La Voie pauvre de la rébellion

De
Publié par

Il est juste de se rebeller ; la révolte est toujours justifiée. Ainsi commence la science réelle: qui magnifie le cri (du) Pauvre. Science réelle de la rébellion permanente qui affronterait, sans faux-fuyants, l'impasse éco-Nomique, l'aporie du réalisme des jeux de la maîtrise éco-nomique. Cette éthique réelle pour la cause du Pauvre devra donc prendre la voie périlleuse de la critique du monde éco-nomisé, afin de montrer l'essence criminelle de ce monde mortel (qui assassine le pauvre en toute indifférence).
Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 309
Tags :
EAN13 : 9782296425125
Nombre de pages : 223
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA VOIE PAUVRE DE LA REBELLION

Nous, les sans-philosophie
Collection dirigée par Ray Brassier, Gilles Grelet et François Laruelle

L'appel constant à la philosophie, à sa défense, à sa dignité, ne peut faire oublier qu'elle-même appelle les humains à se ranger à l'ordre du Monde, à se rendre conformes à ses fins, bonheur, intelligence, dialogue et correction. Nous, les sans-philosophie, ne participons pas de cette entreprise de mondanisation : nous cherchons une discipline de rébellion à la philosophie et au monde dont la philosophie est la forme étemitaire, pas un remaniement de plus ou un simple doute sur leurs valeurs et leurs vérités. Nous sommes en attente d'une seule régularisation: celle du « génie », par la méthode. Plutôt que les propriétaires de la pensée, nous sommes les prolétaires de la théorie, en lutte avec la suffisance des maîtres-philosophes. Qu'on la dise gnostique, matérialiste, non-philosophique, théoriste, seule importe sa puissance de désaliénation, c'est-àdire d'invention. TI y a de la philosophie, mais la philosophie n'est pas (réelle). Nous, les sans-philosophie, faisons acte d'ultimatum.

JACQUES FRADIN

LA VOIE PAUVRE DE LA REBELLION

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytec1mique

; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie Këmyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Harmattan Kinshasa L'Harmattan Italia L'Harmattan Burkina Faso Fac. .des Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa RDC Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

-

www.librairieharmattan.com Harmattan! @wanadoo.fr diffusion.harmattan @wanadoo.fr (Ç)L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9834-9 EAN : 9782747598347

La Voie Pauvre de la Rébellion Préambule de la science radicale des pauvres. (plan)
Quelques remarques pour commencer. Pour la cause (de la rébellion) des sujets de dernière classe (prolétaires).

o -

Non-philosophie, implications.

non-marxisme

(de F.

Laruelle)

&

premières

0.1 - Éléments de la non-philosophie (de F. Lamelle). 0.2 - Le non-marxisme (de F. Lamelle). 0.3 - L'éthique de l'Étranger. Pratique & éthique. 0.4 - Première implication: la non-économie, de la non-philosophie au non-marxIsme. Vers la science radicale non-éco-nomique : au delà des équilibres, dépense & gaspillage; hyperdynamique historiale hors de l'équilibre. Non-éco-nomique non-marxiste: hasard & chaos. L'économie technologique comme aporie. Programme de la nonéco-nomie non-marxiste. 0.5 - Deuxième implication: identité de l'éco-nomique & du capitalisme. Il n'y a pas d'éco-nomie non capitaliste; le non-capitalisme est la non-éco-nomique; au delà de l'ordre stable et du systématique. Le capitalisme est l'essai d'instaurer une domination économique; c'est-à-dire de contrôler l'historiaI et de le réduire à l'Histoire. Faire Histoire. Contrôle du temps et contrôle du temps de travail; l'invention du travail. La marchandisation illimitée. Globalisation de l'éco-nomique et domination du métaphysique. Identité de l'éco-nomique & du philosophique (métaphysique). 0.6 - Retours & Détours (a): L'anti-économique formulée en termes d'histoire économique (d'analytique historiale de l'économie-monde). 0.7 - Retours & Détours (b): une formulation simplifiée de la science radicale unifiée: l'analytique historiale du monde éco-nomique.

Introduction:

quelques remarques pour commencer.

La théorie des humiliés. Quand faut-il regarder le monde avec la vision des vaincus? Quand faut-il adopter le point de vue indocte ou ignoble du pauvre? Quand faut-il laisser s'amplifier les ondes des cris, des larmes, du sang & des imprécations? Quand faut-il se laisser porter par la souffrance muette, en souffrance, et qui cherche sa voix? Ne suffit-il point que les théories des misérables, tout du long de l'histoire, qui est histoire de crimes, qui est histoire de pillages (sans cesse renouvelés & modernisés), qui est l'histoire de la richesse, ne suffit-il point que les théories (des) pauvres viennent exiger de rendre compte & de rendre justice? C'est parce que le pauvre exige qu'il soit rendu compte, que soit dressé l'acte de la grande comptabilité interminable des meurtres du despotisme écoNomique, c'est pour la cause des vaincus que la science doit retrouver sa puissance critique, identiquement éthique ou démocratique. L'immense défilé des vaincus exige l'inscription sur le Livre (du) Pauvre & appelle à l'imprécation scientifique. Voilà l'Homme, dont la science n'est que le porte-parole, le porte-parole de ceux qui sont sans voix: l'indien exterminé, l'esclave africain, le déporté colonial (des chemins de fer des océans de sang), le bagnard des moulins sataniques, l'opprimé exténué qui ne peut même plus donner de la voix. L'immense stèle que doit graver la science des pauvres. La science qui (d)énonce : quel est le prix de la richesse? Combien de rêves (de vie) l'idole écoN omique a-t-elle sacrifié, sacrifie-t-elle chaque instant, sacrifiera-t-elle? Axiome: le droit à la vie institue la valeur absolue de chaque homme, chaque homme ayant droit inconditionnellement à une vie digne, à une vie humaine respectée; chaque homme étant égal à tout autre car de grandeur infmie. Commentaire: chaque homme a droit au refus essentiel d'être décompté (dans le livre comptable des écoNomistes) : refus d'être comptabilisé, inscrit en compte, soupesé, refus d'être comparé, divisé, séparé, démembré... dignité, respect, valeur infinie, refus d'être pris en compte & "laissé pour compte", tels sont les "droits humains essentiels". IL NE SERA PAS COMPTÉ SUR L'HOMME. Définition: toute atteinte à ce principe axiologique ("droits humains essentiels") est criminelle. Commentaire: il n'est de pire crime [le tissage de l'histoire] que la logorrhée comptable ["le calcul rationnel"] : PPBS, RCB, analyse coûts-avantages, rational regulation, etc. Ie Zyklon écoNomiste.

