//img.uscri.be/pth/4988b559ca8b13a242839601b8f145fcda75ebee
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Histoire des idées politiques

De
208 pages
Toutes les notions présentées dans ce livre, sur la liberté politique, la séparation des pouvoirs et les tyrannies, inspirées des sources de l'Antiquité jusqu'à celles de l'avènement du monde moderne avec le siècle des lumières, peuvent utilement agrémenter la réflexion politique africaine au moment où l'Afrique s'interroge sur l'avenir politique de ses Etats et sur la place et le rôle que doivent y assumer les citoyens.
Voir plus Voir moins

HISTOIRE DES IDÉES POLITIQUES
De Platon à Rousseau

@ L'HARMAITAN, 5-7, me de l'École-Polytechnique;

2009 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@Wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-09161-0 EAN: 9782296091610

Antoine NGUIDJOL

HISTOIRE DES IDÉES POLITIQUES De Platon à Rousseau

L'HARMATTAN

COLLECTION « PENSÉE AFRICAINE» dirigéepar François Manga-Akoa
En ce début du XXIe siècle, les sociétés africaines sont secouées par une crise des fondements. Elle met en cause tous les secteurs de la vie. Les structures économiques, les institutions politiques tels que les Etats et les partis politiques, la cellule fondamentale de la société qu'est la famille, les valeurs et les normes socioculturelles s'effondrent. La crise qui les traverse les met en cause et au défi de rendre compte de leur raison d'être aujourd'hui. L'histoire des civilisations nous fait constater que c'est en période de crise que les peuples donnent et expriment le meilleur d'euxmêmes afin de contrer la disparition, la mort et le néant qui les menacent. Pour relever ce défi dont l'enjeu est la vie et la nécessité d'ouvrir de nouveaux horizons aux peuples africains, la Collection «PENSEE AFRICAINE» participe à la quête et à la création du sens pour fonder de nouveaux espaces institutionnels de vie africaine.

I. LES IDEES POLITIQUES DANS LA GRECE ANTIQUE

La fonnation

de la cité

Une forme originale de la politique se constitue au VIème siècle avant J.-c. dans un contexte où les royautés de type féodal exercent une autorité politique, religieuse et économique sur un peuple d'agriculteurs, d'artisans et de pêcheurs. Durant toute cette période, des conflits incessants vont déchirer d'une part les grandes familles entre elles et, d'autre part, celles-ci et les populations des campagnes. Pour y mettre un terme, les parties conviennent de demander à une personnalité connue pour sa sagesse et son désintéressement d'établir les règles du jeu social. De là naîtront les "législateurs" dont Dracon et Solon seront les figures emblématiques.
Les législateurs grecs n'ont pas tant voulu instituer une constitution qu'énoncer des principes fondamentaux, souvent connus de tous, qui précisent cependant la stricte participation de chacun à la gestion de la ville, les instances auxquelles reviennent les décisions, l'arbitrage des conflits privés et la punition des crimes et des délits. Aux règles coutumières variées et parfois arbitraires substituent des textes clairs et publics: ce sont les lois. se

La notion de loi est très importante pour l'homme Elle est la marque de la civilisation, la preuve, s'il en que désormais l'individu peut vivre sous le régime raison, comme les dieux, et bénéficier par conséquent même sagesse et de la même félicité. L'agonie de Paristocratie athénienne

grec. était, de la de la

La disparition de l'aristocratie athénienne s'amorce dès l'époque classique du fait de l'accroissement de la population des villes et, par extension, de la concurrence des métèques enrichis par le commerce et l'artisanat. L'ascension politique de ces derniers doit aussi, dans une certaine mesure, à la rivalité acharnée que se livrent les Eupatridesl, ce qui pousse certains d'entre eux à solliciter l'appui des classes inférieures et à contribuer indirectement à leur prise de conscience politique. C'est donc: « au cours du VIèrnc siècle que disparaissent, dans un grand nombre de cités grecques les vieilles constitutions fondées sur le régime aristocratique et le principe de la solidarité familiale, et que triomphe une législation nouvelle mieux adaptée à la situation de fait. Cette évolution [...] a eu pour principale étape une forme de gouvernement originale: c'est la tyrannie.» Gean Hetzfeld, Histoire de la Grèce antique, Payot, Paris, 2002, p. 113) Etrange modernité que l'instauration de la tyrannie si l'on se fie au sens que nous lui accordons aujourd'hui2. Historiquement
VIèmc siècle avant

J.-c.

donc,

la tyrannie
une expérience

est dans la Grèce
politique

du

nouvelle.

