir sont les suivantes: le sens de l'opération (achat ou vente), le marché sur lequel a lieu l'opération, le nom et le nombre de titres, la limite de validité de l'ordre, et le type d'ordre qui définit les conditions de prix. Nous recensons 5 types d'ordre en Bourse: l'ordre au prix du marché, l'ordre à cours limité, l'ordre à tout prix, l'ordre à seuil et l'ordre tout ou rien. A titre d'exemple, le carnet d'ordre des actions de l'entreprise Ramla se présente ainsi: ACHAT
Quantité 100 25 200 Prix (en DT)4 43 42 41 Prix (en DT) 44 45 46

VENTE
Quantité 50 100 75

3 Contrairement à l'emprunt indivis contracté auprès d'un établissement financier et à l'exception des emprunts groupés, l'emprunt obligataire met en relation un ensemble d'investisseurs et un seul emprunteur. Les investisseurs reçoivent en contrepartie des titres de créances, les obligations. 4 DT = Dinars tunisiens. 21

~ 1 - Ordre

au prix du marché

Les ordres qui ne sont assortis d'aucune indication de cours sont des ordres au prix de marché. Si un vendeur veut vendre 56 actions au prix du marché, soit 43 DT, l'opération aura bien lieu. Cependant, si ce même vendeur veut vendre 136 actions au même prix, il ne pourra vendre dans un premier temps que 100 en attendant une nouvelle proposition d'achat d'au moins 36 actions à 43 DT. Grâce à cet ordre, on peut obtenir le meilleur prix disponible lors de l'arrivée de l'ordre sur le marché. Le seul inconvénient est que l'acheteur ou le vendeur ne maîtrise pas le prix, un acheteur peut surpayer un titre avec cette méthode.

~ 2 - Ordre

à cours

limité

Les ordres sont assortis de limite de cours pour l'achat ou la vente à partir duquel l'opération ne peut plus avoir lieu. Le donneur d'ordre peut acheter à tous les cours inférieurs ou égaux à cette limite et le vendeur peut vendre à tous les prix supérieurs à cette limite. L'offre est valable une seule journée procède à son renouvellement. sauf si l'on

~ 3 - Ordre

à tout

prix

Un acheteur veut à tout prix 220 actions, il en obtiendra 50 à 44 DT, 100 à 45 DT et 70 à 46 DT. Un vendeur veut à tout prix 220 actions, il en obtiendra 100 à 43 DT, 25 à 42 DT, 95 à 41 DT. Cet ordre est dangereux, il vaut mieux l'utiliser sur des valeurs très liquides pour éviter de mauvaises surprises.

22

~ 4 - Ordre
.

à seuil

ou plage

de déclenchement

.

Ordre à seuil de déclenchement: il permet de positionner un ordre à tout prix à partir d'un seuil que l'acheteur ou le vendeur détermine à l'avance. L'ordre est activé dès que le seuil est atteint ou dépassé. L'action B.N.A. est de 47 DT, un vendeur peut passer un ordre de vente à 46 DT. Si l'action chute et atteint le seuil de 46 DT, l'ordre sera exécuté. Ordre à plage de déclenchement: il permet de positionner un ordre à cours limité dès que le premier seuil est franchi. Même exemple, mais le prix de l'action grimpe, l'acheteur peut décider d'acheter le titre dans une fourchette qu'il aura préalablement fixé, soit ici entre 46,500 et 47,500 DT. Ces deux ordres sont utilisés pour se positionner sur le marché ou pour se protéger contre d'éventuel retournement de tendance.
5

~

- Ordre

tout

ou rien

Un acheteur souhaite acquérir 120 actions à 44 DT alors que seulement 60 actions sont proposées à ce cours sur le marché. L'ordre ne sera pas exécuté tant qu'il n'y aura pas 120 actions vendues à 44 DT. Cet ordre permet d'être servi intégralement si la contrepartie existe sur le marché. Il peut éviter un morcellement des ordres de Bourse et donc des frais de courtage complémentaires. Acheter ou vendre une action suppose la facturation de frais de courtage par l'intermédiaire en Bourse. Ces frais de courtage s'expriment en pourcentage du montant de l'ordre. Toutefois, il ne faut pas oublier qu'il existe des minimums de perception pour les petits ordres.