Conséquence: l'écoNomie est criminelle et l'écoNomiste (le régulateur) un assassin utilitariste; le compte de l'homme (son règlement de compte) est l'opération criminelle qui institue l'écoNomie-Monde-Mal. [Source: Horkheimer-Adorno, la dialectique de la raison: les biens culturels sont des documents de barbarie.] Démonstration: (par l'absurde): (a) le Mal écoNomiste, le mal-heur (l'histoire écoNomique) des humains, n'est pas mesurable ni échangeable; la souffrance ne peut être objet de compensation (comptable écoNomiste) - elle ne peut qu'être objet de rédemption (restitutio omnium); (b) voilà pourquoi l'écoNomie qui mesure, échange, compense, en bonne certitude utilitariste, est immédiatement et forclusion du malheur, éradication hors de l'histoire, et instantanément criminelle, réaliste; compter sur l'homme est dénier sa valeur infinie, et l'écoNomie, qui détermine la valeur réaliste, extermine le laissé-pourcompte; quel bonheur, quelle histoire de puissance, le passif annulé, l'activité renforcée, disparaissez canailles! laissez passer, circulez, évacuez l'ordre de justice (le sans mesure), éradiquez les exclus, les vaincus, les parias, les chômeurs, les pauvres, les cohortes esclaves de 1'histoire des vaincus. Walter Benjamin, Thèse vm sur l'histoire, in Michael L6wy, Walter Benjamin, avertissement d'incendie,. une lecture des thèses: Sur le concept d'histoire, p. 67 : «La tradition des opprimés nous enseigne que l'état d'exception dans lequel nous vivons est la règle. Il nous faut en venir à une conception de l'histoire qui corresponde à cet état. ». La rébellion contre les autorités & contre l'autoritarisme. Il est juste, il est toujours justifié de se rebeller, de se révolter & d'inciter à la subversion (révolutionnaire) : l'état d'exception dans lequel nous vivons ne peut porter que le nom de dictature (écoNomique) & n'accepte l'alternance qu'enforcée. Il est juste de se révolter; parce qu'ainsi, parce que seulement ainsi, sera respecté l'Homme (ni sujet, ni agent, ni homo œconomicus). Dès que s'affairent les autorités paternalistes (ou patronales) & les nouveaux nobles état-blis (robber barons), le prolétariat, puisqu'il faut renouer avec le plus antique nom de l'Homme ignoble, le sans statut, le désaffilié, est justifié de se rebeller, plus encore induit à la lutte & instruit en force de désistance (résistance à l'insistance criminelle). L'Homme (le) Pauvre remet ainsi le monde en mouvement, dans le chemin réel. Premier moteur, lui-même mobile, source de toute la création, source de toute la richesse (de la mise à mort). «Les jeunes élèves des Muses grandissent pleins d'amour & d'espérances, habités par l'esprit; on les revoit sept ans plus tard errer silencieux & glacés comme les ombres. Ils sont comme un sol qu'un ennemi ensemence de sel pour qu'il n'y pousse plus un épi; et quand ils parlent, malheur à celui qui les comprend

