Dictionaire des sciences médicales

De
.fi:' T-^Jf T**A*. DICTIONAIRE DES SCIENCES MÉDICALES. BIOGRAPHIE MÉDICALE. û '1- :/ y»-.^-/^*, )( TOJIE TROISltxME. rTi PARIS, C. L. F. PAÎfCKOUCKE, ÉDITEUR. .3 ,\. T^-î id. iii-4°.1711, (^0 BROWNE (Guillaume) né dans le comté de Norfolk, en, exerça la médecine, assez de succès, à Lynu, dans1692, avec BROW6 celui de Suffolk, et termina su carrière à Londres, le lo mars plus-'^'"' d^ '^ gaieté, et littérateur que me'decin , il n'a1774* laisse importans avaitque des ouvrages peu 5 mais, comme il pris une part fort active dans la contestation qui s'éleva entre les licenciés et le Collège des médecins de Londres, Foote ju- gea à propos de l'introduire dans son Diable boiteux, où il a lait de lui un portrait frappant de ressemblance. Les titres de ses écrits sont : Ode in imitation Horace , addressecl lo the rit^ht lionouralle Sirof Robert IValpnle , on ceasing to be mirusler^ G, designed asJ'eh. l'J^i; a fjanei^yric on protestantJust a ip-eat minisler, ihe ghrious rei>oiution , succession, and principlcs liberty. To which is added, the originalof ode, dejended , in commenfariolo. Londres, i765,in-/|0. Opuscula varia , Collegiumulriusque linguœ , medicinam , medicorum ; litieras utrasque , academias ; enipiricifi , eorum cuttores ; solicitatorem , presligiatoreni pœticen crîticen palronum patriani; religionem , li-; , ; , bertatem spectantia. pri^alione eorum editionem defendente. , Cuin Londres, i7G5,in-4".
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 85
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 578
Voir plus Voir moins

.fi:'
T-^Jf
T**A*.DICTIONAIRE
DES
SCIENCES MÉDICALES.
BIOGRAPHIE
MÉDICALE.
û '1- :/ y»-.^-/^*, )(
TOJIE TROISltxME.
rTi
PARIS,
C. L. F. PAÎfCKOUCKE, ÉDITEUR..3
,\.
T^-î
<»'
,^(^1DICTIONAIRE
DES
SCIENCES MÉDICALES.
n-MtWt\\«\V\M«\1
BIOGRAPHIE MEDICALE.
BROW
médecin anglais, vint au monde àBROWNE (Edol-ard ),
Worwich, en ii}^2. Il fit ses humanités dans le ColU-ge de sa
ville natale, et, en 1660, il prit le titre de bachelier en mé-
dès qu'il eutdecine à Cambridge, où ses parens l'envoyèrent
atteint sa quinzième après, il obtint le mêmeannée. Six ans
titre à Oxford , où le doctoral lui fut accordé en 166'j.bonnet
Depuis 1668 jusqu'en i6^3, il parcourut l'Europe, particu-
lièrement vers Test. A son retour en Angleterre, il fut reçu
membre de la Société royale et du Collège des médecins de
pourLondres. En conséquence, il se fixa dans cette capitale , y
ratiquer premier mé-,l'art de guérir. Charles 11 le choisit pour
Secin, et, lui riiôpital Saint-Barthélémy.en 1682, on confia de
Cette même année, il anglais les Vies de Thémis-traduisit eu
tocle et de Sertorius pour la traduction anglaise que Dryden
voulait donner des Yies des hommes illustres par Plularque.