Elle n'implique, au début, aucune idée de domination oppressive et arbitraire. Le mot tyrannie fait simplement référence au pouvoir d'un seul homme découlant non de
1 Les Eupatrides représentent les populations autochtones, les « bien nés », et, par extension, les nobles Athéniens. 2 C'est que l'on confond généralement la tyrannie classique avec le despotisme. Mais les mots ont une histoire qui les éclaire et à laquelle il est souvent utile de se référer.

8

l'hérédité ou du droit divin, mais du prestige personnel, conjugué avec la faveur du petit peuple et le soutien d'une force militaire efficace. Paradoxalement, si la tyrannie a un ennemi au début, ce n'est pas le peuple, mais les grandes familles qui monopolisent le pouvoir politique et économique. En effet, la plupart des tyrans doivent leur pouvoir à l'assentiment du petit peuple, c'est-à-dire à la majorité. On comprend dès lors pourquoi à cette époque la tyrannie et l'égalité formelle ne sont pas des notions antinomiques. A titre d'exemple, Pisistrate est le premier tyran d'Athènes. Pourtant il accède au pouvoir en s'opposant au parti aristocratique et en s'appuyant sur le petit peuple à qui il donne des droits politiques et de nouvelles opportunités économiques grâce à une réforme agraire ambitieuse et à l'instauration d'une caisse de crédit agricole. Ceci n'est guère étonnant car Pisistrate fut, avant son accession au pouvoir, le chef de fIle des Diacriens ; un parti essentiellement composé d'ouvriers agricoles auxquels se joignirent peu à peu de nombreux mécontents, des créanciers lésés par la législation de Solon et parfois des citoyens d'origine douteuse3. La situation fut exactement la même dans les colonies grecques du sud de l'Italie où la plupart des dirigeants étaient à la fois des tyrans mais aussi d'ardents défenseurs de la

constitution démocratique. Même le très décrié Denys 1er
(voir Platon, Lettre VII), qui régna sur Syracuse pendant trente huit ans, fut aussi un ardent défenseur de la paix, de la stabilité régionale, des institutions et du peuple: «Ennemi des riches, il confIsque leurs biens et libère les esclaves. [Même si] ce geste doit être interprété [...] comme un moyen de s'assurer une majorité à l'Assemblée en créant de
3

A une époque où la citoyenneté n'était pas accessible à tous et où le nombre des citoyens était largement inférieur à celui des métèques et des esclaves. 9

«nouveaux citoyens », ou de constituer une masse de manœuvre en cas de danger. [...]. Denys 1er est donc un tyran
« populaire », dans la mesure où il ne porte aucun titre précis (d'ailleurs les monnaies qu'il bat ne portent ni son nom ni son effigie), continue de convoquer l'Assemblée et laisse subsister les Magistratures.» (Luc Brisson, Platon Lettres, introduction, p. 44) Ainsi donc, «Les tyrans du Vlème siècle, même lorsqu'ils appartiennent à des familles aristocratiques, sont en principe les défenseurs des droits du peuple; c'est le peuple qui leur confère au début les pouvoirs extraordinaires [...]. Plusieurs d'entre eux créent ou maintiennent des constitutions démocratiques, [...] assurent Ue] développement économique embellissement [de la cité]. La tyrannie à et contribuent à U'] ses débuts est pour les cités grecques une époque de prospérité et de splendeur [...]. Aussi ne faut-il pas s'étonner de rencontrer cette forme de gouvernement dans les pays où l'hellénisme est le plus entreprenant et ami des nouveautés. En Asie Mineure, dès le début du Vlème siècle, Thrasybule est tyran de Milet, Pythagoras celui d'Ephèse, Pittacos à Mitylène, Polycrate à Samos... » Oean Hetzfeld, op. cit.)