10

et qui, dans le déchaînement de leur puissance meurtrie, ne voit que le combat désespéré mené par leur esprit détruit. » (H51derlin, Hypérion). L'imprécation scientifique (d')énonciation exhume & enlumine l'intenable frustration de celui qui sait que la joie existe et que, pourtant, elle n'aura plus jamais de lieu (Empédocle s'est suicidé). Comment donner de la voix à ceux qui sont privés de la parole? Comment établir le compte (juste) de l'homme (le) pauvre, muet d'horreur ou de colère? Le monde des pauvres. Le monde est une vallée de sang: telle sera l'intuition. Regarder le monde en « vision réelle» : analyser le social-monde, réalisé & si réaliste, depuis le Réel infâme. Analyser: dé-réaliser, déconstruire, plongée phénoménologique de déréalisation (d'abord par la critique maintenue et ensuite par le refus des kollaborations gestionnantes). Observer l'illégalité (des autorités "légales"), la corruption (des chefs), le vol (perpétré par les donneurs de leçons d'éthique pratique), le crime (de tous ceux qui prêchent l'efficacité), envisager cela comme les composants ordinaires du processus normal de la réalisation (en réalité). L'illégalité haute à cocarde & col-blanc-cravate-ordinateur. La criminalité haute, la source de tout profit: la violence légitime & l'autoritarisme indiscutable (il faut partir de ce fait capital que la démocratie n'existe pas dans l'écoNomiet, que l'entre-prise n'est efficace qu'autant qu'elle est despotique et politiquement machiavélique2). Regarder le monde depuis le crime écoNomique (en suivant Edward Bond). Dépasser Nietzsche qui envisage la morale depuis la guerre d'emprise de la colonisation intérieure. Dépasser Foucault qui envisage toujours le droit depuis l'illégalité. Et généraliser tout cela. Voilà le chemin de la non-économie (nonphilosophie ). Envisager le « système monétaire» (l'euro-système) depuis la corruption des paradis financiers (du Luxembourg). Envisager «la-loi» hors du mythe de la loi naturelle (évidemment bienfaisante) ; les dites lois naturelles n'étant que des phantasmes ou, réalisées, des contraintes étho-nomiques cherchant à stabiliser les comportements & constituant donc une pièce de choix dans la Guerre contre l'Homme. Plus généralement, regarder le monde depuis son «envers» infâme; inverser les mythèmes qui collent, subvertir les discours (dits scientifiques) qui font masse (capitale). Pratiquer systématiquement la philosophie critique de
1 Sur ce sujet (du) capital (de 1') autoritaire, commencer par lire Jean-Léon Beauvois, Les illusions libérales, individualisme & pouvoir social,. Petit traité des grandes illusions, PUG, 2005. 2 Sur cet autre sujet complémentaire lire Camille Desmarais, Les lendemains qui mentent,. Peut-on civiliser le management? , Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2001, ou Gérard Layole, Tu seras un chef,. Le management dans l'entreprise, mêmes éditions, 2003. Il

« l'inversion» (à la manière de Nietzsche «retournant» Platon, premIer mouvement de la critique). Prendre au mot le droit; faire de la Déclaration universelle un préalable (à rendre justiciable, effectif - à l'envers des diverses "chartes" européennes qui ne veulent même pas effectuer leur promesse de propagande, la promesse de la réalisation effective des Droits de l'homme en leur intégralité indivisible) ; militer pour l'enforcement de la Déclaration universelle & montrer « que le monde n'en veut pas ». Qui ne veut pas des droits de la Déclaration? Voilà la question centrale qui « inverse» le droit. Qui ne veut pas tenir & enforcer (le principe de) l'indivisibilité des droits humains? Qui «préfère» casser la force universelle (selon l'Homme finalement) & déclarer l'indépendance éco-Nomique? En brisant l'indivisibilité ou l'universalité, contre ce Droit, si mythifié par ceux-là mêmes qui le contournent et l'humilient? Quand le criminel peut-il dire le droit? La criminalité coloniale, la criminalité économique, la criminalité financière, l'escroquerie politique, l'abus de confiance, le délit d'initié, le mensonge avéré, l'abus de biens sociaux, le montage fmancier frauduleux, les fausses écritures, les comptabilités truquées: partout l'hypocrisie (du) monde. La science peut donc commencer par établir la bibliographie illimitée des (d)énonciations de la corruption. Pourquoi faut-il d'abord se tourner vers la « littérature» (rendons hommage à Elfriede Jelinek)? Pourquoi les sciences universitaires sont-elles si mensongères? Comment est-on passé de la puissance libre, de « l'énergie libre », à la force emprise? Parce que seule «l'énergie liée» est utile? Et que le monde est l'ensemble des pièges de force, une immense machination de pouvoir? Parce que, aujourd'hui, l'archipel mercanti (du capitalisme) est la zone auto-constituée soumise au droit des affaires (lex mercatoria) ? L'archipel mercanti (en Europe, par exemple), ayant déclaré son indépendance contre-révolutionnaire (contre la Déclaration universelle postrévolutionnaire), a mis au centre de son nouveau système constitutionnel écoNomique une axiomatique (axio-nomique) comptable; la comptabilité constitue le cœur du système de l'ordre mercanti renouvelé. Arrivent ainsi les normes comptables (style Maastricht) ou les règles propres aux écritures comptables éco-normalisantes. Et les grandeurs comptables ne se réalisent que comme projections des valeurs (nomiques) & par la réglementation méticuleuse (suivant des règles monétaristes) ; toute grandeur social-économique, comptable ou monétaire, est donc & n'est donc qu'un «porte-valeur ». Pas de valeur d'usage sans valeur d'échange: voilà la proposition constituante que la mythonomie mercantie retourne par un procédé orwellien d'inversion novlangue (de propagande) - ce retournement (de propagande) naturalisant constituant un

