//img.uscri.be/pth/27a509fa6ceae089e7d0263e523eecc221290d3a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Contes et légendes de la vraie vie II

De
186 pages
— Ben, les potes et moi, on s'est demandé d'où ils sortent, ces Kersauson? Car avant Tabarly personne ne les connaissait... — En Bretagne, ils sont connus! — J'veux dire, à part l'Amiral... y'en a eu d'autres? On a des traces dans le passé? Des ancêtres célèbres? Tu vois, quoi! Oui, je vois et in petto je me dis qu'une fois de plus la curiosité d'Enzo va m'entraîner dans des recherches sans fin, des recoupements difficiles et des explications interminables à défaut d'être claires et limpides! En effet, je vois! Nouveau défi donc pour la narratrice de "Contes et légendes de la vraie vie": renseigner Enzo sur la famille de Kersauson. Un exercice auquel elle se prête avec la liberté – de ton, d'organisation – que l'on connaît. Conjuguant recherches, souvenirs et anecdotes, éclaircissements et pédagogie, A. Ausilio Del Prado compose ainsi un ouvrage historico-biographique tout en méandres et surprises loin de se cantonner à la seule région bretonne tant l'histoire des de Kersauson paraît lié à l'océan et donc à l'ailleurs. Riche, vivant, vibrant encore du bonheur de transmettre, un livre qui ne manque pas de fasciner.
Voir plus Voir moins
Contes et légendes de la vraie vie II
Du même auteur
Contes et légendes de la vraie vie, Éditions Publibook, Biographie, 2012
Andy Ausilio Del Prado Contes et légendes de la vraie vie II Une famille bretonne à travers l'histoire : les Kersauson de Pennendreff Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www. publibook. com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120267.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Partir pour vivre son rêve. Ar vag, et, chañs vat !
Andy, mars 2013
Premier chapitre. Un marin n’est jamais
« Un marin n’est jamais ni parmi les morts ni parmi les vivants… car, l’homme fait pour la terre se lance dans la mer comme un amphibie et se met tout entier à la merci de la Fortune. »
Platon, la place du marin dans le monde antique 6 février 2012. Ça y est ! Nous y sommes ! Enzo veut absolument met-tre ses pas dans ceux d’Olivier ! Il veut aller voir où Olivier de Kersauson a vécu enfant, et où il vit une partie de l’année à présent… C’est pour lui comme une sorte de voyage initiatique ! Il désire s’imprégner de l’atmosphère si particulière du pays breton. Il souhaite comprendre comment ce grand navigateur, ce bourlingueur des mers, Olivier de Kersau-son, est devenu en parallèlel’Amiral…ce sympathique frondeur tellement drôle ! Et quel immense précipice sé-pare le marin philosophe aux écrits empreints de gravité et de poésie de ce trublion gouailleur cruellement facétieux ! Pour Enzo ce paradoxe est un grand mystère ! Concilier une activité demandant tant de sérieux et de concentration et jouer le clown vilipendeur deux heures durant derrière un micro le laisse pantois ! Il débarque chez moi, vers 15 heures. Il pose son sac et tout de go me lance :
9
— Brest, c’est là qu’il y a « Le Tour du Monde » ? — Oui, pourquoi ? — Ben… Il y a un salon bio, non ? (Et il ajoute sans at-tendre ma réponse :) Si tu le fais, j’irais bien avec toi. — Mouais ! Je dis. Mais tu risques de t’ennuyer ! Toute la journée au salon ce n’est pas folichon ! — Je sortirai le chien, répond-il d’un air entendu, et j’irai visiter l’aquarium, il paraît que c’est à voir ! — Et ? Il me considère un instant, sourcil gauche levé, et finit par dire : — Et voilà, quoi ! Je réfléchis, je dis d’abord : « mais », puis : « peut-être » et enfin : « oui ! » Huit jours plus tard, nous voici sur le parking du « Tour du Monde » de Brest, sur le port du Moulin-Blanc. Enzo sort le premier du camion. Il jette un regard circu-laire autour de lui, ce qu’il voit n’a pas l’air de l’enthousiasmer. Il demande : — On emmène Shadow ? — Non ! Je ne sais pas s’ils acceptent les chiens là-haut ! Il contemple à nouveau le bâtiment, fait la moue et dit : — On dirait un blockhaus, ton truc ! Bon, il faut voir s’ils acceptent les chiens, sinon on va manger ailleurs ! — OK ! Et qui va se renseigner ? Prenant l’air et la posture d’un voyou il s’écrit : « Mé-zigue ! » Je le vois s’élancer dans le bâtiment. Il réapparaît cinq minutes plus tard. Un large sourire éclaire son visage. Il attrape la laisse du chien en disant : — Z’ont dit oui, y’a du monde ! J’ai fait réserver une table et dis qu’on prendrait des moules. Y’a pu qu’à ! En effet, « y’a pu qu’à ! »
10