Pisistrate, le tyran, le stratège grandeur d~thènes

et le fondateur

de la

Pisistrate, né vers -600, 1cr tyran athénien et réformateur ; il peut être considéré comme ayant assuré les bases militaires et fmancières de l'impérialisme athénien. «Précurseur des stratèges du Vèmc siècle, il eut le mérite de comprendre que l'avenir de sa patrie était sur la mer. [...]. Il est probable que ce fut Pisistrate qui assura à la marine athénienne la libre navigation du golfe saronique, en s'emparant [...] de l'île de Salamine. ». (Ibid. p.126) Salamine qui, dans la mémoire des Athéniens restera le lieu mythique où la démocratie triompha défmitivement de l'oppression.

10

Par son œuvre politique intérieure, Pisistrate prépara l'arrivée de la démocratie en mettant définitivement fin à la domination politique de l'aristocratie, et en assurant la domination militaire et commerciale d'Athènes en mer Egée. C'est lui qui pérennisa l'approvisionnement vital d'Athènes en blé4, une assurance qui permit longtemps à celle-ci de résister efficacement à de nombreuses tentatives de siège. «Pisistrate [...] comprit l'importance du ravitaillement en blé pour une cité qui grandissait sur un sol peu fertile, et où une portion sans cesse croissante de la population se tournait vers le commerce, l'industrie et la marine: c'est pourquoi il voulut lui assurer la libre communication avec les terres à blé de la mer noire par des établissements5 aux Dardanelles. » (Ibid. p.127) A l'actif de Pisistrate aussi le contrôle du commerce en mer Egée, de l'important centre commercial et religieux de
4

Sur le caractère vital du commercedu blé pour Athènes, il faut noter que la

consommation du blé tenait une place essentielle dans l'alimentation des Athéniens. Depuis toujours, la production de blé n'ajamais suffi à couvrir les besoins de la ville, même si cette dernière possédait deux plaines fertiles, celle du Pédion et celle d'Eleusis où Déméter est supposé avoir révélé les mystères de l'agriculture aux hommes. L'agriculture athénienne marquée par la trilogie blé - olivier vigne a toujours accusé un déficit en matière de production céréalière. D'où l'urgence de maintenir un ravitaillement extérieur: de Béotie, d'Italie du sud ou des rives du Pont Euxin, compte tenu des conditions géographiques particulières marquées par la prédominance de montagnes et de rochers. 5 Le tenne « établissements» athéniens renvoie aux clérouquies. Une clérouquie, c'était un groupement de citoyens, à qui l'on confiait un morceau de territoire, le klèros, confisqué à une cité étrangère pour sa mise en valeur. La clérouquie se distinguait de la colonie du fait qu'elle était juridiquement un prolongement de la cité d'origine en territoire étranger. C'était comme une sorte de garnison athénienne pennanente. Quant à la colonie sa différence essentielle avec la clérouquie portait sur le fait que la première était d'office autonome. La colonie était avant tout une cité à part entière qui pouvait cependant garder des liens politiques et culturels avec la cité d'origine. Mais ce n'était absolument pas indispensable comme le montrent les cas d'Epidamme, de Corcyre et de Corinthe qui, nonobstant le fait d'être les colonies des uns et des autres, furent de redoutables rivaux et les principaux facteurs déclencheurs de la guerre du Péloponnèse.

-

11

Délos, l'acquisition de colonies dans les Cyclades, l'installation de son ami Lygdamis comme tyran de Naxos. Sur le plan intérieur, Pisistrate est l'instigateur d'une vaste réforme politique et sociale qui prolonge l'œuvre de Solon, notamment avec la création de tribunaux ambulants. Il s'attaque aux privilèges des riches, résout la question agraire, favorise l'industrie et le commerce maritime: «A l'intérieur, Pisistrate [...] se contenta d'une réforme électorale qui, supprimant le tirage au sort dans la désignation des archontes6, lui assura chaque année dans ce collège des places pour lui et ses parents et amis; cette situation lui permit de prendre des mesures destinées à consolider la paix civile et à favoriser la prospérité de l'Attique. Il avait le sentiment très juste qu'une classe paysanne contente de son sort était, dans un pays encore foncièrement agricole, la meilleure des garanties contre les révolutions. Deux créations habiles furent destinées à la satisfaire: d'abord celle d'une sorte de caisse de crédit agricole, avançant aux petits propriétaires les fonds nécessaires pour [...] améliorer leur matériel; ensuite, l'institution de tribunaux ambulants, pour éviter aux paysans ces voyages à la ville qui, dans aucun pays, ne rendent la justice aimable aux cultivateurs. » (Ibid.) Enftn, Pisistrate réforma l'armée et dota Athènes d'une flotte puissante grâce aux subsides tirées de l'exploitation des mines d'or du Pangée et du Laurion. A sa mort en -527, il légua à son fùs Hippias une Athènes puissante et prospère