12

exemple exemplaire de ce monde virtuel du faux, de ce monde (du semblant) des comptabilités truquées (ou de leurs "interprétations" falsifiées) que la philosophie naturaliste tente d'imposer comme labyrinthe où perdre les sens, comme mode du voir & comme cadre de la pensée, prélude de toute réduction subjective. Ainsi les grandeurs comptables (politiques) sont censées être des données naturelles (cachant qu'elles ne peuvent le devenir que par naturalisation, soit dire par colonisation) et sont censées former un ordre social naturel, voire un ordre matériel, irréfragable. Inverser l'inversion de propagande, voilà la première tâche critique. Ramener les ordres à l'Homme ou à l'emprise subjectivisante. Car l'ordre mercanti, établi par une authentique décision philosophique (et donc politique), par un coup de hache nomique, repose sur une définition philosophique, sur une définition préalable de la richesse comme «ce qui compte ». Dé-Finition produisant la ré-duction puis l'ex-termination. Mais la violence constituante de l'évaluation comptable (et de la nomination politique des « laissés pour compte ») est recouverte par le mythe de l'ordre bienfaisant. Mythe que la science radicale doit immédiatement déconstruire. Exproprier les expropriateurs. Que signifie aujourd'hui ce slogan des plus nécessaires? Démasquer les mystificateurs et leurs simulacres, les producteurs du spectacle philosophique, les dépropriateurs, les constructeurs d'agents conformes. La science non-prolétarienne (ou le non-marxisme). Serons-nous jamais assez dévoués à l'Homme, ignoble, misérable, humilié, privé de voix? Et comment serons-nous les fidèles de l'Homme? D'abord par la subversion ou l'imprécation scientifique; puis en prêchant la libération des formes de vie démultipliées, en construisant la science créative artiste (la Poésie) ; puis en remettant en chemin l'utopie de la justice, localement emprise (par l'entre-prise). Se remettre en chemin, la seule méthode, poussés par la puissance si fragile de l'Homme (le) Pauvre: selon le rêve immémorial de justice. Continuer la marche errante de la Communauté de Justice dans la certitude que l'ordre mercanti (et son «grand bond en arrière ») n'est qu'une parenthèse déjà refermée, la parenthèse humaine-trop-humaine du meurtre utilitariste. Selon l'Homme (le) Pauvre, qui nous jette en futur d'utopie, il ne peut être de présent constant ou de présentification stable ou de représentation bien formée3 (la dite représentation populaire étant un simulacre nécessaire pour la tenue de l'ordre écoNomique).
3 La critique heideggéro-derridienne du présent, de la présence (constante), de la présentification & de la représentation (dont la démocratie capitalo-parlementariste est le plus be] exemple métaphysique) est un préalable pour toute philosophie critique préparant à l'antÎphilosophie (ou à la non-philosophie). 13

Ne tenez pas compte de ce présent (de) possession: ne soyez pas des possédés; brisez les charmes des sorcelleries religieuses qui vous relient et font de vous des agents smith ou des tonneaux humiens. Ce moment présent n'est qu'une parenthèse falsifiée ou une impasse mortelle. Il faut recommencer, se remettre à l'œuvre de justice et laisser fleurir la pensée poétique. Tous les hommes pensent et forment, sans union ni unité, sans but ni fin, une immense force de pensée; riche de sa cacophonie rayonnante, sans direction ni harmonie. Mais cela seul est Ouste) selon l'Homme: hors de tout ordre qui sera finalement toujours détruit. Pour la science matérialiste radicale (ou gnostique) il est un Réel radical, ni ultime, ni originaire, ni surtout absolu; Réel cause de la science: l'Homme force de Rébellion, l'homme né rebelle. Qui implique une fidélité décidée (un empirisme supérieur), qui implique de construire la science artiste du point de vue (du) pauvre, de construire la science identiquement éthique ou critique de la richesse mortelle. Parce qu'il n'est pas de "science sociale" objective. Parce qu'il n'est pas d'objet de science, d'objet objectif ou objectaI. Tout objet devant être analysé (critiqué, déconstruit puis dualysé) comme ce que l'Homme met en mouvement permanent (sans objectivité ou stabilité) & comme le fétiche qui sert à tenter de canaliser ce mouvement réel. Aucun objet n'est donc objectif ou fixe ou stable, ne peut être un point fixe pour une technologie sociale qui chercherait à immobiliser la mise en mouvement de la force (du) pauvre. La grande politique non-prolétarienne: de l'éthique généralisée (ou non-éthique). Je cherche en-Homme: voilà la devise universelle. Je cherche pour la cause (du) pauvre, contre l'ordre dominant « démocratique» à majorité comptable pré-normée (comme toute comptabilité). Je cherche pour la démocratie à venir (Derrida) & pour démystifier le despotisme écoNomique s'auto-désignant du nom perverti de «démocratie », démocratie représentative ou bridée. Quand je me tourne et vois, constituant l'horizon, l'anéantissement de l'homme par l'homme, l'errance & l'ire (IrrWeg) européenne, le monde philosofabulé, la sorcellerie de l'imperium cristallin, avec les mages & les magiciens, les rois & les dieux, les philtres & les incantations, le culte de l'empire avec sa magie noire et ses possédés (possédants), ses démons, sa démonomie (plutôt que sa «démocratie») et sa démagogie, je vois encore la longue amphibologie mortelle, le service des anneaux. Ouvrir les cercles: à mon doigt l'anneau s'éveille. Désintégrer les anneaux du pouvoir. Dégeler ce qui bloque & fait état-statique ou structure autoritaire (socialsymbolique conservateur).

