//img.uscri.be/pth/c33367e6fabb2988fa74e1e09db9151e8f9a98e9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,44 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LE TOURISME SOCIAL ET ASSOCIATIF EN FRANCE

De
177 pages
Le tourisme social et associatif est principalement connu pour son objet : permettre le départ en vacances du plus grand nombre. C'est un opérateur touristique d'importance. Il gère plus de 500 000 lits sur tout le territoire, soit 10% de l'offre d'hébergement " payante " et accueille annuellement plus de 15 millions de personnes : familles, enfants, jeunes, pendant les vacances ou pendant le temps scolaire. L'objet de ce livre est de dresser un inventaire aussi complet que possible du tourisme social et associatif en France, sous l'angle, principalement, de l'économie sociale.
Voir plus Voir moins

LE TOURISME SOCIAL ET ASSOCIATIF EN FRANCE
Acteur majeur de l'économie sociale

Ouvrage du même auteur:

Les Classes de découverte, Conseil National du Tourisme, Section des Affaires Sociales, Session 1999, Documentation française, 2000.

Jacques CHAUVIN

LE TOURISME SOCIAL ET ASSOCIATIF EN FRANCE
Acteur majeur de l'économie sociale

Préface de François SOULAGE

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

Collection Tourismes et Sociétés dirigée par Georges Cazes

Dernières parutions

R. AMIROU, P. BACHIMON (eds), Le tourisme local, 2000. F. MICHEL, En route pour l'Asie. Le rêve oriental chez les colonisateurs, les aventuriers et les touristes occidentaux, 2001. J .L. CACCOMO, B. SOLONANDRASANA, L'innovation dans l'industrie touristique, 2001. N. RAYMOND, Le tourisme au Pérou, 2001. GIREST (Groupement Interdisciplinaire de Recherche En Sport et Tourisme), Le tourisme industriel: le tourisme du savoir-faire ?, 2001.

(Ç)L'Harmattan,

2002

ISBN: 2-7475-2263-6

PREFACE
Le développement du tourisme social et associatif en France est sans doute l'une des plus belles aventures de la seconde moitié du XXe siècle. Sur ce terrain très particulier, la France a joué un rôle essentiel. Parmi les acteurs de ce développement d'une offre touristique ouverte au plus grand nombre, le milieu de l'éducation populaire et La Ligue de l'Enseignement à laquelle appartient Jacques Chauvin, ont tenu une place essentielle. En cinquante années, le tourisme social a été à la fois le plus grand innovateur à travers les conceptions nouvelles qu'il a données d'un tourisme plus humain, intégré au territoire et liant les objectifs sociaux et les objectifs économiques et un puissant vecteur d'intégration sociale. Pendant de trop longues années, le droit aux vacances a été considéré comme un droit accessoire. Chacun sait bien aujourd'hui, quand les 35 heures s'installent dans le comportement quotidien des individus, combien la possibilité de prendre des vacances, la possibilité d'avoir des loisirs est constitutif de notre citoyenneté. Le tourisme social a été également très novateur dans l'engagement en faveur du tourisme et des loisirs, d'institutions telles que les comités d'entreprises ou les collectivités territoriales. Les comités d'entreprises ont été tout d'abord des partenaires très actifs dans l'émergence de ce secteur nouveau, puis se sont peu à peu retirés pour revenir aujourd'hui à ce qu'ils n'auraient jamais dû quitter, c'est-à-dire l'attention au cadre de vie des salariés qui leur font confiance. La création de la coordination nationale du tourisme social et associatif dont Jacques Chauvin a été le premier Président, marque fortement cette évolution. Le tourisme associatif a été enfin un puissant facteur de libération des femmes. C'est lui en effet qui a inventé les systèmes de « tout compris» intégrant l'animation, c'est lui qui a inventé la pension complète avec prise en charge à la fois des loisirs des enfants et ceux des adultes, et qui a permis à des familles de milieu populaire, et tout particulièrement aux femmes, de prendre enfin de vraies vacances. Mais tout ceci n'aurait pas pu avoir lieu si dans le même temps la puissance publique, à travers la caisse nationale d'allocations familiales n'avait pas considérablement aidé financièrement le départ en vacances. Les bons vacances des CAF ont été très importants dans le développement du tourisme social. Aujourd'hui, 50 ans après, le monde a changé. Les dispositifs qui étaient considérés comme valables il y a un demisiècle, ne le sont plus totalement, d'autres sont apparus comme le chèquevacances. Il était donc important de refaire l'histoire de ce dispositif, une