6

Le terme archonte sert à désigner l'un des magistrats de la cité et renvoie à la hiérarchie politique ancienne dont les pouvoirs furent fortement diminués après la réforme de Clisthène. Il y avait trois archontes dans une cité et cette division correspondait aux trois pouvoirs de l'époque: l'archonte éponyme était le vrai chef de la cité; le fait que l'année au cours de laquelle il exerçait le pouvoir portait son nom était une symbolique très forte; l'archonte-roi présidait le tribunal de l'aréopage et présidait les fêtes religieuses; et l'archonte polémarque qui était le commandant de l'armée. Le pouvoir de ce dernier allait connaître une restriction sensible au bénéfice des stratèges, dont Périclès. 12

qui plus est à la tête d'une fédération puissante, la ligue de Délos. La mort de Pisistrate en Attique et Je début de Pagitation politique

Les fils de Pisistrate se partagèrent le pouvoir à la mort de ce demier. Le pouvoir politique et l'administration revinrent à Hippias, le pouvoir religieux, les beaux-arts et la littérature à son cadet Hipparque. La prospérité et la stabilité politique instaurées par Pisistrate durèrent jusqu'à la conspiration d'Harmodios et d'Aristogiton: «Par suite d'une fausse manœuvre, ce fut l'inoffensif Hipparque qui fut assassiné; Hippias, le véritable détenteur du pouvoir survécut. Comme on peut penser, le danger lui aigrit le caractère; il devint un despote violent et soupçonneux [...]. Les Alcméonides, expulsés depuis l'affaire de Cylon, sentirent que le moment était venu de rentrer à Athènes. » cr. Hetzfeld, op. cit.) Une première tentative de pénétrer en Attique échoua, ce qui contraignit les Alcméonides à faire appel à Sparte. «Les trente années qui suivirent sont remplies de luttes: les Eupatrides essayent de défendre leurs anciens privilèges [...] tandis que les petites gens, journaliers des campagnes et ouvriers de la ville, de plus en plus nombreux et de plus en plus remuants, tentent de prendre part au gouvernement de la cité? En - 560, trois partis étaient en présence: celui des nobles, recrutés parmi les propriétaires de la plaine athénienne (pédiens) ; celui du juste milieu composé surtout de bourgeois aisés et de commerçants, en particulier ceux qui habitent les petits ports (paraliens); enftn celui des démocrates, où ftguraient surtout les pâtres, et ouvriers agricoles employés dans les grands domaines (Diacria) [...] mais auxquels se joignit bientôt toute une population de
7

L'histoire de l'Hellade ne fut jamais homogène. Tout en tenant compte de quelques modifications de surface, elle était encore celle qu'Hésiode avait décrit deux siècles plus tôt: une tension extrême entre la ville et la campagne; entre l'aristocratie et les masses paysannes. 13

mécontents, créanciers lésés par la législation de Solon, citoyens d'origine douteuse. Chacune de ces factions était [...] dirigée par un Aristocrate; les Pédiens avaient pour chef Lycurgue; les Paraliens, Mégalès de la grande famille des Alcméonides; les Diacriens Pisistrate. » (Ibid. p. 124-125) La chute d'Hippias et Pavènement de Clisthène

Clisthène, réformateur -570, accède au pouvoir ses alliés Spartiates.

et homme politique athénien né en après qu'Hippias ait été lâché par

De retour de Delphes où il s'était exilé après la brouille avec Hippias, Clisthène affronta Isagoras que les Spartiates venaient de porter au pouvoir en remplacement d'Hippias. Mais ce dernier ne put s'imposer. De plus, le parti aristocratique était en proie à de graves dissensions internes: « L'agitation qui, depuis l'expulsion d'Hippias, se remarquait dans le parti aristocratique, donna à Clisthène l'occasion de proposer aux Athéniens d'importants changements constitutionnels. [...]. Clisthène remplaça les quatre vieilles tribus ioniennes par dix tribus d'un caractère tout à fait artificielli, qui n'étaient plus elles-mêmes des circonscriptions locales, mais qui comprenaient chacune trois « trittyes », c'est-à-dire des portions de territoire situées l'une dans la ville ou ses faubourgs immédiats, la deuxième sur la côte, la troisième à l'intérieur [.. .]. Dans cette organisation nouvelle, l'esprit régionaliste qui avait amené Pisistrate au pouvoir était condamné à disparaître; d'autre part, perdus dans la masse des citoyens qu'accroissait l'admission dans la cité
8

