//img.uscri.be/pth/6eeef5788f935504036c307d497b0dc20cc6eb31
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Libéralisation des marchés de l'énergie

De
122 pages
La fin du régime du monopole, qui caractérisait la vente d'électricité et de gaz naturel en Europe, se traduit-elle par une meilleure qualité de service et des prix plus faibles ? La théorie économique le prétend et cet ouvrage démontre que la réalité est plus incertaine. Si les bénéfices pour les consommateurs sont aussi incertains, la libéralisation de l'énergie va-t-elle continuer ? Et surtout que doit faire le consommateur ?
Voir plus Voir moins

Libéralisation des marchés de l'énergie

@ L'Harmattan, 2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl @wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03691-8 EAN : 9782296036918

Serge PIERRE

Libéralisation des marchés de l'énergie
Pourquoi vous allez payer plus cher gaz et électricité. . .

L'Harmattan

Chapitre J.

L'énergie, une marchandise

particulière

Les économistes considèrent tous les produits et les services disponibles sur un marché comme des objets que les clients choisissent d'une manière rationnelle, en arbitrant entre leurs besoins et le prix. Certains clients privilégieront la qualité. Pour d'autres clients, à qualité égale, le choix se portera sur le produit ou le service le moins cher. Pour que le client soit effectivement en position de choisir le meilleur rapport qualité/prix, il est nécessaire qu'il y ait plusieurs fournisseurs potentiels en face de chaque client, c'est-à-dire qu'il y ait de la concurrence. Les vertus de la concurrence sont évidentes: baisse des prix ou amélioration de la qualité seront les axes choisis par les fournisseurs pour se démarquer de leurs concurrents, au plus grand bénéfice du client. Au contraire si le fournisseur se trouve seul face à ses clients (on parle alors de monopole), il peut fixer le prix qu'il souhaite et il ne subit pas de pression du marché pour améliorer la qualité de ses produits. Ce raisonnement est l'un des fondements de la pensée économique et du système capitaliste dans lequel fonctionnent aujourd'hui tous les pays du globe. Laisser faire les «forces du marché» permet l'optimisation des ressources, les producteurs les plus efficaces se développant dans cet univers concurrentiel tandis que les clients peuvent choisir des produits de qualité au meilleur prix. Toutefois, le marché ne fonctionne parfaitement nulle part: les états limitent les abus et inégalités que génère le système. Ils interviennent par exemple en matière de protection sanitaire, d'éducation et plus généralement pour réduire les inégalités sociales.

Unités Les unités utiles pour l'énergie sont:

.

.

.

La tension électrique (différence de potentiel), qui s'exprime en Volts, en abrégé V, (du nom du physicien italien Volta). La tension des installations domestiques est 220 V. L'énergie électrique est transportée par des lignes à moyenne tension, 10000 Volts à 40000 V, ou à haute tension (200000 V jusqu'à 1 000000 V dans certains pays). La puissance, qui s'exprime en Watts, en abrégé W, (du nom du physicien anglais Watt). Une ampoule d'éclairage consomme une puissance comprise entre 40W et 1DOW,le moteur d'un TGV a une puissance de 1,1 MW (1 100 000 W), une installation de production nucléaire délivre une puissance électrique de 1 300 MW (1 300000000 W). L'énergie, dont l'unité légale est le Joule (énergie produite par un Watt pendant une seconde, du nom du physicien français Joule). Pour l'électricité et le gaz, on utilise souvent le Watt.heure (1Wh = 3 600 Joules) et ses multiples: kWh, MWh, GWh, TWh. Pour l'électricité, l'énergie consommée par un cycle de lavage d'un lave-linge est de 3 kWh. Une habitation dotée d'un chauffage électrique consomme 13 MWh d'électricité par an; une petite industrie, 3 GWh; une très grande installation industrielle, 2 000 GWh ; la France toute entière 450 TWh.

Les données monétaires sont exprimées en euros (€, 1€ = 6,55957 francs). Certaines données pour le Royaume-Uni sont exprimées en Livres Sterling (f). Le taux de change utilisé est 1 f = 1,5 €.

8

Dans le domaine économique, les états sont également conduits à intervenir, en particulier pour contrôler la concurrence. En effet, les grandes entreprises ont tendance, en rachetant leurs concurrents ou en s'entendant avec eux, à se mettre en situation de monopole au détriment des consommateurs. Dans le cas de l'énergie, en particulier l'électricité et le gaz naturel, le raisonnement sur les bienfaits de la concurrence peine à s'appliquer, en raison des caractéristiques particulières de ces produits. Electricité et gaz naturel: pourquoi s'y intéresser? On s'intéresse ici à l'électricité et au gaz naturel. Il existe bien sûr d'autres formes d'énergie: le charbon, le pétrole, l'énergie nucléaire, les énergies renouvelables comme l'énergie solaire, l'énergie éolienne (générée par le vent). Toutes ces formes d'énergie présentent un grand intérêt. Les ressources charbonnières sont abondantes sur la planète, mais l'utilisation du charbon génère beaucoup de gaz carbonique, soupçonné de contribuer au réchauffement climatique. Le pétrole se raréfie et son prix augmente durablement. Malgré ses atouts, notamment l'absence d'émissions de gaz à effet de serre, l'énergie nucléaire rencontre dans la plupart des pays une très forte opposition en raison de son histoire (liée à celle de la bombe atomique), du caractère invisible des dangers liés à la radioactivité et de la mauvaise gestion de sa communication. Les énergies nouvelles et renouvelables ne constituent pas encore une véritable alternative au pétrole, en raison de coûts trop élevés et de contraintes d'utilisation fortes. Ainsi pour chaque 9

