Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le management du parc nucléaire d'EDF

De
245 pages
Les centrales nucléaires d'EDF, réparties sur tout le territoire, fournissent depuis près de vingt ans plus des trois quarts de l'électricité française. Comment assurer la cohérence d'un management centralisé dans un contexte économique et social mouvant ? S'appuyant sur les archives de la Division Production Nucléaire d'EDF et sur des entretiens réalisés auprès d'une soixantaine de dirigeants et d'experts, cet ouvrage retrace les épisodes importants du management de cette industrie pas tout à fait comme les autres.
Voir plus Voir moins

Préface

A l’he
u
re o
ù
le n
u
cléaire connaî
t u
ne renaissance dans les pa
y
s occiden
t
a
ux
e
t u
ne accéléra
t
ion en Asie d
u
fai
t
de l’ac
u
i
t
é des q
u
es
t
ions énergé
t
iq
u
es e
t
en
v
ironnemen
t
ales, il m’a par
u
nécessaire de por
t
er
u
n regard s
u
r l’a
v
en
tu
re
ind
u
s
t
rielle e
t
h
u
maine q
u
’a cons
t
i
tu
ée e
t
q
u
e cons
t
i
tu
e
t
o
u
jo
u
rs l’e
x
ploi
t
a
t
ion
d
u
parc n
u
cléaire français. Il
y
a là
u
n de
v
oir d’his
t
oire : conser
v
er des
élémen
t
s de compréhension s
u
r la manière don
t
a é
t
é rele
v
é ce défi ind
u
s
t
riel e
t
managérial, engagé à la fin des années 7
0
a
v
ec EDF E
t
ablissemen
t
P
u
blic à
carac
t
ère Ind
u
s
t
riel e
t
Commercial e
t
q
u
i se po
u
rs
u
i
t
à l’he
u
re ac
tu
elle o
ù
EDF SA, co
t
ée en bo
u
rse, es
t
de
v
en
u
e le premier gro
u
pe énergé
t
icien
e
u
ropéen.
Ce li
v
re n’a pas
v
oca
t
ion à ê
t
re
u
n o
uv
rage s
u
r le n
u
cléaire. Il
y
a bien des
aspec
t
s de ce
tt
e so
u
rce d’énergie non é
v
oq
u
és ici comme l’organisa
t
ion
ind
u
s
t
rielle mise en place, o
u
l’ob
t
en
t
ion des compé
t
ences nécessaires.
L’ambi
t
ion des a
ut
e
u
rs es
t
de donner
u
n éclairage s
u
r les é
v
ol
ut
ions
managériales de la Prod
u
c
t
ion N
u
cléaire d’EDF, dep
u
is les orien
t
a
t
ions
essen
t
iellemen
t t
echniq
u
es des années 7
0
e
t
8
0
j
u
sq
u
’a
u
managemen
t
par les
process
u
s mis en place a
u
déb
ut
des années
2000
, en passan
t
par les démarches
des années 9
0
.
Il ne s’agi
t
pas d’
u
n
t
rai
t
é de managemen
t
mais pl
ut
ô
t
d’
u
n o
uv
rage s
u
r le
managemen
t
. Il éclairera le lec
t
e
u
r s
u
r les décisions prises par les dirigean
t
s
s
u
ccessifs de ce
v
as
t
e ensemble comprenan
t 20 000
personnes e
x
ploi
t
an
t
58 réac
t
e
u
rs. Ce regard dans le ré
t
ro
v
ise
u
r sera
ut
ile en par
t
ic
u
lier à mes
collèg
u
es q
u
i on
t
la charge de po
u
rs
u
i
v
re l’e
x
ploi
t
a
t
ion e
t
le dé
v
eloppemen
t
d
u
parc de prod
u
c
t
ion n
u
cléaire a
u
ser
v
ice de l’économie de la na
t
ion. J’espère
q
u
’il aidera les no
uv
elles généra
t
ions d’e
x
ploi
t
an
t
s à po
u
rs
u
i
v
re le
t
ra
v
ail
en
t
repris par le
u
rs anciens, a
v
ec le même en
t
ho
u
siasme, la même fier
t
é d
u
de
v
oir accompli e
t
la même e
x
igence de s
û
re
t
é.
Le n
u
cléaire a
u
ne place
t
rès par
t
ic
u
lière dans le monde de l’énergie e
t
a
u
-
delà, e
t
il ne laisse personne indifféren
t
. Ce
t
o
uv
rage, des
t
iné à
u
n p
u
blic a
v
er
t
i,
mon
t
re le rôle incon
t
o
u
rnable e
t
irréd
u
c
t
ible de la s
û
re
t
é n
u
cléaire. La s
û
re
t
é
es
t u
n élémen
t
cr
u
cial, fil cond
u
c
t
e
u
r de
t
o
ut
e l’his
t
oire d
u
parc n
u
cléaire, à la
fois con
t
rain
t
e q
u
o
t
idienne e
t
fac
t
e
u
r de mo
t
i
v
a
t
ion. A
u
-delà d’
u
n consens
u
s,
c’es
t u
ne
v
éri
t
able
u
nion sacrée q
u
i rassemble
t
o
u
s les professionnels, chac
u
n
dans son rôle. C’es
t t
o
ut
e la noblesse d
u

t
ier des hommes e
t
des femmes d
u
n
u
cléaire.
La
u
ren
t
S
t
ricker

Introduction

Le parc n
u
cléaire d’EDF cons
t
i
tu
e
u
ne p
u
issance de prod
u
c
t
ion sans
éq
u
i
v
alen
t
dans le monde. Il fo
u
rni
t
dep
u
is
v
ing
t
ans pl
u
s des
t
rois q
u
ar
t
s de
l’élec
t
rici
t
é française. Répar
t
ies s
u
r le
t
erri
t
oire na
t
ional, les cen
t
rales
n
u
cléaires son
t
des é
t
ablissemen
t
s ind
u
s
t
riels a
ut
onomes en
t
ermes de
responsabili
t
é d’e
x
ploi
t
a
t
ion. Elles son
t
a
u
ssi liées en
t
re elles par
u
n
managemen
t
général cen
t
ralisé. Cel
u
i-ci
t
ro
uv
e son origine dans le choi
x
d’
u
n
procédé
t
echnologiq
u
e comm
u
n à
t
o
ut
es les
u
ni
t
és de prod
u
c
t
ion
élec
t
ron
u
cléaires : la filière des Réac
t
e
u
rs à Ea
u
Press
u
risée (REP). Le
managemen
t
cen
t
ral d
u
parc n
u
cléaire REP en e
x
ploi
t
a
t
ion es
t
l’obje
t
de ce
tt
e
é
tu
de.
La créa
t
ion d’
u
ne en
t
i
t
é p
u
remen
t
n
u
cléaire a
u
sein d’EDF da
t
e de 199
2
.
Ce
tt
e époq
u
e s’a
v
ère difficile à appréhender sans la connaissance des
é
v
énemen
t
s de la fin des années 198
0
q
u
i cond
u
isiren
t
à
u
ne remise en ca
u
se de
la q
u
ali
t
é de la main
t
enance e
t
à
u
n impor
t
an
t
confli
t
des personnels de
cond
u
i
t
e. E
t
ces fai
t
s ne pe
uv
en
t
ê
t
re abordés sans
u
n ancrage dans le passé.
No
u
s a
v
ons donc re
t
racé ce q
u
i no
u
s semblai
t
indispensable à connaî
t
re d
u
démarrage d
u
parc n
u
cléaire, a
v
an
t
d’aborder la crise des années 1988-89 e
t
le
v
irage managérial des années 199
0
. No
u
s a
v
ons
vu
se dessiner
u
ne de
ux
ième
charnière pe
u
après l’an
2000
, ce q
u
i no
u
s a cond
u
i
t
à présen
t
er no
t
re
t
ra
v
ail en
t
rois par
t
ies. Elles coïnciden
t
pe
u
o
u
pro
u
a
v
ec les changemen
t
s d’in
t
i
tu
lé de
l’organe de direc
t
ion d
u
Parc N
u
cléaire :

le managemen
t
des hommes a
u
ser
v
ice de la
t
echniq
u
e carac
t
érise le
démarrage des cen
t
rales n
u
cléaires, so
u
s l’égide d
u
Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion
Thermiq
u
e. C’es
t
a
u
ssi le momen
t
de la cons
t
r
u
c
t
ion d’
u
ne organisa
t
ion
s
t
r
u
c
tu
ran
t
e des
t
inée à garan
t
ir la s
û
re
t
é des ins
t
alla
t
ions.

Dans les années 199
0
, les con
t
o
u
rs d
u
parc n
u
cléaire é
t
an
t
fi
x
és, le
managemen
t
par le proje
t
a cherché de no
uv
ea
ux
ressor
t
s de mo
t
i
v
a
t
ion d
u
personnel de l’E
x
ploi
t
a
t
ion d
u
Parc N
u
cléaire,
t
o
ut
en éle
v
an
t
le ni
v
ea
u
d’e
x
igence des performances a
tt
end
u
es.