23

Section 3

-

Les acteurs

du marché

boursier

tunisien

Le marché financier tunisien dispose d'une structure organisationnelle lui permettant de jouer son rôle de « canalisateur » de l'épargne vers les entreprises cherchant des capitaux pour assurer le financement de leurs investissements. Les principaux acteurs sont: le Conseil du Marché Financier (C.M.F), la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis (B.V.M.T), la Société Tunisienne Interprofessionnelle de Compensation et de Dépôt des Valeurs Mobilières (S.T.I.C.O.D.E.V.A.M.) et les intermédiaires en Bourse.

~ 1-

Le Conseil

du Marché

Financier

Le C.M.F. est l'autorité professionnelle des marchés. En effet, il contrôle la B.V.M.T., les intermédiaires en Bourse et la S.T.I.C.O.D.E.V.A.M. Concrètement, le C.M.F. a pour rôle de : fixer les principes généraux d'organisation et de

.
.
.

fonctionnement de la B.V.M.T. et les règles relatives à l'éthique professionnelle; appliquer les règlements de la B.V.M.T. aux sociétés faisant appel public à l'épargne; contrôler la conformité des informations fournies ou publiées par les sociétés et les organismes faisant appel public à l'épargne; accorder des agréments aux intermédiaires en Bourse et contrôler leurs activités.

.

Le C.M.F. est habilité aussi à recevoir toute plainte relative à l'activité du marché financier, de mener les investigations nécessaires et de prononcer éventuellement les sanctions disciplinaires relevant de sa compétence.

24

fi 2

- La

B.V.M.T.

La B.V.M.T. est une société anonyme dont le capital est souscrit à parts égales par les intermédiaires en Bourse. Elle est chargée de la gestion matérielle du parquet et de la vie boursière des titres inscrits sur ses marchés. Concrètement, elle a pour mission essentielle de veiller à : assurer la sécurité matérielle et juridique des opérations dans

.

. . .
.

les conditions requises de célérité; gérer et surveiller les marchés et les systèmes de cotation; donner l'autorisation sur l'admission et l'introduction des valeurs mobilières et des produits financiers à la cote de la Bourse et leur radiation sauf opposition du C.M.F ; suspendre l'ensemble de la cotation ou la cotation d'une valeur mobilière ou d'un produit financier chaque fois qu'il y a un risque technique ou un risque en relation avec l'information financière et en informer sans délai le C.M.F. ; diffuser les informations, les avis, les cours et les communiqués dont la publicité est obligatoire auprès de tous les opérateurs (particuliers, investisseurs institutionnels. ..) ; enregistrer les transactions entre les membres du marché conformément à la réglementation en vigueur; informer le C.M.F. des opérations pratiques, documents et faits contraires à la loi; établir les règlements de parquet et les soumettre à

.
. . .

l'approbation du C.M.F. ; formuler au C.M.F. les propositions et avis sur les questions rentrant dans son objet et relatives au développement du marché.

25

~ 3 - la

S.T.I.C.O.D.E.V.A.M.

Fondée en 1994, la S.T.I.C.O.D.E.V.A.M. est la centrale de règlement-livraison et le dépositaire national pour les valeurs mobilières tunisiennes. Elle administre la dématérialisation des valeurs mobilières tunisiennes et son dispositif comptable garantie pour chaque émission admise à ses opérations, l'égalité entre les titres qu'elle conserve et les avoirs comptabilisés auprès des établissements teneurs de comptes de titres. Enfin, elle gère les relations avec les émetteurs ou les mandataires, et la réalisation des opérations sur titres (les augmentations de capital, les amortissements, les détachements de coupons, etc.).

~ 4 - les

intermédiaires en Bourse

La réforme du 14 novembre 1994 (Loi 94-11 7) a séparé l'activité du banquier et d'intermédiaire en Bourse considérée comme deux activités concurrentes. Les fonctions des intermédiaires en Bourse sont de différentes natures: La négociation des valeurs mobilières et des instruments

.
.

.

.