Le Collège des médecins de Londres l'éleva, en à la1705,
présidence, qu'il conserva jusqu'à sa mort, arrivée au mois
d'août 1708. On ne connaît de lui que la relation de ses voya-
ges, qui fut publiée titre suivant:sous le
y/rt account ofsei^eral trrwels. Londres, iCyB et in-4°' -Trad.1677,
en in-4**-français, Paris, 1^7'^, in-4"'-cn hollandais, Amsterdam, 168a,
-cn allemand, Nuremberg, iG85 , in-4°.; Il>id. iii-4°.1711, (^0
BROWNE (Guillaume) né dans le comté de Norfolk, en,
exerça la médecine, assez de succès, à Lynu, dans1692, avecBROW6
celui de Suffolk, et termina su carrière à Londres, le lo mars
plus-'^'"' d^ '^ gaieté, et littérateur que me'decin , il n'a1774*
laisse importans avaitque des ouvrages peu 5 mais, comme il
pris une part fort active dans la contestation qui s'éleva entre
les licenciés et le Collège des médecins de Londres, Foote ju-
gea à propos de l'introduire dans son Diable boiteux, où il a
lait de lui un portrait frappant de ressemblance. Les titres de
ses écrits sont :
Ode in imitation Horace , addressecl lo the rit^ht lionouralle Sirof
Robert IValpnle , on ceasing to be mirusler^ G, designed asJ'eh. l'J^i;
a fjanei^yric on protestantJust a ip-eat minisler, ihe ghrious rei>oiution
,
succession, and principlcs liberty. To which is added, the originalof
ode, dejended , in commenfariolo. Londres, i765,in-/|0.
Opuscula varia , Collegiumulriusque linguœ , medicinam , medicorum ;
litieras utrasque
, academias ; enipiricifi , eorum cuttores ; solicitatorem ,
presligiatoreni pœticen crîticen palronum patriani; religionem , li-; , ; ,
bertatem spectantia. pri^alione eorum editionem defendente.
, Cuin
Londres, i7G5,in-4".
Appendix altéra ad occulta : oratiuncula collegii medicorum Londi-
nensis cathedrœ valediccns. In comitis postridie Divi Michaelis
, , 1767 ,
ad collegii administrutioncm renovandam designatis machinàque incen-
;
dns extinguindis aptd contra permissos rebelles munitis. Londres, 1768,
10-4°. - Trad. en anglais, Londns, in-Zj°.1768,
Fragmentum Isaaci Huwkins Browne Arm. , sive Anti-Bolinghro-
kiui liber primas translated niedici. Londres,
, , for a second religio
in-4°.1768,
Fragmentum Isaaci Browne complelum. Londres, in-4°.1769,
Appendix ad opuscula : six odes. Londres, in-4°.1770,
Ttiree more odes. Londres, 1771 , in-4°.
proposai onA our coin : to rcmedy ail présent , and prevent ail future
disorders. To which. are prepxed preceding proposais sir John
, of
Barnard^ and I^illiam Hhirley Ësq. on the same subject. Londres,of ,
in-4".1774,
A newyear's t. A problem and démonstration on the XXXIXGif
-articles. Londres
, 1772 , m-^°.
l'Ile pill plot Quack atTo doctor ward , a ofmeriy memorj-, wrilten
Lynn, noi>. 3o, 1734. Londres, 177a, in-4''.
Corrections in verse thejàlher the collège on son cadogan's.,from of ,
goût dissertation logic
, containingfalse physic,false ,f(ilse philosophy.
Londres in-4°.
, 1772 ,
Speech to the royal Society. Londres, in-4°.1772 ,
Elogy and adclress. Londres, in-4''.1773,
Browne a traduit du latin eu anglais les Elémens de catoptrique et de
dioptrique de Gregory Londres , in-8°.( 1715, ). ( j.)