A
u
déb
ut
d
u
XXI
e
siècle, dans
u
n parc s
t
abilisé, le Managemen
t
Par la
Q
u
ali
t
é a bo
u
sc
u
lé le fonc
t
ionnemen
t
hiérarchiq
u
e descendan
t
e
t
préparé la
Di
v
ision Prod
u
c
t
ion N
u
cléaire a
ux
m
ut
a
t
ions générées par la dérég
u
la
t
ion
d
u
marché de l’élec
t
rici
t
é.
No
t
re
t
ra
v
ail se place s
u
r le regis
t
re de la compréhension : po
u
rq
u
oi,
commen
t
se son
t
opérés les choi
x
de managemen
t
? Commen
t
s’es
t
organisé le
lien cen
t
ralisa
t
e
u
r en
t
re la direc
t
ion na
t
ionale e
t
les si
t
es n
u
cléaires ? Po
u
rq
u
oi,
commen
t
la s
û
re
t
é es
t
-elle prégnan
t
e non se
u
lemen
t
dans les cen
t
rales

7

n
u
cléaires mais j
u
sq
u
e dans les b
u
rea
ux
parisiens ? Po
u
r répondre à ces
q
u
es
t
ions no
u
s a
v
ons mené
u
ne do
u
ble in
v
es
t
iga
t
ion.
No
u
s a
v
ons d’abord cons
t
i
tu
é
u
ne base doc
u
men
t
aire grâce a
ux
nombre
u
ses
personnes q
u
i no
u
s on
t
donné libre accès à le
u
rs
t
résors d’archi
v
es. Car la
pl
u
par
t
des
t
e
xt
es concernan
t
la genèse d
u
managemen
t
ne relè
v
en
t
pas de
l’ass
u
rance q
u
ali
t
é : il fallai
t
rassembler les bilans e
t
les rappor
t
s, les jo
u
rna
ux
in
t
ernes e
t
les comp
t
es rend
u
s de ré
u
nion, les co
u
rriers e
t
les no
t
es de
t
ra
v
ail
q
u
i no
u
s on
t
permis de mener
u
n
t
ra
v
ail d’anal
y
se des so
u
rces e
t
de si
tu
er les
é
v
énemen
t
s dans le
u
r con
t
e
xt
e. Parallèlemen
t
, no
u
s a
v
ons sollici
t
é
u
ne
soi
x
an
t
aine de responsables d
u
Parc N
u
cléaire po
u
r rec
u
eillir le
u
r
v
ision s
u
r la
période q
u
’ils a
v
aien
t
conn
u
e. Ils no
u
s on
t
a
ut
orisés à faire
u
sage de nos no
t
es
d’en
t
re
t
ien. Q
u
’ils soien
t
remerciés de le
u
r acc
u
eil e
t
de le
u
r confiance.
Cer
t
aines personnali
t
és ne fig
u
ren
t
pas dans ce panel de dirigean
t
s. Non q
u
e
no
u
s a
y
ons so
u
s-es
t
imé le
u
r rôle mais parce q
u
’il no
u
s semblai
t
disposer de
s
u
ffisammen
t
de données. En effe
t
no
u
s n’a
v
ons pas cherché l’e
x
ha
u
s
t
i
v
i
t
é à
t
ra
v
ers ces en
t
re
t
iens, préféran
t
adop
t
er
u
ne mé
t
hodologie d’enq
u
ê
t
e de
ty
pe
jo
u
rnalis
t
iq
u
e.
No
u
s a
v
ons fai
t
appel à de
t
rès nombre
ux
in
t
erloc
ut
e
u
rs po
u
r mie
ux
comprendre
u
ne no
t
ion, préciser
u
ne da
t
e, consolider
u
ne h
y
po
t
hèse. Ils no
u
s
pardonneron
t
de ne pas
t
ro
uv
er le
u
r nom ci
t
é dans ce
t
o
uv
rage bien q
u
e
t
o
u
s les
indices,
t
o
u
s les repères q
u
i no
u
s on
t
é
t
é donnés, aien
t
no
u
rri no
t
re réfle
x
ion.
No
u
s a
v
ons
u
ne reconnaissance par
t
ic
u
lière en
v
ers nos premiers lec
t
e
u
rs,
Chris
t
ine Ca
t
alan e
t
Jean-Marie La
u
ren
t
, q
u
i on
t
bien
v
o
u
l
u
ass
u
rer
u
n
t
ra
v
ail
de correc
t
e
u
r de no
t
re man
u
scri
t
. No
u
s sal
u
ons égalemen
t
l’é
t
hiq
u
e de no
t
re
commandi
t
aire, La
u
ren
t
S
t
ricker : il a
v
o
u
l
u
q
u
e ce
t
ra
v
ail soi
t
fai
t
; il n’a
cherché en a
u
c
u
ne manière à l’infl
u
encer o
u
à le con
t
rôler.
No
t
re réci
t
se
t
ro
uv
e donc a
u
croisemen
t
d’
u
ne do
u
ble démarche d’his
t
orien
e
t
d’enq
u
ê
t
e
u
r. No
u
s l’a
v
ons cons
t
r
u
i
t
a
v
ec
u
n mo
uv
emen
t v
ers l’a
v
an
t
, sans
no
u
s as
t
reindre à
u
ne s
t
ric
t
e chronologie dans la narra
t
ion. Les é
v
énemen
t
s s’
y
déro
u
len
t
en progressan
t
dans le
t
emps mais ils se che
v
a
u
chen
t
parfois, comme
dans la
v
ie. No
u
s a
v
ons essa
y
é de rendre chaq
u
e chapi
t
re a
u
ssi a
ut
opor
t
an
t
q
u
e
le perme
tt
ai
t
la comple
x
i
t
é d
u
s
y
s
t
ème de managemen
t
décri
t
. Mais no
u
s a
v
ons
a
u
ssi in
t
rod
u
i
t
, a
u
fil des pages, des élémen
t
s q
u
i prennen
t
sens dans
u
ne
lec
tu
re en con
t
in
u
: à regarder des épisodes à la lo
u
pe, on déco
uv
re les grains
de le
u
r relief ; à s
u
i
v
re le
u
r s
u
ccession, on en saisi
t
la genèse e
t
la por
t
ée. C’es
t
le fil de ce
tt
e his
t
oire,
t
elle q
u
e no
u
s l’a
v
ons comprise, q
u
e no
u
s li
v
rons a
u
lec
t
e
u
r.

8

Première partie

« NOUS AVONS TANT AIMÉ
LE SERVICE DE LA PRODUCTION THERMIQUE »

Chapitre  : LA SÛRETÉ EN EXPLOITATION

 – LE SERVICE DE LA PRODUCTION THERMIQUE
Le 1er j
u
ille
t
199
2
, la Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
d’EDF scinda en de
ux
son parc de prod
u
c
t
ion d’élec
t
rici
t
é d’origine
t
hermiq
u
e. A
v
ec le pôle
E
x
ploi
t
a
t
ion d
u
Parc N
u
cléaire (EPN), elle créa
u
ne en
t
i
t
é a
ut
onome dans la
ges
t
ion de ses resso
u
rces
t
echniq
u
es, financières e
t
h
u
maines. Elle ré
u
ni
t
dans
u
n a
ut
re pôle les prod
u
c
t
ions Thermiq
u
e à flamme e
t
H
y
dra
u
liq
u
e. Ce faisan
t
,
elle me
tt
ai
t
fin à pl
u
s de 45 ans d'e
x
is
t
ence d
u
Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion
Thermiq
u
e, le pres
t
igie
ux
“SPT”
.

La Direction Production Transport d’EDF et ses métiers
La Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
é
t
ai
t
le s
y
mbole d’EDF en
t
an
t
q
u
’en
t
reprise in
t
égrée. En 1988, ses
3
8
000
salariés représen
t
aien
t u
n
t
iers de
l’en
t
reprise. Ils a
v
aien
t
po
u
r poin
t
s comm
u
ns
u
ne for
t
e c
u
l
tu
re
t
echniq
u
e e
t u
n
espri
t
de ser
v
ice p
u
blic don
t
les
v
ale
u
rs é
t
aien
t
: séc
u
ri
t
é, économie, e
t
q
u
ali
t
é
d
u
ser
v
ice.
La Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
(DPT) a
v
ai
t
po
u
r mission de fo
u
rnir
l’élec
t
rici
t
é en s’adap
t
an
t
, en
t
o
ut
es circons
t
ances, a
ux
besoins d
u
pa
y
s. Son
organisa
t
ion a
v
ai
t
é
t
é cons
t
r
u
i
t
e a
ut
o
u
r des mé
t
iers
t
radi
t
ionnels de prod
u
c
t
e
u
r
e
t
de
t
ranspor
t
e
u
r d’élec
t
rici
t
é. Elle compor
t
ai
t
6 Ser
v
ices a
ux
effec
t
ifs
inéga
ux
, rela
t
i
v
emen
t
a
ut
onomes, chac
u
n géran
t
la
t
o
t
ali
t
é de ses mo
y
ens
opéra
t
ionnels e
t
fonc
t
ionnels e
t

v
eloppan
t
sa propre e
x
per
t
ise. Ils é
t
aien
t
dirigés par
u
n é
t
a
t
-major de 1
20
personnes, a
u
q
u
el é
t
aien
t
ra
tt
achées la Séc
u
ri
t
é
e
t
la Radiopro
t
ec
t
ion.

Le Ser
v
ice de la Pro
t
ec
t
ion Thermiq
u
e (SPT) e
x
ploi
t
ai
t
e
t
en
t
re
t
enai
t
les
cen
t
rales
t
hermiq
u
es. For
t
de près de
23
8
00
personnes, il formai
t
le gros
des
t
ro
u
pes de la Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
.

Le Ser
v
ice Comb
u
s
t
ibles a
v
ai
t
po
u
r mission l’appro
v
isionnemen
t
des
cen
t
rales
t
hermiq
u
es. Son poids financier é
t
ai
t
considérable : en
v
iron
20
milliards de francs par an. Il é
t
ai
t
composé po
u
r l’essen
t
iel d’ingénie
u
rs
à l’aff
ût
d
u
comb
u
s
t
ible le meille
u
r e
t
le moins cher (19
0
personnes).

Le Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion H
y
dra
u
liq
u
e e
x
ploi
t
ai
t
e
t
en
t
re
t
enai
t
les
barrages e
t
les cen
t
rales a
u
fil de l’ea
u
. Ce prod
u
c
t
e
u
r his
t
oriq
u
e jo
u
issai
t

11

d’
u
n grand pres
t
ige, a
y
an
t
fo
u
rni j
u
sq
u
’à la moi
t
ié de l’élec
t
rici
t
é française
a
u
déb
ut
des années 196
0
. Mais il sa
v
ai
t
se faire o
u
blier, dé
v
eloppan
t
ses
t
echniq
u
es propres e
t
c
u
l
t
i
v
an
t
la de
v
ise “Vi
v
ons he
u
re
ux
,
v
i
v
ons cachés”.
Il a
v
ai
t t
issé des liens de pro
x
imi
t
é a
v
ec l’en
v
ironnemen
t
na
tu
rel e
t
h
u
main
des
v
allées o
ù
il é
t
ai
t
implan
t
é (5 7
00
personnes).

