L'entreprise africaine

De
Publié par

L'entreprise en Afrique a son origine dans une histoire qui remonte aux premiers contacts entre les populations et les premiers voyageurs arabes et portugais. Elle tire de ces origines des formes propres qui se sont transformées au fil des siècles. Après avoir retracé ces évolutions, l'ouvrage établit une classification des entreprises dites "africaines" et présente un état de l'atmosphère de travail des entreprises.
Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 80
EAN13 : 9782296470972
Nombre de pages : 258
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L’ENTREPRISE AFRICAINEGérard Verna et Roland Finifter
L’ENTREPRISE AFRICAINE
Préface de Jacques Lussier

Les Presses de l’Université Laval reçoivent chaque année du Conseil des Arts du
Canada et de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec une
aide financière pour l’ensemble de leur programme de publication.


Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise
du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.



Mise en page : In Situ inc.

Maquette de couverture : Laurie Patry



© Presses de l’Université Laval. Tous droits réservés.
Dépôt légal 3e trimestre 2011



ISBN : 978-2-7637-9254-5
PDF : 9782763792552


Les Presses de l’Université Laval
www.pulaval.com


Toute reproduction ou diffusion en tout ou en partie de ce livre par quelque moyen que ce
soit est interdite sans l’autorisation écrite des Presses de l’Université Laval.







© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-56164-9
EAN : 9782296561649
Table des matières
P réface ............................................................................................................ XIII
Introduction ................................................................................................... 1
1. Vision globale de l’entreprise africaine : le poids du passé 5
1.1. L’économie de traite : de la traite des hommes à la traite
des produits ..................................................................................... 6
1.1.1. De la nécessité des intermédiaires .............................................. 6
Les grands courtiers (brokers, landlord brokers) .............................. 7
Les « commerçants libres » ................................................................ 8
1.1.1.1 La course aux matières premières (ivoire, latex, cola,
épices, plantes médicinales, cultures spéculatives, etc.) .............. 8
1.1.1.2 L’histoire des traitants a accompagné la colonisation
(courtiers, « commerçants libres », grands commerçants
esahéliens du début du XX siècle). ............................................. 8
1.1.1.3 Les intermédiaires se sont adaptés ........................................ 9
..........................................................................1.2. Les nouvelles traites 9
1.2.1. Les diamants du sang ................................................................ 9
1.2.2. La pêche ................................................................................... 10
1.2.3. L’eau virtuelle ......................................................................... 13
1.2.4. Les jeunes sportifs ..................................................................... 17
1.3. Les modes de fnancement .............................................................. 21
1.3.1. Le fnancement par les clients ................................................... 21
1.3.1.1. Trocs et pacotilles ................................................................ 21
1.3.1.2. Défaillances de remboursements ......................................... 21
1.3.2. Les traitants débiteurs 22
..........................................................1.3.2.1. La perte d’autonomie 22
1.3.2.2. Les factoreries ..................................................................... 23
1.3.2.3. Le salariat .......................................................................... 24
1.4. Des fortunes éphémères ................................................................... 25
VI L’entreprise africaine
1.4.1. Les grands commerçants d’Odienné ........................................ 26
1.4.2. Les commerçants sénégalais, ghanéens, nigérians des années
1920/1930 .................................................................................. 27
1.4.3. Les prédateurs post-indépendance ............................................. 28
1.5. L’inversion des courants ................................................................... 30
1.5.1. Les comptoirs et les réseaux gigognes ...................................... 30
1.5.2. Les « mamies Benz » .................................................................. 31
1.5.3. Les commerçantes mauritaniennes ............................................ 32
1.5.4. Guangzhou : village africain ..................................................... 33
1.5. . Une activité inséparablement liée au secteur informel
et à la fraude ................................................................................ 34
1.5. . Précarité des activités, précarité des entreprises .......................... 34
1.5. .1. Des « coups » ...................................................................... 34
1.5. .2. Croissance ou survie ? .......................................................... 35
1.5. .3. Des reconversions réussies .................................................. 35
2. Classifcation des entreprises africaines 41
2.1.1. Entreprises de production (un gâchis industriel) ....................... 41
2.1.1.1. Le bois ................................................................................ 42
2.1.1.2. L’agro-industrie ................................................................... 46
2.1.1.3. La petite industrie ............................................................... 49
2.1.1.4. La microentreprise .............................................................. 51
2.1.1.5. Les services sexuels (« Boutique mon cul ») .......................... 52
2.1.1.6. Le business des maîtresses .................................................. 53
2.2. Les sociétés d’État ............................................................................ 55
2.2.1. Faillite de l’État ou faillite des sociétés d’État,
qui entraîne l’autre ? ..................................................................... 55
2.2.2. Les compagnies aériennes nationales ......................................... 56
2.2.3. Les ofces agricoles (Côte d’Ivoire, Congo, …) ......................... 58
2.2.4. La liquidation de sociétés commerciales
(Mali, Côte d’Ivoire…) ................................................................ 60
2.3. Les institutions fnancières ............................................................... 61
2.3.1. La quasi-disparition des banques de développement ................. 62
2.3.2. Les recapitalisations de banques privées ivoiriennes ................... 63
2.3.2.1. Omnifnance ...................................................................... 64
2.3.2.2. Versus Bank ....................................................................... 64
-FTFOUSFQSJTFTQSJW?FTOPOGJOBODJ?SFTTable des matières VII
2.3.2.3. B.F.A. ................................................................................. 65
2.3.2.4. COFIPA Investment ........................................................... 65
2.3.3. Les banques camerounaises ...................................................... 65
2.3.4 Les banques sénégalaises ............................................................ 67
2.3.5. Les derniers scandales (2008-2009) .......................................... 68
2.3.5.1. La Banque Atlantique ......................................................... 68
2.3.5.2. Banque Nationale pour le Développement Agricole (Mali) . 69
2.3.5.3 Caisse Nationale des Caisses d’Épargne. (RCI) ..................... 69
2.3.5.4. Versus Bank ........................................................................ 70
2.3.5.5. La Banque des États de l’Afrique Centrale ........................... 71
3. L’atmosphère de travail des entreprises 73
3.1. Un environnement politico-administratif peu favorable ................... 74
