//img.uscri.be/pth/4369eca1c74456b1fcdf4da0109ba94d4053d335
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Science de l'innovation et logique de la création

De
302 pages
Il y a symbiose naturelle entre l'innovation, la vie de chaque citoyen et la vie de toute entreprise : l'innovation ne peut exister sans ces supports, et eux ne peuvent exister sans elle qui construit et développe l'économie en valorisant la Recherche et les Sciences. Il y a nécessité de préparer le cerveau pour l'amener à l'innovation et de configurer l'entreprise tout entière par rapport à l'innovation, seul moyen garantissant ses performances sur les marchés.
Voir plus Voir moins
Science de l’innovation et logique de la création
u
ré
Science de l’innovation et logique de la création

ru

© rmttn 0 lEololythniqu
00
ris
httpwwwrieibiarlmncoattaharm diffunattamrahnoiswanadoofr harmattanwanadoofr
B  220 EA  220
es que
magnifiques perles ne sont collier par la vertu du fil qui les réunit …
Gustave
Flaubert
INTRODUCTION
L’interrogation créatrice de cet ouvrage est la suivante : Pourquoi l’innovation estelle le credo de l’homme c’estàdire l’expression de son évolution ?
s’organiser qu’en faisant appel à la science.a démonstration ne peut l est en effet impossible de comprendre la richesse des filières originelles de l’innovation sans volonté de recherche : à travers la biologie, la génétique, la génomique, la physiologie… devenues complémentaires et indispensables. niveau atteint présage avec certitude leur amplification.e ‘génétique’ de cet ouvrage est que dans notre monde d’humains, et’idée selon les humains, l’innovation a quatre sources d’expression : l’homme, les éléments, la matière et l’espace.a première est présentée dans la pensée que tout ce qui est dans le vivant humain dépend de lui et le fera durer par l’innovant pris dans sa plus large acception.Dès lors, imaginer l’innovation, c’est d’abord imaginer et connaitre l’homme dans tous ses états, dans tous ses besoins économiques sociaux et sociétaux et autres finalités ; ensuite et pareillement, la matière au service de l’homme. e niveau actuel des connaissances impose donc de tout remettre en questions.Celles que nous allons retenir vont porter, forcément de façon limitée, sur l’origine, l’équipement, l’évolution, le pourquoi et le comment de l’individu comme être pensant.ur ce point spécifique je ne reconnais aux définitions de l’homme apportées parocrate,laton et toute la lignée des philosophes anciens, qu’un rôle modeste.a manifestation de leur compréhension de l’homme à travers leur propre définition apporte surtout la démonstration de leur extrême intelligence mais pas la définition de l’homme dans sa véritable complexité de sachant et d’apportant.ls ne disposaient en effet d’aucune instrumentation leur permettant d’aller au-delà d’eux-mêmes.ar contre, on ne peut pas ignorer leur apport d’ensemencement auprès d’autres cerveaux, d’où ont suivi les innombrables interprétations critiques accompagnant les prémices de l’évolution. a situation contemporaine est en effet tellement différente que la comparaison est difficile et gênante.i des milliards d’années ont été nécessaires à notre espèce pour créer l’homme et parvenir aux intelligences
grecques et latines, environ 3000 ans ont suffit pour le transporter des balbutiements de la science à l’initiation de la conquête d’autres planètes. Toutefois, ces 3000 années sont à scinder en deux parties : les 1500 premières(Av.-C.)raison bridée par les concepts religieux et ceont eu la n’est qu’au cours des 1500 autres que les cerveaux, libérés de la chape mystique, ont réalisé par les innovations les étapes de cette fulgurante progression.l est curieux de noter que ce mot innovation a précisément commencé à être employé vers la fin des années 1400 de notre ère.on évolution et l’importance de son concept six siècles plus tard réservent quelques surprises... a définition de l’homme proposée dans ces pages est celle d’un continuum cellulaire par lequel il est possible, avec les moyens instrumentaux disponibles, d’établir les étapes de son évolution depuis l’origine.on verra que se trouve incorporée fondamentalementarmi elles l’innovationqui, en réalité est, avant la lettre, le moule de l’évolution globale. Aux dernières nouvelles de la connaissance la durée de cette évolution compte environ 600 millions d’années alors que le bing bang originel est environ huit fois plus lointain.Cette datation a été récemment établie par une équipe de chercheurs de l’Université deantaBarbara enCalifornie.ls ont découvert que le génome des éponges de mer possédait un nombre important de composantes communes participant au fonctionnement des synapses humaines.que l’origine de notre système nerveux remonte aul en découle minimum à l’apparition des éponges il y a plus de 600 millions d’années. groupe animal des éponges est apparu avant celuirécision importante le  : des cnidaires, représenté par les hydres, les méduses, les anémones de mer. ême ne disposant pas de système nerveux, l’étude du génome de ces animaux anciens et ayant peu évolué apporte la preuve de la conservation structurelle des informations s’inscrivant sur l’arbre de l’évolution.a séquence du génome réalisé par les chercheurs a en effet démontré que les gênes reconnus dans les éponges existaient avant même les premiers animaux.De surcroît, il leur est apparu que la structure des protéines des éponges, résultant sans doute des interactions entre elles, est de la même nature que celle qui existe dans les protéines actives des synapses humaines. a conclusion des chercheurs est que de tous temps l’évolution fait du neuf avec du vieux et innove constamment par la réutilisation d’éléments dédiés initialement à des fonctions très différentes.Concluons ceci en précisant que le terme « évolution » doit être considéré dans son sens de globalité, réunissant et traitant l’ensemble des mouvements innovants. ’innovation et sa réalisatrice ‘évolution’ sont donc très loin d’avoir dit leurs derniers mots.n ignore ce que pourront apporter les découvertes
