//img.uscri.be/pth/1ef77c520b7bdc1545f444037eec7b7b8283df7f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'ortie

De
21 pages

L’ortie a souvent mauvaise réputation en raison des piqûres qu’elle peut provoquer. Et certains jardiniers la considèrent encore parfois comme une plante indésirable. À tort !

En effet, l’ortie possède de nombreuses propriétés intéressantes tant sur le plan de la santé que de la cuisine ou au jardin. C’est à la découverte de ces formidables vertus que ce livre vous convie.

Aphtes, rhumatismes, gorge irritée… ? Cheveux gras, chute de cheveux, problèmes de peau… ? Envie de recettes diététiques ? Purin d’ortie pour repousser les nuisibles du jardin et stimuler les défenses et la croissance de vos plantes… ?

Ce livre vous propose des solutions à base d’ortie pour résoudre simplement tous ces petits problèmes et bien d’autres.


Voir plus Voir moins

Avant-propos

L’ortie est souvent l’une des premières plantes que les enfants apprennent à reconnaître, c’est malheureusement souvent à leurs dépens et le premier contact avec cette plante est souvent marquant.
Mais si cette plante reste pour beaucoup la responsable de piqûres et de démangeaisons désagréables, lors de balades en campagne, il ne faut pas la rejeter et au contraire s’y intéresser davantage en raison de ses nombreuses propriétés et multiples intérêts tant d’un point de vue culinaire que médicinal ou même au jardin où elle peut rendre de nombreux services.
Alors, oui, laissons une chance à l’ortie, elle le mérite amplement et j’espère qu’après la lecture de ce livre, votre regard sur cette plante aura changé et votre envie première de vous en débarrassez vous aura quitté.

Laurent Bourgeois

L’ortie

Son nom scientifique vient du latin uro qui signifie « je brûle ». Considérée comme une plante indésirable par beaucoup de jardiniers, cette vivace herbacée est une vigoureuse plante rustique qui dissimule ses nombreux intérêts sous des attraits quelconques.

Description

Les feuilles de l’ortie sont pétiolées, allongées, pointues et dentelées. Sa tige pubescente est quadrangulaire. Ses petites fleurs unisexuées sont verdâtres, réunies en grappes pour les fleurs femelles et en chatons pour les fleurs mâles. L’ortie a tendance à être envahissante par ses vigoureux rhizomes superficiels qui se développent à grande vitesse.
Les feuilles et les tiges sont recouvertes de poils urticants : au moindre contact, la pointe microscopique se casse en pénétrant dans la peau et libère un liquide urticant composé d’acide formique, d’acétylcholine, d’histamine et de sérotonine.

Des orties

On ne trouve pas de l’ortie, mais des orties. Le genre Urtica regroupe pas moins d’une trentaine d’espèces différentes.
Les deux espèces les plus fréquentes sont la grande ortie (Urtica dioica), qui, comme son nom l’indique, a un grand développement (entre 50 cm et 1 m de haut), et l’ortie brûlante (Urtica urens), plus petite, qui ne dépasse pas 50 cm.
Toutes deux possèdent des propriétés médicinales et culinaires comparables. Plus localement, on peut trouver l’ortie romaine (Urtica pilulifera) et l’ortie de Corse (Urtica atrovirens).

De multiples propriétés

L’ortie est réputée pour ses propriétés diurétiques, anti-inflammatoires, dépuratives, antibactériennes et hémostatiques. C’est un très bon tonique pour l’organisme préconisé contre l’anémie et pour traiter les sujets surmenés ; elle stimule aussi le système urinaire.
Cette plante est utilisée pour soigner des problèmes aussi différents que la goutte, le rhume des foins, les rhumatismes, l’arthrose, les affections buccales ou les problèmes de peau (eczéma, psoriasis ou acné).
Elle permet aussi de réguler les règles, de stimuler la montée de lait chez la femme allaitante.
L’ortie est intéressante pour faire baisser la pression sanguine dans les artères ; elle est indiquée pour soulager les foies fatigués et soigner la diarrhée.
Elle était jadis employée comme vermifuge et pour soigner les les maladies pulmonaires. Ses nombreuses propriétés ont fait l’objet de recherches et sont démontrées scientifiquement. L’ortie est riche en protéines, en vitamines (A, C, B5, B9, K...), en minéraux (calcium, fer, magnésium...) et en oligoéléments (cuivre, zinc, bore, silice...).

 De nombreuses plantes sont nommées orties alors De faux qu’elles ne sont pas du amis genre Urtica. C’est le cas de plusieurs lamiers qui sont parfois appelés orties, comme le lamier blanc (ortie blanche), le lamier pourpre (ortie rouge) ou le lamier jaune (ortie jaune). L’épiaire des bois (Stachys sylvatica) est appelée ortie puante.

Récolte de l’ortie

L’ortie se trouve naturellement dans les décombres, les haies, l’orée des bois, les lieux laissés à l’abandon, les sites délaissés par l’homme et tous les sols riches en azote. Elle apprécie les lieux frais et légèrement ombragés.
De par sa particularité à accumuler les métaux lourds dans ses cellules, il est très important de ne récolter l’ortie que dans des lieux non pollués et éviter donc les abords de champs traités ou les bords de route.
Les plus téméraires essaient de cueillir l’ortie en la saisissant par le bas et en remontant d’un coup sec, mais le plus sûr reste de se munir d’une bonne paire de gants.
Il faut récolter de préférence les jeunes pousses plus agréables au goût, alors que les feuilles plus anciennes sont moins savoureuses et peuvent contenir du carbonate de calcium qui irrite les reins. La période idéale pour cueillir l’ortie reste le printemps au moment où les pousses sont encore tendres ou quelques semaines après les avoir taillées quand elles commencent à repousser.
Les racines se récoltent au printemps ou au début de l’automne. Les graines sont cueillies à la fin du printemps. Utilisez plutôt l’ortie fraîche dont les vertus sont supérieures aux plantes sèches.
Si vous ne trouvez pas de l’ortie à proximité de chez vous, on trouve dans le commerce de l’ortie sous différentes formes (en feuilles ou racines séchées, en poudre, en gélules, des jus de plantes en ampoules, des teintures mères, des extraits liquides...). Les feuilles d’ortie destinées à être séchées devront être cueillies le matin, juste après la rosée, il ne faut pas récolter de feuilles humides. Elles seront mises à sécher aussitôt dans un local sombre et aéré.