3.1.1. La lourdeur des procédures administratives, des
bureaucraties non démantelées ................................................... 75
3.1.2. Corruption d’État et corruption ordinaire ................................ 77
3.1.3. L’argent de la corruption .......................................................... 79
3.1.3.1. Luption intérieure ..................................... 79
3.1.3.2. Le recyclage de l’argent sale extérieur .................................. 80
3.1.3.3. Les casinos ......................................................................... 81
3.1.3.4. La typologie du blanchiment selon le GIABA ..................... 82
3.1.4. Une corruption aujourd’hui ouvertement dénoncée
(blogues et presse) ........................................................................ 83
3.1.5. Un environnement qui pèse aussi sur les entreprises étrangères . 84
3.1.5.1. Elles sont soumises aux mêmes pressions ............................. 84
3.1.5.2. Elles subissent une concurrence déloyale 84
3.1.5.3. Elles maîtrisent mieux la situation ....................................... 85
3.2. Des capacités managériales insufsantes .......................................... 86
3.2.1. Le constat des institutions internationales ................................ 86
3.2.2. L’inefcacité des formations ; le fossé avec le monde
de l’entreprise .............................................................................. 86
3.2.2.1. Une copie des systèmes éducatifs extérieurs ......................... 87
3.2.2.2. Des millions d’euros dépensés ............................................. 88
3.2.2.3. Un système éducatif à l’abandon ......................................... 89
3.2.2.4. Une coupure avec l’entreprise.............................................. 89VIII L’entreprise africaine
3.2.2.5. La « formation de la rue » .................................................... 90
3.3. Une intermédiation fnancière inadaptée .......................................... 91
3.3.1. Des sources de fnancement incertaines ..................................... 91
3.3.1.1. La faiblesse des fonds propres .............................................. 91
3.3.1.2. Des banques « extraverties » ................................................. 92
3.3.2. La frilosité du système bancaire ................................................ 92
3.3.2.1. Des prises de risques limitées 92
3.3.2.2. Des fnancements à très court terme.................................... 93
3.3.2.3. Des indicateurs techniques qui favorisent les faillites .......... 93
3.3.2.4. Des détournements fréquents ............................................. 94
3.3.3. Les tontines, un substitut limité et en recul ............................... 94
La tontine « rotative » ou tontine « circulaire » ...................................... 96accumulative » ou « tontine commerciale » ........................ 96
3.3.3.1. Des capacités limitées .......................................................... 97
3.3.3.2. Des défaillances croissantes ................................................. 98
3.3.3.3. Une bancarisation progressive ............................................. 101
3.3.4. L’apparition du microcrédit ...................................................... 102
3.4. Beaucoup d’autoritarisme dans les rapports professionnels ............... 105
3.4.1. Des rapports fortement hiérarchisés .......................................... 106
3.4.2. La survivance des pratiques anciennes (captifs de case,
travail des enfants) ....................................................................... 106
3.4.3. Chef traditionnel ou chef d’entreprise ....................................... 108
3.4.3.1. La légitimité du chef ........................................................... 108
3.4.3.2. La recherche du consensus .................................................. 109
3.4.3.3. Le pater familias.................................................................. 109
3.4.3.4. Les responsabilités sociales 110
3.5. Un manque de considération envers le personnel ............................. 112
3.5.1. Les infractions au code du travail ............................................. 112
3.5.2. Un secteur informel en croissance 113
3.5.3. Un consensus qui ne profte pas à l’entreprise .......................... 113
3.5.4. Une pratique de pays émergents ................................................ 114
3.6. Un fatalisme permanent .................................................................. 114
3.6.1. C’est l’Afrique ........................................................................... 115
3.6.2. C’est mon frère ......................................................................... 115Table des matières IX
3.6.3. C’est normal ............................................................................. 116
3.6.4. C’est Dieu qui l’a voulu, c’est Dieu qui connaît ! ....................... 116
3.7. Un acharnement dans la torpeur ...................................................... 117
3.7.1. Manque de réactivité ................................................................ 117
3.7.2. Réticence à trancher ................................................................. 117
3.8. Un refus de la tyrannie du temps ..................................................... 118
3.8.1. La montre n’a pas inventé l’homme .......................................... 118
3.8.2. La perte du temps est un objet peu intéressant (Mungo Park) ... 119
3.8.3. « L’heure africaine, qui végète dans nos mentalités, c’est bien
celle du sous-développement ». (Zadi Kessy) ................................ 120
3.9. Une certaine conception du vol ........................................................ 120
3.10. Quelques pistes d’explication de ces dérives .................................... 122
3.10.1. L’efondrement du modèle (ou du moule) catholique
et ses mauvais exemples .............................................................. 122
3.10.2. L’irrésistible émergence des sectes ............................................ 123
3.10. . Quelques remises en cause ...................................................... 126
3.10. .1. Le capitalisme en question ................................................ 126
3.10. .2. Vers une nouvelle Réforme ? .............................................. 127
3.10. . La percée de l’islam et de la fnance islamique ......................... 128
3.10. .1 Rappel de quelques défnitions ........................................... 128
3.10. .2. L’Islam en marche ............................................................. 130
3.11. Un environnement social et familial contraignant .......................... 132
3.11.1. Les obligations « prioritaires » .................................................. 132
3.11.1.1. Les funérailles ................................................................... 132
3.11.1.2 Trouver de l’emploi aux membres du clan .......................... 133
3.11.2. La fête, publique et ostensible ................................................. 133
3.11.3. Les charges indues .................................................................. 134
4. Les principales dérives dans la gestion 137
4.1. Chifre d’afaires égale bénéfce ........................................................ 137
4.2. Confusion des patrimoines (la notion d’abus de bien social) ............ 138
4.3. Absence de vision à moyen ou à long terme ...................................... 140
4.4. Perte de la notion des ordres de grandeur (mégalomanie) ................. 142
4.4.1. D. Adikpo et le « premier programme de développement
glocal africain » ............................................................................ 142
X L’entreprise africaine
4.4.2. Quelques éléphants blancs ........................................................ 143
4.5. Absence d’indicateurs et inutilité des tableaux de bords .................... 145
5. La tentation de la fraude devant des administrations inefcaces 147
5.1. Les « arrangements » ......................................................................... 147
5.1.1. Les arrangements avec le fsc ..................................................... 148
