Anticiper à l'ère de l'anthropocène

De
Publié par

Un nouveau concept est né au tout début du XXIe siècle, le concept d'anthropocène. Ce concept introduit une perspective renversante pour toute réflexion en matière d'anticipation. Il percute toutes les certitudes de la civilisation occidentale et questionne frontalement le devenir de la biosphère et de l'humanité. Il reste jusqu'à présent inconnu des sphères économiques et politiques. Cependant, aucune stratégie, à terme, ne pourra faire l'impasse sur les conséquences de cette nouvelle conception du monde. Le présent essai montre pourquoi ce concept-obus représente aussi un véritable potentiel de reconfiguration pour la pensée anticipatrice.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 12
EAN13 : 9782140011535
Nombre de pages : 278
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
es JeanFrançois Simonin tions contemporaines DQE L’ANTHROPOCÈNE ANTICIPER À L’ÈRE
Questions contemporaines
Anticiper à l’ère de l’anthropocène
Jean-FrançoisSIMONINAnticiper à l’ère de l’anthropocène Apprendre e à défataliser l’avenir au XXI siècle
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09355-0 EAN : 9782343093550
Sommaire
Introduction........................................................................9
1. De profonds dérèglements dans la civilisation occidentale ........................................29
2. Le potentiel renversant du concept d’anthropocène ....61
3. Des projets industriels qui configurent l’avenir de l’humanité ...................................................................93
4. La catastrophe comme perspective rationnelle ..........117
e 5. L’énigme de la longue durée auXXIsiècle ..............155
6. Les freins à l’anticipation dans les démocraties libérales ........................................181
7. La civilisation occidentale titanique par manque de modèle ..................................................213
Conclusion deux pistes pour défataliser l’avenir ..............................235
Bibliographie..................................................................253
Définitions de quelques termes utilisés
Futur etavenir: pas de véritable distinction de signification. Futur est toutefois plutôt compris comme étant de l’ordre du prévisible, centré sur un sujet précis. L’avenir est plutôt un futur qui a un sens. L’avenir ouvre sur les horizons de l’événement, de l’attente, de l’espérance, de la construction de projets globaux.
Civilisation occidentale (CO) ethumanité: la civilisation occidentale est vue ici comme une civilisation qui s’étend jusqu’à remettre en cause la capacité de survie d’autres types de civilisation. Elle est à l’origine des principales évolutions de l’humanité dans son ensemble, mais aussi des principaux dérèglements qu’il s’agit ici de pointer. C’est pourquoi elle a un rôle et une responsabilité bien particuliers vis-à-vis de l’avenir de l’humanité dans son ensemble. C’est à elle qu’incombe prioritairement le devoir de mettre au point une pensée anticipatrice qui permettrait d’éviter les impasses stratégiques qui se profilent à l’horizon.
La civilisation occidentale titanique:néologisme exprimant succinctement l’idée maintes fois exprimée par différents auteurs d’une civilisation « à la dérive ».
Technico-économique: ensemble des forces qui orientent actuellement le développement de la civilisation occidentale.
Enjeux de civilisation: désigne les enjeux les plus significatifs pour l’avenir de l’humanité, les situations, phénomènes ou dangers pour (et par) lesquels une évolution incontrôlée pourrait porter atteinte aux conditions de vie d’une part importante de l’humanité.
Introduction
Cet essai part d’un double constat. Tout d’abord le constat de l’émergence et de la montée de nouveaux et lourds dangers de toutes sortes, qui semblent menacer l’avenir de l’humanité ; ensuite le constat d’un formidable déni de réalité qui recouvre ces dangers d’un voile d’ignorance et interdit tout diagnostic et tout traitement efficace de ces problèmes. Plus nous fabriquons le monde, plus le monde dépend de nous, plus en fait il nous échappe. La science qui nous rassurait contre la peur est à présent source de peur. L’humanité représente maintenant la principale menace pour l’humanité. Ce livre cherche à creuser ces mystères, à les éclairer sous plusieurs angles, dans la perspective d’en tirer de nouvelles règles d’évaluation des principales orientations stratégiques de la civilisation occidentale.

Les dangers évoqués ici sont d’origine anthropique : ils concernent surtout les effets souhaités ou non souhaités – souvent dénommésexternalités négatives – des programmes technicoéconomiques qui constituent l’essence de la civilisation occidentale et de sondéveloppement. On parle de dangers technologiques, chimiques, génétiques, énergétiques, climatiques,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.