14

Mau-Dire toute position politicienne (des politocards) qui ne cherche qu'à « gérer» du rigide, du figé, du mécanique & veut toujours plus de rigide, de figé, de mécanique, d'obéissance et de dévouement perverti. Le parti (du) révolutionnaire est celui qui pousse à libérer la liberté hors des voies nomiques ou écoNomiques (de la liberté du commerce) et milite pour le pluralisme des possibles, pour l'activation du rêve selon l'Homme (il milite pour le nihilisme actif & son ennemi est le réactif). Il peut s'arc-bouter sur la défense intégrale des Droits humains contre les "chartes" frauduleuses octroyées par les élites mercanties. [L'une des multiples tâches de cet ouvrage d'éthique sera de montrer, bien que de manière indirecte, que la seule politique économique compatible avec la Déclaration des droits humains, en son indivisibilité, est la politique dite keynésienne ou néo-caméraliste. L'objectif de la politique keynésienne étant la socialisation puis la destitution de l'écoNomique: priorité à la justice, contre l'efficacité, séparation du travail & du revenu, de la consommation & du pouvoir d'achat, euthanasie des rentiers, dépropriation du propre & de la propriété, etc. Les « services publics» n'étant qu'une méthode ou un chemin possible pour rendre effective la priorité à la justice, la primauté de la distribution sur le comptable écoNomique. Bien entendu la guerre idéologique (cultural war) actuelle contre le keynésianisme & pour un monétarisme constitué (la dite "constitution européenne") est la forme actuelle de la plus vieille Guerre contre les Pauvres. La «science économique », NéoClassique, néo-smithienne, anti-keynésienne, étant une prise de parti corporatiste pour le despotisme (éclairé) des potentats riches, la science radicale anti-économique (possiblement post-keyné sienne, pour commencer par une économie générale) sera une prise de parti en-Réel pour l'Homme (le) Pauvre & la démocratie en-Homme, pour la démocratie illimitée qui s'invente elle-même hors des règlements, sera ainsi une prise de parti pour l'universel, pour le futur d'utopie selon les rêves universels de justice. La science réelle (du) pauvre est le seul ouvrage éthique, car n'est éthique que l'abolition de l'économique. Au contraire l'idée « d'économie éthique» ou de « commerce équitable », comme celle hilarante de « développement durable », ne sont que des montages mystificateurs reprenant les plus anciens stéréotypes permettant la légitimation de cette société des amis du crime nommée capitalisme.] Le parti (du) révolutionnaire détecte, inverse, décrit & crie (par la critique), mène la guerre idéologique (the cultural war), ouvre le champ de la philosophie par la compexification radicale & non-unitariste ou non-systématique: imprêcher la science du chaos anté-catégorique. Tout possible sub-versif sera accueilli dans l'erre-éthique de la complexification politique (ou spirituelle, intellectuelle) par l'appauvrissement écoNomique et la reconquête des terres mercanties sécessionnistes; il leur sera,

15

aux étiquettes (du) capitalisme réclamant l'indépendance économique, laissé un parc de loisir où pratiquer «en indiens» l'efficacité. Car, maintenant & depuis toujours, il s'agit de délaisser ou libérer les séries causales réelles qui sont emprises en des conflits interminables, en des conflits pour imposer, inéthiquement & en vain, mais pas sans meurtre, une forme de vie: l'in-terminable contre la dé-termination, telle est l'éthique du futur. Car les despotes réalistes (présentistes) de la détermination unitarienne sont bien incapables d'imposer une forme, leur forme; et ainsi, pour le projet de dé-finition, déchaînent la barbarie illimitée. Les traverses errantes de la philosophie (du compromis). Commettre, com(pro)mettre, comprendre, entreprendre (l'en-prise de l'entre-prise). La philosophie politique & la politique philosophique (dont fait partie la politique économique néosmithienne) se ramènent à la question de la bonne société ou de l'organisation optimale ou du bon gouvernement (cybernétique). Soit dire se situent dans le domaine régalien du réalisme royal, réal, archontique, et, ainsi, nous placent immédiatement, tels des Fabrices ahuris, au milieu de la guerre, et nous obligent aux jugements en termes de rapports de force ou en termes de rapports militaires d'opérations. Le bon, l'optimal, se définissent en termes de position dans un champ de forces, comme l'équilibre pseudo-physique capable de (main)tenir le statiqueétatique, l'état de statu quo ou le régime permanent du stationnaire. Qu'est-ce que stabiliser ou équilibrer? Tenir les vecteurs des forces dans le champ (de bataille) et état-blir une com-posante (corn-posée); dé-finir un compromis. Philosophie de l'armistice censé être dé-finitif. Tous les concepts & débats de la philosophie naturaliste tournent autour de cette question de l'équilibre (il suffit de relire les écrits politiques de Hume pour le constater). L'équilibre est le salut qui exige, au préalable, la résolution de la question de la dé-termination de l'homme en humain. On sait, cependant, que cette question de «l'humanisation », de la pacification des passions politiques en forces commerçantes composables, est une question seconde et bien tardive, qui arrive longtemps après l'échec de la première tentative (axiale) de «l'éducation sentimentale» ou, plutôt, de l'éducation du senti-mental. Certes, en cette première tentative, la question de l'éducation fut pensée de manière bien trop simpliste, triomphaliste ou accélérée vers une sotériologie pragmatique. Et l'échec de la grande pensée axiale, bien loin de conduire à une plus haute culture, fit se résorber la recherche éthique (la science première) en morale communautaire & en moralisme de village. Il parut alors évident que le communautaire (villageois) représentait le mode réaliste de la sotériologie pragmatique & ayant abandonnée toutes ses prétentions utopiques. On

