Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Gouvernance en Afrique

De
207 pages
Cet ouvrage ouvre de nouvelles pistes, en matière de gouvernance, en proposant une formulation appelée "la théorie générale de la gouvernance économique". De la constatation exacte que la monnaie joue un rôle fondamental dans l'économie, il explique les effets dévastateurs de la politique monétaire répressive en Afrique, avant de passer en revue et récuser les différentes politiques. L'auteur propose de combiner la politique monétaire optimale basée sur la règle de Taylor avec une politique fiscale optimale et une exécution optimale des dépenses publiques.
Voir plus Voir moins
que conceptuellement erronées et donc inefficaces), auxquelles il substitue la
saurait donc, à elle seule, générer la bonne gouvernance économique qu’il définit comme « l’usage optimal des ressources économiques et financières à des fins
des fins de développement économique ».
sur la règle de Taylor avec une politique fiscale optimale (courbe de Laffer
économies africaines. Mais la rigueur scientifique est indéniable dans son analyse.
Etudes africaines
Série Economie
Sandavoy Adamoh D-Y
Gouvernance en Afrique
La théorie générale de la gouvernance économique
*RXYHUQDQFH HQ $IULTXH
/D WKpRULH JpQpUDOH GH OD JRXYHUQDQFH pFRQRPLTXH
&ROOHFWLRQ © eWXGHV DIULFDLQHV ª dirigée par Denis Pryen et son équipe
)RUWH GH SOXV GH PLOOH WLWUHV SXEOLpV j FH MRXU OD FROOHFWLRQ © eWXGHV DIULFDLQHV ª IDLW SHDX QHXYH (OOH SUpVHQWHUD WRXMRXUV OHV HVVDLV JpQpUDX[ TXL RQW IDLW VRQ VXFFqV PDLV VH GpFOLQHUD GpVRUPDLV pJDOHPHQW SDU VpULHV WKpPDWLTXHV  GURLW pFRQRPLH SROLWLTXH VRFLRORJLH HWF
'HUQLqUHV SDUXWLRQV
&KULVWHOOH %(/3252responsabilité des entreprises multina- La tionales pour les violations des droits de l’homme en Afrique  -HDQ)UDQoRLV 1*$1'8 .$081*$Les baluba d’hier et d’aujourd’hui, permanences, ruptures, transformations et extinctions des traditions africaines  )LUPLQ $+28$ %HQMDPLQ 2+, (/8*%(Typologie et documentation des langues en Afrique de l’Ouest  $OSKRQVH 0$.(1*2 1.878Les partis politiques de la République démocratique du Congo. Analyse faite à partir de différents textes légaux portant organisation et fonctionnement des partis politiques (1990 à nos jours)  +\JLQ ,JQDFH $0%28/28Code des investissements et des activités économiques. Première édition  +\JLQ ,JQDFH $0%28/28Traité de fiscalité des entreprises. Première édition  +\JLQ ,JQDFH $0%28/28La problématique du conflit de normes et de compétences dans la situation de coexistence des juridictions communautaires  +\JLQ ,JQDFH $0%28/28La construction du marché commun africain et la problématique de l’harmonisation des traités régionaux  +\JLQ ,JQDFH $0%28/28Traité de droit des transports de marchandises par route et des opérations de dédouanement. Première édition  $UWKXU 6$%, '-$%28',Les médias d’État au Gabon. Permanence et mutations 
6DQGDYR\ $GDPRK 'MHOKL<DKRW *RXYHUQDQFH HQ $IULTXH
/D WKpRULH JpQpUDOH GH OD JRXYHUQDQFH pFRQRPLTXH
‹ /¶+DUPDWWDQ   UXH GH O¶(FROH3RO\WHFKQLTXH  3DULV KWWSZZZKDUPDWWDQIU GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU KDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU ,6%1   ($1  
En mémoire de mon père Sandavoy Djelhi Yahot ;
En mémoire de ma mère Bédou Ahou ;
A ma femme Marie Claude ;
A mes enfants :  - Jean-Claude ;  - Raymond ;  - William Roland ;  - Josiane Benyan ;  - Linda Besseli ;  - Marie Andrea Mawou ;  - Jean-Christ. A tous ceux qui m’ont aidé une fois dans la vie.