histoire qui permette de recadrer les objectifs recherchés, les moyens qui ont été mis en œuvre, les évolutions que nous avons observées pour qu'au début du XXlème siècle nous puissions, de manière réaliste, imaginer ce que pourrait être une politique sociale du tourisme face, en particulier, à une plus grande professionnalisation. L'ouvrage met bien en évidence cette nécessité de repenser notre métier. Dans le même temps, cet ouvrage fait un point complet sur « l'impact» économique du tourisme social et associatif. Trop souvent les flux économiques générés par ce secteur d'activité ont été ignorés, en particulier dans leur traduction en matière d'emploi et de développement local, alors même que c'est au nom de cet impact que les contrats de plan « Etat-Régions» et la DATAR ont réintroduit le tourisme social et associatif dans leurs programmes de financement. Ce livre est le premier qui permet une vision globale et actualisée du tourisme social et associatif« acteur majeur de l'économie sociale ». Les salariés, les retraités et même les demandeurs d'emploi ont des demandes de plus en plus individuelles. L'aspect plus collectif est aujourd'hui battu en brèche par la volonté de chacun de faire ce qu'il veut, quand il veut. Et pourtant, le lien social que permettent les vacances collectives, en particulier les vacances de jeunes, est essentiel. Il faut donc inventer, réinventer, modifier les outils. II faut transformer la nature des encadrements. Tout ceci, Jacques Chauvin l'aborde dans cet ouvrage. Son expérience des vacances de jeunes d'une part et de professionnel des villages de vacances d'autre part, lui donnent la légitimité pour tirer ce bilan, pour ouvrir des voies d'avenir qui respectent les fondements du tourisme social et associatif, fondements sans cesse actualisés, sans cesse internationalisés, afm que celui-ci puisse, au tournant du siècle, conserver la place qui est la sienne dans un accès de tous les citoyens à des services qui ne peuvent être réservés aux plus fortunés, qui ne peut voir son contenu totalement banalisé, qui doit demeurer un outil d'épanouissement des individus. François SOULAGE. Président de l'Union Nationale des Associations de Tourisme. Ancien Délégué Interministériel à l'Économie Sociale.

6

EN GUISE D'INTRODUCTION

Le tourisme social et associatif s'appuie sur trois caractéristiques qui en font son fondement:
- son objet social: il a été créé pour permettre le départ en

vacances du plus grand nombre, - son rôle d'aménageur du territoire: ses centres d'accueil représentent plus de 500000 lits répartis sur l'ensemble du territoire, dans tous les départements, en montagne et en milieu rural, en bord de mer,
- ses retombées économiques: plus de 2 milliards d'Euros

de chiffre d'affaires. Le tourisme social et associatif est sans doute l'une des illustrations les plus marquantes, mais souvent ignorée de ce que peut être l'économie sociale ou solidaire. C'est aussi un véritable moteur du développement local. S'il a été à l'origine de la démocratisation des vacances en France il y a plus de 50 ans, il n'en continue pas moins d'être à la pointe de la modernité. Il fait même l'objet de convoitises: quel opérateur peut aujourd'hui proposer une offre aussi diversifiée, tant au niveau de ses contenus que de sa localisation : tourisme vert, ou une telle polyvalence des accueils? Son concept même, autour des valeurs des vacances familiales, même si des progrès restent à accomplir au niveau du confort des hébergements, est repris par la plupart des opérateurs commerciaux! Sa gestion désintéressée, lui permet encore aujourd'hui de pouvoir accueillir des familles à revenus modestes, voire en difficultés, dans un contexte de mixité sociale. Il se veut ou-

vert à tous, sans être réservé à telle ou telle catégorie sociale. Le tourisme social et associatif est donc un acteur important de la politique sociale des vacances, mises en œuvres par les pouvoirs publics. Il est toujours d'actualité puisque l'INSEE révélait en 1999 que 40% des Français ne sont pas partis en vacances, soit 19 millions de nos concitoyens, dont 3 millions d'enfants. Le tourisme social et associatif est un exemple de la réussite de la conjugaison entre des objectifs sociaux et un nécessaire réalisme de gestion, s'appuyant sur un partenariat avec les politiques publiques qu'elles soient nationales ou locales. Quelques données chiffrées illustrent cette réalité: - 3 milliards d'€uros investis dans la pierre en 25 ans, dont les 2/3 autofinancés, - 1 milliard d'€uros de retombées directes annuelles dans l'économie locale,
- 20000 emplois à temps plein et plusieurs dizaines de