BROWNE (Patrice), botaniste et médecin anglais, naquit
kWoodstock, dans la paroisse de Crossboyne et le comté de
enMayo, Irbinde, vers l'année et mourut, dans le1720, même
comté, a Rushbrook, le août Ses parens l'envoyèrent29 1790.
fort jeune ii Antigoa mais
: , comme le climat de Cf^tle île nui-
sait à sa santé, il fut bientôt obligé de repasser en Europe, où
il revint en La médecine était profession1737. la vers laquelle
il se sentait entraîner. Il vint l'étudier à Paris pendant cinq^,
BROW 7
desquelles il se fit recevoir docteur à Leyde.années , au bout
il vint à Londres et peu de temps après ilDe Hollande , ,,
retourna aux Indes occidentales où il se fixa à la Jamaïque
, ,
dont il étudia les productions naturelles d'une manière appro-
Hansfondie rectifiant les observations faites par Sioane , et,
Vers il revinten recueillant lui-même de nouvelles. i^SS, en
aux Antilles, doubleAngleterre j mais il retourna plus tard
suite. Enfin, las de courir levoyage qu'il répe'ta six fois de
malheurs, et fait de grandesmonde, après avoir essuyé des
restant de ses jours dans la pro-pertes, il résolut de passer le
vince où il termina en effet sa carrière.qui l'avait vu naître, et
La l'empêcha publier une Flore d'Irlande à laquellemort de
il travaillait depuis plusieurs années. Linné donna son nom à
un genre de plantes [brownca) de la famille des légumineuses,
lui témoignant ainsi sa reconnaissance de ce que, le premier
des Anglais , il avait adopté son système. On a de lui ;
Map Jamaica. Londres, en 2 feuilles.of 1^55,
Cette dressée par Browne lui-même, est fortcarte de la Jamaïque,
exacte.
-Civil and natural history Jamaica. Londres, i756, in-fol. Ihid,of
io-fol.1789,
Cet ouvrage est orné de planches magnifiques, dessinées par Ehret.
L''édition de ne diffère de i''ancienne que parce qnVlle porte un1789
titre nouveau et que l.s planches ont été tirées sur papier vélin.
,
dans VExshaw'^s Magazine (année,Browne a donné, en outre, 1774 >
juin et août , un Catalogue des oiseaux et des poissons de Tlrlande)
classés d'après la méthode de Linné. (j.)
BROWNE (Thomas), anglais qui s'est rendu célèbre comme
médecin et surtout comme écrivain était le fils d'un marchand,
de Londres, et naquit le ig novembre i6o5. 11 apprit les
la Winchesterpremiers principes de langue latine près de ,
Wykcham, dans le collègedans l'école de et entra, vers 1623,
à Oxford. fut là qu'il ses humanités, re-de Pcmbrocke, Ce fit
la maîtrise, embrassa l'élude de la médecine. Depuisçut et
quelque tenrips il exerçait l'art de guérir dans ce comté lors-,
que son beau-père, sir Thomas Dutton , fut chargé de visiter
toutes les forteresses de l'Irlande. Browne l'accompagna et
,
cette tournée lui ayant inspiré le goût des voyages, il partit
pour le continent, passa quelque temps à Montpellier et à Pa-
prendre futdouc, et vint ensuite le doctorat à Lej-de. Ce vrai-
qu'il retourna Aprèssemblablement vers 1634 dans sa patrie.
s'être fait agréger au collège d'Oxford, il s'établit à Norwich,
où, pendant plusieurs années, il pratiqua la médecim^ avec
beaucoup de distinction. Son ouvrage intitulé : Religio medici
qu'il publia en attira l'attention de tous les savans de1642,
l'Angleterre et même de l'Europe , de sorte qu'il contribua
clion-puissamment à accroître sa réputation. L'étendue de sa^,,
BROW8
tèle ne l'empêcha pas de livrer encore au public plusieurs au-
iuiporlanles qui lui assignèrent un rang dis-tres productions ,
tingue' parmi les littérateurs , et surtout parmi les antiquaires.