Le synoecismeest cette technique de l'aménagement du territoire inventée

par Clisthène consistant à regrouper les «maisons», c'est-à-dire les villages de manière à constituer des entités territoriales nouvelles composées chacune de parties de la côte (paralia), de la ville (astu) et de la campagne (mésogéia). Le synoecisme est donc la formation d'une seule communauté politique faite de plusieurs bourgades qui «décident d'habiter ensemble» sans qu'il y ait besoin d'un transfert de population. La nouvelle cité, désormais constituée d'un seul corps civique, se dote d'une assemblée du peuple, d'un conseil permanent et de magistratures. 14

d'étrangers, d'affranchis groupements, fatnilles, centres de conspiration périmé, ne devaient plus associations paroissiales religieux. Les dix tribus conseil de 500 membres Boulè). » (Ibid. p. 129-130)

et d'esclaves [...] les anciens phratries, tribus aristocratiques, et soutiens d'un droit archaïque et subsister que comme d'inoffensives d'un caractère essentiellement servirent de base à la création du élus à raison de 50 par tribu (la

En somme, la réforme de -508 ruina à tout jamais l'ancienne répartition politique reposant sur la richesse et l'origine familiale au profit d'une nouvelle répartition territoriale. L'Attique était désormais composée de la ville, de la côte et de l'intérieur, chaque partie du territoire étant à son tour composée de dix dèmes ou cantonspar lesquels se définissait désormais la citoyenneté athénienne. Les dèmes eux-mêmes se réunissaient en trittyes ou districts,et ces derniers en tribus. La réunion des tribus formait la cité. Clisthène fut donc le premier à inaugurer la répartition politique du territoire en cantons- districts - tribus auxquels correspondaient des Assembléesparticulières. La résistance Clisthène du parti aristocratique aux réfonnes de

Il est naturel que le parti aristocratique ne se soit pas laissé dicter un nouvel ordre politique sans réagir. Et même si Clisthène ne put instaurer une constitution radicalement démocratique à l'image de celles qui verront le jour au Vème siècle avant J .-c. - parce que les grandes magistratures civiles et militaires restaient encore aux mains des quatre classes censitaires - il n'en reste pas moins que les aristocrates s'inquiétaient de voir leurs anciens privilèges et leur autorité s'amenuiser. En réaction, ils fomentèrent un coup d'Etat, aussitôt soutenu par Cléomène, l'un des rois de Sparte.

15

« Le parti aristocratique s'inquiétait de ces restrictions successives apportées à son prestige et à son autorité. Il se prépara à la résistance. Il trouva un appui assez inattendu [...] chez l'un des rois de Sparte, Cléomène qui, à la tête d'une petite armée, entra en Attique, s'installa sur l'Acropole et exigea le départ de Clisthène. » (Ibid. p.130). Mais le coup de force échoua lamentablement. Cléomène fut militairement contraint de quitter l'Acropole. Clisthène reprit le pouvoir. Sa réforme politique put ainsi voir le jour. Thémistocle athénienne et la création de la marine de guerre

Thémistocle fut le premier à comprendre que malgré la bravoure de ses marins et la configuration géographique de ses côtes qui mettait la ville théoriquement à l'abri des menaces, Athènes restait toujours vulnérable du côté de la mer. Et bien qu'il soit né d'une famille de commerçants sans grande culture ni fortune, Thémistocle concentrait en lui les qualités essentielles de l'homme d'Etat. Il possédait notamment le don de prévision de l'avenir et une capacité rapide de décision et d'improvisation. Déjà bien avant la bataille de Marathon qui signa la première grande victoire des Grecs sur les Perses, il avait repris les grands projets de Pisistrate, notamment les grands travaux d'aménagement du port du Pirée. Lorsqu'on découvrit en - 485 les gisements d'argent de Maronnée, le mérite revint à Thémistocle de faire voter par l'Assemblée que cette manne financière fut intégralement affectée à la création d'une véritable marine de guerre. Décision qui s'avéra décisive pour Athènes lors de la bataille de Salamine9.

