//img.uscri.be/pth/5216c056e4fca3b2df6790be83d4cb828a70e290
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

De la guerre au terrorisme...

De
128 pages
7 janvier et 13 novembre 2015: ce petit livre était à peine achevé que la France subissait deux répliques du grand séisme terroriste du 11 septembre 2001. 4 novembre 2015: neuf jours avant les derniers attentats, s'éteignait, aux Etats-Unis, seul comme n'importe quel homme, René Girard qui, du 11-Septembre, avait tout compris et tout expliqué... A nous, il nous reste de poursuivre la tâche de Girard, son oeuvre de réconciliation de l'humanité, de réparation du schisme planétaire de notre époque.
Voir plus Voir moins
7
Paul Dubouchet
DE LA GUERRE AU TERRORISME... Les véritables causes
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
De la guerre au terrorisme…
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot
Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutions
Etienne PIERRE,Le boudoir de la mort ou l’imposture de Sade, 2015. Gérald ANTONI,Le Saint Nom de Jésus. Mystère et révélation, 2015. Stéphane MOURAD,L’unité de l’intellect. Histoire d’une controverse, 2015. Jean-Louis BISCHOFF,Corps et pop culture, 2015. André DOZ,La voie de l’être, 2015. Hamdou Rabby SY,Hegel et le procès d’effectuation. Des figures abstraites de la conscience aux figures de l’esprit, 2015. Hamdou Rabby SY,Hegel et le principe d’effectuation. La dialectique des figures de la conscience dans la Phénoménologie de l’esprit, 2015. Michel J.F. DUBOIS,La métaphore et l’improbable. Émergence de l’esprit post-scientifique ?,2015. Ado-Dieumerci BONYANGA,Émancipation et révolution biologique selon Habermas, 2015. Olivier LAHBIB,Phénoménisme et empiriocriticisme, 2015. Camille LACAU ST GUILY,Henri Bergson en Espagne. Une histoire contrariée (1875-1930), 2015. Guylain BERNIER,La Vidéo de soi sur Internet : rendre visible sa différence. Au-delà de la technologie, les fondements sociaux, 2015. Jean PIWNICA,Le temps des philosophes,2015.
Paul Dubouchet De la guerre au terrorisme… Les véritables causes
Du même auteur Aux P. U. F., « Les voies du droit » Sémiotique juridique. Introduction à une science du droit, 1990. Chez L’Hermès Les normes de l’action : droit et morale. Introduction à la science normative, 1990. La philosophie du droit de Hegel. Essai de lecture des Principes, 1995. La pensée juridique avant et après le Code civil, 1998. Trois essais pour une théorie générale du droit, 1998. La pensée politique avant et après Hegel, 1999. Nouvelles méthodes des sciences sociales, 1999. Chez L’Harmattan De Montesquieu le moderne à Rousseau l’ancien, 2001. Le modèle juridique. Droit et herméneutique, 2001. Commons et Hayek, défenseurs de la théorie normative du droit, 2003. Philosophie et doctrine du droit chez Kant, Fichte et Hegel, 2005. Pour une sémiotique du droit international, 2007. Droit et épistémologie. L’Organondu droit, 2008. Droit et philosophie.Préface de François Dagognet, 2009. Thomas d’Aquin : droit, morale et métaphysique, 2011. Tout comprendre avec René Girard. Du moi aux grands problèmes actuels. Petit traité de la violence, 2015. De Georg Wilhem Friedrich Hegel à René Girard. Violence du droit, religion et science, 2015. © L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06868-8 EAN : 9782343068688
 «Si l’on nous avait dit, il y a trente ans, que l’islamisme prendrait le relais de la Guerre  froide, cela aurait fait rire. Si nous avions dit,  il y a trente ans, que les événements militaires  et environnementaux étaient, dans les Evangiles, un phénomène lié, ou que l’apocalype avait  commencé à Verdun, on nous aurait pris pour  des témoins de Jéhovah ».  René Girard,Achever Clausewitz,  2007, Introduction, p. 13-14.
 « Mais que se passera-t-il si un type humain qui, jusqu’à présent, a donné lepartisan, réussit à s’adapter à son environnement technique et  industriel, à se servir des moyens nouveaux et à  développer une espèce nouvelle et adaptée du  partisan, que nous nommerons le partisan  industriel ? »  Carl Schmitt,Théorie du partisan,  1963, inLa notion de politique,  trad. franç., Calmann-Lévy, 1972,  p. 293.