Le collège de Londres lui donna le titre de membre honoraire
Aorwich,en i66'-, et, quatre ans après, Charles fi, passant par
le créant chevalier. Il mourut danslui t^-moigna son estime eu
cette ville, le ly octobre laissant :1682,
Hcligi'o medici. Londres, m-^" . - Ibid. i6^3, ia-8°.-Ibid. 1G441642, ,
in-S". - Ibid. i654 in-8°. -Trad. en lalin par Jean Merrjweatcr, Leyde,
,
in-i2. Strasbourg in-8°. - en français par Nicolas Lefcb-1644 1 ; , iGj2 ,
Tre, LaHaye, 1C68, ia-i2.-en hollandais, Leyde , 1668, in-i2.-en alle-
mand, Prenzlau, in-S".1716,
Cet ouvrage est écrit en anglais. Browne expose si profession de foiy
sur la morale la métaphysique et la religion. Après avoir déclaré qu'il
,
anglicane, ilest, par conviction intime, chrétien et attaché à Tégiise
s'exprime sur plusieurs poinisde croyance avec une es|>èce d'ironie, qui
l'a fait regarder par beaucoup de personnes comme un incrédule déguisé.
Aussi Guy Patin disait - il , en parlant de lui : « Cet auteur a de l'esprit :
il a de gentilles mélancolique agréabley choses dans son livre. C'est un
en ses ])ensées, mais qui, à mon jugement, cherche ninîire en fait de
reiigi«n , connue beaucoup d'autres, et peut-être qu'enfin il n'en trouvera
aucun. » Johnson avait surtout en vue cet ouvrage et le suivant, lorsque,
dans sa vie de Browne, vigoureux,il s'exprima ainsi : ((Son style est
mais dur ; il est érudit , mais pédantesque ;-il frappe, mais il ne plaît
pas; il est profond . mais obscur; les figures qu'il employé sont bizarres,
et SCS combinaisons forcées il emprunte des expressions de tontes les
;
sciences, ce qui le rend disparate. » L'équité n'a pas dictéquelquefois
seule ce jugement beaucoup sévère. Browne était loin d'être incré-trop
dule puis(pi'il admettait
, des êtres invisibles tenant le milieu entrel'homme
et les anges, et qu'il croyait à Texistmce des sorciers, ainsi qu'il le sou-
tint lui'Uiême devant le grand jury de Norwich qui l'avait consulté dans
,
le procès de deux individus accusés de sorcellerie. Sa déclaration publi-
Î[ue fut une des principales la condamnationcauses de de ces deux in-
ortunés. Cependant Browne était tolérant de son naturel , et ennemi de
toute partialité. Son livre respire partout la philanthropie la plus pure;
mais il se peut que la vanité soit entrée pour beaucoup dans le portrait
avantageux qu'il trace de son caractère, et on aurait sans doute grand
tort de le juger aussi ])arfait qu'il se peint lui-même. Renelm , Digby et
Alexandre Ross combattirent, en Angleterre, ses principes, que les théo-
logiens allemands censurèrent avec amertume, en cherchant à le faire
pas.<?er pour athée. On peut lire à ce sujet les notes de Levin-Nicolas de
jVIolk dans l'édition Strasbourg.latine de
Pseudodoxia epidemica^ or cnquiries into very many receiued tenets
and coinmonlypremmcd truths. Londres, 1646, \ï\-i6\.-Ibid. i65o, in-fol.
-Ibid. i658, 'm-\".-Ibid. i(J64, 'in-\°.~ Jbid. m-^" . - Ibid .1666, 1672,
in-4°. - Tbid. i()7.3, in-8". -Trad. en hollandais Amsterdam in-8°.
, , 1668 ,
- en allemand par Chrétien Knorr de Rosenroth, sous le nom de Chris-
Peganius,tophe Francfort etLéipzjck, i(i8o, in-4''.-en français par
i'abbé Souchay, Paris, 1733, 2 vol. in-12; Ibid 2 \o\. in-13.1742,
Ot ouvrage a été fort utile d uis le temps, et Browne déployéy une
vaste érudiuou, ainsi que des connaissances fort étendues sur la phyf;ique
temps; mais comnje cette dernière sciencedu était alors ])eu avancée
il 'ni arrive souvent de détruire une erreur pour en mettre une autre à la
place. Ce qu'il a de plus important dans son livre, c'est la longue ety
sage discussion sur les causes des erreurs répandues parmi le peuple. Or

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.