5.1.2. Les autres arrangements ........................................................... 149
5.2 Les grandes infractions douanières dévoilées ...................................... 152
5.2.2 Au Cameroun .......................................................................... 152
5.2.3 Au Sénégal ............................................................................... 154
5.2.4 Dans les autres pays de l’Afrique de l’Ouest ............................. 155
5.2.5 La contrefaçon ......................................................................... 157
5.3 Les rapports avec les administrations de tutelle
(transports, commerce, eaux et forêts) .............................................. 158
6. Les diférentes fraudes internes 161
6.1. Les fraudes en entreprise les plus fréquentes ..................................... 161
6.1.1 Fraudes sur la matière première ................................................ 162
6.1.2. Fraudes sur les efectifs ............................................................. 165
6.1.2.1. Les emplois fctifs ............................................................... 165
6.1.2.2. Les surefectifs  .................................................................... 165
6.1.1.3. Les emplois de complaisance ............................................... 166
6.1.1.4. Le chantage (racket) exercé sur les ouvriers .......................... 168
6.1.3. Fraudes sur les achats .............................................................. 169
6.1.4. Coulage des consommations .................................................... 170
6.1.5. Détournement dans les services de santé .................................. 171
6.1.6. Fraudes sur les ventes dites « locales » ........................................ 171
6.2. Les faux en écritures ......................................................................... 173
6.2.1. Rétrocommissions ................................................................... 173
6.2.2. Infractions administratives « bidon » ou « provoquées » ............. 173
6.2.3. Sous-facturations ..................................................................... 174
6.2.4. Structures parasites intermédiaires .......................................... 174
6.3. D’autres fraudes ............................................................................... 175
6.4. L’action permanente pour contrecarrer ces fraudes ........................... 176
6.4.1. Sur les achats ............................................................................ 176
6.4.2 Sur les carburants ....................................................................... 177Table des matières XI
6.4.3. Sur les achats de produits de pharmacie .................................... 178
6.4.4. Sur les emplois fctifs ................................................................ 178
6.4.5. Sur les pneumatiques 178
6.4.6. Sur les achats de matière première ............................................. 178
6.4.7. Sur la gestion du personnel ....................................................... 178
6.4.8. Sur les faux en écriture .............................................................. 179
7. Les modèles classiques de gestion semblent désarmés devant cette situation 181
7.1. Le modèle occidental n’est pas adapté (rappels théoriques) ............... 182
7.1.1. Mise en cause des modèles de gestion conçus en Occident :
(Gueye Birahim/Ogandaga/ Bakengela) ....................................... 182
7.1.2. La société africaine reste une société rurale bouleversée
par les chocs de l’histoire. ........................................................... 184
7.1.3. Une vision idyllique de la tradition .......................................... 185
7.1.4. Le management participatif ...................................................... 186
7.1.5. Le modèle circulatoire ............................................................... 187
7.2. La recherche d’un modèle africain de management fondé
sur les réalités locales (quelques praticiens) ....................................... 190
7.2.1. Quelques auteurs (Zadi Kessy ; Henry ; Kamdem) .................... 190
7.2.2. Quelques « expériences » ........................................................... 191
7.2.2.1. CNSS – Gabon ................................................................... 191
7.2.2.2. Dakar Marine ..................................................................... 192
7.2.2.3. D’autres exemples ............................................................... 193
7.3. La spécifcité du management africain n’est-elle pas une illusion ? .... 194
7.3.1. Un contexte particulier qui ne s’abstrait pas des services
publics ......................................................................................... 194
7.3.2. Une externalisation des fonctions essentielles ............................ 195
7.3.3. Une double lecture de la prise en compte des spécifcités .......... 195
7.4. Que penser des managers africains emblématiques ? ........................ 198
7.4.1. Les « managers de l’année », les « prix d’excellence (awards) » ...... 199
7.4.2. Quelques portraits (Dozie, Kragbe, Fotso, Sawadogo,
Otodela…) .................................................................................. 200
7.4.2.1. Pascal Dozie ....................................................................... 201
7.4.2.2. Ndi Okereke-Onyuike ........................................................ 201
7.4.2.3. Femi Otodela ...................................................................... 202
7.4.2.4. Victor Fotso  202XII L’entreprise africaine
7.4.2.5. Mahamadi Savadogo dit « Khadaf » ................................... 204
7.4.2.6. Françoise Foning ................................................................ 204
7.5. La seule prise en compte des spécifcités ne sufra pas à améliorer
la situation des entreprises ................................................................ 205
7.5.1. Il n’y a pas d’âge d’or 205
7.5.2. La mondialisation homogénéise les règles de gestion ................. 206
8. Quelques réfexions en guise de conclusion 209
8.1. Des auteurs africains iconoclastes ..................................................... 209
8.2. Les dérives vont accentuer la marginalisation des entreprises
africaines .......................................................................................... 212
8.2.1. La perpétuation de l’économie de traite .................................... 213
8.2.2. La perte de compétitivité .......................................................... 214
8.2.3. Une nouvelle colonisation ......................................................... 215
8.3. Se réapproprier les règles élémentaires de gestion ............................. 217
8.4. L’OHADA, indication d’une voie .................................................... 217
8.5. L’impasse des politiques d’aide à la création d’entreprises ................. 218
8.5.1. Les aides publiques (on a tout essayé) ....................................... 219
8.5.2. Les fonds spécifques ................................................................. 221
8.5.2.1. Hedges Funds ..................................................................... 221
8.5.2.2. Les fonds éthiques ............................................................... 222
8.5.3. Les ONG.................................................................................. 223
8.6. La démocratisation de la société ....................................................... 225
Bibliographie .................................................................................................. 227
Annexe au chapitre 3
Quelques exemples de méthodes de blanchiment ........................................... 237Préface
oici le dernier d’une longue série d’ouvrages que Gérard Verna a publiés
dans le cadre de ses travaux comme professeur à l’Université Laval V pendant plus de 15 ans. Il y a quelques mois, il nous a malheureusement
quittés, après une lutte acharnée contre la maladie. Il nous laisse le présent
ouvrage qu’il avait rédigé au cours des derniers temps de sa vie avec un de ses
grands amis, Roland Finifter.