milliers d'emplois saisonniers. Le tourisme social et associatif permet la combinaison d'une valeur ajoutée économique, principalement dans le cadre du développement local, à une valeur ajoutée sociale. Sa fonction, son rôle méritent une reconnaissance à tous les échelons de la société, que ce soit par ses retombées économiques ou que ce soit en termes de politiques sociales pour permettre le départ en vacances du plus grand nombre.

8

SOMMAIRE

EN GUISE D'INTRODUCTION AVANT-PROPOS Vocabulaire: tourisme social, associatif, populaire CHAPITRE 1. DES ENJEUX SOCIAUX 1.1. La place du tourisme social et associatif... 1.2. Les exclus des vacances

p. 7 ... p. 17 p. 17 p.21 p. 22 p.25

1.3. Le challenge du tourisme social et associatif. . . . . ... .... p. 27

1.4. Des aides au départ en vacances CHAPITRE 2. LE TOURISME: GÉNÉRALITÉS ET SPÉCIFICITÉS DU TOURISME SOCIAL ET ASSOCIATIF 2.1. L'offre d'hébergement touristique en France
2.2. Le tourisme populaire: fruit des conquêtes sociales 2.3. Un taux de départ en vacances qui ne progresse plus depuis 1989

p. 28

p.33

... p.33

p. 36

p. 37

2.4. Partants, non partants
Les ouvriers et les jeunes partent le moins
en vacances...

p.38

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 39

27% des enfants ne sont pas partis en vacances en 1998 2.5. Évolutions des subventions au tourisme social et associatif p.42 p. 40

3 milliards d'Euros investis en 25 ans
Les aides à la pierre. . .. . .. . . . .. .. . . . . . . .. . .. .. . . ... . . . . .. . ..

p.42
p. 45

Le Plan Patrimoine.

. . . . .. . . . . .. . . . . .. . . . . . . . .. . .. . . . . . . .

p. 46

Les aides des Caisses d'Allocations Familiales L' Agence Nationale pour le Chèque Vacances Bourse Solidarité Vacances
Les dispositifs européens

p. 46 p. 51

................. p. 54
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 57

2.6. Les comités d'entreprise
Une activité très disséminée... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

p.61
p. 63

Une priorité

aux enfants.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. .. . ..

p. 63

10

Une

politique

partenariale

.. . .. . .. . .. . .. .. . . .. . . .. . .. p. 64

La gestion difficile du patrimoine
des comités d'entreprise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... p. 64

Les comités d'entreprise prisonniers
de leurs patrimoines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. p. 64

Une étonnante concentration du patrimoine dans 8 comités d'entreprise...
Un parc vieillissant.

.. . .. . .. . . ... . . . .. .. . .. .. . ... p. 66
p. 67

.....................................

Une gestion

difficile.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

p. 69

L'évolution des politiques sociales
des comités d'entreprise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 70

Déclaration commune UNAT/Syndicats
2.7. Le tourisme associatif...

p. 73

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . ... p. 79

Une grande diversité de lignes de produit
Les vacances familiales...

p. 79

.. .. .. . .. .. . .. . . .. . . .. .. . .. . .. .. . p. 79

Les vacances

de jeunes..

.. .. . .. .. .. .. . .. . . .. . .. . . .. . . . .. ... p. 81

Les vacances

pour enfants et adolescents.

. . . . . . . . . . . . . .. p. 83

Il

L'encadrement et de loisirs

des centres de vacances p. 90

Les classes de découverte et
les voyages scolaires... . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . p. 92

Les séjourslinguistiques...

..

...

p. 96

Les voyages pour adultes à l'étranger. .. .. . .. ... .. . .. . ... p. 97

Le patrimoine des associations
Une gestion immobilière

..

... .... ... .. p. 97

délicate. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 99

Les chiffres du tourisme associatif... . . .. . . ... . . . . .. . .

p. 102

Les clientèles du tourisme associatif... ... ... ... .. ... .
Les attentes

p. 103

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 103

Une aide au départ essentielle...
Une situation ambiguë en 2001.

p. 104
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 106

Mixité sociale: leurre ou réalité
Du militantisme bénévole

p. 108

à la professionnalisation.. .. ... ...