Le Ser
v
ice d
u
Transpor
t
e
t
des Télécomm
u
nica
t
ions é
t
ai
t
responsable d
u
maillage e
t
de l’in
t
erconne
x
ion d
u
résea
u
de
t
ranspor
t
de l’élec
t
rici
t
é à
ha
ut
e e
t t
rès ha
ut
e
t
ension,
u
n monopole d’EDF. S
u
r ses lignes circ
u
laien
t
égalemen
t
les
t
élécomm
u
nica
t
ions in
t
ernes de l’en
t
reprise. C’é
t
ai
t
le fief
des “p
u
rs élec
t
riciens” a
u
réolés de le
u
r
t
echnici
t
é, a
v
ec
u
ne for
t
e
propor
t
ion d’ingénie
u
rs (7
000
personnes).

Le Ser
v
ice des Mo
uv
emen
t
s d’Energie dé
t
erminai
t
le ni
v
ea
u
de la
prod
u
c
t
ion en fonc
t
ion des pré
v
isions e
t
coordonnai
t
l’ac
t
ion des
prod
u
c
t
e
u
rs e
t
des
t
ranspor
t
e
u
rs. Il é
t
ai
t
le cer
v
ea
u
, le chef d’orches
t
re d
u
s
y
s
t
ème (1 1
00
personnes).

Le Ser
v
ice Commercial gérai
t
les grands comp
t
es clien
t
s. Le premier
d’en
t
re e
ux
é
t
ai
t
la Direc
t
ion de la Dis
t
rib
ut
ion d’EDF q
u
i ass
u
rai
t
les
ser
v
ices a
ux
par
t
ic
u
liers. Le por
t
efe
u
ille d
u
Ser
v
ice Commercial
comprenai
t
a
u
ssi, en ges
t
ion direc
t
e, pl
u
s de 5
00
ind
u
s
t
riels, e
t
les con
t
ra
t
s
d’e
x
por
t
a
t
ion en E
u
rope q
u
i dépassaien
t
déjà 5% de la prod
u
c
t
ion. Ses
2
1 milliards de francs de chiffre d’affaires faisaien
t
sa fier
t
é
(7
0
personnes).
A
v
ec ses in
v
es
t
issemen
t
s en éq
u
ipemen
t
, ses forces d’e
x
ploi
t
a
t
ion e
t
ses
rece
tt
es propres, la Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
é
t
ai
t
considérée comme
u
ne
en
t
reprise à l’in
t
érie
u
r de l’en
t
reprise.

Le Service de la Production Thermique : une place forte
Le Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e é
t
ai
t
né a
v
ec EDF, en 1946. Il
connaissai
t
dep
u
is les années 196
0 u
ne croissance e
xt
raordinaire,
accompagnan
t
celle de la France q
u
i do
u
blai
t
sa consomma
t
ion
t
o
u
s les di
x
ans. Par
t
an
t
d
u
charbon e
t
de la ligni
t
e, le SPT s’é
t
ai
t
adap
t
é à l’oppor
tu
ni
t
é d
u
ga
z
de Lacq a
u
ssi bien q
u
’à l’arri
v
ée massi
v
e d
u
fio
u
l. Les cen
t
rales à charbon
a
v
aien
t
q
u
adr
u
plé le
u
r capaci
t
é de prod
u
c
t
ion ; elles n’a
v
aien
t
po
u
r
t
an
t
jamais
dépassé
20
% de la prod
u
c
t
ion d’EDF. En effe
t
, dans les années 196
0
, la baisse
d
u
pri
x
d
u

t
role a
v
ai
t
inci
t
é EDF à dé
v
elopper
u
n impor
t
an
t
parc de cen
t
rales
a
u
fio
u
l. Celles-ci fo
u
rnissaien
t
, a
u
momen
t
d
u
choc pé
t
rolier de 197
3
, près de
4
0
% de l’élec
t
rici
t
é. C’es
t
dire si le choi
x
poli
t
iq
u
e d’accélérer le programme
élec
t
ron
u
cléaire français f
ut
ressen
t
i comme
u
ne mission priori
t
aire par EDF e
t
par le SPT. Di
x
ans après, en 198
3
, l’énergie n
u
cléaire é
t
ai
t
passée de 8%

1
2

oDcument13/1/717:5aPge1
aller s
u
r le
t
errain so
u
s pré
t
e
xt
e, par e
x
emple, d’améliorer le rendemen
t
des
bro
y
e
u
rs à charbon. La c
u
l
tu
re d
u
SPT é
t
ai
t
marq
u
ée par
u
n
z
es
t
e d’espri
t
mili
t
aire : respec
t
de la hiérarchie, a
ut
onomie, espri
t
d’éq
u
ipe. O
u
pl
ut
ô
t
, dans
le langage de l’époq
u
e : sens d
u
commandemen
t
, débro
u
illardise e
t
camaraderie. Ces q
u
ali
t
és-là se forgeaien
t
a
u
con
t
ac
t
des hommes e
t
des
si
tu
a
t
ions d’e
x
ploi
t
a
t
ion.
Le déro
u
lemen
t
de carrière des cadres pri
v
ilégiai
t
la mobili
t
é, afin q
u
e les
f
utu
rs dirigean
t
s aien
t
é
t
é confron
t
és à des e
x
périences
v
ariées, s
u
r pl
u
sie
u
rs
si
t
es, a
v
an
t
de mon
t
er en responsabili
t
é. Malgré cela, ils semblaien
t
iss
u
s d’
u
n
même mo
u
le : « No
u
s a
v
ions
v
éc
u t
o
u
s des a
v
en
tu
res comparables, no
u
s é
t
ions
q
u
asi in
t
erchangeables, no
u
s répondions de la même manière a
ux
“é
t
rangers à
l’oasis” ; d’o
ù
sans do
ut
e ce
tt
e appella
t
ion d’ “É
t
a
t
dans l’É
t
a
t
”. »
*8
Des
propos similaires a
u
raien
t
p
u
ê
t
re
t
en
u
s a
u
s
u
je
t
des ingénie
u
rs d
u
Transpor
t
o
u
l’H
y
dra
u
liq
u
e,
t
an
t
les c
u
l
tu
res mé
t
iers cond
u
isaien
t
à
u
n cloisonnemen
t
e
t
à
u
ne a
ut
onomie des grands Ser
v
ices. Mais en raison de l’impor
t
ance de son parc
de prod
u
c
t
ion e
t
de ses effec
t
ifs – les
t
rois q
u
ar
t
s de la Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion
Transpor
t
– la b
u
lle d
u
SPT passai
t
po
u
r
u
ne place for
t
e.
2 - LES HOMMES DU REP
L'école du graphite gaz
Dans les années 198
0
, les e
x
per
t
s de la prod
u
c
t
ion d'élec
t
rici
t
é d’origine
n
u
cléaire é
t
aien
t
ce
ux
q
u
i a
v
aien
t
par
t
icipé à la mise a
u
poin
t
de la filière
française d
u
graphi
t
e ga
z
: l'UNGG (Urani
u
m Na
tu
rel Graphi
t
e Ga
z
). « Dans le
SPT des années 6
0
-7
0
, personne ne connaissai
t
grand chose a
u
n
u
cléaire, sa
u
f
les gens de l'UNGG q
u
i passaien
t
po
u
r d'aimables origina
ux
. »
*45
C’é
t
aien
t
les
pionniers de Chinon, p
u
is Sain
t
La
u
ren
t
e
t
B
u
ge
y
, si l’on ne re
t
ien
t
q
u
e les
cen
t
rales p
u
remen
t
EDF. Ils a
v
aien
t
appris le n
u
cléaire so
u
s l’égide d
u
Commissaria
t
à l’Energie A
t
omiq
u
e. Pe
u
nombre
ux
, ils a
v
aien
t
c
u
l
t
i
v
é
u
ne
posi
t
ion marginale, sa
v
o
u
ran
t
la marge d’ini
t
ia
t
i
v
e q
u
e le
u
r donnai
t
le
u
r
par
t
ic
u
larisme. « La prod
u
c
t
ion de l'UNGG, d
u
fai
t
de la p
u
issance ins
t
allée e
t
d'
u
ne faible disponibili
t
é, é
t
ai
t t
rès marginale. Nos his
t
oires n'in
t
éressaien
t
personne. Cela ne no
u
s dérangeai
t
pas : no
u
s é
t
ions
u
n cl
u
b fermé e
t
so
u
dé, a
u
milie
u
d'
u
n océan de classiq e.
*
32
u
»
Ces je
u
nes ingénie
u
rs passionnés de
t
echniq
u
e a
v
aien
t
e
x
périmen
t
é
u
n
procédé de prod
u
c
t
ion d'élec
t
rici
t
é no
v
a
t
e
u
r ; ils l'a
v
aien
t
cond
u
i
t
a
u
s
t
ade de
l'e
x
ploi
t
a
t
ion ind
u
s
t
rielle e
t
ils a
v
aien
t
cr
u
q
u
e ce
tt
e filière représen
t
ai
t
l'a
v
enir.
J
u
sq
u
'à ce 16 oc
t
obre 1969, jo
u
r de l’ina
u
g
u
ra
t
ion officielle de la cen
t
rale
*
Les as
t
érisq
u
es ren
v
oien
t
à la lis
t
e des personnes in
t
errogées (cf anne
x
e 4, page
23
5).
14