.
.

financiers. La gestion individuelle de portefeuille. La constitution et gestion de portefeuille au profit d'organismes de placement collectif en valeurs mobilières tels que les S.I.C.A.V. ou les Fonds Communs de Placement. Le placement des valeurs mobilières et de produits financiers. Le conseil et l'assistance des entreprises lors des introductions en Bourse. L'intermédiation sur les marchés de capitaux.

26

Ces nouvelles activités améliorent la liquidité du marché et rapprochent les intervenants tunisiens de leurs homologues sur les autres grandes places financières.

Section 4. - Les principales bourses du monde
Tous les pays industrialisés possèdent une Bourse des Valeurs Mobilières dont les fonctions économiques sont identiques à celles de la Bourse de Tunis. Elles sont reliées entre elles par plusieurs mécanismes. Tout d'abord des sociétés se font coter sur plusieurs places étrangères (par exemple: le Groupe Chimique Tunisien est coté à Paris). Ainsi, toute information concernant une société ou son pays d'origine, aura des répercussions sur les places où elle est cotée. Dans ce qui suit, nous allons passer en revue les principales places financières internationales.

~ 1 - La Bourse

de Paris

La Bourse de Paris est constituée de trois principaux marchés: le premier marché, le second marché et le nouveau marché 1er Marché: Il représente le plus gros marché en terme d'actions. On y retrouve les valeurs du CAC 40 et il est surtout le plus liquide. Ce marché cote les actions des principales sociétés françaises et étrangères négociées par la Bourse de Paris. Il s'agit d'un marché sur lequel les mouvements en titres et en capitaux sur les comptes des donneurs d'ordres, interviennent le jour même de la négociation5.
5 Il est possible que les transactions se dénouent en fin de mois, on parle alors de Système à Règlement Différé (SRD).

27

-

Second Marché et le Nouveau Marché:

Le Second Marché: Il a été crée en 1983 pour accueillir des entreprises de taille plus modeste. Il permet aux PME performantes de faire appel au marché financier pour obtenir de nouveaux financements. Le Nouveau Marché: crée en 1996, ce marché s'adresse aux entreprises à fort potentiel de croissance ayant un projet de développement à financer.

~ 2 - La Bourse

de New York (N.Y.S.E.)

Le N.Y.S.E. a été crée en 1792 par 24 courtiers qui désiraient s'échanger des bons du trésor. Suite à la crise de 1929, les systèmes de contrôle ont été renforcés, la réglementation améliorée et les techniques informatisées. En 1975, la place financière de New York a été déréglementée. Le New York Stock Exchange, plus connu sous le nom de Wall Street, est le principal marché boursier américain. C'est un marché de titres portant sur les obligations et les actions. Le N.Y.S.E. est dirigé par un conseil d'administration qui fixe la politique de la Bourse, édite les règles de fonctionnement, adopte le budget, surveille les membres et décide de l'admission et de la radiation des valeurs. La régularité et les pratiques boursières du N.Y. S.E. ainsi que celles des autres banques américaines sont étroitement surveillées par la Securities and Exchange Commission (S.E.C.), organisme fédéral crée en 1934.

28

S 3 - Le

London

Stock

Exchange

(L.S.E.)

Le London Stock Exchange est un marché de titres portant sur les obligations et les actions. Le L.S.E. est un marché de teneurs de marché. Il n'y a pas de système de cotation électronique mais certains opérateurs, les teneurs de marché, se doivent de donner à tout moment un prix d'achat et un prix de vente aux titres. Ce système favorise les investisseurs importants qui obtiennent de meilleures conditions à Londres. En revanche, les petits porteurs sont moins bien lotis. A partir de 1991, le L.S.E. passe d'un statut de club à celui d'une entreprise privée dirigée par un président et un conseil. Ses pouvoirs concernent l'admission de nouveaux membres, l'entrée de valeurs et l'organisation des transactions. La Bourse de Londres a été créée au XVIIèmesiècle et elle est restée longtemps la première Bourse mondiale. En 1986, cette place a attiré les professionnels, les investisseurs et les émetteurs internationaux en supprimant les commissions fixes, en déréglementant son marché, en élaborant une fiscalité avantageuse et en se modernisant. Toutes ces réformes ont été appelées «Big Bang».

S 4 - La

Deutsche

Terminbôrse

(D.T.B.)

