//img.uscri.be/pth/131755b26191beeeaa7bacbdbfbad2015057f022
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Alcool, moi et le bonnet rouge

De
208 pages
Michel est un ancien. Un ancien alcoolique, un ancien drogué, un ancien adepte des cocktails détonants, un ancien zonard. Il s'en est sorti, grâce à quelques mains tendues et grâce à sa force de caractère. Il n'est ni un exemple ni un modèle à suivre. Il a gagné plusieurs guerres, perdu certaines. Il a vécu, survécu, et puis il a eu besoin de raconter, de se mettre à nu, de mettre des mots sur les fissures. Pas pour se disculper, pas pour demander l'absolution. Juste parce que son histoire, même si elle est un peu brouillon, mérite d'être racontée.
Voir plus Voir moins
L’alcool,moi et le bonnet rouge Récit
collection cits de Vie Série Santé et Maladie
Michel BASLER
L’alcool, moi et le bonnet rouge
Récits de vie. Santé et maladie Cette collection regroupe des récits de vie et témoignages divers concernant la santé, la maladie et aussi la guérison. Déjà parus Cécile Rebillard,À l’épreuve du handicap, nouveau regard sur la vie, 2014. Marie-Noëlle de Vaulx,L’inattendue.Le handicap ou la vie par les chemins de traverses,2014. Cendrine Chapel,Juste deux petits pas de valse. Accompagner jusqu’à la fin de la vie, 2014. Yannette,:De l’impossible au possible. La maladie de Wegener itinéraire vers une rémission,2014. Cécile Rebillard,Numéro 9. Maman d’un petit handicapé, 2013. Véronique Foissac,Faim de bœuf. Témoignage d’une boulimique, 2013.
Michel Basler
L’alcool, moi et le bonnet rouge
Récit
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04097-4 EAN : 9782343040974
À Nico, ce flic bizarre… et à Fanny pour son aide précieuse
Avis d’une psychanalyste
Encore un message avant les usages.
Encore un témoignage avant les dopages.
Encore un défi avant les ravages.
Encore combien de temps avant la délivrance ?
Quelles pénitences pour un enfant sous résistance ?
Et pourquoi toujours des témoignages ou des leçons aux enfants ?
Que les adultes se redressent pour éviter qu’on dresse et agresse ces adolescents sans défense et consistance.
Ce n’est que dans la pénitence de l’amour des adultes que naissent la sérénité et le bonheur.
Alors viendra le jour ou l’humour conçu exclusivement par et pour l’amour règnera sur toutes formes de substituts.
Joëlle Pungercar auteure en psychologie, et psychiatrie, psychanalyste, adresse ces quelques mots à cet écrivain en herbe par solidarité pour toutes les tortures de sa vie.
7
J’écris toutes ces lignes à tous les buveurs qui souffrent énormément ainsi qu’à leurs entourages qui doivent faire preuve de beaucoup de courage. Je leur dédie donc ces écrits dans lesquels beaucoup, sans doute, se reconnaîtront. D’autres, peut-être, réfléchiront après avoir lu ces lignes, avant de lever le coude par habitude. Certains trouveront ces écrits confus, car je le suis et je tiens à m’excuser par avance de ne pas toujours respecter la chronologie des faits.
Toute cette histoire est vraie, aussi fou que cela puisse paraître. Certains penseront que je mitonne mais je m’en fou ! Je ne souhaite à personne de vivre ce que j’ai vécu durant ma vie. Pas même à mon pire ennemi. Une vie de beuveries et d’addictions en médicaments pour aller vers un effet toujours plus explosif et plus que dévastateur. Il ne se passe pas un jour sans que l’on parle d’accidents, de crimes, de meurtres et que sais-je encore dans les médias à cause de ces addictions. Il existe même maintenant des apéros géants ou des jeunes tombent dans le coma, suite à ces pulsions collectives débiles. En Moselle, une étude a révélé que la première cause mortalité des 18-24 ans est l’alcool. Affolant !
J’ai de la peine pour ces enfants à peine sortis de leurs couches et pour leurs parents qui sont sûrement dépassés par les actes de leur progéniture qu’ils ne parviennent pas à comprendre. Et c’est sans compter sur les cas isolés.
Si seulement mon témoignage pouvait sauver ne serait-ce que l’un d’entre eux, je serais déjà très heureux. Il y a mille façons de s’éclater et aujourd’hui encore je me demande pourquoi tous les malades alcooliques, qu’ils
9