UNGG de Sain
t
La
u
ren
t
A : Marcel Boi
t
e
ux
, alors Direc
t
e
u
r Général, annonça
sans préa
v
is e
t
de
v
an
t
la presse q
u
e la maison EDF sal
u
ai
t
« la brillan
t
e
réalisa
t
ion » de ses agen
t
s, mais q
u
'elle
t
o
u
rnai
t
ses regards
v
ers l'Amériq
u
e. La
France se préparai
t
à ache
t
er la licence PWR (Press
u
rised Wa
t
er Reac
t
or) de la
compagnie Wes
t
ingho
u
se, pl
u
s conn
u
e en France dans sa
t
rad
u
c
t
ion : Réac
t
e
u
r
à Ea
u
Press
u
risée (REP). Le lendemain, q
u
elle coïncidence, la cen
t
rale de Sain
t
La
u
ren
t
f
ut
arrê
t
ée à la s
u
i
t
e d’
u
n inciden
t
en
t
raînan
t
la f
u
sion de pl
u
sie
u
rs
élémen
t
s comb
u
s
t
ibles. Le personnel rele
v
a le défi d
u
ne
tt
o
y
age d
u
réac
t
e
u
r,
1
20
personnes se rela
y
an
t
par séq
u
ences de q
u
elq
u
es min
ut
es po
u
r a
tt
én
u
er le
co
ût
dosimé
t
riq
u
e de ce
t
ra
v
ail. Il répara e
t
redémarra son
u
ni
t
é de prod
u
c
t
ion
en moins d’
u
n an, dans
u
n clima
t
de solidari
t
é passionnée.
Par la s
u
i
t
e, en
t
re les anciens de la cen
t
rale de Sain
t
La
u
ren
t
A, il
y
e
ut
comme
u
ne complici
t
é emprein
t
e d’amer
tu
me ; mais de ce
t
épisode, par
p
u
de
u
r, ils parlaien
t
pe
u
. Les pionniers de l’UNGG préféraien
t
a
x
er le
u
r
disco
u
rs s
u
r l’appren
t
issage de la s
û
re
t
é. Ils é
t
aien
t
bien placés po
u
r sa
v
oir q
u
e
l’acciden
t
es
t
possible. « No
u
s no
u
s disions :
t
o
ut
e ins
t
alla
t
ion n
u
cléaire doi
t
faire l’obje
t
d’
u
ne concep
t
ion q
u
i soi
t
s
û
re dans
t
o
ut
es ses config
u
ra
t
ions
d’e
x
ploi
t
a
t
ion. Ce
tt
e e
x
ploi
t
a
t
ion doi
t
ê
t
re basée s
u
r
u
ne anal
y
se de s
û
re
t
é
t
rès
approfondie, e
t t
enir comp
t
e d
u
re
t
o
u
r d’e
x
périence. »
*
3
7
Le décor é
t
ai
t
plan
t
é :
prise en comp
t
e de l’improbable, anal
y
se de s
û
re
t
é, re
t
o
u
r d’e
x
périence e
t
t
ransparence :
v
oilà les fondemen
t
s de l’e
x
ploi
t
a
t
ion n
u
cléaire.

Les “Américains”
Le premier con
t
ac
t
a
v
ec l’e
x
ploi
t
a
t
ion d’
u
ne cen
t
rale à ea
u
so
u
s pression
s’é
t
ai
t
fai
t
en par
t
enaria
t
a
v
ec les Belges à la cen
t
rale de Choo
z
A (
300
MW)
dans les Ardennes, co
u
plée en 1967 so
u
s le con
t
rôle
t
echniq
u
e direc
t
d
u
cons
t
r
u
c
t
e
u
r Wes
t
ingho
u
se. La pleine responsabili
t
é d’e
x
ploi
t
an
t
de Réac
t
e
u
r à
Ea
u
Press
u
risée déb
ut
a réellemen
t
po
u
r EDF à Fessenheim, o
ù u
ne bonne
par
t
ie des ingénie
u
rs de l’UNGG se re
t
ro
uv
èren
t
, après
u
ne immersion a
ux
E
t
a
t
s-Unis. « Cela a é
t
é
u
n
v
rai choc de c
u
l
tu
re : dans l’UNGG le pilo
t
age d
u
réac
t
e
u
r é
t
ai
t
a
u

u
r de nos préocc
u
pa
t
ions. Le rechargemen
t
en comb
u
s
t
ible
po
uv
an
t
se faire en marche, la main
t
enance n’a
v
ai
t
pas à ê
t
re concen
t
rée s
u
r
u
n
arrê
t
comple
t
de la
t
ranche comme pl
u
s
t
ard dans le REP. Ceci plaçai
t
les
éq
u
ipes de cond
u
i
t
e a
u

u
r d
u
process
u
s. A
ux
E
t
a
t
s-Unis, no
u
s a
v
ons
vu
a
v
ec
s
u
rprise q
u
'à peine
u
n arrê
t
de
t
ranche é
t
ai
t
-il
t
erminé, a
u
ssi
t
ô
t t
o
ut
le monde se
me
tt
ai
t
en marche po
u
r organiser le s
u
i
v
an
*
32
L s ingénie
u
rs français
t
. » e
déco
uv
riren
t
la so
u
s-
t
rai
t
ance, mode d’in
t
er
v
en
t
ion adap
t
é a
u
regro
u
pemen
t
d’
u
n grand nombre de
t
ra
v
a
ux
s
u
r
u
ne co
u
r
t
e période, e
t
ils s’émer
v
eillèren
t
de
v
an
t u
n o
ut
il de forma
t
ion do
t
é d’
u
ne capaci
t
é de calc
u
l impressionnan
t
e : le
sim
u
la
t
e
u
r de cond
u
i
t
e.

15

Les premiers pas de la filière à Ea
u
Press
u
risée ne se firen
t
pas s
u
r
u
n
t
apis
de fle
u
rs : en
t
ho
u
siasmés par ce
tt
e no
uv
elle
t
echniq
u
e, les
t
ransf
u
ges de
l’UNGG passèren
t u
n
t
emps po
u
r des
t
raî
t
res. Ils f
u
ren
t
s
u
rnommés “les
Américains” e
t
a
v
ec e
ux
la cohor
t
e de ce
ux
q
u
i démarrèren
t
le REP 9
00
MW, à
B
u
ge
y
no
t
ammen
t
. Les premiers dirigean
t
s de Fessenheim e
u
ren
t
à dépasser
bien des appro
x
ima
t
ions. Les pré
v
isions de personnel se limi
t
aien
t
à
85 personnes po
u
r
u
ne
t
ranche, 115 po
u
r de
ux t
ranches (E
tu
de GRPT Es
t
d
u
2
8 j
u
ille
t
197
0
)  « A
u
SPT, à la fin des années 7
0
, on s'imaginai
t
q
u
e le
n
u
cléaire s'e
x
ploi
t
erai
t
comme le classiq
u
e, q
u
e se
u
le la cha
u
dière é
t
ai
t
*4
3
différen
t
e. Ceci e
x
pliq
u
e q
u
elq
u
es erre
u
rs. » Il fall
ut
con
v
aincre les
dirigean
t
s parisiens q
u
’il é
t
ai
t
impossible d’ass
u
rer la main
t
enance d’
u
ne
cen
t
rale n
u
cléaire dans de
t
elles condi
t
ions de so
u
s effec
t
if.
Ce
tt
e é
v
oca
t
ion des pionniers ne serai
t
pas complè
t
e sans la men
t
ion de
ce
ux
q
u
i s’in
v
es
t
iren
t
dans la cen
t
rale à ea
u
lo
u
rde de Brennilis ; o
u
ce
ux
q
u
i
passèren
t
des mois a
ux
E
t
a
t
s-Unis po
u
r s’ini
t
ier à la
t
echniq
u
e de l’ea
u
bo
u
illan
t
e don
t
le proje
t
ne f
ut
abandonné q
u
’en 1975. No
u
s n’aborderons pas
la filière à ne
ut
rons rapides (cen
t
rale de Cre
y
s Mal
v
ille), q
u
e no
u
s a
v
ons e
x
cl
u
e
d
u
champ de no
t
re é
tu
de. Mais n’o
u
blions pas q
u
e le parc n
u
cléaire français
s
t
andardisé es
t
iss
u
d’
u
ne ges
t
a
t
ion o
ù
con
t
ro
v
erses
t
echniq
u
es, enje
ux
t
echnico-économiq
u
es e
t
choi
x
poli
t
iq
u
es on
t
donné lie
u
à
u
n brassage de
recherches, de déba
t
s e
t
de lobb
y
ings si in
t
enses q
u
’on l’appela “la g
u
erre des
.
filières”

Les exploitants du thermique
Le
v
i
v
ier des personnes a
y
an
t u
ne e
x
périence de l’e
x
ploi
t
a
t
ion n
u
cléaire
n’é
t
ai
t
pas à la mes
u
re des besoins en personnel de la no
uv
elle filière REP. La
maje
u
re par
t
ie des dirigean
t
s e
t
e
x
ploi
t
an
t
s f
ut
recr
ut
ée dans les cen
t
rales
t
hermiq
u
es classiq
u
es o
ù
ils a
v
aien
t

v
eloppé espri
t
d’éq
u
ipe e
t
go
ût
d
u
t
errain. « C'é
t
ai
t u
ne
v
ie r
u
de e
t
agréable. A
u
bo
ut
de q
u
elq
u
es mois de q
u
ar
t
,
on connaissai
t
la
t
echniq
u
e e
t
on é
t
ai
t
bien accep
t
é par les éq
u
ipes. Il
y
a
v
ai
t
u
ne bonne ambiance. »
*15
Ces ingénie
u
rs é
t
aien
t
asse
z
je
u
nes po
u
r abandonner
u
ne
t
echniq
u
e épro
uv
ée, en r
yt
hme de croisière, a
u
profi
t
d’
u
ne filière à
l’a
v
enir prome
tt
e
u
r mais q
u
i po
uv
ai
t
se ré
v
éler pleine de cha
u
sse-
t
rappes. Le
u
r
soif de déco
uv
er
t
e
t
ro
uv
ai
t
à s’épancher : q
u
and ils a
v
aien
t
fini le
u
r q
u
ar
t
, ils se
me
tt
aien
t
a
u t
ra
v
ail s
u
r des dossiers
t
echniq
u
es. « Je crois q
u
e no
u
s a
v
ions
t
o
u
s
ce
t
empéramen
t
q
u
i no
u
s perme
tt
ai
t
d'a
v
ancer en emmagasinan
t
les
connaissances sans
t
rop no
u
s poser de q
u
es
t
ions. Cela ne no
u
s empêchai
t
pas
d'ê
t
re conscien
t
s de nos responsabili
t
és, en ma
t
ière de s
û
re
t
é n
u
cléaire comme
de disponibili
t
é. »
*58