9Qui libéra définitivement Athènes de toute intervention perse en Attique. La marine de guerre athénienne eut aussi un rôle décisif dans la première partie de la guerre du Péloponnèse. 16

Cimonl°, leader du parti impérialiste le plus populaire d~thènes

devenu le stratège

Le jeune Cimon s'était imposé comme le leader incontesté d'Athènes; au grand dam des protestations du vieux Thémistocle qui n'eut de cesse d'alerter les Athéniens sur les dangers découlant de l'approbation de la politique expansionniste que souhaitait Cimon. Mais ce dernier auréolé de ses victoires sur les Perses sur les côtes de Pamphylie en -468, du passé glorieux de son père Miltiade, vainqueur de la bataille de Marathon, de sa richesse et de sa générosité - n'avait plus aucun rival politique à sa taille. «Thémistocle, qui essaya de s'opposer à ce courant, y perdit son prestige; non content de se débarrasser de lui par l'ostracisme (en -472), ses adversaires profitèrent de son absence pour monter contre lui une accusation destinée à réussir dans une cité où le nationalisme était exacerbé [...]. On prétendit qu'il entretenait, ainsi que Pausanias [...] des rapports avec la cour de Suse; des racontars absurdes [...] le représentèrent négociant secrètement avec Xerxès dès le lendemain de Salamine. Pausanias fut mis à mort; Thémistocle dut quitter la Grèce et se réfugier en Asie Mineure. [...]. Son départ laissa le champ libre à ses adversaires. » (J. Hetzfeld, op. cit. p. 185) La politique de Cimon, dans laquelle la cupidité financière et matérielle se conjuguait parfaitement avec l'esprit expansionniste, inquiéta bientôt les alliés d'Athènes. En Thrace, les populations locales massacrèrent par dépit les forces athéniennes envoyées pour s'approprier les richesses minières de Maronnée. Et Thasos, en désaccord avec la mainmise athénienne sur une région qu'elle fut la seule à exploiter, décida en guise de protestation, de quitter la confédération. En réaction, les forces athéniennes l'assiégèrent par la mer et la contraignirent à livrer ses
10Cimon est le fils du Général athénien Miltiade, le vainqueur de Marathon. 17

vaisseaux et à lui payer un tribut. Quant à Naxos, d'alliée au départ, les Athéniens ne tardèrent pas à en faire une sujette devant lui payer un tribut: « Ainsi se modifiait peu à peu la nature de la confédération athénienne. Elle devenait un Empire dont Athènes prenait la tête. Bien des cités durent subir le sort de Naxos et de Thasos, les uns contre leur gré, les autres par leur faute, trop heureuses de se libérer de toute obligation militaire et de s'en remettre à la flotte athénienne pour la protection de la mer Egée. » (Ibid.) Périclès: Phéritage d'un empire en crise avec ses aUiés

L'expérience politique athénienne la plus notable - à laquelle de plus en plus de peuples aspirent encore aujourd'hui reste l'instauration de la démocratie. Expérience paradoxale en ces temps où la citoyenneté faisait bon ménage avec l'esclavage. Quoiqu'il en soit, la qualité de citoyen a été étendue à tous les mâles nés athéniens. Elle leur assure ainsi l'égalité devant la loi (isonomia) et l'accès aux magistratures. L'assemblée populaire y est le pouvoir suprême, une sorte de parlement qui prend souverainement ses décisions, adopte les décrets, élit les magistrats chargés du pouvoir exécutif, et désigne les membres des chambres de justice. Tous les citoyens en sont d'office les membres et ont le même droit à la parole. Cette organisation politique bien étrange pour l'époque fonctionna si bien qu'en quelques années Athènes devint une cité florissante dotée d'une puissance maritime qui sera à l'origine de l'impérialisme athénien et, malheureusement aussi, à celle de la décadence de la cité: "Pour comprendre le caractère mouvementé de cette période, il faut remonter à la fm des guerres médiques. Après la victoire de Salamine, Thémistocle fut convaincu que la force d'Athènes serait à l'avenir essentiellement maritime. Athènes fortifia ses enceintes (celles de la ville, celles du Pirée) et se construisit