16

passa très vite, par agrandissements concentriques, du communautaire moral à l'ordre social, à l'ordre moral nécessaire à toute organisation sociale, à la politique philosophique. Dont témoigne déjà la régression esclavagiste d'Aristote. Posant, comme évidence acquise, que l'autorité morale ou l'éducation autoritaire morale est le pilier de toute bonne organisation. Où la question de la liberté est ainsi traitée uniquement sous la rubrique de l'adaptation (volontaire). La grande méfiance de l'homme libre qui traverse toute la philosophie politique amène cette philosophie à parler en termes d'institution, de bonne institution, d'instituteur puis de recteur; en négligeant effrontément la violence instituante nécessaire à la constitution de l'institution (ce qui était quand même le centre de la méditation axiale, dont témoigne la non-violence bouddhiste ou son refus du prosélytisme - le rejet axial de la religion politisée). De cette philosophie de la politique religieuse & de la religion politisée, de l'échec du projet axial de la formation senti-mentale & de sa dégradation en surveillance moralisatrice, dérive le libéralisme humien, puis smithien, puis le socialisme économiste, le frère ennemi du libéralisme. Le libéralisme prétend défmir la meilleure organisation humaniste... ou le moins mauvais des ordres autoritaires, avec une autorité "minimale" mais concentrée (dans l'écoNomique placée en position de centre de commandement social). Ce libéralisme pose en axiome constituant une certaine forme d'humanité, une certaine forme d'humain dressé, réduit à des intérêts calculables, rationalisé, soit dire rendu comptable, capable d'être pris en compte. L'homme moral humien, rationnel, proto-économiste, implique une réduction & une surveillance, implique un ordre communautaire (villageois), ici érigé en économie-monde; le libéralisme est donc un communautarisme particulier, un ordre moral corporatiste, et ainsi représente une dérive de la religion politique; le libéralisme n'est pensable que dans le champ du christianisme politique & des royaumes à religion d'État (comme l'Angleterre anti-papiste mais néanmoins chrétienne) et comme l'achèvement de la trajectoire de la corruption des projets éthiques les plus anciens. L'économiemonde est un État des corporations appuyé sur une religion civique, la religion mercantie haussée au statut philosophique par Hume. Et comme tout communautarisme implique une dé-termination ou une dé-finition, le libéralisme repose sur un humain typé, vendu comme nature humaine. L'idée clé de la nature humaine (de l'humanisme au subjectivisme) sert à la fois à cacher le processus constituant (bio-politique) & à le renforcer par une mythologie de l'homme fixe essentialisé & adapté au meilleur des ordres stationnaires. Le dressage aux intérêts, la déséducation morale que cela implique, ou le redressement de l'humain en Travailleur (honnête & sobre), manifeste la certitude conservatrice de posséder la bonne solution sotériologique, d'avoir découvert la

17

bonne éducation morale (populaire puisque amoindrie). N'oublions jamais qu'Adam Smith est, avant toute chose, professeur de morale. Catastrophe dans la catastrophe, le libéralisme manifeste la prégnance du religieux en toute société, mais de manière paradoxale, par l'importance donnée à l'éducation morale, mais réduite à l'éducation utilitaire, réduite au minimum nécessaire à la conservation sociale. Ainsi l'économie de moyens politiques qui est le centre du libéralisme autoritaire manifeste-t-elle la longue histoire du despotisme (et de ses arcanes) & permet-elle de comprendre pourquoi, rapidement, le libéralisme politique se transforme en doctrine mercantie. Objectivisme, positivisme, naturalisme, réalisme. Utilisons une métaphorisation tirée de la physique (de de Broglie) ou du dualisme onde/corpuscule, énergie/matière. Tout objet peut se voir double. Cette double façon de voir n'impliquant, en aucune manière, une « double nature» hégélo-marxiste; double nature (valeur d'usage/valeur d'échange, par exemple) qui n'est qu'un thème métaphysique. Tout objet peut se voir : (A) comme objectif, visible, visible-de-soi, apparent, évident, etc.

Empirisme de 1er niveau ou du 1er coup d'œil, impliquant un objet positif
évident de-soi. Mais l'objectivité est une illusion ou un phantasme qui lève la question du voir, du voir ce qui se voit, de-soi évident, de l'auto-manifestation, etc. Tout objet peut donc se voir comme évident, c'est-à-dire stable, statique, forme naturelle. Mais cette vision, ce mode de vision, est dicté; et la dictature de la vision, la dictature métaphysique qui sous-tient le despotisme technicoécoNomique, en imposant l'objectivité réaliste, la dissout instantanément en mythologie de l'évidence naturelle autophore ; ou, plutôt, la déconstruction de la vision dictée, et qui amène à l'analyse que la vision est dictée, fait s'évanouir le charme ou la magie de l'objectivisme. On connaît le cri d'alarme (parodique) de Nietzsche (dans le Nihilisme européen) : vous, les chercheurs critiques des Lumières, votre volonté de vérité en dissolvant l'apparence mince d'ordre que le semblant faisait, à peine, tenir, bien loin d'élever l'homme au-dessus des idoles et de le rendre plus « positif», votre critique dissolvante va déclencher la pire des réactions; car l'échec du plus ancien projet éthique & sa réduction politique en religion de surveillance morale n'ont pas permis une éducation suffisante pour affronter le nihilisme; vous, mes amis éducateurs spirituels, messies sans peuple, sachez que l'homme veut de la croyance, de l'admiration, du rituel, de la génuflexion, toutes choses que des siècles d'asservissement ont profondément inscrit comme seconde nature