16

Car ils a
v
aien
t
à cœ
u
r de me
tt
re les cen
t
rales s
u
r le résea
u
dans les délais les
pl
u
s brefs. Ils s
u
i
v
aien
t
les co
u
rs d
u
Génie A
t
omiq
u
e a
u
CEA s
u
r le si
t
e de
Sacla
y
, passaien
t
q
u
elq
u
es semaines s
u
r sim
u
la
t
e
u
r, p
u
is déco
uv
raien
t
le
ma
t
ériel s
u
r le
t
errain, en réalisan
t
les essais de récep
t
ion. Ils par
t
ageaien
t
l’en
t
ho
u
siasme des cen
t
rales en démarrage mais a
v
an
t t
o
ut
, ils se définissaien
t
comme des gens d’
u
sine. « Je s
u
is
t
o
u
jo
u
rs res
t
é a
tt
aché à ce mé
t
ier :
e
x
ploi
t
an
t
, c'es
t
mon mé
t
ier. »
*1
0
La re
v
endica
t
ion de ce
tt
e iden
t
i
t
é
t
ra
v
erse
t
o
ut
es les généra
t
ions. A la fois
ingénie
u
rs e
t
managers,
t
héoriciens e
t
pra
t
iciens, les hommes d
u
REP
deme
u
ren
t
des gens de
t
errain : « No
u
s sommes d'abord des e
x
ploi
t
an
t
s.
N
u
cléaire o
u t
hermiq
u
e, c'es
t
la même chose : les e
x
ploi
t
an
t
s son
t
des gens
simples. Ils on
t
l'habi
tu
de de cô
t
o
y
er
t
o
u
s les ni
v
ea
ux
. Ils son
t
près d
u
risq
u
e à
t
o
ut
ins
t
an
t
. Ils ne se prennen
t
pas po
u
r des cadors. »
*
33

Les cousins de la Direction de l’Equipement
Le pragma
t
isme des e
x
ploi
t
an
t
s allai
t
engendrer q
u
elq
u
es fric
t
ions a
v
ec
le
u
rs collèg
u
es de la Direc
t
ion de l’Eq
u
ipemen
t
d’EDF, q
u
i a
v
aien
t
cons
t
r
u
i
t
les ins
t
alla
t
ions. La Prod
u
c
t
ion e
t
l’Eq
u
ipemen
t
en
t
re
t
enaien
t
des rela
t
ions de
co
u
sinage
tu
m
u
l
tu
e
ux
. Dans la famille n
u
cléaire, l’ingénie
u
r de l’Eq
u
ipemen
t
raisonnai
t
s
û
re
t
é de concep
t
ion, con
t
rôle q
u
ali
t
é, économie d’échelle. Il passai
t
les marchés, coordonnai
t
la cons
t
r
u
c
t
ion, maî
t
risai
t
la rela
t
ion a
v
ec les grands
éq
u
ipemen
t
iers
t
els q
u
e Frama
t
ome o
u
Als
t
hom. Il conce
v
ai
t
e
t
réalisai
t
les

t
imen
t
s d’a
ux
iliaires n
u
cléaires. A
u
réolé de la ré
u
ssi
t
e des implan
t
a
t
ions de
barrages e
t
de la cons
t
r
u
c
t
ion d
u
parc classiq
u
e, il considérai
t
le n
u
cléaire
comme son no
uv
ea
u
ro
y
a
u
me. Po
u
r sa première réalisa
t
ion d’
u
ne cen
t
rale à
Ea
u
Press
u
risée, à Fessenheim, l’Eq
u
ipemen
t
a
v
ai
t
d
û
copier le maî
t
re
américain. A B
u
ge
y
, il a
v
ai
t
p
u
imprimer sa marq
u
e de fabriq
u
e : l’Eq
u
ipemen
t
imposai
t
ses échéances e
t
ses procéd
u
res.
Pendan
t
les premières années, les e
x
ploi
t
an
t
s d
u
SPT s’inclinèren
t
de
v
an
t
le
sa
v
oir faire d
u
maî
t
re d’o
uv
rage. Ils a
v
aien
t u
ne confiance absol
u
e dans ses
é
tu
des de s
û
re
t
é, ses calc
u
ls de dimensionnemen
t
, la q
u
ali
t
é de sa réalisa
t
ion.
Ils se con
t
en
t
èren
t
de mener
u
ne g
u
erre de
t
erri
t
oire, po
u
r arracher a
u
pl
u
s
v
i
t
e
les clefs des mains de ce gardien sé
v
ère. « Il
y
a
v
ai
t
des disc
u
ssions s
u
r les
limi
t
es de responsabili
t
é en
t
re l'Eq
u
ipemen
t
, la Prod
u
c
t
ion e
t
le cons
t
r
u
c
t
e
u
r.
Cela donnai
t
des bagarres mémorables  Cela a é
t
é a
u
ssi l'origine d'ami
t
iés
inébranlables. »
*54
Lorsq
u
e le SPT e
ut
pris possession des ins
t
alla
t
ions, son regard cri
t
iq
u
e
s’aig
u
isa
t
andis q
u
e les rela
t
ions d’homme à homme se dis
t
endaien
t
, ne jo
u
an
t
17

pl
u
s le
u
r rôle de rég
u
la
t
ion. Il adop
t
a so
uv
en
t u
n compor
t
emen
t
de clien
t
,
« considéran
t
l'ingénierie de l'Eq
u
ipemen
t
comme
u
ne sor
t
e de ser
v
ice après
v
en
t
e, chargé de procéder a
ux
fini
t
ions dans
u
n premier
t
emps, p
u
is a
ux
améliora
t
ions q
u
'on l
u
i demanderai
t
par la s
u
i
t
e. En
t
an
t
q
u
e responsable de
v
an
t
l'A
ut
ori
t
é de S
û
re
t
é, le SPT se considérai
t
comme
u
niq
u
e proprié
t
aire de
l'ins
t
alla
t
ion e
t
d
u
référen
t
iel. »
*5

t
é Eq
u
ipemen
t
, on me
tt
ai
t u
n poin
t
d’honne
u
r à ref
u
ser la pl
u
par
t
des demandes de modifica
t
ion d’ins
t
alla
t
ion,
es
t
iman
t
q
u
e ces dépenses ne ser
v
iraien
t
q
u
e “le confor
t
de l’e
x
ploi
t
an
t
”, e
t
me
tt
raien
t
en péril le référen
t
iel d’origine. Le SPT l
u
i reprochai
t
de
méconnaî
t
re les con
t
rain
t
es ergonomiq
u
es de l’e
x
ploi
t
a
t
ion co
u
ran
t
e. Les
disc
u
ssions f
u
ren
t
so
uv
en
t
âpres : « Vo
y
e
z
l'emplacemen
t
des
v
annes
mo
t
orisées dans le bâ
t
imen
t
réac
t
e
u
r des cen
t
rales 9
00
MW. Le
v
olan
t
de
manœ
uv
re es
t
en bonne place, cô
t
é caillebo
t
is, mais la "
t
ripaille élec
t
riq
u
e" se
t
ro
uv
e placée q
u
asimen
t
con
t
re le m
u
r. »
*45
A chaq
u
e in
t
er
v
en
t
ion de
main
t
enance, on en reparle 
Ces différen
t
s a
v
aien
t
a
u
ssi
u
ne colora
t
ion sociale ; l’e
x
ploi
t
an
t
défendai
t
le
poin
t
de
vu
e de l’o
uv
rier de main
t
enance e
t
d
u
rondier, con
t
re la cas
t
e de
l’Eq
u
ipemen
t
s
u
pposée pl
u
s in
t
ellec
tu
elle. Dans les années 7
0
/8
0
, la principale
mo
t
i
v
a
t
ion des ingénie
u
rs q
u
i en
t
raien
t
à EDF é
t
ai
t
de cons
t
r
u
ire des cen
t
rales.
Dans la hiérarchie sociale in
t
erne, l’e
x
ploi
t
a
t
ion ne
v
enai
t
q
u
’en second plan.
Elle é
t
ai
t
pl
u
s encadrée, pl
u
s hiérarchiq
u
e, moins solidaire, pe
ut

t
re, q
u
e
l’Eq
u
ipemen
t
habi
t
é par l’espri
t
de chan
t
ier. Q
u
oiq
u
’il en soi
t
, ce
compagnonnage mo
uv
emen
t
é q
u
i
t
ra
v
erse
t
o
ut
e l’his
t
oire des Direc
t
ions
de la Prod
u
c
t
ion e
t
de l’Eq
u
ipemen
t
d’EDF, n’empêcha pas ses pro
t
agonis
t
es
de démarrer, a
v
ec les ind
u
s
t
riels d
u
n
u
cléaire, q
u
elq
u
e 5
0 000
MW en di
x
ans.
Les q
u
erelles é
t
aien
t
marginales par rappor
t
à l’in
v
es
t
issemen
t
de
t
o
u
s dans
u
ne
mission comm
u
ne. « La phase de démarrage, c’é
t
ai
t t
o
ut
e
u
ne épopée : on
t
ra
v
aillai
t
ensemble a
v
ec l’Eq
u
ipemen
t
e
t
les cons
t
r
u
c
t
e
u
rs, po
u
r mener
les essais q
u
i cond
u
iraien
t
a
u
co
u
plage. Cô
t
é SPT, on me
tt
ai
t
en place
les s
t
r
u
c
tu
res e
t
les o
ut
ils nécessaires à l’e
x
ploi
t
a
t
ion normale. C’é
t
ai
t
la période e
u
phoriq
u
e o
ù
Tricas
t
in, Gra
v
elines e
t
Dampierre démarraien
t
en
parallèle. »
*
3
9

Recruter et former en masse
Cons
t
r
u
ire, gréer e
t
me
tt
re en ro
ut
e les mo
y
ens de l’indépendance
énergé
t
iq
u
e d
u
pa
y
s, c’é
t
ai
t u
ne mission à la ha
ut
e
u
r de la confiance q
u
’a
v
aien
t
dans l’en
t
reprise EDF les représen
t
an
t
s d
u
po
uv
oir poli
t
iq
u
e. De 1974 à 1981,
le personnel des si
t
es n
u
cléaires passa de 1
3
7
0
à 5
000
. Le cap des 1
0 000
f
ut