18

une flotte considérable. Sparte et Corinthe, les deux grandes cités dont la puissance aurait pu être comparée à celle d'Athènes, laissèrent faire. Athènes eut vers 476l'initiative de la création de la ligue de Délos, qui groupa les principales cités de la mer Egée. Cette ligue fut en fait l'instrument de l'impérialisme athénien, elle servit surtout à payer la flotte d'Athènes, et devait contribuer à étendre et développer les réalisations politiques et sociales de la démocratie. Le rêve oriental de Cimon, en Egypte notamment, s'était terminé dans un bain de sang; ce qui contraignait son successeur Périclès à devoir réorienter la politique extérieure d'Athènes vers la stabilisation de la confédération; car déjà la Béotie, après avoir affronté les troupes athéniennes à Chéronée en - 447, avait reconstitué sa propre ligue ; tandis que Mégare et l'Eubée entraient en insurrection contre Athènes. Pour se donner du temps, Périclès proposa habilement une convention de paix valable pour trente ans à Spartel1 qui commençait elle aussi à s'inquiéter de l'impérialisme athénien. Par cette convention, Athènes renonçait à toute prétention sur Mégare et sur le Péloponnèse.
LA GUERRE DU PELOPONNESE

Cette «grande» guerre12 commence dispute territoriale entre deux voisins13. Epidamme demande à

par une banale

dont le territoire est envahi par les Illyriens Corcyre de l'aider à s'en débarrasser

11

Sparte apparaît au Vèmesiècle avant J.-C. comme une cité brillante et

puissante face aux Perses et comme la première rivale de l'Etat athénien avec lequel eUe livrera une guerre longue de 27 ans (de -43 I à -404). 12Qui ne laisse aucunement augurer d'une conflagration générale. 13 Ce d'autant plus que Sparte fut lente à s'émouvoir de l'importance stratégique que prenait Athènes, et notamment de sa singulière tendance à s'immiscer dans les affaires intérieures des cités voisines. 19

militairement. Mais Corcyre n'y prête aucune attention 14. Désemparée, Epidamme se tourne vers Corinthe qui s'empresse de l'aider, trouvant là l'occasion de protester vigoureusement contre la concurrence économique que Corcyre lui mène dans la mer Adriatique. Les Corinthiens envoient donc une escadre aux Epidammiens. Mais la bataille qui s'engage se solde par la victoire des Corcyréens. Pour se venger de l'humiliation, les corinthiens se préparent à une attaque de plus grande envergure. Les corcyréens apeurés se tournent alors vers Athènes. L'Assemblée athénienne, présidée par Périclès accorde son soutien. Les corinthiens interprètent le vote de l'Assemblée athénienne comme une rupture de la convention de paix de trente ans et sollicitent à leur tour l'engagement militaire de Sparte à leurs côtés. Les Spartiates hésitent, mais un autre événement vient bientôt envenimer la situation: « peu de temps après [...] un décret athénien ordonne à Potidée en Chalcidique, ville de la confédération, mais ancienne colonie corinthienne restée en rapport avec sa métropole, de raser ses fortifications, de donner des otages, et de chasser les magistrats que Corinthe y envoyait chaque année. En même temps, Athènes décidait l'envoi d'une escadre et d'un corps de débarquement de deux mille hommes [...]. Corinthe envoyait deux mille hommes de

secours [...]. Cette fois les hostilités étaient directes.»
Hetzfeld, histoire de la Grèce ancienne, p. 243-244)

cr

Corinthe vole au secours de Potidée, tandis que Sparte envahit l'Attique en -431 comme le stipule un accord secret.

14 La véritable raison, raconte Hérodote, c'est que les démocrates épidammiens avaient eu la malheureuse idée d'ostraciser les aristocrates de leur pays. Ces derniers ayant trouvé refuge en Illyrie voisine venaient semer de graves troubles dans leur pays d'origine, ce que les démocrates épidammiens supportaient de moins en moins. Aussi décidèrent-ils d'en finir en lançant une offensive militaire à laquelle ils demandèrent à Corcyre de s'associer. Mais Corcyre refusa son aide.

20