Cette publication est uniquement disponible à l'achat
NorbertCALDERARO
LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION
Au carrefour de la philosophie, du droit et des sciences
Le principe de précaution
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05457-5 EAN : 9782343054575
Norbert CALDERAROLe principe de précaution Au carrefour de la philosophie, du droit et des sciences
L’Harmattan
4
ïNoduçîoN
Le prîncîpe de précautîon se sîtue au carreour de a phîoso-phîe, du droît et des scîences. ïssu notamment des rélexîons phî-osophîques d’Hans Jonas et de sonPrîncîpe Responsabîîté, î est devenu peu à peu un mot d’ordre pour es cénaces înternatîonaux, une grîe de ecture pour es chercheurs et es décîdeurs. Maîs î a aussî très vîte acquîs a portée d’un concept de droît posîtî que a jurîsprudence, au i des afaîres, s’eforce d’aIner.
Aucun concept jurîdîque récent n’a donné îeu à autant de controverses que e prîncîpe de précautîon. Tour à tour gavaudée, décrîée ou encore objet d’un vérîtabe cute, cette notîon compexe nécessîte aujourd’huî de a part du jurîste une anayse objectîve pour écarter ce qu’ee n’est pas et déinîr son contenu vérîtabe.
Le prîncîpe de précautîon constîtue non pas un parî sur ’ave-nîr souhaîté, maîs e dénî d’un avenîr înhumaîn et învîvabe. ï ne peut être un prîncîpe parapuîe et î ne peut s’assîmîer à un prîncîpe d’înactîon ou d’înertîe împossîbe à mettre en œuvre de toute açon en raîson de ’évoutîon accéérée des scîences et des technîques. Et cette évoutîon apparat înévîtabe sau à généraîser ’expérîence de a secte des Amîsh et de eur reus de tout progrès technoogîque.
5
Le prîncîpe de précautîon s’împose peu à peu dans un monde gobaîsé où des causaîtés compexes s’împosent à a rélexîon hu-maîne, à où auparavant régnaît une raîson mécanîque sîmpe, un geste A produîsant e seu efet B. Et î s’aIrme comme une rège de vîgîance actîve quî împose a nécessîté d’une déinîtîon et de procédures mettant caîrement es acteurs socîaux en ace de eurs responsabîîtés. Concevoîr une bonne appîcatîon du prîncîpe de précautîon demande tout à a oîs de connatre ’esprît quî ’anîme, es textes quî uî donnent une orce jurîdîque et a jurîsprudence quî décîne en des sîtuatîons très varîées son appîcatîon. Le présent ouvrage tentera donc d’anayser : - Les sources phîosophîques du prîncîpe de précautîon ; - Sa naîssance et son déveoppement à étranger, au nîveau înternatîona et européen ; - Enîn son contenu et sa portée en droît înterne de a Répubîque rançaîse.
6
chapitre préliminaire És souçÉs îosoîquÉs du îNçîÉ dÉ çàuîoN : É PîNçîÉ RÉsoNsàbîî d’HàNs JoNàs
1 Né en Bavîère en 1903 et îssu de a grande bourgeoîsîe juîve îbérae, Hans Jonas, a suîvî de près, de par son propre parcours e personne, es vîcîssîtudes de ’hîstoîre du XX sîèce. Dîscîpe de Heîdegger, î quîtte ’Aemagne en 1933 pour a Grande Bretagne, puîs pour Jérusaem. Servant tour à tour dans ’armée brîtannîque (1940-1945), puîs îsraéîenne (1948-1949), î enseîgne ensuîte à New York à a New Schoo or Socîa Research, maîs aussî à Jérusaem, au Canada et à Munîch. Décédé en 1993, son œuvre majeure est « Le prîncîpe responsabîîté- Une éthîque pour a cîvîîsatîon technoogîque « pubîé, dans sa versîon orîgînae, en angue aemande à Francort en 1979. 2 Énorme succès de îbraîrîe surtout en Aemagne, cet ou-vrage constîtue une tentatîve orîgînae de onder une nouvee
7
conceptîon éthîque sur e Prîncîpe Responsabîîté. Anîmé par une vaste ambîtîon, î tente de reonder es conceptîons de a morae et de a justîce quî ont jusqu’à présent régî es socîétés occîdentaes. 3 Hans Jonas part du postuat que ’évoutîon des scîences et des technîques, quî a créé un vérîtabe pouvoîr technoogîque, rend a nature ee-même manîpuabe et de pus en pus atérabe à voonté. Fragîe et menacée, ee devîent comme n’împorte que être humaîn un objet de responsabîîté. Ce qu’î s’agît de protéger et de préserver, c’est a vîe de tout ce quî à ’avenîr apparat ra-gîe et menacé, que ce soîent es génératîons utures, non encore nées, ou a nature ee-même. Pour e phîosophe, « e Prométhée déînîtîvement déchané, auque a scîence conère des orcesja-maîs encore connues et ’économîe son împusîon efrénée, récame une éthîque quî, par des entraes îbrement consentîes, empêche e pouoîr de ’ homme de deenîr une maédîctîon pour uî ».Or « nue éthîque tradîtîonnee ne nous înstruît sur es normes du « bîen » et du « ma » auxquees doîvent être soumîses es modaîtés entîèrement nouvees du pouvoîr et de ses créatîons possîbes ». Dans ce vîde, seue peut servîr de boussoe ’antîcîpa-tîon de a menace ee-même.
§1 : ’îquÉ àdîîoNNÉÉ É sÉs îîÉs
4 Dans e passé, e savoîr et e pouvoîr étaîent trop îmîtés pour încorporer ’avenîr dans a prévîsîon comme pour încure a pa-nète entîère dans e champ de a conscîence éthîque. C’étaîent seuement es vîvants actues, et eurs reatîons avec moî, quî constîtuaîent ’horîzon de a voonté morae. Cette éthîque tra-dîtîonnee occîdentae quî engobe es înteractîons entre êtres
8
humaîns actues excut es reatîons avec es anîmaux et e mîîeu nature. Nous n’avons de devoîrs qu’à ’égard de nos sembabes et ce, à ’întérîeur de a bue spatîo-temporee au seîn de aquee se déroue a vîe humaîne. Une tee conceptîon se onde aussî sur e postuat suîvant : ’être humaîn seraît toujours e même à travers e temps et a technîque, de par ses efets îmîtés jusqu’au e XX sîèce, seraît însusceptîbe de transormer sa nature et son comportement. 5 En eet, magré a grandeur d’une îngénîosîté îîmîtée, ’homme, comparé aux ééments, restaît petît. Même sî, année après année, î accabe a terre avec sa charrue, î se pîe à son cy-ce. De même a mer sembe sans âge, ses ressources haîeutîques înépuîsabes et es déchets humaîns însusceptîbes de a souîer vraîment. Avant ’époque contemporaîne, es înterventîons de ’homme sur a nature sont essentîeement supericîees et în-susceptîbes d’en perturber es équîîbres. 6 La nature n’étaît pas objet de a responsabîîté humaîne : ee prenaît soîn d’ee-même et, en y mettant a persuasîon et ’însîs-tance nécessaîres, ee prenaît égaement soîn de ’homme. 7 Léthîque tradîtîonnee en Occîdent, est anthropocentrîque. Ce sont es vîvants actues et quî, d’une açon ou d’une autre, ont commerce avec moî quî înteragîssent sur mes comportements de aîre ou d’omîssîon. «L’unîers mora se compose de contemporaîns et son horîzon d’aenîr se îmîte à eur durée de îe préîsîbe ».
9