contenues dans le gap des 4,5 milliards d’années nous séparant de l’rigine, mais nous savons, seulement depuis trois siècles, à peu près pourquoi et comment nous sommes composés de « cellules ».our la première fois en 1665 ce terme a été utilisé par le physicien anglaisobertooke pour nommer les petites alvéoles que son microscope avait pu observer dans un fragment végétal apparemment inerte comme le liège.Deux cents ans plus tard, d’autres physiciens constatèrent l’existence de nombreuses structures cellulaires dans les tissus vivants, tant des animaux que des végétaux, avec la remarquable et systématique présence d’une membrane autour de chaque cellule précisant l’individualité anatomique.ls en supposent une fonction vitale d’élaboration de substances caractéristiques de la vie.En 1831, l’anglaisobertBrown perçoit et découvre un noyau cellulaire au centre d’un matériau gélatineux désigné ensuite « cytoplasme ».D’où est venue la théorie cellulaire comme principe de développement commun à tous les tissus animaux et végétaux.e métabolisme intervient alors pour expliquer l’activité chimique d’une cellule.a logique de l’évolution mentale des chercheurs a conduit assez lentement mais sûrement à l’AD.En 1969, ogertanier etCornélis Vaniel proposèrent de classifier en deux catégories fondamentales les êtres vivants : ceux dont les cellules possèdent un cytoplasme avec compartiments biologiquement spécialisés, pour notamment produire le caryon, seraient nommésEucaryotes et les bactéries révélées parasteur, désignées par le termerocaryotes.C’était en somme déjà une interprétation des origines de la vie. Vers 1950, la biologie moléculaire a validé l’idée d’une information guidant l’activité cellulaire et provenant de l’ADà travers la chromatine et la biosynthèse des protéines.a cellule est par conséquent l’unité structurale et fonctionnelle du vivant et la vie cellulaire met en œuvre des milliards de molécules permettant et surveillant les travaux d’entretien, de croissance, de renouvellement et d’innovation des constituants de ses fondamentaux.Cette vie cellulaire est cependant assez fragile car elle doit innover pour s’adapter aux multiples contraintes de son milieu.a régulation de son métabolisme le lui permet partiellement mais l’usure éprouvante et épuisante du travail constant d’ajustement entre la nécessité de survie et les contraintes du hasard peut seulement retarder, mais pas supprimer l’inéluctable mort cellulaire, mais non sans avoir procéder auparavant à la transmission de la vie, comme l’a proclamé de manière prémonitoire Virchow en 1855 :« toute cellule provient d’une cellule pré existante».Crevient à dire que, dans touse qui leurs états, les cellules sont le véritable trait d’union de l’humanité. Ces parcours existentiels installent effectivement la cellule comme quantificateur universel impliquant incontestablement que, fondée sur la mémoire, la transmission structurale est d’une extrême importance car dès ce
moment, la trilogie physiologiqueovation-Evolution-émoirese révèle comme le principe profond de l’humanité et des civilisations. es trois composantes inséparables de cette trilogie ont comme facteur fonctionnel obligatoire l’information sans laquelle les trois autres seraient, sinon paralysées, du moins incohérentes, sans unité et sans guidance dans l’action.Dans ces circonstances, la question se pose de savoir à qui revient le caractère de la primauté ?ar rapport à tout ce qui a été constaté précédemment, la mémoire apparait comme le pivot pratique assurant l’enregistrement, la conservation, l’organisation et la retransmission des données permettant le travail utile et pérenne de l’ensemble. a mémoire n’est pas un apanage réservé à l’homme : il l’a partage sous des formes et des degrés différents avec les tissus vivants, les animaux, les plantes…a complexité de celle de l’individu est par contre infiniment plus considérable et résulte d’abord d’une triple évolution : celle du temps dont l’immensité a été soulignée ; celle de l’histoire générationnelle et celle de la génétique individuelle. n’est pas tout : les cellules et les tissus qui sont nos constituants,ais ce agissent aussi comme des mémoires s’adaptant et régulant par l’accoutumance les phénomènes variés extérieurs du type immunisation ou drogues…pénétrant ou cherchant à pénétrer à l’intérieur de l’organisme. Un autre type de mémoire, celle du système nerveux, aussi complexe que ce système, accepte et régule les habitudes et les instincts.Après les fonctions de mémorisation, d’enregistrement, de conservation et d’organisation, le troisième niveau de la restitution mentale retransmet à la demande tout ce qui est nécessaire à la pensée, aux activités courantes et au langage…e quatrième niveau enfin est constitué par l’hérédité.a mémoire génétique est scindée en deux parties, pré et post génétique, cette dernière correspondant à l’acquis cognitif volontaire. Atous les carrefours constitutifs de l’enveloppe humaine et du cerveau se retrouve donc l’innovation structurelle avec une qualité unique de malléabilité qui a donné naissance à l’idée de plasticité pour désigner la propriété passive de l’individu de modifier ses formes organiques : la neuro-plasticité du système nerveux permettant l’acquisition de nombreux réflexes et apportant l’explication au cours du 20èmesiècle de la plupart des modifications de structure et de fonctionnement de l’humain.  dispose par conséquent innovation »e concept commun et populaire « de racines extrêmement profondes, effleurées dans cette introduction ; elles montrent la nécessité d’un traitement de science première devant disposer de toute l’instrumentation scientifique exigée pour apporter les réponses aux questions posées. 0