La Deutsche Terminb6rse (D.T.B.) est un marché mixte sur lequel se négocient des contrats à terme ainsi que des options sur actions et sur indices boursiers. La D.T.B. a été créée en 1989 sous la forme d'une société privée. Le marché des options sur actions a débuté en janvier 1990 suivi par un contrat à terme et des options sur l'indice DAX. En novembre 1990, la D.T.B. a lancé son propre contrat à terme sur les obligations d'Etat allemandes.

29

Les actionnaires de la D.T.B. sont les grands établissements de crédit, les banques d'épargne et les coopératives de crédit. En 1992, la Deutsche B6rse A.G. a été créée (société par actions), elle a pour rôle de pourvoir la D.T.B. en ressources matérielles, humaines et financières.

~5 -

Le Tokyo Stock Exchange (T.S.E.)

Le Tokyo Stock Exchange est un marché de titres portant sur des obligations et des actions. Ce marché a été fondé en mai 1878 et il présente trois principales caractéristiques: Les institutions financières sont dominantes sur le marché. Les liquidités sont abondantes. Les investisseurs étrangers sont peu présents.

. . .

30

Chapitre UNE VUE

3 : D'ENSEMBLE D'INFORMATION COMPTABLE

DU SYSTEME

La maîtrise de la gestion de l'entreprise nécessite la compréhension préalable des outils fondamentaux qui aident à bâtir des prévisions ou à analyser les résultats. Ces outils sont plus particulièrement: le bilan, l'état de résultat, l'état des flux de trésorerie et les notes aux états financiers. Le nouveau système comptable des entreprises traite dans sa norme générale, la manière selon laquelle les états financiers sont représentés et établis par ses autres normes thématiques, les règles d'uniformité pour l'identification, la mesure et la présentation des événements et des transactions.

Section 1 - Le bilan
Le bilan est un document fondamental pour la communication de l'information financière. Il exprime la situation financière de l'entreprise à une date donnée, qui est habituellement la date à laquelle l'exercice comptable se termine. En effet, on entend par situation financière, les ressources économiques que l'entreprise maîtrise, ainsi que les obligations qui lui incombent. Les ressources économiques contrôlées correspondent aux actifs, alors que les obligations correspondent aux passifs. Concrètement, le bilan comprend en général trois grandes rubriques:

~ 1 -L'actif
L'actif d'une entreprise est constitué des ressources économiques obtenues ou contrôlées par l'entreprise et qui sont susceptibles de procurer des avantages économiques futurs à l'entreprise.

1.1 - Les actifs non courants
Cette rubrique comprend les éléments d'actifs destinés à être utilisés d'une manière continue pour les besoins des activités de l'entreprise. Ces actifs se composent des immobilisations incorporelles, corporelles et financières ainsi que d'autres éléments d'actif non courant. Ce classement adopté par le nouveau système comptable devrait permettre de mieux suivre l'évolution de la politique d'investissement de l'entreprise.

- Les immobilisations corporelles:
La norme comptable (NC 5) relative aux immobilisations corporelles définit les éléments corporels comme étant des éléments physiques ayant un potentiel pour générer des avantages futurs à l'entreprise, et qui sont censés être utilisés sur plusieurs exercices. La norme pose deux critères de prise en compte d'un bien en tant qu'immobilisation corporelle: 1. L'immobilisation doit générer des avantages futurs bénéficiant à l'entreprise; 2. Le coût de cette immobilisation doit être mesuré de façon fiable.

32

-

Les immobilisations incorporelles:

La norme comptable (NC 6) définit les immobilisations incorporelles comme étant des actifs non monétaires, identifiables et sans substance physique. La rubrique immobilisations incorporelles englobe les brevets, marques, concessions et droits similaires, fonds commercial, droit au bail... Le nouveau système comptable a introduit d'autres éléments incorporels tels que les logiciels et les investissements en recherche et développement. - Les immobilisations financières: Les immobilisations financières sont des placements à long terme que ce soit en titres (actions ou obligations) ou en prêts assimilables. Un placement est un actif détenu par une entreprise en vue d'en tirer profit sous forme d'intérêts, de dividendes ou de gain en capital. Le nouveau système comptable a introduit de nouvelles composantes des immobilisations financières. A ce titre, nous pouvons citer les titres de placement qui sont détenus par l'entreprise de façon durable et par lesquels, elle compte réaliser une plus-value suite à leur revente.