Et ce n’est pas par hasard que Gérard termine sa vie d’auteur spécialisé
en management international avec un ouvrage sur l’entreprise africaine. Car
c’est là que tout avait commencé pour lui.
En efet, après une première carrière dans l’armée française comme ofcier
supérieur, Gérard Verna ft de brillantes études à l’Université de Grenoble 2,
tout en poursuivant sa carrière avec l’entreprise française de travaux publics
Jean Levebvre. Après avoir obtenu son doctorat, Gérard Verna fut
immédiatement envoyé par son entreprise en Guinée où, pendant près de 15
ans, il ft des afaires et accumula une expérience très riche qui allait devenir
la base de son enseignement et de ses recherches futures, et où il allait s’alimenter
pour étayer ses théories. C’est là que naquit et se développa son afection
particulière pour le continent africain et ses populations, qui a transparu dans
tous ses travaux par la suite.
Ce n’est pas par hasard non plus qu’il a écrit cet ouvrage avec Roland
Finifter. C’est en efet en Afrique qu’il ft sa connaissance et qu’ils devinrent
de grands amis. Pendant que Gérard Verna vivait sa seconde vie à l’Université
Laval, Roland Finifter acquérait, durant les 30 années qui suivirent, une
expertise internationale aussi bien en Afrique centrale qu’en Afrique de l’Ouest.
Il fut d’abord responsable d’entreprises dans la gestion d’exploitation forestière
et d’industries de transformation du bois. Il a également agi comme consultant
XIIIXIV L’entreprise africaine
dans les audits d’entreprises et de flières pour des groupes internationaux privés
et des institutions fnancières internationales. Finalement, il fut un acteur
important dans l’aménagement forestier à l’occasion de la mise en place de
plans d’aménagement au sein d’entreprises forestières au Congo, au Gabon,
en République centrafricaine et en Côte d’Ivoire. Il a aussi participé à des
programmes de reforestation et de plantation en Côte d’Ivoire et en Algérie.
De plus, son expertise s’est étendue aux principaux bailleurs de fonds avec
lesquels il a eu à travailler, principalement l’Agence française de développement,
la Banque mondiale et l’Union européenne. Il en est résulté une connaissance
pratique et très étendue de la vie des afaires en Afrique qui s’est avérée fort
utile dans la rédaction du présent ouvrage.
La connaissance première du monde africain, de ses cultures et de son
dynamisme particulier allait fournir à Gérard Verna les premiers éléments de
réfexion qui fondent ce livre. La présentation des théories du management et
de ses outils élaborés par Gérard Verna, je devrais plutôt dire leur remise en
question, ainsi que l’expérience sur le terrain de son ami Roland Finifter allaient
compléter magnifquement leur ouvrage commun.
Peu de temps avant son départ, Gérard m’avait confé que ce retour aux
sources africaines l’emballait beaucoup et, malgré son handicap des derniers
mois, il réussissait à lui consacrer quelques heures, ici et là, au gré de sa maladie,
afn de terminer le travail.
Le présent ouvrage est un incontournable pour qui veut comprendre
l’entreprise africaine et sera donc d’une très grande utilité pour tous ceux et
celles qui veulent en approfondir la connaissance. Il s’agit d’une somme
importante sur la vie de l’entreprise africaine et de ses composantes. Les auteurs
élaborent des conclusions riches en hypothèses de travail et mettent en place
les premiers éléments d’un nouveau paradigme utile à une juste compréhension
de l’entreprise africaine.
Ce dernier travail traitant de l’entreprise africaine est aussi un hommage
aux enfants de Gérard Verna, feu Sophie, Luc et Audrey.
Jacques Lussier,
Professeur à la retraite
Université Laval Introduction
e présent ouvrage est le fruit des expériences de terrain, souvent partagées,
d’un ancien chef d’entreprise de Côte d’Ivoire et d’un ancien directeur L d’une société d’ingénierie basée en Guinée, ayant tous deux travaillé
dans toute l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, et une partie de l’Afrique
du Nord et de l’Est. Leurs chemins se sont ensuite séparés, l’un devenant un
consultant international spécialisé en gestion d’entreprises forestières et l’autre
professeur de gestion internationale. Ces deux nouveaux bagages d’expériences
et de réfexions, en particulier sur le concept « d’environnement hostile » (Verna,
1989) les ont amenés à tenter de coucher sur papier le résultat de leurs échanges
relatifs à la « malgouvernance en Afrique ».
Nous espérons que le résultat de ce travail sera utile à des étudiants de
plusieurs flières (management international, développement international,
anthropologie, sociologie, etc.), soit africains pour les aider à faire le point sur
leur pays, soit étrangers à l’Afrique mais voués à y travailler, par choix délibéré
ou au hasard des afectations de carrières.
Concernant les entreprises « africaines », nous ne traiterons pas des fliales
de groupes internationaux, ni des entreprises appartenant à des étrangers,
patrons de PME, commerçants libanais, grecs, indiens ou vietnamiens. Cela
ne signife pas qu’elles soient exemptes de dysfonctionnements, car même dans
les multinationales, les procédures ne mettent pas à l’abri des dérives. Mais
nous souhaitons concentrer notre propos sur un objectif bien déterminé. La
plupart des manuels d’enseignement occidentaux s’accordent sur une défnition
de l’entreprise en tant qu’unité économique qui gère des ressources et combine
des facteurs de production pour produire des biens ou des services destinés à
être vendus sur le marché. La fnalité de la production et de la vente d’une
entreprise privée est la réalisation d’un proft, la bien connue « plus-value
économique ».
12 L’entreprise africaine
Pour le manager des pays développés, l’entreprise c’est d’abord : un bilan,
des comptes bien tenus, des fonds propres sufsants, une trésorerie maîtrisée,
des ratios à respecter. Le management est une science relative et les analyses
managériales, dont l’origine est presque totalement américaine en dehors des
1travaux d’Henri Fayol, ont implicitement tendu à se vouloir universelles, et
ce modèle est efectivement assez dominant vis-à-vis des divers modèles culturels
de la planète.
Une entreprise c’est également un ensemble d’hommes, une communauté,
donc de la communication, de la persuasion, de la mobilisation, de la solidarité.
C’est en cela que la spécifcité de la mentalité et de la culture doit être prise en
compte, et à cet égard nous pouvons accepter l’idée d’une spécifcité africaine
de l’entreprise.
Ponson (1990) écrit :
Or, il nous semble que, contrairement à certaines techniques opératoires de
gestion qui peuvent s’appliquer partout indépendamment du contexte, il n’en
va pas de même des principes directeurs du management. Aujourd’hui, face à des
échecs répétés de l’application des méthodes nouvelles de management et
d’organisation dans des contextes culturels diférents, se pose la question de leur
adéquation. L’entreprise recherche, où qu’elle soit, l’efcacité la plus grande. Pour
cela les dirigeants doivent, tout en proposant des éléments d’intégration
(orientation commune, charte...), savoir reconnaître les diférences au sein de
l’organisation dont ils ont la charge et en tirer une dynamique d’ensemble.
En quoi l’entreprise africaine est-elle un sujet d’étude spécifque ? Ou,
comme on dit là-bas : « L’entreprise africaine c’est quoi même ? »
Une entreprise dont l’actionnariat est « africain » à 100 % ? Ce qui
signife que la majorité du capital social est détenu par des nationaux
africains ou par des institutions étatiques africaines.
Une entreprise dont les activités fondamentales (industrielles,
commerciales ou de services) s’exercent dans un pays africain : siège
social, installations, activités sur le marché intérieur ou à l’exportation ?
Une entreprise, dirigée par un responsable « national » : cadre, dirigeant,
propriétaire ou actionnaire majoritaire, ou tout simplement mandataire
social ?
L’entreprise africaine est un peu tout cela à la fois, c’est une
communauté au sein de laquelle, chaque homme et chaque femme
vient travailler, porteur d’une Histoire, chaque entreprise étant elle-
1. En 1916, il publie Administration industrielle et générale qui restera une référence jusqu’à la fn du
siècle.
ttttIntroduction 3
même issue de ce passé commun dont on ne maîtrise pas les racines.
C’est cette Histoire, cet héritage, que nous souhaitons faire prendre
en compte en essayant de comprendre comment les entreprises
africaines sont nées et ont développé leurs propres formes d’organisation
au gré des attaques et des interférences externes.
Nous pensons essayer de justifer une partie des échecs de transferts
managériaux, mais aussi de méthodes de gestion. Nous insisterons sur les
caractéristiques culturelles qui infuent sur le management et dont l’organisation
(ou la désorganisation) n’est que le refet.
Même si de nombreux chercheurs africains ont pu à juste titre évoquer
la malédiction originelle (l’esclavage) et les vicissitudes de l’Histoire (la
colonisation), nous ne pensons pas que le discours sur l’inadaptation du modèle
occidental peut expliquer à lui seul les dysfonctionnements constatés. Les
exemples de dysfonctionnement, tous authentiques, que nous avons relevés,
ne sont pas uniquement des débordements de comportements individuels. Ils
sont l’illustration d’un contexte général imprégné de laxisme, de corruption
et de traditions. Des solutions existent pour faire face à ces dysfonctionnements,
nous les esquisserons.
Des chercheurs, des journalistes et des polémistes du continent l’ont
compris et désormais il ne manque pas d’écrits qui appellent au réveil, à la
renaissance de l’Afrique. Ils s’interrogent pour comprendre pourquoi ce que
l’Asie a fait en cinquante ans, reste encore un objectif incertain pour les peuples
d’Afrique.
Mais ces intellectuels semblent un peu seuls et, n’allant pas dans le sens
2du discours victimaire dominant , prêchent dans le désert. Peut-être les autres
ont-ils oublié les propos de Frantz Fanon (1961) qui ne visait pas seulement
la libération de l’homme noir ou du colonisé. Il cherchait à libérer l’homme :
Être responsable dans un pays sous-développé, c’est savoir que tout repose
en défnitive sur l’éducation des masses, sur l’élévation de la pensée, ce qu’on
appelle trop rapidement la politisation. Il s’agit pour le tiers-monde de
recommencer une histoire de l’homme. La décolonisation est véritablement
création d’hommes nouveaux. Mais cette création ne reçoit sa légitimité
d’aucune puissance surnaturelle la « chose » colonisée devient homme dans le
processus même par lequel elle se libère.
2. L’expression est employée par Axelle Kabou (1991) et fait pendant aux éternels discours sur la
« repentance ». On l’a beaucoup employée en France dans les débats sur les lois mémorielles, Malgré
ce discours aux accents « de droite », Axelle Kabou se réfère généralement beaucoup à Samir Amin
(1989) et à Franz Fanon (1961).4 L’entreprise africaine
Je ne veux pas chanter le passé aux dépens de mon présent et de mon
avenir. Je ne veux pas être esclave de l’esclavage. Je ne veux qu’une chose, que
cesse à jamais l’asservissement de l’homme par l’homme, c’est-à-dire de moi
par un autre. Qu’il me soit permis de découvrir et de vouloir l’homme où qu’il
se trouve.1
Vision globale de l’entreprise africaine :
le poids du passé
Les hommes font leur propre histoire mais ils ne la font
pas arbitrairement dans les conditions choisies par eux
mais dans les conditions données et héritées du passé. La
tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids
très lourd sur le cerveau des vivants.
Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte.
Karl Marx, 1852.
es notions de commerce et d’entreprise ne sont pas des notions
« importées », ou des idées de blanc ! L’Afrique s’est insérée très tôt dans L le commerce mondial par le trafc des esclaves, par la traite transsaharienne
d’abord, par des échanges intercôtiers ensuite, puisque les Portugais allaient
chercher des esclaves au Bénin pour les échanger contre de l’or au Ghana.
eAvant eux dès le VII siècle, les Arabes allaient jusqu’aux confns du Sahara. La
traite était liée à plusieurs formes d’échange, l’or, le sel, les animaux et plus
tard toutes les matières premières convoitées.
Le cauri 
e Cette monnaie coquillage resta en usage jusqu’au XIX siècle. Le cauri est
toujours présent, non seulement dans les esprits mais dans les faits, car sa
valeur est en très forte croissance du fait de sa disparition progressive et d’une
demande maintenue pour les tenues d’apparat. Une fête lui est réservée au
Mali, le Festival international des cauris (Festicauri).
On dit d’ailleurs que c’est à l’occasion de tels contacts que fut baptisé le
golfe de Guinée. Des trafquants portugais, proches de la côte au nord de
56 L’entreprise africaine
Conakry, demandèrent – dit-on – où ils étaient à des femmes qui pêchaient.
Ne comprenant évidemment pas leur langage, celles-ci répondirent « Guiné,
guiné » qui signife en Soussou « Nous sommes des femmes ».
1Petre-Grenouilleau , considère que la traite a eu des retombées positives
qui ont consisté en « la difusion du crédit, des instruments monétaires et de
l’esprit d’entreprise ». Cette affirmation est ensuite tempérée par la
reconnaissance que des échanges anciens entre l’Afrique et l’Occident ou
l’Afrique et l’Asie existaient avant cette traite. Les armées musulmanes
envahirent l’Afrique dix ans après la mort de Mahomet, en 632. Le commerce
e etranssaharien s’établit dès le VIII siècle. Au XI siècle, les Almoravides mettent
la main sur le commerce de l’or et islamisent la région par la force en lançant
une guerre sainte contre les païens.
eAu XVI siècle Léon l’Africain (1488-1548) décrit des échanges avec
l’Afrique du Nord. Des instruments monétaires tels que le cauri existaient au
Bénin avant l’arrivée des Européens, l’habileté commerciale s’exerçait de longue
date et les Portugais l’ont souvent appris à leurs dépens.
C’est au cours de ces siècles que les formes d’organisation du commerce
ont été façonnées et modifées au gré des conquêtes, ont subi les attaques ou
les interférences d’autres formes venues d’ailleurs qui ne les ont pas toujours
2favorisées . Certains des handicaps qui éloignent l’Afrique de la rationalité
qu’exige le développement ont leur source dans cette Histoire.
1.1. L’économie de traite : de la traite des hommes à la traite des produits
1.1.1. De la nécessité des intermédiaires
Dans l’économie de traite, le rôle de l’intermédiaire est important. Il
connaît le pays, il maîtrise la langue, c’est lui qui part « en brousse » pendant
de longues semaines s’il le faut. Les marchands européens ou arabes ne pouvaient
faire seuls ce travail de collecte et de répartition avant que les hommes ou les
marchandises ne soient acheminés sur la côte. Des intermédiaires, d’origine
côtière ou des lisières du désert, étaient indispensables, qu’on les appelle
traitants, entremetteurs, courtiers, commissionnaires, subrécargues ou
compradores, comme en Asie.
1. Page 494 et suivantes du chapitre Traite échange et outil économique de sa thèse.
2. Avant l’arrivée des Arabes, les royaumes d’Afrique subsaharienne restent largement inconnus, faute
d’écriture.1. Vision globale de l’entreprise africaine : le poids du passé 7
eLorsque la traite transatlantique a pris fn, dans la seconde moitié du XIX
siècle, et que l’exploitation des matières premières du continent s’est accentuée,
les négociants, les traitants et les trafquants ont utilisé et reproduit le même
système qui prédominait auparavant. Ils ont fait appel à des intermédiaires,
issus des mêmes groupes de population. C’est ainsi que s’est constituée et
enrichie une classe dont la fortune s’est basée sur la commercialisation d’une
multitude de produits comme la noix de cola, la gomme arabique, l’arachide
au Sénégal, le latex, l’ivoire et l’huile de palme.
Dans une approche plutôt romanesque,  Les fantômes du Roi Léopold - un
holocauste oublié, Adam Hochschild (1999) décrit cette course au caoutchouc
et à l’ivoire dans ce qui allait devenir la propriété personnelle du Roi des Belges.
On peut même se demander à la lecture de ce livre si l’orchestration, on ne
disait pas la médiatisation, des campagnes antiesclavagistes n’avait pas aussi
pour but, au-delà des bons sentiments, de remplacer une traite par une autre,
une immorale par une mercantile, au proft des seuls intérêts européens.
Benthall (1993) souligne que bien que les ONG se considèrent comme des
éléments correcteurs de la domination politique et économique de l’Occident,
de plus en plus d’intellectuels du Sud les considèrent plutôt comme des
représentants de cette domination. (Verna, 2007)
Stephen Ellis et Y. A. Fauré, en 1995, puis Boubacar Barry et Leonhard
Harding, en 2000, se sont penchés sur l’histoire de ces traitants qui ont
accompagné la colonisation ainsi que sur leur mode de fonctionnement. Les
auteurs distinguent plusieurs types de marchands ou de « traitants » qui
correspondent à diférentes périodes.
Les grands courtiers (brokers, landlord brokers)
ePrésents au début du XX siècle, ils étaient des marchands faisant du
commerce à grande échelle, disposant de réseaux clientélistes et d’agents
régionaux ou internationaux. Ils organisaient des échanges internationaux à
3grande distance à partir des centres importants comme Kano , organisant des
caravanes transsahariennes. Certains avaient même des agents en Europe
comme Hamet Gora Diop et son agent à Bordeaux. (Diouf, 1993) Ceux-là
ont disparu, premières cibles des sociétés commerciales coloniales, comme ont
disparu les commerçants « multifonctionnels » à qui l’administration avait
concédé des monopoles.
3. Nord du Nigeria.8 L’entreprise africaine
Les « commerçants libres »
Création de l’administration coloniale, ils ont été mis en place par
4Faidherbe le long de la vallée du feuve Sénégal, au fur et à mesure que
s’implantaient des postes militaires ou des comptoirs. L’administration avait
réservé à des traitants « locaux » le commerce de certains produits, notamment
la gomme. Ils étaient 267 en 1849. La gomme expédiée en Europe était
essentielle pour la pharmacie, la confserie la teinture et l’apprêt des étofes.
eElle était échangée auprès des commerçants maures depuis le début du XIX
siècle.
1.1.1.1 La course aux matières premières (ivoire, latex, cola,
épices, plantes médicinales, cultures spéculatives, etc.)
L’Afrique a de longue date été considérée comme un réservoir de matières
premières dont il fallait s’assurer le contrôle. Dans cette course, et dans la chaîne
de collecte qu’elle nécessitait, les Africains ont pu créer leurs premières
5« entreprises ». Au départ, il y a la troque « sous voile », puis la troque « à terre »,
puis les factoreries. Toutes ces troques ont fait appel à des intermédiaires
africains. Brunschwig (1962) rapporte :
e eLa troque du XIX siècle a succédé à la traite des noirs du XVIII siècle. Succession
progressive, lente mutation qui s’accomplit au cours d’une ou de deux générations
et ne remplace pas brusquement un comportement ou un usage par un autre.
Le ramassage par traite s’est étendu à tous les produits et le mode opératoire
a été pérennisé. Outre les produits anciens, déjà mentionnés, sont venus
s’ajouter plus récemment : les produits vivriers pour alimenter les centres
urbains, la noix ou le beurre de karité, l’anacarde, les plantes médicinales, les
« commodités » (café, cacao).
1.1.1.2 L’histoire des traitants a accompagné la colonisation
(courtiers, « commerçants libres », grands commerçants sahé-
eliens du début du XX siècle).
Au fur et à mesure de la pénétration militaire française, en Afrique de
l’Ouest, la forêt s’ouvre aux marchands. Les grands marchés de courtage du
edébut du XX siècle sont ruinés et avec eux leurs principaux animateurs, les
négociants qui servaient d’intermédiaires entre les caravanes du Nord et les
producteurs de cola. La cola, produite dans la région de Man et dans les zones
4. Louis Léon César Faidherbe, né le 3 juin 1818 à Lille et mort le 28 septembre 1889 à Paris, fut
gouverneur du Sénégal (de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865).
5. « Le terme est ancien, mais n’a pas été strictement défni par ceux qui l’utilisèrent dans le passé. Au
eXVI siècle on parle indiféremment du troc ou de la troque pour désigner un échange (Dauzat) »
(Brunschwig, 1962).1. Vision globale de l’entreprise africaine : le poids du passé 9
frontalières Libéria et Guinée était acheminée par caravanes jusqu’à Bamako.
La cola était alors vendue contre des chevaux et des ânes, voire du sel gemme.
Ce commerce a donné naissance en Côte d’Ivoire dans les années 1920 et
1930, à de grandes fortunes, mais ces commerçants ne sont pas devenus pour
autant des « entrepreneurs », au sens occidental du terme, et peu d’entre eux
ont passé le cap des générations.
La noix de kola est très commune dans de nombreuses cultures traditionnelles
de l’Afrique de l’Ouest. En plus de ses propriétés stimulantes, antidépressives,
voire aphrodisiaques, elle est porteuse d’une valeur symbolique, elle est
souvent consommée lors de cérémonies ou pour souhaiter la bienvenue aux
invités, comme symbole de l’amitié partagée ou pour signifer une entente
scellée ou une réconciliation entre deux parties
1.1.1.3 Les intermédiaires se sont adaptés
Cantonnés dans certaines activités, ayant vu leur champ d’activité réduit,
les intermédiaires africains ont connu un renouveau dans les années qui ont
suivi les indépendances. Certaines professions ou certains secteurs d’activité
leur ont été réservés. Des politique d’africanisation, de zairianisation, de
sénégalisation, d’ivoirisation (années 1970), ont permis de monnayer
immédiatement des positions privilégiées en devenant prête-nom pour des
entreprises étrangères. Dans le même temps de nombreux hommes politiques
et hauts fonctionnaires collectionnaient les postes d’administrateurs, voire de
président de conseil d’administration. Africanisation pour la forme,
africanisation de façade.
1.2. Les nouvelles traites
1.2.1. Les diamants du sang
Rien de plus pur que les rivières de diamants, rien de plus
trouble que leur source.
Hervé Bazin
Bien des gens ont vu Blood Diamonds (2007), le flm d’Edward Zwick
dans lequel Leonardo di Caprio tient le rôle d’un blanc cynique, contrebandier
de diamants. Son meilleur client est une frme ayant pignon sur rue à Londres.