18

Evolution des effectifs et de la puissance installée
E
2
0 000
f
18
000
f
16
000
pissance
e
14
000
effectifs sites
c
12
t
1
0000000
i
8
000
f
s
6
000
4
000
2
000
0

7
0000
M
6
0000
W
5
0000
i
n
4
0000
s
3
0000
t
a
2
0000
l
1
0000
l
é
0
s
1975 78 81 84 87 9
0
93 96 1999
années
Source : DPN - DRHM

franchi a
u
co
u
rs de l’année 1986, cel
u
i des 15
000
de
ux
ans pl
u
s
t
ard. A
u
-delà
de l’a
v
en
tu
re
t
echniq
u
e e
t
ind
u
s
t
rielle, ce f
ut u
n é
t
onnan
t
défi h
u
main.
A
ux
alen
t
o
u
rs des si
t
es, les emba
u
ches allaien
t
bon
t
rain. Les compé
t
ences
iss
u
es d’e
x
périence n
u
cléaire, principalemen
t
la Marine Na
t
ionale, é
t
aien
t
rares. On se
t
o
u
rna
v
ers les resso
u
rces locales, sans considéra
t
ion d
u
ni
v
ea
u
scolaire d’origine. Le principe é
t
ai
t
d’emba
u
cher des personnali
t
és ap
t
es à
changer d'en
v
ironnemen
t
, à
t
ra
v
ailler en éq
u
ipe e
t
à se former. On en
t
endai
t
dire dans les cen
t
rales : « No
u
s a
v
ons cons
t
i
tu
é des éq
u
ipes de cond
u
i
t
e a
v
ec
des appren
t
is pâ
t
issiers ». Ce
tt
e approche, dic
t
ée par l’
u
rgence, é
t
ai
t
en
harmonie a
v
ec les
v
ale
u
rs de l’en
t
reprise EDF : confiance en l’homme e
t
dans
les capaci
t
és de forma
t
ion in
t
erne. Elle perme
tt
ai
t
a
u
ssi d’appor
t
er
u
n élan bien
v
en
u
dans des bassins d’emplois so
uv
en
t
défa
v
orisés, e
t
con
t
rib
u
ai
t
à
l’accep
t
a
t
ion des
u
sines élec
t
ron
u
cléaires dans le
u
rs
z
ones d’implan
t
a
t
ion.
Les Ecoles Na
t
ionales des Mé
t
iers acc
u
eilliren
t
ces no
v
ices po
u
r
u
ne
forma
t
ion générale à for
t
e colora
t
ion main
t
enance, s
u
i
v
an
t u
n c
u
rs
u
s comm
u
n
a
v
ec cel
u
i des cen
t
rales classiq
u
es. La da
t
e de le
u
r ferme
tu
re, 1986, coïncide
a
v
ec la créa
t
ion à Châlons-s
u
r-Saône d
u
CETIC (Cen
t
re d’E
x
périmen
t
a
t
ion e
t
de
v
alida
t
ion des Techniq
u
es d’In
t
er
v
en
t
ion s
u
r Cha
u
dières à ea
u
press
u
risée),
en par
t
enaria
t
a
v
ec Frama
t
ome, po
u
r former les in
t
er
v
enan
t
s de main
t
enance
n
u
cléaire EDF e
t
pres
t
a
t
aires. La forma
t
ion à la s
u
r
v
eillance d
u
process se
faisai
t
po
u
r
u
ne par
t
lors de s
t
ages
t
echniq
u
es dispensés dans les loca
ux
des
GRPT (Gro
u
pes Régiona
ux
de Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e), mais a
u
ssi s
u
r le
t
errain, dans les éq
u
ipes de cond
u
i
t
e, le principe é
t
an
t
de confor
t
er la
t
héorie
19

par le ges
t
e professionnel. La période de démarrage, riche en essais de
q
u
alifica
t
ion d
u
ma
t
ériel e
t
progressi
v
e dans la mise en ser
v
ice des
ins
t
alla
t
ions, se prê
t
ai
t
à ce
ty
pe de forma
t
ion s
u
r le
t
as.
Le premier sim
u
la
t
e
u
r de cond
u
i
t
e, perme
tt
an
t
de représen
t
er la
t
o
t
ali
t
é d
u
process en
t
re le cœ
u
r d
u
réac
t
e
u
r e
t
le résea
u
élec
t
riq
u
e, f
ut
implan
t
é à
B
u
ge
y
en 1978. Pendan
t
les premières années, bien q
u
’il
t
o
u
rnâ
t
en
3x
8, il ne
po
uv
ai
t
acc
u
eillir q
u
e les opéra
t
e
u
rs e
t
les ingénie
u
rs po
u
r
u
ne forma
t
ion
accélérée a
v
an
t
le
u
r prise de pos
t
e. Un effor
t
impor
t
an
t
de con
t
rôle perme
tt
ai
t
de s’ass
u
rer de la bonne acq
u
isi
t
ion des connaissances par les éq
u
ipes
d’e
x
ploi
t
an
t
s. Cependan
t
le cons
t
a
t
de la comple
x
i
t
é d
u
process n
u
cléaire fi
t
prendre conscience de la nécessi
t
é d’
u
ne bonne forma
t
ion générale ini
t
iale. En
1989 le Bre
v
e
t
Techniq
u
e f
ut
req
u
is po
u
r
u
ne emba
u
che en e
x
éc
ut
ion e
t
pe
u
de
t
emps après, le baccala
u
réa
t
. Po
u
r les opéra
t
e
u
rs de cond
u
i
t
e,
u
n ni
v
ea
u
bac +
2
f
ut
recherché dès la fin des années 198
0
.
La mon
t
ée d
u
n
u
cléaire allan
t
de pair a
v
ec la décroissance d
u
classiq
u
e, les
t
hermiciens fo
u
rniren
t u
ne grande par
t
ie des resso
u
rces d’e
x
ploi
t
a
t
ion, d’a
ut
an
t
pl
u
s na
tu
rellemen
t
q
u
e l’on pensai
t
alors q
u
’il s’agissai
t
d
u
même mé
t
ier. En
t
re
198
3
e
t
1988, 4 5
00
personnes f
u
ren
t
redéplo
y
ées d
u
classiq
u
e dans le
n
u
cléaire. Ce
tt
e opéra
t
ion mobilisa
u
ne grande énergie de la par
t
des
responsables de
t
o
u
s ni
v
ea
ux
: « Ce q
u
e no
u
s a
v
ons ré
u
ssi, c'es
t
d'a
v
oir
déclassé des cen
t
rales
t
hermiq
u
es e
t
recon
v
er
t
i des milliers de personnes sans
drames h
u
mains. Dans
u
n clima
t
social pro
t
égé, les gens accep
t
en
t
de reme
tt
re
en ca
u
se le
u
r en
v
ironnemen
t
familial. On s'occ
u
pai
t
des agen
t
s
u
n par
u
n. Cela
a é
t
é
u
n énorme
t
ra
v
ail. »
*1
0
Les mine
u
rs des Charbonnages de France
fo
u
rniren
t
a
u
ssi le
u
rs con
t
ingen
t
s d’e
x
ploi
t
an
t
s. Ils a
v
aien
t
la même c
u
l
tu
re
ind
u
s
t
rielle e
t
s
y
ndicale. Ils se co
u
lèren
t
sans peine dans le mo
u
le
t
radi
t
ionnel
d
u
SPT.
Malgré la so
u
s-es
t
ima
t
ion ini
t
iale des besoins en resso
u
rces h
u
maines, le
SPT fi
t
face à ses responsabili
t
és e
t
s
ut
garan
t
ir la s
û
re
t
é de ses ins
t
alla
t
ions. Le
challenge ne por
t
ai
t
pas se
u
lemen
t
s
u
r le nombre de
t
echniciens nécessaires,
mais a
u
ssi s
u
r la mon
t
ée en compé
t
ences d’ingénierie d’e
x
ploi
t
a
t
ion n
u
cléaire :
« Po
u
r former
u
n spécialis
t
e des r
u
p
tu
res de gaines comb
u
s
t
ibles capable de
répondre a
u
BCCN [B
u
rea
u
de Con
t
rôle des Cha
u
dières N
u
cléaires, organe de
l’a
ut
ori
t
é de s
û
re
t
é], il fa
ut
5 ans. C'es
t u
ne des ré
u
ssi
t
es d
u
n
u
cléaire, d'a
v
oir
recr
ut
é e
t
formé
t
o
u
s ces gens. »
*45
Dans
u
n con
t
e
xt
e de dé
v
eloppemen
t
rapide,
des déro
u
lemen
t
s de carrière f
u
lg
u
ran
t
s a
tt
endaien
t
les personnes q
u
i alliaien
t
po
t
en
t
iel e
t
mobili
t
é. Elles acc
u
m
u
laien
t u
n ma
x
im
u
m d’e
x
périence en
u
n
minim
u
m de
t
emps, en enchaînan
t
les démarrages de réac
t
e
u
rs. Bea
u
co
u
p de
chefs de ser
v
ice a
v
aien
t
à peine
t
ren
t
e ans e
t
par
v
enaien
t t
rès
v
i
t
e à des pos
t
es
de direc
t
ion.

