//img.uscri.be/pth/3af89138518f60de162d18f1e4b08931f6eb998d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Départ imprévu

De
60 pages
Pour tout habitant de la côte ou d’une île, la mer est synonyme d’espoir, de richesses à conquérir, de pérennité du peuple, mais aussi d’inquiétude, de danger imminent et de proximité de la mort. Les victimes noires du commerce triangulaire ont dû affronter cet océan acharné, écho des esclavagistes européens résolus à les arracher à leur terre et à les emporter de force vers des rivages inconnus. Ce déracinement violent est le sujet de "Départ imprévu". Empreint d’une poésie certaine tant l’entrelacement des mots et des sonorités se révèle intimement juste et beau, cet ouvrage pourtant écrit en prose prend à bras-le-corps le problème de l’esclavage et plus généralement du racisme qui persiste encore aujourd’hui. S’inscrivant en droite lignée des grands auteurs ayant pris la parole pour le peuple noir, à l’instar de Césaire, Luther King ou Fanon, Anatole Alfride réalise ici un texte remarquablement fort.
Voir plus Voir moins
Départ imprévu
e
Dominique Anatole Alfrid Départ imprévu
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0114869.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2010
Je remercie tous les amis(e)s et relations qui mencouragent à aller plus loin, ainsi que mes collaboratrices : Marie-Rose Parenteau, Corinne Asselin de Beauville, Noëlla, Marie-Thérèse Merci à mon cousin Frédéric Martingoulet de mavoir transmis la photo de couverture de ce livre.
Préface La mer, pour les arracher à la matrice de leur mère. La mer pour les supprimer des vits de leur père. Leur mère et leur père ne se doutaient pas de cette mer. « Écoutez vos maîtres comme les messies, disait leur roi. Ces missionnaires sont visionnaires. » Lintelligence des rois a été traîtreusement manipulée par létranger. Traités et traites traitaient leur sort sans humanité. Traites et traitants les traitaient librement. Le désarroi serait le résultat de tous ces méfaits. Leur alibi a justifié leurs cris. Leur douleur se confondrait avec leur peur primale. Même le temps ne suffirait pas à les guérir. Leur autorité a été anéantie, faibles quils étaient devant tant de choses étranges. On dit que le sot senrichit de lévénement ; ce qui nest pas toujours vrai. À cet instant précis, on aurait pu dire que le sot sappauvrissait de lévénement, tant ce moment est resté déterminant dans lunivers. Nul ne pourrait arrêter cet engrenage, ô combien désastreux pour une partie de lhumanité ! La traite avait pris naissance, leur épiderme y était pour beaucoup. Rien navait prédit cette destruction, excepté la malédiction de Cham, lun des trois fils de lavatar, à cause de sa couleur, et la prophétie : «Bou bou doum, kon te ké. Ô Chaos, pressenti par ton odeur, ton air pimenté te trahit ; ton souffle exhale la mauvaise saveur ; tes suppôts accompagnent ton soleil maudit ; ta médisance médit des airs caustiques ; lheure des leurres est arrivée ; lheure de la malédiction est là ; lheure des leurres est présente ; leur sourire pue la mauvaise envie, lavenir sans beurre, mais avec beaucoup de sueur. »
9