Son champ d’action est l’Afrique, une Afrique pleine de trésors – diamants,
pétrole, métaux précieux – dont il semble qu’ils ne servent qu’à fnancer des
régimes douteux ou des luttes ethniques laissant libre cours au pillage des
richesses par des compagnies étrangères.10 L’entreprise africaine
Le marché du diamant n’est efectivement plus cet ensemble homogène
de gens bien nés et bien élevés entre Johannesburg et Anvers où tout se passait
dans l’atmosphère feutrée des salons de négociations. De nouveaux acteurs
esont apparus et dans la dernière décennie du XX siècle les conditions ont été
bouleversées. Le monopole de la Société De Beers a disparu, les centres de taille
et de commercialisation se sont multipliés et dispersés dans le monde (Russie,
Inde, Israël, etc.), la demande elle-même a été modifée sous la poussée des
progrès techniques (diamants industriels et diamants de synthèse). L’apparition
de nouveaux intervenants a relancé l’intérêt pour les mines situées ailleurs qu’en
Afrique australe et les besoins en capitaux des parties en confit un peu partout
en Afrique ont drainé toute une population d’aventuriers et d’intermédiaires
éminemment douteux.
L’Afrique produit 65 % des diamants bruts commercialisés dans le monde,
soit une valeur de 8,4 milliards de dollars. Le Congo compterait 800 000
chercheurs de diamants « artisans indépendants », le Sierra Leone 120 000 et
quelques dizaines de milliers de plus en Angola, en Côte d’Ivoire, au Libéria
et en Guinée. À la fn des années 1990, on estimait à 4 % du marché des
diamants bruts la part du fnancement des groupes rebelles en Angola, en Sierra
Leone ou au Libéria. (Wapler, 2007)
Pour redonner une valeur éthique au produit, éliminer autant que faire
se peut les diamants alors qualifés « du sang » et s’assurer qu’ils ne proviennent
pas d’un commerce illégal, un système de certifcation de Kimberley a été mis
6 .en place pour le commerce international des diamants bruts
Aujourd’hui, les pays membres du processus dit de Kimberley revendiquent
que la part du commerce illégal, « blood diamonds » ou « confict diamonds », a
été ramenée à 0, 2 %. Tout serait donc pour le mieux dans le meilleur des
mondes possible. Ce serait oublier les enfants à qui on fait passer les frontières
au Congo et les mines anciennes rachetées ici ou là pour « blanchir » les
productions illégales. Quoi de plus simple en efet que d’« égarer » un diamant
dans une mine existante. Dans cette activité comme dans tant d’autres,
assistons-nous à une prise de conscience « morale », ou bien comme au temps
du Roi Léopold, la morale n’est-elle qu’une mince façade pour dissimuler des
intérêts bien compris ?
1.2.2. La pêche
Il n’est pas facile d’obtenir des statistiques simples concernant les volumes
et la provenance des quantités pêchées. La seule nationalité du pavillon ne
6. Pour en savoir plus, [En ligne] [http ://www.diamants-infos.com/brut/processus-kimberley.html].1. Vision globale de l’entreprise africaine : le poids du passé 11
suft pas puisque dans les ports africains, les produits de la pêche débarqués
d’un navire d’origine étrangère sont considérés comme des importations. De
même, il est difcile de trouver dans les statistiques Eurostat, par exemple, de
quel pays d’Afrique proviennent réellement les poissons. C’est encore moins
aisé lorsqu’il s’agit de la pêche illégale pour laquelle nous n’avons que des
estimations, certes d’organismes sérieux, mais parfois sans recoupements
possibles. Ce qui est certain, selon Greenpeace, c’est que chaque jour, des
centaines de chalutiers pénètrent dans les eaux africaines pour pêcher sans
permis la crevette, la sardine, le thon, le poulpe ou le maquereau.
7Une étude efectuée par le Department For International Development
démontre que ces chalutiers font perdre à l’Afrique environ 1 milliard de dollars
8de revenus par an . Selon l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et
du Centre (OMAOC), de l’Angola à la Mauritanie, ce sont au moins 364 000
tonnes de poissons qui ont été pêchées illégalement en 2007. En Guinée, 60 %
des prises seraient illégales. À Madagascar, le manque à gagner est estimé par
les autorités à 750 millions de dollars.
La plupart des États africains n’ont ni les moyens ni les compétences
nécessaires pour surveiller et contrôler. Ils n’ont ni les bateaux de patrouille,
ni les moyens de surveillance aérienne, ni le personnel pour mener les enquêtes
adéquates, évaluer les stocks de poisson et créer des programmes de pêche
« durable ». L’un des auteurs se souvient que l’un des premiers contrats qu’il
put faire signer en Guinée, en 1979, concernait une vedette rapide de
surveillance côtière pour surveiller les zones de pêche. C’était la première de
ce pays et elle resta seule bien longtemps. Comment surveiller ainsi une
immense zone maritime ?
Ainsi, la pêche pirate se développe en Afrique parce qu’il reste très facile
pour les bateaux d’échapper aux contrôles. Elle s’efectue le plus souvent avec
des bateaux battant pavillon de pays qui ne sont pas signataires des conventions
maritimes internationales, ce qui leur permet de ne pas être inquiétés. De fait,
il s’agit ni plus ni moins de pillage. Les chalutiers opèrent illégalement dans
des zones très mal contrôlées, puis sortent des eaux territoriales pour atteindre
la haute mer. Là les attendent des bateaux de transport et de réfrigération
(reefers). Ils y vident leur cargaison : leurs captures sont « blanchies » dans les
eaux internationales comme de l’argent sale dans une banque extraterritoriale
(ofshore ). Puis les chalutiers retournent remplir leurs cales. (Cerillo, 2006)
7. (DFID), l’organisme ofciel d’aide au développement du gouvernement britannique.
8. Selon d’autres sources la pêche illégale représenterait au niveau mondial entre 4 et 9 milliards de
dollars, soit 20 % de la valeur totale de la pêche.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.