18

construite; croyez-vous surpasser par un nouveau tour, déconstructeur cette fois, les plus anciens tours de la magie noire socialisante? Tout objet, après analyse, peut alors se voir: (B) comme hallucination matérialisée, comme illusion instituant réalité (de l'imaginaire social-symbolique). Empirisme de second niveau impliquant la vision critique. Tout objet est pro-duction humaine, où pro-duction signifie pro-jection ; tout objet est ob-jet, résultat d'un jet: tout ob-jet est le résultat d'une pro-duction historique, est dicté comme élément visible d'une certaine économie de présence. Maintenant, si tout objet est une pro-duction humaine ou le résultat historique, donc instable & mobile, de l'histoire toujours en mouvement, il faut affirmer que la pro-duction humaine est en même temps une pro-duction d'humain, de l'humain croyant qui «voit» de l'objet stable pro-duit évident. Il est facile de noter que les objets sociaux sont des abstractions construites sur le modèle de «Dieu », c'est-à-dire des éléments structurés de réseaux d'abstractions formant des structures informatives ou des circuits fermés de

significations. La visibilité de 1er degré, empirique immédiate ou empirique

transcendante (posée & imposée), résulte d'une construction dont l'élément central est la construction d'un « voyant» ou d'un « croyant ». Et, simplement, l'histoire des visibilités, des économies de présence, l'histoire des croyances, montre que la visibilité n'est jamais naturelle. De plus la visibilité positiviste se déconstruit comme pro-duction méta-physique: c'est dans le cadre du métaphysique qu'existe (illusoirement) l'objet évident. La déconstruction fait paraître le métaphysique comme le grand discours du naturalisme, discours dont la fonction théologique est d'interdire l'interrogation sur l'origine (pro-ductive) humaine des objets sociaux; construits, donc déconstructibles ; destruktibles et soumis à la subversion. Par exemple, dire que le marché est naturel ou que l'homme est naturellement commerçant, revient à interdire de penser l'histoire & la mortalité du capitalisme. De même l'affumation de la naturalité de la valeur d'usage renvoie-telle à un circuit métaphysique, de l'idée de propre à celle de propriété puis à celle de nature humaine; car ces termes, circulairement reliés, sont des termes métaphysiques, historiquement datés. La visibilité est le résultat d'un circuit, d'une chaîne de termes formant un Texte; tout objet évident est une trace d'une archi-écriture. Le concept de circuit de constitution ou de circuit de visibilité, impliquant conformation ou information, est décisivement à la base de l'analyse des circuits monétaires; ainsi un circuit monétaire, la cellule capitaliste de base, est-il un circuit de visibilité, nominal, nomique, écoNomique; mais ce circuit n'est « capital» qu'autant qu'il est ré-inscrit métaphysiquement en termes de nature (ou de biens). Il n'y a donc pas de capitalisme sans métaphysique, sans régime de

19

croyance naturaliste, capitalisme qui autrement apparaîtrait comme ce qu'il est, arbitraire & pure abstraction performée. La double vision, qui peut se pervertir rapidement en un dualisme métaphysique à dominance, informe le circuit (comme circuit nominal) et cache sa machination despotique de direction du voir (de commandement des croyants). La cellule capitaliste, le circuit monétaire, est un circuit de voyance; mais le croyant qui sait qu'il croit & que sa croyance est relative est un croyant dont les gestes perdent de leur automaticité ; c'est pourquoi le capitalisme, à n'exister que par la possession des corps automates (pro-grammés ou en-grammés), doit sans cesse réinstaurer la croyance dure & sans faille, doit sans cesse reconstituer le métaphysique (du naturalisme) comme infrastructure. Examinons, pour terminer ce paragraphe, trois circuits métaphysiques, (a) le cercle de la rationalité, (b) le cercle du libéralisme métaphysique à loi naturelle, (c) le cercle de la loi. (a) Le cercle de la rationalité ou de l'arraisonnement: de la déconstruction de la théologie de la rationalité: Partons de la structure numérique-comptable imposée qui offre la possibilité du calcul; alors le dit calcul s'exerce d'abord comme police ou exercice autoritaire auto-validé; les effets réalisés ou efficaces de cette colonisation auto-justifiée (par le calcul lui-même & par sa puissance) dérivent en cercle nomique ; d'où le double effet du calcul imposé, (1) de justification scientifique en cercle, (2) de redoublement & de camouflage de la violence constituante (de la réduction à du numérique) ; l'arraisonnement implique d'imposer & de main-tenir la structure par la discipline, le codage puis l'axiomatisation; alors la structure imposée (retour au point de départ en cercle) est-elle justifiée par le calcul, par les facilités du calcul (comme on parle de facilités coloniales), etc. Le cercle infernal tourne sans cesse; et la circulation signifiante, d'être sans arrêt, maintient « l'équilibre» - comme il n'est possible de se maintenir sur un vélo que lorsqu'il roule. (b) Le cercle du libéralisme métaphysique à loi naturelle: du libéralisme comme mode de gouvernementalité propre à la (re)constitution permanente du capitalisme; discipliner, surveiller & masquer le contrôle par la rationalité du despotisme, selon le cercle (a) : Supposons l'existence de «lois naturelles» du social; cette supposition étant la clé axiomatique du libéralisme comme naturalisme métaphysique; ces dites lois naturelles peuvent même être (parfois) supposées divines, soit dire bienfaisantes; évidemment ces dites lois s'appliquent à l'homme, fleuron de la création divine, et font de l'homme une nature humaine; le monde est donc intégralement structuré par des lois (ce qui passe pour une évidence ou une nécessité, amphibologique); et il faut admettre que ces lois permettent la technologie sociale (la social regulation) ; il faut aussi constater qu'il est possible