INTRODUCTION  Dans notre précédent ouvrage,De Georg Wilhem Friedrich Hegel à René Girard. Violence du droit, religion et science (L’Harmattan, 2015), nous avions consacré, au passage «de la guerre au terrorisme», un chapitre qui était d’ailleurs au cœur de la Première partie intitulée « Violence du droit et religion chrétienne ». Ce chapitre qui formait déjà un tout cohérent, et surtout répondait à une question d’une grave actualitépuisqu’il n’abordait rien de moins que les véritables causes du terrorisme, nous a paru toucher un sujet suffisamment sensible pour mériter d’être détaché de son ouvrage originaire, puis augmenté, complété, approfondi (notamment en ce qui concerne les rapports du « phénomène partisan » et du terrorisme), enfin replacé dans une perspective historique plus large faisant place à Machiavel (qui ne pouvait être passé sous silence) ainsi qu’à la « conception classique de la guerre » chez Grotius et chez Kant, mais aussi chez Rousseau et chez Hegel, tout en remontant au droit romain et même à un Sun Zi, le célèbre stratège chinois du e V siècle av. J.-C. qui n’a pas été sans influence sur Mao-Tsé-Toung. En effet s’efforcer de détecter les racines des véritables causes de la violence, dans l’espoir qu’elle sera un jour éradiquée, mérite bien que lui soit consacré entièrement un petit ouvrage, aussi modeste soit-il !D’autant plus que, parmi le millier de livres (au moins) qui ont pris pour objet le terrorisme, très peu se sont attaqués à ses causes, et encore moins à ses véritables causes. Il est vrai que la tâche était désespérée faute de replacer le problème dans son cadre plus large qui est celui de la violence (Girard), de la guerre sous toutes ses formes (Clausewitz), notamment celle qui rejoint le « phénomène partisan » (Schmitt). Là encore,c’est le non-spécialiste qui apparaît le plus lucide, alors, comme le disait Dagognet : «Qu’on y regarde à deux fois avant delui tirer dessus ! ».
7
Ainsi est né le présent essai que nous proposons aujourd’hui. Comme son prédécesseur, il est entièrement redevable à René Girard et à son ouvrage de 2007,Achever Clausewitz,dont il ne fait que reprendre l’argumentation d’ensemble touchant la guerre et le terrorisme. Il est également redevable à Carl Schmitt et à son exploration - la plus profonde depuis Clausewitz - du concept de « guerre», ainsi qu’à l’approche du «phénomène partisan» qu’il avait donnée dans saThéorie du partisande 1963 -d’ailleurs Girard ne reconnaît-il pas en Schmitt un « authentique penseur de la violence » ?  Fidèle à notre perspective qui consiste à ne jamais séparer la recherche de l’enseignement et de l’histoire, nous avons essayé de présenter les causes du passage de la guerre au terrorisme, en une quinzaine d’auteurs, de Cicéron à Mao-Tsé-Toung, parmi lesquels se distinguent nettement les figures de Hegel et de Clausewitz, et en suivant bien sûr toujours ces deux guides indispensables que sont Schmitt et Girard.  En effet Girard a opposé Clausewitz à Hegel, tout en les considérant comme « les deux grands penseurs de la guerre ». D’autre part, si Girard s’accorde avec Hegel pour reconnaître dans la Révélation chrétienne, le véritable « tournant » de l’histoire du monde, tous deux ne perçoivent pas de la même façon le sens de la Révélation. Là où pour Hegel, la révélation chrétienne apparaît comme le fil conducteur de l’histoire et de la raison, le gouvernail de «l’Odyssée de l’esprit universel», pour Girard - plus fidèle que Hegel à la perspective chrétienne - cette même révélation dévoile son sens apocalyptique (notreop. cit.).  Ainsi ce sont bien des causes du passageDe la guerre au terrorisme, de l’Odyssée de l’esprit à l’Apocalypse dont nous allons traiter en relatant une série de passages : de la « guerre classique » à la « guerre moderne », de celles-ci au « phénomène partisan », de celui-ci au terrorisme en général, puis au terrorisme actuel. Notre point de départ est en effet la conception classique de la guerre (Chapitre préliminaire), car ce n’estqu’à partir d’elle que se comprend vraiment la mutation
8
introduite par la « guerre moderne » qui éclaire particulièrement le phénomène de « la guerre froide » (Chapitre I). De même ce n’est qu’à partir de la conception classique et de la conception moderne de la guerre que prend tout son sens le « phénomène partisan » qui lui-même est seul à pouvoir nous donner la clé d’une véritable compréhension duterrorisme actuel générant ce qu’on a pu appeler« la guerre chaude » (Chapitre II).  Ajoutons une dernière remarque introductive. Dans cet essai, nous voulions, au départ, exclure toute référence au Christianisme, estimant que nous en avions suffisamment parlé dans nos deux précédents ouvrages sur Girard, et satisfaire ainsi pas mal de gens qui sont allergiques au Christianisme, qui, à la seule évocation de son nom, sortent immédiatement leur révolver (et pas pour les bonnes raisons !). Ce « sot projet» s’est révélé impossible à tenir puisque, dans chacun des trois chapitres qui nous ont conduit de la conception classique de la guerre au terrorisme,il s’est avéré quele Christianisme occupait toujours la place finale, la place décisive.