installation de production d'électricité éolienne, il faut prévoir une installation d'une puissance équivalente fonctionnant au gaz ou au charbon et susceptible de prendre immédiatement le relais quand le vent tombe ou en cas de tempête. Toutefois, pour toutes ces formes d'énergie, l'environnement réglementaire et concurrentiel n'a pas été bouleversé comme celui de la vente d'électricité et de gaz naturel en Europe au cours des dernières années, avec l'introduction de la concurrence dans ce secteur. C'est la raison pour laquelle l'électricité et le gaz naturel sont particulièrement intéressants. Acheter c'est un choix, sauf pour l'énergie L'énergie est un bien économique particulier, une marchandise à part. Quand on achète du pain, c'est pour le manger; quand on achète un lit, c'est pour y dormir; quand on achète une voiture, c'est pour s'y déplacer ou pour afficher son statut social. Pour l'énergie, quand on achète de l'essence, c'est pour que la voiture puisse rouler; quand on achète du gaz naturel c'est pour que l'installation de chauffage ou la cuisinière puisse fonctionner; quand on achète de l'électricité, c'est pour s'éclairer ou bien pour faire fonctionner le réfrigérateur, l'aspirateur et la machine à laver. On ne choisit pas d'acheter de l'énergie, on y est contraint pour que fonctionnent tous nos appareils, toutes nos machines. Seules les populations les plus défavorisées des pays en développement n'achètent pas d'énergie: les plus pauvres ramassent du bois ou d'autres combustibles
10

pour faire cuire les aliments. Ils n'ont pas accès aux autres formes d'énergie parce qu'ils ne possèdent aucun appareil ou machine consommateur d'énergie. L'électricité et le gaz naturel sont des marchandises indispensables mais que le client n'a pas choisies. Certes, si vous faites construire votre maison, vous pouvez théoriquement choisir le mode de chauffage: fioul, propane, gaz naturel ou électricité. Mais la plupart des gens n'ont pas l'occasion d'exercer ce choix: ils emménagent dans des locaux anciens ou dans des locaux neufs dans lesquels les promoteurs ont déjà fait ce choix avant de mettre en vente le programme immobilier. Ainsi en France, EDF promeut le chauffage électrique par des subventions et d'autres incitations versées aux promoteurs, architectes et constructeurs de logements, avant que le client puisse exercer son choix. L'énergie, un produit indifférencié Pour tenter de conserver une clientèle qui les fuit pour acheter l'essence et le gazole dans les hypermarchés, les pétroliers proposent des carburants auxquels certains additifs permettraient de «rouler plus propre» ou de consommer moins. Cette différenciation par le produit est un axe stratégique fondamental dans le jeu de la concurrence. Une telle différenciation n'est pas possible pour l'électricité ou le gaz naturel. Une spécificité des deux formes d'énergie auxquelles on s'intéresse ici, c'est qu'il s'agit d'industries de réseau: un réseau de transport et de distribution est indispensable pour amener l'énergie depuis la centrale électrique ou le champ de production de gaz jusqu'au consommateur. On ne peut pas aller acheter son électricité ou son gaz au suIl

permarché, comme l'essence, le fioul ou le butane. L'énergie est apportée jusqu'à nous par des lignes électriques ou des canalisations de gaz. Dans le prix de l'électricité et du gaz naturel, le transport et la distribution représentent environ la moitié du totall.

Les réseaux d'énergie L'électricité est produite dans des centrales électriques. Elle est transportée à grande distance par des lignes à haute tension (de 220 000 Volts à 1 million de Volts dans certains pays). Plus la tension est élevée, plus les pertes de transport sont faibles. Ces lignes constituent le réseau de transport. Pour plus de sécurité, ces réseaux sont souvent «maillés », c'est-à-dire les centrales électriques sont reliées aux différents points de consommation par plusieurs lignes: en cas de coupure d'une ligne, les autres permettront d'acheminer l'énergie. Les très grands consommateurs sont directement branchés sur ce réseau haute tension. Des « postes sources» abaissent cette tension à 20 000 Volts ou 30000 Volts (moyenne tension) pour acheminer l'énergie au plus près des consommateurs. Là aussi, le maillage donne une grande fiabilité à ces réseaux dits de distribution. Les grands consommateurs sont branchés directement sur ces réseaux, tandis que les petits consommateurs: petite industrie, commerce et clients domestiques sont alimentés en basse tension (220 Volts) grâce à des transformateurs situés à une très faible distance de chez eux. L'électricité ne se stocke pas2 : à tout instant l'énergie produite par l'ensemble des centrales électriques d'un réseau doit être
1

Les factures EDF indiquent désonnais la part du coût de

l'acheminement dans le coût total. Cette part est de 48% en moyenne pour le tarif bleu des consommateurs domestiques et des petites entrepnses.
2

Sauf pour de très faibles quantitésdans des batteries (batterie automo-

bile qui permet de faire fonctionner le démarreur, batteries des appareils électroniques mobiles.) Il existe égelement un autre moyen indirect de 12