20

d'enfreindre la loi naturelle (aussi bien que les commandements associés); la technologie sociale, pour être pleinement efficace qui suppose la loi régulière, exige alors l'autorité, la discipline; mais la discipline n'est que le meilleur choix de société, celui qui produit de la rationalité (en cercle) ; les lois naturelles sont donc érigées en nœud disciplinaire; nouage qui implique d'instaurer des disciplines & de les tenir; la supposition de la loi naturelle (pas naturelle du tout) exige la légitimation de l'obéissance (pour que la loi fonctionne & au nom de la loi qui fonctionne) et pousse à l'instauration de régimes bio-politiques de pastorat, voire de régimes psycho-politiques de gestion spectaculaire; arrive la constitution croissante des structures d'ordre & la nécessité de régler (défmitivement) la question de la dissidence (ou des infractions aux lois); de là la rigidification croissante des structures, le combat contre l'histoire & la toujours insupportable question de la rébellion; finalement les lois nomo-thétiques im-posées se parent du prestige (divin) des lois naturelles. Circulus vitiosus deus. La critique la plus simple de l'idée de loi naturelle repose sur le fait qu'il est toujours possible de transgresser la loi; et que c'est bien la transgression qui mobilise le pouvoir (toujours regarder le monde depuis son envers). (c) Le cercle de la loi: la loi est construite, donc déconstructible ; elle résulte, par dérive herméneutique, d'une pro-duction ; et pour « arrêter» cette production il faut imaginer une nature définitive: De nouveau supposons une loi naturelle (infrastructurelle) ; ceci permettant la manipulation technique (social engineering) ; or, la dite loi naturelle est produite (et les institutions, comme pro-ductions historiales, n'étant pas planifiables, dérivent erratiquement); lorsque la technologie sociale (la gestion) découvre la dérive historiale (par exemple du keynésianisme radicalisé), elle devient "ressentimentale" (à fasciste); la gestion exige alors des lois de sécurité, et la sécurité devient un leitmotiv; mais la loi (pas si) naturelle dérive inévitablement, et le technocrate (gestionnaire) devient un despote autoritaire (un régulateur); la gestion exige des lois sévères, ou disciplinaires, qui impliquent une sécession juridique (l'instauration d'un régime d'exception aux droits universels); pour permettre la gestion, il faut fixer, ex-terminer par un arrêt; il est du devoir du judiciaire (de la loi) de décréter des arrêts; mais qu'est-ce qui peut justifier l'arrêt? une bonne nature, l'ordre posé nécessaire. Cette circularité technocratique (et ainsi fasciste), cette amphibologie définit le cœur dialectique de l'Europe: si la manipulation gestionnante échoue, c'est que l'homme est incompétent, mal-éduqué, toujours sauvage... non pas que la loi est erratique ou dérivante. Le redressement orthopédique qui est la signature de l'Europe comme Terre du Despotisme rationalisé (ou éclairé), est la clé de compréhension de la solution finale.

21

L'autoritarisme européen prend la forme canonique de l'institutionnalisme : seules sont bonnes les institutions qui peuvent définir un bon gouvernement. Mais cela est un nouveau cercle: qu'est-ce que ce "bon" ou ce "bien"? Ce qui correspond à une nature (humaine essentiellement) axiomatiquement posée. Sortir d'Europe; de l'Europe dés-européanisée. Orienter l'occident. Mais il n'y a pas de salut! Le sujet est condamné à tourner dans les cercles. La détermination réelle est nécessité négative non suffisante. La réalité est également nécessité non suffisante mais positive. La réalité ne peut jamais devenir complète, fermée, logique, ne peut jamais devenir une structure en régime stationnaire de reproduction simple (même s'il est possible, pour des besoins théoriques, de donner une analyse statique synchronique de la structure prise en un moment fixé - mais cette analyse partielle deviendrait idéologique si la coupe statique était considérée en termes d'ordre naturel, ou de structure fondamentale établie une fois pour toutes). La réalité ne peut que tendre vers la structure, étant sans cesse mise en mouvement par la force déstructurante de la détermination réelle; détermination réelle qui ne peut cependant s'exercer que par cette réalité (il y a donc une aliénation primitive insurpassable: la prise par la forme est nécessaire... mais l'insistance de la forme génère l'aliénation secondaire, elle, parfaitement surmontable - c'est lorsque la structure est considérée en termes méta-physiques de nature, ou de contrainte naturelle, qu'elle devient réifiante, réalité insistante et, par là, consistante). L'affirmation que l'immanence de la matière-énergie réelle n'est ni préhensible ni compréhensible est identique à l'aff111l1ation que le futur est radicalement indéterminé (ou encore est identique à l' aff111l1ationque toute structure sera désastrée). Si le Réal est, par construction, un plan, un espace, une ligne, un livre, etc., un lieu de mesure & la réalisation locale de la structuration, le Réel, lui, n'est jamais dans le plan ni ne lui est comparable. Si le Réal est forme, le Réel ne possède jamais de forme (c'est pourquoi il est nommé chaos, anté-catégorique). Il n'y a pas de «plan d'immanence» (à la Deleuze) qui tiendrait, "en un même plan", Réel & Réal. L'immanence réelle est simplement donnée comme matière première radicalement hors-monde; elle doit être dite hétérotopique, isolée, seule en sa solitude non mondaine; déterminante, elle ne produit rien ni de fixe ni de stable. Nous parlerons d'elle en termes de force faible, insuffisante. La force pauvre. Qui finit en définitive par tout détruire: force a-topique, hétérotopique, voire dystopique (et ainsi utopique) en-futur. À la longue tout sera détruit. Voilà la bonne nouvelle. Futur & Réel sont donc identiques: ouvert, vide, chaos, etc.

22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.