En Afrique, l’économiste et l’homme politique connais-sent une cohabitation difficile (………) ; l’homme poli-tique applique la théorie économique sans la connaître. L’économiste la connaît sans pouvoir l’appliquer.
S.A. Djehi Yahot
On ne peut que théoriser la réalité. Mais la pratique, sans la théorie, est aveugle.
Joseph Tchundjang Pouemi
Le pouvoir politique et le pouvoir économique concentrés entre les mains d’un seul individu font de lui un didacteur.
Milton Friedman
A quoi servirait le ciel s’il fallait ne pas rêver ?
Félix Houphouët-Boigny
SOMMAIRE
PREMIÈRE PARTIELE RÔLE DE LA MONNAIE DANS LÉCONOMIE. . . . . . . . . . . . . .19 Chapitre premierLes concepts de monnaie et de liquidité monétaire dans une économie. . .21
I.Le concept de liquidité dans une économie. . .22
II.
III.
1.1. Définition de la monnaie. . . . . . . . . . . . . . . . . .22
1.2.Fonctions et caractéristiques de la monnaie. .24
1.3.Définition de la liquidité d’une économie. . . .25
1.3.1. Le concept de liquidité bancaire. . . . . . . . . .26
1.3.2. Le concept de monnaie liquide. . . . . . . . . . .26
Le concept de taux de liquidité et son évolution dans l’économie ivoirienne. . . .31
2.1. Taux de liquidité monétaire et taux de liquidité globale. . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
2.2.Formes de monnaie et crise de liquidité. . .37
La nouvelle formule du taux de liquidité. .39
3.1. Les hypothèses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
3.2. Le nouveau concept. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
7
Chapitre deuxièmeLe rôle de la monnaie dans l’économie d’un pays. . . . . . . . . . . . . . . .45
I.
II.
1.1.
1.2.
2.1.
2.2.
2.3.
2.4.
La logique keynésienne de la répression financière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4
Keynes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4
Modèle de croissance et répression financière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
1.2.1. La répression financière et le modèle Harrod-Domar. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
1.2.2. Le modèle de Tobin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
Objection de McKinnon et Shaw et leurs disciples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
Le modèle McKinnon-Shaw. . . . . . . . . . . . . .56
2.1.1. McKinnon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
2.1.2. Le modèle de Shaw. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
Les disciples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
Les critiques du modèle McKinnon-Shaw. .64
Répression financière et afflux de capitaux. . .67
2.4.1. L’accumulation de la detteextérieure. .. . 68
2.4.2. L’investissement direct étranger. . . . . . . . .69
8
DEUXIÈMEPARTIEGOUVERNANCE ENAFRIQUE. LA THÉORIE GÉNÉRALE DE LA GOUVERNANCEÉCONOMIQUE . . . .73
Chapitre premierLa politique monétaire répressive dans les pays de l’UEMOA : le cas de la Côte d’Ivoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 I. Répression financière et croissance  endogène. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78
II.
1.1.
1.2.
Le concept de croissance endogène. . . . . .78
Le rôle du secteur financier dans la croissanceéconomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
1.2.1.Secteur financier et croissance économique . .80
1.2.2. Développement financier et croissance endogène. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85
1.2.3. Répression financière et croissance endogène. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
2.1.
2.2.
2.3.
La répression monétaire dans l’UEMOA : cas de la Côte d’Ivoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91
Taux d’intérêt débiteur et croissance économique en Côte d’Ivoire. . . . . . . . . . . . . .92
Taux d’intérêt créditeur, masse monétaire et croissance en Côte d’Ivoire. . . . . . . . . . . . .94
La neutralité du taux d’intérêt créditeur. . . .97
Chapitre deuxièmeL’Equation de la bonne gouvernance économique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 I. Le taux d’intérêt débiteur optimal dans les pays de l’UEMOA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin