//img.uscri.be/pth/ea03ba235cd7f1fb6aef54951a8a76b551e39fcc
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Congo-Kinshasa est un Eldorado

De
219 pages
La RDC est un eldorado où les puissantes multinationales du monde se bousculent pour obtenir une portion de terre aux fins d'exploitation minière. La bonne santé financière qu'affichent ces sociétés extractives de minerais en RDC, où la population croupit paradoxalement dans une misère infernale, confirme la notion selon laquelle le capitalisme n'a pas de cœur. Le plus inquiétant est l'obscurantisme dans lequel s'enfoncent les dirigeants congolais, pour lesquels rien ne compte plus que de s'enrichir.
Voir plus Voir moins

LE CONGO-KINSHASA EST UN ELDORADO À qui profite-t-il ?

Etudes Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions Kathleen GYSSELS et Bénédicte LEDENT, Présence africaine en Europe et au-delà, 2010. Joseph BOUZOUNGOULA, Services de base et dynamique sociale au Congo, 2010. Narcisse DOVENON, Le Bénin : Quelles solutions pour un développement durable ?, 2010. Françoise UGOCHUKWU, Le pays igbo du Nigeria, 2010. Valéry GARANDEAU, La Décentralisation au Gabon. Une réforme inachevée, 2010. Ferdinand BARARUZUNZA, Performances des politi-ques économiques en Afrique subsaharienne. Théories et évidences empiriques, 2010. Dieudonné IYELI KATAMU, Proverbes, paraboles et argot dans la chanson congolaise moderne, 2010. Oumar SANGARE, La production cotonnière en HauteGuinée, 2010. Oswaldo A. DIAZ O., Des fillettes esclaves à Libreville au XXe siècle, 2010. Alphonse MAKENGO NKUTU, Les institutions politiques de la RDC : de la République du Zaïre à la République démocratique du Congo (1990 - à nos jours), 2010. Pierre François EDONGO NTEDE, Ethno-anthropologie des punitions en Afrique, 2010. Alphonse MAKENGO NKUTU, Les institutions politiques de la RDC : de l'Etat indépendant du Congo à la République du Zaïre (1885-1990), 2010. Gaston M'BEMBA-NDOUMBA, Transports urbains publics et privés au Congo : enjeux et pratiques sociales, 2010. Tahirou BAH, Mali : le procès permanent, 2010. Aly Gilbert IFFONO, Résistance et survie, Un peuple de Guinée face aux colonisations : les Kissia (Guinée, Libéria, Sierra Leone), 2010.

José Mulenda Zangela

LE CONGO-KINSHASA EST UN ELDORADO À qui profite-t-il ?

Préface de Marc Véricel

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-10547-8 EAN : 9782296105478

À ma Chère épouse Adélaïde Mbuya Lumbidi pour ta patience durant nos cinq années de séparation géographique, À nos très chers enfants: Narcisse Mulenda, Brunella Mulenda, Mennon-Léonard Mulenda Tshienda, Léonnelle Mulenda, Nixon Mulenda, Déborah Gijaga Mulenda, Jared-Dany Mulenda, Josette-Joviane Gambanda M, Jordy Mulenda, Princel Mulenda, Norex Mulenda, JoséCléophas Mulenda, Kévin Mulenda et à tous mes neveux et cousins qui portent mes noms et prénoms par honneur, À Viviane Mulenda, ma jeune sœur pour toutes les responsabilités familiales et professionnelles que tu assumes avec bravoure et mérite, À Léontine Gijaga Gin’a Mbaga, ma mère, À mon défunt père, Léonard Mulenda pour toutes tes qualités humanistes et relationnelles, À tous nos filleuls : Bibi et Freddy, Anne et Bob, Esther et Adonis, À Floribert Chebeya, Victime de l’intolérance.

TABLE DES MATIERES
Remerciements ..................................................................................... 11 Préface ................................................................................................... 19 Introduction ........................................................................................... 21

Première partie : Le Res nullius ....................................... 25
La Découverte du royaume Kongo par l’Occident ................................ 25 La Création de l’Association internationale du Congo - A.I.C. .............. 32 Le Congo: « un empire du silence » ....................................................... 45 La guerre mondiale dans la région des Grands Lacs .............................. 49 1. 1914 - 1918 .................................................................................. 49 2. 1939 - 1945 .................................................................................. 54

Deuxième partie : Le Res communis ................................ 65
Une indépendance sous tension ............................................................. 65 La CIA au Congo belge .......................................................................... 66 Actions parallèles belges et françaises ................................................... 69 La Troïka occidentale: de Joseph Mobutu à Joseph Kabila .................... 71 Mobutu et l'Elysée .................................................................................. 72 L’Ultralibéralisme en République démocratique du Congo ................... 80 L’écologie entre bonne intention et acte politique .................................. 90 La logique capitaliste ............................................................................. 97

Troisième partie : La Nouvelle page ................................. 101
Le libéralisme politique .......................................................................... 101 Le changement de mentalité ................................................................... 106 Le développement .................................................................................. 113 La santé ................................................................................................. 116 La protection de l’environnement .......................................................... 118 Section 1 -Le Congo politique ............................................... 124 Mobutu, président-fondateur du MPR .............................................. 126 La Conférence nationale souveraine ................................................. 129 Laurent D. Kabila, un air de libérateur ............................................. 131 Joseph Kabila Kabenge, le néolibéral ............................................... 137

9

Section 2 - La Page économique ......................................... 147 Section 3 - La Page culturelle ........................................... 166

Quatrième partie : L’intégration régionale ..................... 177
la régionalisation des conflits ................................................................. 186 L’ethnicité - l’ethnocide ........................................................................ 189 L’intégration une idée force.................................................................... 191

Cinquième partie : La Communauté internationale ...... 197 Sixième partie : Conclusion............................................... 209 Bibliographie ...................................................................... 215

10

Remerciements
À tous ceux qui rêvent d’un avenir meilleur pour l’Afrique et pour la République démocratique du Congo en particulier. Que cet ouvrage rallume leur espérance et unisse les différentes énergies pour transformer ce rêve en réalité. Je n’avais jamais pensé écrire un livre. C’est un exercice laborieux qui, à mon sens, exige beaucoup de qualités. Mais lorsque la détermination est forte, suite à ce que l’on vit, la volonté seule suffit à soulever la montagne. Rester inerte devant les drames à répétition et estimer que ceux qui sont meilleurs que nous, trouveront la solution, c’est une aberration. Le manque d’agissement pourra être interprété dans certaines conditions, comme un manque de courage et de responsabilité. Je remercie particulièrement Daniel Quetin et Antoine Caballé qui m’encourageaient à écrire, depuis notre rencontre à Saint-Étienne en France en septembre 2001. Ils me demandaient de mettre par écrit certaines de mes idées qu’ils trouvaient pertinentes, lors de nos discussions amicales. Daniel Quetin m’avait fourni un lot de papiers de réemploi pour occuper mon temps. Quoi de plus normal pour tout être humain isolé des siens, et en quête de reconnaissance. Nos sujets ont tourné souvent autour de la paix. Jean-Paul Adam, plus pessimiste par rapport à moi, exprimait ses doutes sur l’avenir de la paix dans le monde. Aussi difficile que cela puisse paraître, j’ai toujours pensé que l’amour l’emporterait sur le mal. L’être humain en est capable. Mon projet de livre sur «la Paix en chantier» est encore en chantier, suite à la situation préoccupante et à l’insécurité récurrente en République démocratique du Congo, qui me poussent à publier ce livre. L’histoire éclaire le présent et l’avenir. Pour comprendre la situation qui prévaut en République démocratique du Congo, mon attention a été retenue par les raisons qui ont motivé le roi des Belges, Léopold II à créer l’Association internationale du Congo – AIC en 1879. Cette désignation curieuse d’un territoire en association internationale est pour tout ce que l’on peut dire, la cause majeure de l’instabilité du Congo démocratique.

11

Il n’est pas question d’écrire ici l’histoire de l'AIC. Il s’agit de donner une explication de la situation politico-économique que traverse la RDC par l’interprétation des faits historiques et juridiques. Je fus personnellement témoin d’une partie importante de l’histoire de mon pays, celle qui a suivi la fin du règne de Mobutu. Je n’ai pas exercé de fonctions politiques, mais je n’étais pas loin non plus des décideurs politiques, en tant que commis de l’Etat. À Kinshasa, N’sele, Gbadolite, Lubumbashi, Kananga, Mbuji-Mayi, Goma, Kikwit, Muanda… j’ai organisé et participé aux messes du Mouvement populaire de la Révolution – MPR, en ma double qualité de membre du protocole d’Etat et de Chargé des Relations publiques du Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Décentralisation. Témoin oculaire de Mobutu à N’sele, le 24 avril 1990 - «comprenez mon émotion» -j’étais présent pendant les derniers jours du règne du Maréchal du Zaïre à Gbadolite, lorsqu’il reçut le président Daniel Arap Moi du Kenya venu lui témoigner sa sympathie, suite à l’invasion rwandaise en 1996. J’étais présent aux négociations à Goma avec l’APR (Armée patriotique rwandaise) en 1994 pour le rapatriement des réfugiés hutus, sous la conduite du Grand Amiral Mavua et de Me Kamanda wa Kamanda du côté congolais, et Seth Senda Chonga, chef de la délégation du Côté rwandais. À Kinshasa en 1995, lors de la rencontre du président rwandais, Pasteur Bizimungu et le premier ministre Kengo wa Dondo. À Brazzaville, j’ai assisté au forum sur la paix sous l’égide de l’UNESCO en 1995 à côté de Me Kamanda, qui représentait le président Mobutu, invité par son collègue Pascal Lissouba. Je me rappelle l’audience que nous accordait pour la circonstance, le président Denis Sassou Nguesso dans sa résidence à Mpila, son village natal. J’ai rapporté pour la dernière fois de Gbadolite à Kinshasa, la tête de léopard sur laquelle, Mobutu posait ses pieds et d’autres symboles à la cité de l’OUA, avant de les voir saccagés à la télévision par la population kinoise lors de la prise euphorique de Kinshasa par les kadogos de M’zee Laurent Désiré Kabila.

12

Au terme d’un périple de dix ans dans les cabinets politiques, je suis rentré au bercail dans l’administration judiciaire. En 1998, je me retrouve coordonnateur à la Brigade des mœurs près la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles. Ce service est presque oublié pour compte, après le départ à la retraite du Premier Avocat général de la République Kuku-Kiese, qui assumait les fonctions de Président de la Commission, et le regard détourné de l’Inspecteur judiciaire en Chef Landu, préoccupé par d’autres visées. J’avais remis la Brigade en marche. Cette fonction m’a permis le contact avec les artistes musiciens, acteurs d’arts dramatiques et opérateurs culturels congolais. C’est l’occasion de saluer Kimwangana Mateta Verckys, Papa Wemba, Kester Emeneya, Koffi Olomide, Ben Nyamabo, Blaise Bula, Denis Ngonde, Pasteur Nzubila, Zizina Soki, les Directeurs des programmes TV : Antenne A, Francis, Canal Kin, Lumbana Kapasa, Raga, Mbuy Buebue, Armée de Victoire, Bompere… et les fonctionnaires dont les noms suivent, Ntumba Charles, Ntesa Lufungula, Ndombele ne Vunda, Mboyo, Munduku Christophe, l’Inspecteur Général Nyembo… Mon parcours administratif au Congo s’est terminé à l’Aéroport international de N’djili, où j’ai exercé la fonction de coordonnateur et expert du Groupe d’ Etudes des Transports (G.E.T). J'avais pour mission de faire cesser les tracasseries et de faire respecter les normes internationales en matière aéronautique. Je me considère de la sorte comme une maille de l’étoffe congolaise. Ancien étudiant en histoire à l’Institut Pédagogique National – IPN au Zaïre, j’ai une passion pour cette discipline. Ce livre est à la fois le fruit de mon patriotisme enrichi par mes années de travail au service de la nation congolaise en tant que fonctionnaire de l’Etat, et de l’analyse du monde contemporain. Il va sans dire que les ambitions suscitées par le siècle de vitesse, établissent à travers le monde, les Etats-Unis d’Amérique dans le concert des nations, tel «le roi lion» au milieu de la jungle. La République démocratique du Congo est à ce titre une proie que se disputent des prédateurs dans cette jungle.

13

Ces écrits résument comme je viens de le mentionner, une partie de ma vie passée dans l’environnement politique zaïrois. Je salue du fait les amis diplomates, fonctionnaires et autres personnalités que j’ai connus à Kinshasa et ailleurs. Je citerai Christine Harrington, Muhamed Eilech, Rudolph Kazimiro, Godfrey Dillard, Jeannette Adabra, Yves N’goran, Jean-Pierre Massamba, Dennis Hankins, Alfred F. Fonteneau, Ricardo mor Sola, Hugues Bernard Capet, Bernard Sexe, Stafford Kay, Abraham Davis, Eleanor Haupt, Hoyt Rogers, Pamela D. Moore, Wallace Pinfold, Ralph Tyson … Sur mon chemin de combattant, j’ai rencontré au Congo comme à l’étranger des personnes qui méritent d’être citées pour leur amitié, idéal, combat, humanité, soutien, contribution…qu’ils retrouvent par ce geste ma gratitude: M Philippe Douzte Blazy, Le bâtonnier Jeannot Matadi Nenga, Jean-Marie Ntantu Mey, Le Premier Président honoraire de la Cour Suprême de Justice, Balanda Mikuin Leliel, le Procureur Général de la République honoraire, Mongul Tapangane, la Conseillère Diplomatique du chef de l’Etat, Ngawali Mobutu, Prof. Malembe Ntamandiang, Prof. Kalambay Lumpungu, Nicole Nyange et Rémy Kidinda, Elisée et Teddy Nguvu, Maguy et Declaud Kuhanuka, Bony Kisege, Michaux et Aaron Vunda, Jonathan Sefu, Thierry Manete, Cécile et Méfis Mbenga, Desmarets Ndjoko, Jean Kianze, Martin Kajabi Miteleji, Valère Mbote, José Pumbu, Rombeau Fumani, Me Jean-Jacques Kitango, Fifi et Macaire Gulefa, Sabin Mashini, Amédée Lumingu, Jules Ngolo, Fortunat Mutubu, Chouchou et Juvénal, Cynyama Mpiana, Pauline et Alain Nzamba, Gertrude et Nelson Kande Kamizelo, Daïna et Mardochée Mabula, Otshieng Malenge Muhenge, Velo, Faustin Musenvu, Saïal Mashinyi, Flavien Kutangila, Mgr Théodore Mudiji Malamba, Abbé Macaire, Abbé Roland Ndandula, Abbé Pulushi, Godefroy Gifuza Ginday, Sébastien Luzanga Sh’a Mandefu, Nguvu Milano, Pasteur Dieudonné Fimbo, Kage Florentin, Delsard Malenghe, Paulin Gambinga, Constant Kuhanuka, Prof. Kidinda sh’a Ndungo, Prof. Dominique Ndandula, Prof. Mulamba Watema sh’a Bendelo, Famille Benoît Kidinda, Famille Apollinaire Kakesa, Prof. Kasongo Muidinge Maluilo, Prof. Kambayi Buatsha, Prof. Bakonga, Mme Ministre

14

Angélique Muyabo K. Nkulu, Mme Ministre Miteo Lola M. et Bob Ntumba, Me Yoko Ya Kembe, Me Nestor Bokuma Etike, Me Michel Lukamba, Me Guhanika, Me Mankinda Wata-Wata, Me Wilfrid Kikadi, Ambassadeur Valentin Matungul, JeanClaude Biebie, Léonard Fuka Unzola, Sumbula Ganzov, Ambassadeur Bokata, Feu Wasso Lukumbia, Feu Ambassadeur Lema, Ngoie Mbikani, Miteleji Mabogo, Ypanga Sakayombo, Nzamu Ndontoni Mambu, Dieudonné Palata Wingi, Topla Kitambala, Bony Yanvua, François Yanvua, Prof. Pierre Kambembo, Fulgence Mutombo a Mulenda, Jean-François Ploquin, Modeste Mulasa, Pasteurs Sonia et Alain Arnoux, Pasteur Denis Muller, Pasteur Marc Schaeffer, Nicole Corréia, Théo Mbay, Yves Lefort, Etienne Valla, Noëlle Desroches, Lucien Marconnet, Elisabeth Quetin, Jean-Pierre Berthouze, Pat Murray, Huguette Bonnand, Florence Adam, Manuel Adam et Rosette, Roseline, Thomas et Iny Caballé, Sylvie et Marc Schoendoerffer, Béatrice et Philippe Pupier, Philippe Cléris, Cécile Diallo, Antonio Silveira, Eugénie Mouayini Opou, Maurice Duchesne, Pascaline Dard, Micheline et Pasteur Antonio Lukebadio, Jeannette et Andrada Mananga, Marta et Neves Ziko, Jean-Germain Muyila, Mathieu Akawa, Philippe Kanda, Marie-Line et Louange Wambote, Daniel Barrel, Victorine Lubuele, Chantal Mabita, Père André Raymond, Père Gérard Riffard, Carole Royer, Jean-Pierre Mboto, Jean-Pierre Kalota, Laurence Débard, Michelle et François Tshimanga, Albert Tambulu, Carneiro J. Da Costa, Castro Nkokolo, Sabine et Raymond Ndudi, Jean Mabiala, Bijou Matalatala et Yvon, Clarisse et Oscar Kabasele, Lyly Tshidibi et Claude Benedito, Félie et Vital Makuala, Laurice Mena, Gerry Tshilunda, Amida Nkokolo, Aziza Katanga, Serge Makuntima, Christine et Yves Faure, Elvire Gracia Adama, Patchem’s Matubuka, Michèle Lafon, Sophie Makoma et Steve Zao, Mélina Meta, Rose Kalama, Bega Bekanga Dembo et Paul, Nathalie Kutaluka, Dieudonné Kinua, Léonie Nyakero, Chantal Lukamba, Pauline Mahamba, Béatrice Mahamba, Julie Kiwewa, Faustin Kufutikisa, Feu Yongongo Bonteke, Junior-Matthieu Weteto wa Djemba, Elonge Osako, Panzu, Annie Mabika, Blandine Rumanika Kakenda, Nadia Wanza, Regina Manuela, Cecilia Da Silva, Louisa Maria Kanda, Cécile Hadja Leblond, Johas,

15

Grâce, Yasmine et Taty Nduka, Famille Nduka Théophile, Tatiana et Achille Lweka, Clovis Buanga, Boss Mukuna, Felly Kadima, Mputuilo Santos, Fataki Mauwa, Miteleji sh’a Lombewa, Mazela Simon, Bienvenue et Dario Libua, Fierla Mufufu, Dr David Kidinda et Isabelle, Docteurs Fifi et Tony Lumbidi, Famille Lumbidi Félix, Famille Kakesa Samuel, Famille Mbualungu Théodore, Famille Kianze Liévin, Famille Miteleji Philémon, Famille Ginzanza sh’a Nzumba, Famille Gingambo, Famille Ndjoko Louis Bermis, Famille Ginguengue, Famille Vunda, Gin’a Mashinde, Famille Mulenda Tshienda : Rogine Mulenda et Donald Khoshi, Marie Mulenda, Viviane Mulenda et Gesto Kongolo, Apollinaire Mulenda et Rose Mufokoto, Séverine Mulenda et Kif, Padjo Mulenda et Bérengère Mombo, Famille Mufufu Triphose, Famille Miteleji Sh’a Lusungu, Famille Mwamba sh’a Théo, Famille Musambi Phildore, Famille Joseph Falanga, Famille Paul Kadima, Famille Athanase Nkuy, Famille Mundeke Homère, Famille Sprunger, Famille Schwartz aux Etats-Unis, Doudou Vula, Clarisse Khoshi, Kapinga Mulenda Kapy, Midou Mulenda, Léontine Khoshi, Jérémy Kif, Madimba sh’a Ngunza, Bertin Tshwegege, Famille Mangunzi, Feu Norex Kidiata Mulenda, Feu Liévin Kidinda sh’a Kadiata, Stanislas Longo… A toute ma famille, à la Communauté Mennonite au Congo – paroisse de Ngaba à Kinshasa, et à la Communauté Mennonite américaine et canadienne, à l’Eglise Réformée de Saint-Étienne et du Forez, au Secours Catholique – délégation de la Loire, à la Cimade Loire, à la ligue de l’Enseignement de la Loire-FOL, à La Semaine de la Solidarité Internationale, Solicoop 42, et Collectif associatif de la Loire. C’est par les conseils d’amis, Hervé Agnoux, du couple Armelle Lelong et Jean-Denis Ménard que le projet a pris forme. L’honneur échoit cependant, à Marie-Anne Berland, René Achard et Michèle Lafon qui ont consacré de leur temps à me lire, et à corriger mes textes. Je salue Christophe Durieux, professeur de français au collège Jules Vallès de Saint-Étienne pour ses conseils, et à travers lui tout le collège. Madame Epale, la Principale, Mme Bonnie Kordylewski, Principale adjointe, George Gagnaire, Directeur de SEGPA(Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté), Christian Lavisse, Conseiller

16

Principal d’Education, Martine Chanson, Daniel Fournier et Ganaël Boyer de la MGI(Mission Générale d'Insertion), Christiane Cancade du CDI (Centre Documentaire et d'Information), Arlette Toinon, Isabelle Tartière, Estelle Débard, Odile Fayolle, Alain Theron, Hugues Bazu, Jean-Claude Capel, Saliha Benmakhlouf et tous le personnel du collège Jules Vallès. Je remercie de ce fait le Conseil Général de la Loire, notamment, la Direction de prévention et médiation qui a procédé à notre engagement en qualité d’agent de médiation au collège. Nous tenons à y saluer Le Président du Conseil Général sortant, Pascal Clément et Bernard Bonne, le Président entrant. Jean-Philippe Bayon, l’ancien Vice-président au Conseil Régional Rhône-Alpes, Gilles Artigues, Conseiller Général de la Loire, Maurice Vincent, Maire et Président de Saint-Étienne Métropole, l’Adjoint au Maire, André Friedenberg, JeanFrançois Pascal, Directeur des Relations internationales à la Ville de Saint-Étienne, Marie-Pierre Bourgeois, Aboubacar Wade, Pascal Basile et Denise Gaucher du Conseil Général de la Loire pour leur soutien. Je ne passerai sous silence, le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, Renaître, qui m’emploie en qualité de moniteur. Qu’il plaise à Mme Lysiane Beaumont, à M Vincent JeanJean, à Walter Monnet, à tous les éducateurs, à Serge Teyssot pour sa contribution dans cet ouvrage et à tous les résidents de trouver par ce geste ma gratitude. À tous ceux qui militent pour un monde plus juste, et vous cher lecteur, recevez mes remerciements. Mon désir est de susciter un nouvel élan de solidarité pour le Congo, comme ce fut le cas vers la fin de 19e siècle à travers les dénonciations courageuses d’un jeune anglais Edmund Dene Morel contre les abus de Léopold II. L’exploitation de mines congolaises à ciel ouvert par des firmes occidentales, les viols massifs de femmes en plein 21e siècle sur le sol congolais, comme arme de guerre, replacent le Congo-Kinshasa dans les mêmes circonstances qui donnèrent des vertiges et épouvantèrent, Roger Casement, Edmund Dene Morel et leurs alliés qui s’attaquèrent au roi Léopold II et à son système infernal, très élaboré dans ce qui était son Association internationale du Congo.

17

PREFACE
Le Congo, actuellement dénommé République démocratique du Congo (RDC), est l'un des plus grands pays d'Afrique, en superficie (près de 2 millions et demi de kilomètres carrés) et en population (66 millions d'habitants). Situé au centre du continent africain et riche de nombreuses ressources naturelles, il a attiré, de tout temps, les convoitises, notamment celles des pays occidentaux. L'indépendance à l'égard de la Belgique, proclamée en juin 1960, n'a certes pas sonné le glas de l'ingérence des grandes puissances au Congo et le changement de régime opéré en 1997, à la suite de la chute du général président MOBUTU, n’a en rien réglé le problème de la dilapidation des richesses du pays. Aujourd'hui encore, alors que le Congo - Kinshasa referme dans son sous-sol de fabuleux gisements de minerais (cuivre cobalt zinc diamant), il est classé au septième rang mondial pour son produit national brut et la pauvreté affecte la très grande majorité de sa population. L’occidental qui débarque en RDC ne peut-être que frappé - comme je l'ai été lors d’un séjour effectué fin 2009 - d’une part par la gentillesse, le courage et la dignité du peuple congolais et, d’autre part, par l'état d'extrême délabrement du pays qui affecte en premier lieu ses infrastructures routières et ses services publics. Cette situation, bien peu logique, résulte, pour une bonne part de la non maîtrise par l’État du potentiel énergétique du pays qui profite surtout à des firmes étrangères, lesquelles pillent les richesses du pays sans guère accorder de contrepartie. Ce sont la cupidité et l'incompétence des responsables politiques successifs du pays, la corruption généralisée, mais aussi l'apathie de la population qui ont permis d'en arriver là. La RDC est certes un eldorado mais qui ne bénéficie nullement au peuple, en dehors d'une toute petite frange dirigeante. C'est ce qu'a voulu expliquer JOSE MULENDA dans cet ouvrage. J'ai connu José MULENDA lorsqu'il était étudiant en droit à l'université de Saint-Étienne (année universitaire 2003-2004). Je donnais alors un cours de droit privé des biens faisant référence aux notions de res nullius et de res communis ; peut-être, est-ce ce cours qui a influencé le plan

19

adopté dans cet ouvrage. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage retrace l'histoire du Congo, de la découverte du royaume de KONGO par l'Occident jusqu'à nos jours. Mais, et c’est là l'intérêt de ce livre, il cherche surtout à faire comprendre les grandes tendances de l'évolution qu'a connue le pays, caractérisée en particulier, par la domination des grandes puissances du globe et leur mise en place d'un système de prédation des ressources naturelles au détriment des nationaux. José MULENDA est un observateur fort bien placé de la vie politique congolaise à une période clef de son histoire moderne. En tant que grand commis de l'État, de la fin du régime MOBUTU dans les années 90 jusqu'au début des années 2001, il a participé ou assisté à bien des événements marquants de cette décennie, ce qui lui permet d'avoir une opinion très éclairée de ces événements. Mais son ouvrage est loin d'être un simple manuel d'histoire, aussi intéressant soit-il déjà à ce simple titre. En effet José MULENDA a écrit un livre très attachant parce qu’y transparaît beaucoup d'amour pour son pays et surtout pour ses concitoyens, ce qui n'enlève rien à sa lucidité quant aux faiblesses qu'il dénonce chez ces derniers, notamment leur tendance à la nonchalance et au laisser-faire à l'égard des dirigeants. Mais ce que l'on appréciera surtout à la lecture de ce livre est la conviction qui anime son auteur qu’un jour ou l'autre, les Congolais redresseront leur front, longtemps courbé, pour s'unir dans l'effort de construction d’un pays beaucoup plus beau qu’avant, d’une nation dégagée de toute ingérence extérieure, réellement démocratique, développée économiquement et aussi solidaire. Il faut saluer les hommes qui sont animés de telles convictions et les soutenir car la conviction est une force puissante qui permet de soulever des montagnes. MARC VERICEL, Professeur agrégé des facultés de droit, directeur institut du travail de l'université de Saint-Étienne.

20

Introduction
« Il y a un moment où l’homme est le maître de son destin; si nous sommes des vassaux, c’est notre faute, cher Brutus, et non celle des étoiles. » Shakespeare, Jules César.

Le peuple congolais est connu pour son hospitalité et son aspiration profonde à la culture de la paix, que l’on peut reconnaître à travers sa chanson et sa danse qui traversent ses frontières, et le continent africain tout entier. Sa fierté personnelle et sa joie de vivre, son look, son franc parler, sa démarche, et son intelligentsia le distinguent souvent de ses frères africains et d’autres peuples qui le reconnaissent d’emblée. Le Congolais est réputé pour sa grandeur d’âme. Le cœur du Congolais est aussi immense que la superficie de son territoire, situé au centre du continent noir. Peuple grand, peuple libre à jamais, qu’a tenté d’idéaliser Mobutu dans son hymne national: La Zaïroise, sans pour autant lui donner les moyens de se confirmer. La population de ce pays est estimée à plus 66.000.000 millions d’habitants. Sa culture est une mosaïque de plus de 400 dialectes à l’intérieur de 2.345.409 Km2, couvrant la République démocratique du Congo. La RDC est le deuxième Etat au monde après le Nigeria, habité par une grande population noire. Il est suivi du Brésil et des Etats-Unis d’Amérique. Ce pays est resté longtemps une terre d’asile. Par tradition, ses frontières sont ouvertes pour accueillir ses frères en quête de paix. Les péripéties angolaises, les conflits armés au Congo Brazzaville, les rivalités ethniques au Burundi et au Rwanda, les rébellions soudanaises… font de ce pays, un territoire d’accueil où l’étranger est en parfaite symbiose avec les nationaux, en dépit de problèmes de positionnement et des vieilles rivalités qui dégénèrent à l’est. En 1961, le pays à peine indépendant accueillit sur son territoire 180.000 réfugiés angolais de l’ethnie Zombo.

21