20

A
v
ec le rec
u
l, on se demande commen
t
les responsables d
u
SPT on
t
p
u
cond
u
ire ce
tt
e en
t
reprise sans ê
t
re saisis de
v
er
t
ige de
v
an
t
l’immensi
t
é d
u
pari
ind
u
s
t
riel. Ils n’on
t
pas hési
t
é, confian
t
s dans la capaci
t
é d
u
collec
t
if à dé
t
ec
t
er
les ins
u
ffisances e
t
à réso
u
dre les problèmes d’e
x
ploi
t
a
t
ion. L’élan de la
recons
t
r
u
c
t
ion d’après g
u
erre n’é
t
ai
t
pas loin. Il fallai
t
me
tt
re en ro
ut
e j
u
sq
u
’à
si
x t
ranches par an. Il s’agissai
t
d’
u
ne ca
u
se na
t
ionale. Cela s
u
ffisai
t
à le
u
r
mo
t
i
v
a
t
ion. Ce manda
t
d’
u
rgence é
t
ai
t
do
u
blé d’
u
n impéra
t
if de q
u
ali
t
é, chac
u
n
a
y
an
t
à l’espri
t
l’e
x
igence de con
t
in
u
i
t
é d
u
ser
v
ice. « No
u
s a
v
ions é
t
é
t
rès
frappés par la grande panne d
u
19 décembre 1978, q
u
i a
v
ai
t
mis la France dans
le noir. No
u
s sa
v
ions q
u
e l'alimen
t
a
t
ion élec
t
riq
u
e d
u
pa
y
s dépendai
t
de la
bonne marche de nos cen
t
rales. »
*58
Rappelons a
u
ssi q
u
e le SPT n’é
t
ai
t
pas
u
n no
uv
ea
u v
en
u
en ma
t
ière de
prod
u
c
t
ion élec
t
riq
u
e. Il a
v
ai
t
rele
v
é le challenge de l’après-g
u
erre a
v
ec la
prod
u
c
t
ion
t
hermiq
u
e à base de charbon e
t
de fio
u
l, il allai
t

u
ssir cel
u
i de la
con
v
ersion a
u
n
u
cléaire. Cela res
t
e po
u
r ce
tt
e généra
t
ion
u
ne so
u
rce de légi
t
ime
fier
t
é : « Le s
u
ccès d
u
n
u
cléaire, c’es
t
la concep
t
ion, associée à la q
u
ali
t
é d
u
mon
t
age
t
à la forma
t
ion des hom
*
2
7
e mes. »

3 – LE NUCLÉAIRE DANS LA PRODUCTION THERMIQUE
Une expertise technique centralisée
Dep
u
is le déb
ut
des années 198
0
, le Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e
a
v
ai
t
adap
t
é son organisa
t
ion à la mon
t
ée en p
u
issance de la prod
u
c
t
ion
n
u
cléaire. Le s
y
s
t
ème de managemen
t
é
t
ai
t
bien rôdé. Le chef d
u
Ser
v
ice
s’occ
u
pai
t
personnellemen
t
des orien
t
a
t
ions s
t
ra
t
égiq
u
es, des rela
t
ions a
v
ec la
Direc
t
ion Prod
u
c
t
ion Transpor
t
, de la ges
t
ion, d
u
choi
x
des responsables de
ni
v
ea
u
s
u
périe
u
r e
t
des rela
t
ions a
v
ec les organisa
t
ions s
y
ndicales. Ses de
ux
adjoin
t
s, l’
u
n
t
o
u
rné
v
ers le
t
hermiq
u
e classiq
u
e, l’a
ut
re
v
ers le n
u
cléaire,
a
v
aien
t u
n rôle de direc
t
e
u
r
t
echniq
u
e. Disposan
t
d’
u
ne réelle déléga
t
ion de
responsabili
t
é, ils é
t
aien
t
à même de régler la pl
u
par
t
des problèmes d
u
parc de
prod
u
c
t
ion. Le con
t
rôle par domaine d’ac
t
i
v
i
t
é é
t
ai
t
confié à des Con
t
rôle
u
rs
Généra
ux
, le con
t
rôle hiérarchiq
u
e à
t
rois chefs de
z
ones géographiq
u
es.
Le po
uv
oir cen
t
ral s’app
uy
ai
t
s
u
r des éq
u
ipes d’e
x
per
t
s de ha
ut
e
v
olée :

Le Dépar
t
emen
t
E
x
ploi
t
a
t
ion S
û
re
t
é N
u
cléaire s’occ
u
pai
t
des problèmes de
fonc
t
ionnemen
t
des cen
t
rales classiq
u
es o
u
n
u
cléaires e
t
de la ges
t
ion des

u
rs. Dé
t
en
t
e
u
r des données
t
echniq
u
es e
t
s
t
a
t
is
t
iq
u
es, il é
t
ai
t
l’in
t
erloc
ut
e
u
r des responsables des Mo
uv
emen
t
s d’Energie po
u
r la

2
1

défini
t
ion d
u
programme de prod
u
c
t
ion. J
u
sq
u
’en 1987 la Di
v
ision S
û
re
t
é
N
u
cléaire l
u
i f
ut
ra
tt
achée.

Le Dépar
t
emen
t
Séc
u
ri
t
é Radiopro
t
ec
t
ion En
v
ironnemen
t
a
v
ai
t
en charge
« la séc
u
ri
t
é e
t
la radiopro
t
ec
t
ion des
t
ra
v
aille
u
rs e
t
d
u
p
u
blic ». (Broch
u
re
S
t
r
u
c
tu
res e
t
Organisa
t
ion d
u
SPT, mai 198
3
). Il pilo
t
ai
t
les rela
t
ions a
v
ec
les collec
t
i
v
i
t
és e
t
les associa
t
ions po
u
r
t
o
ut
ce q
u
i concernai
t
l'en
v
ironnemen
t
.

Le Dépar
t
emen
t
Ma
t
ériel prenai
t
la main s
u
r
t
o
ut
problème rela
t
if à l’o
ut
il
ind
u
s
t
riel. Il ne compor
t
ai
t
pas moins de 6 di
v
isions : Machines,
Généra
t
e
u
rs de
v
ape
u
r, Mé
t
hodes e
t t
echniq
u
es d'en
t
re
t
ien, Elec
t
rici
t
é,
Réac
t
e
u
rs, Technologie des comb
u
s
t
ibles n
u
cléaires.

Le Dépar
t
emen
t
Liaisons ass
u
rai
t
le s
u
i
v
i des rela
t
ions
t
echniq
u
es d
u
SPT
a
v
ec les Direc
t
ions de l'Eq
u
ipemen
t
e
t
des E
tu
des e
t
Recherches d’EDF,
po
u
r e
x
ploi
t
er le re
t
o
u
r d’e
x
périence e
t
améliorer la concep
t
ion des
no
uv
ea
ux
proje
t
s.

Q
u
an
t
a
u
Dépar
t
emen
t
Adminis
t
ra
t
ion, il gérai
t
l’ensemble des resso
u
rces
h
u
maines, financières, logis
t
iq
u
es e
t
informa
t
iq
u
es. Il é
t
ai
t
responsable des
orien
t
a
t
ions de la forma
t
ion e
t
des rela
t
ions co
u
ran
t
es a
v
ec les organisa
t
ions
s
y
ndicales. Il conseillai
t
le chef d
u
SPT po
u
r les orien
t
a
t
ions managériales
e
t
sociales.

Des Chargés de mission direc
t
emen
t
ra
tt
achés a
u
chef d
u
Ser
v
ice de la
Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e pilo
t
aien
t
des domaines par
t
ic
u
liers. La Mission
d’Assis
t
ance a
ux
Cen
t
rales E
t
rangères, q
u
i pri
t
par la s
u
i
t
e le nom de Gro
u
pe
des Ser
v
ices E
xt
érie
u
rs, é
t
ai
t
chargée d’appor
t
er à l’in
t
erna
t
ional
u
n app
u
i
t
echniq
u
e e
t u
ne aide à la forma
t
ion des e
x
ploi
t
an
t
s. La Mission Informa
t
ion
Comm
u
nica
t
ion pri
t
rapidemen
t
la mes
u
re de l’enje
u
de la comm
u
nica
t
ion s
u
r
le n
u
cléaire. Elle f
u
sionna en 1985 a
v
ec la Mission Rela
t
ions P
u
bliq
u
es,
chargée de l’organisa
t
ion des
v
isi
t
es de cen
t
rales, po
u
r former la DIRE. So
u
s ce
sigle, elle pri
t
de pl
u
s en pl
u
s d’impor
t
ance, de
v
enan
t u
ne Di
v
ision p
u
is
u
n
Dépar
t
emen
t
Informa
t
ion e
t
Rela
t
ions E
xt
érie
u
res. Q
u
an
t
à l’Inspec
t
ion
N
u
cléaire, elle de
v
ai
t
de
v
enir
u
n corps cons
t
i
tu
é don
t
no
u
s a
u
rons l’occasion de
reparler.

De
ux u
ni
t
és na
t
ionales opéran
t
s
u
r l’ensemble d
u t
erri
t
oire a
v
aien
t u
ne
v
oca
t
ion de maî
t
rise d’o
uv
rage délég
u
ée o
u
de maî
t
rise d’œ
uv
re. Le Gro
u
pe
des Labora
t
oires (GDL) é
t
ai
t
cen
t
ré s
u
r la chimie e
t
les con
t
rôles de ma
t
éria
ux
,
irradiés o
u
non. Il e
x
is
t
ai
t
dep
u
is 1975 e
t
ne
v
i
t
g
u
ère é
v
ol
u
er son
posi
t
ionnemen
t
.
L’Uni
t
é Techniq
u
e Opéra
t
ionnelle (UTO), créée en 1981, focalisa
t
o
u
s les
déba
t
s s
u
r l’organisa
t
ion de la main
t
enance d’
u
n parc n
u
cléaire s
t
andardisé. Le
Dépar
t
emen
t
Ma
t
ériel se
t
ro
uv
ai
t
alors pris dans
u
n engrenage de croissance