.... .

.

p. 110

12

CHAPITRE TOURISME

3. LES IMPORTANTS GÉNÉRÉS

FLUX p. 115

ÉCONOMIQUES

PAR LE

SOCIAL ET ASSOCIATIF

3.1. Données économiques du tourisme social et associatif 3.2. Le tourisme en économie sociale
différent du tourisme commercial?

...

p. 115

................. ....... .... p. 118
p. 119

Les politiques

tarifaires.

. .. .. .. . . . . . . . . . . . .. . . .. . . .. . .. . . ..

Une localisation sociale des équipements du tourisme social et associatif. . . .. . . .. .. . . ... . .. . .. . . ... p. 120
Un yield management social. ............................. p. 122

Les conventions collectives
CHAPITRE TOURISME 4. LES FONDEMENTS DU

p.123

SOCIAL ET ASSOCIATIF

p.125

4.1. Des vacances accessibles au plus grand nombre
4.2. La déclaration du Bureau International du Tourisme Social.

p. 125

.. ..... .... ... .... ... .. .... ... ..... ..

p. 127 p.133

4.3. Le tourisme des handicapés

13

CHAPITRE

5. LA PROFESSIONNALISA SOCIAL ET ASSOCIATIF

TION p. 139

DU TOURISME

5.1. Une professionnalisation projet social

au service d'un p. 139

5.2. Des gestions de plus en plus rigoureuses 5.3. Des lourdeurs Associatives
Juridiques et administratives.

p. 144 p.146 p. 146

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 147

CHAPITRE

6. POUR UNE POLITIQUE p. 153

SOCIALE DU TOURISME

6.1. Du temps libre plus souvent 6.2. Des évolutions sociales à prendre en compte. ....... 6.3. Pour un renforcement des dispositifs existants Le rôle fondamental de l'aide à la personne
Les Bons Vacances des Caisses

p. 153 p. 154 p. 155 p. 156

d'Allocations Familiales... .. . .. . . .. . .. . .. . . .. . . .. . .. . . .... p. 156

Les Chèques Vacances

p. 158

14

L'aide au départ en vacances de jeunes
Les comités d'entreprise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . ...

p. 159
p. 160

Des aides complémentaires.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . .. p. 161

CHAPITRE 7. EN GUISE DE CONCLUSION
Une multitude de dispositifs à coordonner. .. . . .. .. ..

p.165
p. 165

Des responsabilités partagées
Une responsabilité associative... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

p. 165
p. 167

De la cohérence et de la coordination BIBLIOGRAPHIE
LE XI QUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...

p. 168 p. 171
p. 1 73

REMERCIEMENTS

p. 175

15

AVANT-PROPOS

Vocabulaire:

tourisme social, associatif, populaire...

Il n'est pas aisé de définir et de qualifier le tourisme non commercial, même si sa finalité est particulièrement évidente. En effet, ce tourisme ne répond pas à des soucis lucratifs permettant de générer des bénéfices pour des investisseurs. Sans pour autant contester la recherche d'excédents, terme plus adapté que bénéfices, ceux-ci sont reversés au service du projet de l'association. Cependant, il est difficile de qualifier très précisément le tourisme en économie sociale. Cette difficulté s'est traduite, au cours des ans, par des qualificatifs qui ont évolué. Le tourisme populaire dès sa « naissance» pendant et après le Front Populaire, va vite devenir le tourisme social et le rester pendant plusieurs dizaines d'années. Il faut remarquer que la principale ligne de produits de ce tourisme: les maisons familiales et les villages de vacances, sera très longtemps sous la tutelle réglementaire du ministère des affaires sociales. Il faudra attendre les années 80 pour qu'il soit rattaché au secrétariat d'État au tourisme. On peut aussi remarquer que l'un des principaux systèmes d'aide au départ en vacances: les bons vacances des Caisses d'Allocations Familiales, dépend toujours du ministère des affaires sociales. De plus, ce tourisme non lucratif a concerné pendant de très nombreuses années les catégories sociales les plus défavorisées : ceux qui ne pouvaient pas partir en vacances. Cependant, le niveau de vie des Français ne va cesser de croître jusqu'à la crise des années 80 consécutive aux « chocs)} pé-