- Les immobilisations en cours:
Ce compte fait apparaître les immobilisations non encore achevées à la date de la clôture de l'exercice ainsi que les avances et les acomptes versés.

33

-

Les autres actifs non courants:

On entend par autres actifs non courants, les charges reportées. En règle générale, les charges engagées par une entreprise au cours d'un exercice sont constatées dans le compte de résultat de cet exercice conformément à la convention de rattachement des charges aux produits. Toutefois, certaines charges peuvent ne pas être destinées à un seul exercice au cours duquel elles ont été engagées mais au contraire sont affectées à plusieurs exercices. A titre d'exemple, on retrouve dans les autres actifs non courants les frais engagés par l'entreprise soit au moment de la constitution, soit lors de l'acquisition par celle-ci de ses moyens permanents d'exploitation: les frais préliminaires, les charges à répartir, les frais d'émission et de remboursement des emprunts et les écarts de conversion à porter à l'actif. - Les immobilisations à statut juridique particulier: Ce compte fait apparaître les immobilisations acquises en crédit bail. Selon le Plan Comptable Général Tunisien de 1968, le preneur ne comptabilise que les charges de loyer qu'il acquitte à la société de leasing. Avec le nouveau système comptable des entreprises qui s'appuie sur le principe de la prééminence du fond sur la forme, le preneur doit comptabiliser l'immobilisation dans son actif car il est son principal utilisateur même s'il n'en est pas juridiquement propriétaire.

1.2 - Les actifs courants
Cette rubrique comprend tous les éléments détenus par l'entreprise afin d'être utilisés ou consommés lors du prochain cycle d'exploitation: 34

-

Les stocks :

La norme comptable (NC 4) relative aux stocks définit les stocks comme des éléments d'actifs détenus par l'entreprise pour être vendus dans le cours normal de l'exploitation ou pour être utilisés au cours du processus de production. Le nouveau système comptable recommande l'utilisation de la méthode de l'inventaire permanent pour permettre le suivi comptable des stocks, l'arrêt rapide des situations comptables périodiques et les correspondances entre les coûts des stocks vendus et les revenus afférents.
Les créances:

Les créances sont des droits permettant à leurs utilisateurs d'exiger de l'argent, des biens ou des services des clients ou d'autres personnes ou entités. Le nouveau système comptable a introduit les comptes rattachés. Ainsi, les créances clients nées des ventes, les effets à recevoir, les ventes livrées mais non facturées et la consigne d'emballage sont des opérations logées sous le même intitulé «clients et comptes rattachés». - Les actifs financiers: Les actifs financiers comprennent les prêts financiers, les placements courants qui sont détenus à titre temporaire et qui sont susceptibles d'être liquidés dans les 12 mois à venir.

35

-

Les liquidités et équivalents

de liquidités:

Les liquidités sont constituées des fonds disponibles, des dépôts à vue... Les équivalents de liquidité comprennent les placements à court terme facilement convertibles en liquidités.

~ 2 - Les

capitaux propres

Cette rubrique représente l'intérêt résiduel dans les actifs de l'entreprise après déduction de tous ses passifs. Ils comportent les diverses catégories de capital, les surplus d'apport, les réserves et équivalents et les résultats non répartis. Les capitaux propres sont le gage des créanciers, c'est pourquoi ces derniers accordent beaucoup d'importance à la composition de ce poste.

~ 3 - Les

passifs

Les passifs d'une entreprise sont constitués par les obligations actuelles qui incombent à l'entreprise résultant de transactions ou d'événements passés, nécessitant probablement le sacrifice ou le transfert futur à d'autres entités de ressources représentatives d'avantages économiques. Comme les actifs, le passif est subdivisé en passif non courant et passif courant:

3. 1 - Le passif non courant
Ce passif est encore appelé dettes à long terme, et il correspond aux obligations qui incombent à l'entreprise et qui sont liées à des faits passés et pour lesquelles, le règlement aura lieu à une date dépassant 12 mois à partir de la date de clôture de l'exercice. Cette rubrique comprend les emprunts et les dettes assimilées à long terme et les provisions pour risques et charges. 36