22

inin
t
erromp
u
e. « L'e
x
plosion de la demande é
t
ai
t t
elle q
u
e no
u
s a
v
ons proposé
de séparer l'opéra
t
ionnel de l'élabora
t
ion des programmes de main
t
enance. Il
fallai
t t
o
ut
organiser dep
u
is rien : les magasins d'o
ut
illage, le s
t
ockage des
pièces de rechange comm
u
nes. La créa
t
ion de l'UTO répondai
t
à ce besoin »
*45
Sa mise en place s
u
sci
t
a
u
ne réfle
x
ion de fond : q
u
el é
t
ai
t
le bon ni
v
ea
u
de
coordina
t
ion des gros
t
ra
v
a
ux
e
t
des marchés passés a
v
ec les principa
ux
fo
u
rnisse
u
rs ? La no
uv
elle
u
ni
t
é de
v
ai
t
-elle in
t
er
v
enir elle-même s
u
r le
ma
t
ériel ? « Les déba
t
s s
u
r la main
t
enance on
t t
o
u
jo
u
rs
vu
s'affron
t
er de
ux
t
endances : celle q
u
i considère q
u
e la main
t
enance doi
t
ê
t
re proche d
u
process,
po
u
r s'imprégner de la réali
t
é de l'e
x
ploi
t
a
t
ion a
u
q
u
o
t
idien ; e
t
la
t
endance à
m
utu
aliser les forces po
u
r agir indifféremmen
t
s
u
r n'impor
t
e q
u
elle
t
ranche. »
*
3
8
Le chef d
u
Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e, L
u
cien Ber
t
ron,
t
rancha po
u
r
u
ne organisa
t
ion na
t
ionale. Bea
u
co
u
p considèren
t
ce
tt
e décision
comme l’ac
t
e fonda
t
e
u
r de la cen
t
ralisa
t
ion
t
echniq
u
e d
u
n
u
cléaire. Elle f
ut
accompagnée d’
u
n recen
t
rage d
u
Dépar
t
emen
t
Ma
t
ériel s
u
r son cœ
u
r de mé
t
ier,
la s
t
ra
t
égie e
t
la doc
t
rine de main
t
enance, confor
t
an
t
le rôle prescrip
t
if des
ser
v
ices cen
t
ra
ux
.
D’a
ut
res é
v
ol
ut
ions e
u
ren
t
lie
u
, no
t
ammen
t
po
u
r mie
ux
prendre en comp
t
e
la dimension
t
rans
v
erse de la s
û
re
t
é. C’es
t
ainsi q
u
’en 1987, le Dépar
t
emen
t
E
x
ploi
t
a
t
ion S
û
re
t
é N
u
cléaire (DESN) f
ut
séparé en de
ux
. A
u
sein d
u
no
uv
ea
u
Dépar
t
emen
t
S
û
re
t
é N
u
cléaire (DSN), la Di
v
ision Techniq
u
e de S
û
re
t
é menai
t
les é
tu
des des
t
inées à « maî
t
riser la connaissance fondamen
t
ale en ma
t
ière de
s
û
re
t
é en e
x
ploi
t
a
t
ion, q
u
e ce soi
t
en fonc
t
ionnemen
t
normal o
u
en
fonc
t
ionnemen
t
acciden
t
el » (Broch
u
re Missions e
t
S
t
r
u
c
tu
res d
u
SPT, oc
t
obre
1988). C’es
t
elle q
u
i effec
tu
ai
t
les anal
y
ses probabilis
t
es de s
û
re
t
é. La Di
v
ision
S
û
re
t
é Q
u
ali
t
é a
v
ai
t u
n rôle de doc
t
rine. Elle é
t
ai
t
a
u
ssi chargée de promo
uv
oir
la c
u
l
tu
re de s
û
re
t
é, e
t
de répondre a
ux
q
u
es
t
ionnemen
t
s iss
u
s d
u
re
t
o
u
r
d’e
x
périence d’e
x
ploi
t
a
t
ion. Elle ass
u
rai
t
la liaison a
v
ec les A
ut
ori
t
és de S
û
re
t
é
e
t
par
t
icipai
t
à l'élabora
t
ion de la doc
t
rine en ma
t
ière de q
u
ali
t
é en e
x
ploi
t
a
t
ion.
Le no
uv
ea
u
Dépar
t
emen
t
E
x
ploi
t
a
t
ion (DEX) conser
v
ai
t
la
t
o
t
ali
t
é des
missions de l’ancien DESN, a
ut
res q
u
e celles concernan
t
la poli
t
iq
u
e de s
û
re
t
é.
L’
u
ne d’en
t
re elles prenai
t u
ne place de pl
u
s en pl
u
s grande : l’anima
t
ion d
u
re
t
o
u
r d’e
x
périence s
u
r les mé
t
hodes d’e
x
ploi
t
a
t
ion e
t
s
u
r les inciden
t
s de
fonc
t
ionnemen
t
.
Le chef de ser
v
ice adjoin
t
d
u
SPT chargé d
u
n
u
cléaire dé
t
enai
t
le po
uv
oir
s
u
r les décisions
t
echniq
u
es impor
t
an
t
es. Il a
v
ai
t
donc, de fai
t
, a
ut
ori
t
é s
u
r
t
o
u
s
les dépar
t
emen
t
s e
t u
ni
t
és cen
t
ra
ux
. Des Chefs de Mission
v
inren
t
l’assis
t
er
po
u
r la S
û
re
t
é N
u
cléaire, le domaine Techniq
u
e e
t
l’Adminis
t
ra
t
ion/Ges
t
ion.
La logiq
u
e d’organisa
t
ion e
t
la c
u
l
tu
re d’e
x
per
t
ise des ser
v
ices cen
t
ra
ux
de
v
aien
t
perd
u
rer : « A
u
déb
ut
des années 9
0
, nos s
t
r
u
c
tu
res cen
t
rales n'é
t
aien
t
23

a
ut
res q
u
e les anciens dépar
t
emen
t
s héri
t
és d
u
SPT, q
u
i a
v
aien
t
gonflé a
u
f
u
r e
t
à mes
u
re des besoins croissan
t
s d
u
parc. »
*5
En effe
t
, les ser
v
ices cen
t
ra
ux
q
u
i
comp
t
aien
t
5
00
personnes en 198
0
, é
t
aien
t
passés à 15
00
dès la de
ux
ième
moi
t
ié de la décennie e
t
s’é
t
aien
t
s
t
abilisés à ce ni
v
ea
u
.

Une pyramide hiérarchique régionalisée
La ligne hiérarchiq
u
e des
u
ni
t
és décen
t
ralisées (é
t
a
t
s-majors régiona
ux
e
t
cen
t
rales de prod
u
c
t
ion) passai
t
par les chefs de
z
one q
u
i se par
t
ageaien
t
le
t
erri
t
oire na
t
ional en
t
rois grandes régions : le Nord, le S
u
d e
t
le Cen
t
re. Ce
principe de déléga
t
ion a
v
ai
t
é
t
é adop
t
é en 198
0
, alors q
u
e l’a
u
gmen
t
a
t
ion des
effec
t
ifs ne perme
tt
ai
t
pl
u
s a
u
chef d
u
Ser
v
ice de la Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e e
t
à
ses adjoin
t
s d’a
v
oir
u
n con
t
ac
t
de pro
x
imi
t
é a
v
ec les cen
t
rales. Il de
v
ai
t
d
u
rer
u
ne
v
ing
t
aine d’années.
Le doc
u
men
t
“Ins
t
r
u
c
t
ion N
u
cléaire” (IN
0
16 d
u 2
1 j
u
in 1988) q
u
i précise
le fonc
t
ionnemen
t
d
u
Comi
t
é de Direc
t
ion d
u
SPT, présen
t
e les chefs de
z
one
comme « les adjoin
t
s régiona
ux
d
u
Chef de Ser
v
ice, responsables hiérarchiq
u
es
des chefs d’
u
ni
t
é q
u
i le
u
r son
t
ra
tt
achés, par déléga
t
ion d
u
Chef de Ser
v
ice. »
Les chefs de
z
one négociaien
t
e
t
signaien
t
les con
t
ra
t
s de ges
t
ion a
v
ec les chefs
d’
u
ni
t
é. Ils é
t
aien
t
responsables de la ges
t
ion pré
v
isionnelle d
u
personnel cadre
de le
u
r
z
one e
t
s’ass
u
raien
t
q
u
e les échanges a
v
ec les Ser
v
ices Cen
t
ra
ux
s’e
x
ercen
t
« a
v
ec la meille
u
re efficaci
t
é possible, dans le respec
t
de la
responsabili
t
é de chac
u
n. » Do
t
és d’
u
ne large a
ut
onomie, ils procédaien
t
« dans
t
o
u
s les domaines, se
u
ls, o
u
en concer
t
a
t
ion a
v
ec les a
ut
res chefs de
z
one o
u
de
mission, a
ux
arbi
t
rages q
u
i se ré
v
èlen
t
nécessaires. » A
v
an
t
la par
t
i
t
ion en
t
re
les prod
u
c
t
ions
t
hermiq
u
es classiq
u
e e
t
n
u
cléaire, les chefs de
z
one é
t
aien
t
le
ni
v
ea
u
régional d’in
t
égra
t
ion d
u
SPT dans
t
o
ut
es ses dimensions. Ils a
v
aien
t
a
ut
ori
t
é s
u
r de
ux ty
pes d’
u
ni
t
é : les GRPT, Gro
u
pes Régiona
ux
de la
Prod
u
c
t
ion Thermiq
u
e e
t
les CPN, Cen
t
res de Prod
u
c
t
ion N
u
cléaire.
Les GRPT regro
u
paien
t
selon
u
n déco
u
page géographiq
u
e pl
u
s res
t
rein
t
q
u
e
la
z
one, des cen
t
rales
t
hermiq
u
es classiq
u
es, des cen
t
rales n
u
cléaires
compor
t
an
t
de
ux u
ni
t
és de prod
u
c
t
ion, e
t u
ne Organisa
t
ion Régionale
d’In
t
er
v
en
t
ion (ORI). Celle-ci é
t
ai
t
cons
t
i
tu
ée d’éq
u
ipes de main
t
enance
en
v
o
y
ées s
u
r les ins
t
alla
t
ions po
u
r les
t
ra
v
a
ux
nécessi
t
an
t u
ne coordina
t
ion
impor
t
an
t
e o
u u
ne compé
t
ence de ha
ut
ni
v
ea
u
. Les GRPT disposaien
t
égalemen
t
de ser
v
ices d’e
x
per
t
ise
t
echniq
u
e régionale e
t
d’
u
ne ingénierie de
forma
t
ion. Ils ass
u
raien
t
la prod
u
c
t
ion
t
er
t
iaire po
u
r le comp
t
e des so
u
s-
u
ni
t
és
de le
u
r
t
erri
t
oire : ges
t
ion d
u
con
t
ra
t
de
t
ra
v
ail, comp
t
abili
t
é, assis
t
ance
informa
t
iq
u
e e
t
acha
t
s régiona
ux
. Les chefs de GRPT a
v
aien
t
grosso modo les
mêmes préroga
t
i
v
es q
u
e les chefs de
z
one po
u
r le
t
erri
t
oire q
u
i le
u
r é
t
ai
t
confié.
2
4