Michel Foucault, la politique comme guerre continuée

De
Publié par

La guerre est-elle un accident des sociétés ou appartient-elle à leur constitution même ? Telle est la question posée par Foucault dans son Cours de 1976 « Il faut défendre la société ». Renversant le célèbre aphorisme de Clausewitz sur « la guerre prolongée par la politique », il démontre comment un « dispositif de guerre » s'est introduit dans le discours politique moderne comme « guerre continuée » ou guerre nécessaire à la fois comme guerre des races, lutte des classes, social racisme et racisme d'État.
Publié le : vendredi 1 mai 2015
Lecture(s) : 37
EAN13 : 9782336376912
Nombre de pages : 282
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« champ de bataille » dont le discours révolutionnaire autrefois s’enLam
RicHàrd GRoulx
MIChel FouCault, Là POLiTiQUE cOmmEguerre cOntinuée
DE Là gUErrE dEs ràcEs àU ràcismE d’ÉTàT
guerre cOntinuée
Là POLiTiQUE cOmmE
SUr LE COUrs àU COLLègE dE FràncE, « IL fàUT défEndrE Là sOciéTé »
ouveRtuRephIloSophIque
16/04/15 08:51
Michel Foucault, la politique commeguerre continuée
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot
Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutions
Miklos VETÖ,De Whitehead à Marion. Éclats de philosophie contemporaine,2015. Auguste NSONSSISSA,Recherches philosophiques sur les théories des formes complexes, 2015. Nikos KAZANTZAKIS,Friedrich Nietzsche et la philosophie du droit et de l’État, 2015. Thierry HOULLE,Eau et reflets dans la philosophie de Platon, 2015. Paul DUBOUCHET,Tout comprendre avec René Girard du moi aux grands problèmes actuels, 2015. Jean-Claude JUGON,japonaise. Essai de psychologie L’âme analytique transculturelle,2015.Michel FATTAL,Existence et fatalité.Logoset technêchez Plotin, 2015. Ivan NEYKOV,Le sens du Bien. Heidegger, interprète de Platon,2015.Jacqueline MARRE, Adorno et l’Antiquité. D’Ulysse à Médée, 2015.Arno MÜNSTER,Espérance, rêve, utopie dans la pensée d’Ernst Bloch (six conférences), 2015. Guy-François DELAPORTE,Seconds analytiques d’Aristote, Commentaire de Thomas d’Aquin,2015. Antoine MARCEL, Eveil bouddhique et corporéité,2015.
Richard Groulx
Michel Foucault, la politique commeguerre continuée
De la guerre des races au racisme d’État
(Sur le Cours au Collège de France, «Il faut défendre la société»)
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06226-6 EAN : 9782343062266
À Guila dont l’inestimable présence,l’appui indéfectible et la collaboration essentielle ont rendu possible ce livre
À la mémoire de mes parents qui m’ont appris la passion de la vérité
Remerciements
Nous voulons témoigner ici notre entière reconnaissance aux amis et collègues qui m’ont généreusement aidé à mener à bien cette entreprise (particulièrement, j’ai bénéficié des conseils judicieux de révision de lecture de la part de François d’Apollonia et Benoît Patar). Je tiens également à exprimer ma reconnaissance à Georges Leroux pour les conseils pertinents pour l’édition du manuscrit qu’il m’a généreusement offerts. Enfin un dernier mot pour les séjours d’étude et de recherche dont j’ai pu profiter à l’Imec (Institut Mémoires de l’édition contemporaine) qui m’ont permis de consulter les archivesMichel Foucaultqui y sont déposées (avec mes remerciements les plus amicaux à Yves Chèvrefils-Desbiolles).
 Introduction générale Pourquoi Michel Foucault ? Pour quelles raisons s’intéresser aux Cours du Collège de France plutôt qu’à l’œuvre éditée de son vivant ? On pourrait multiplier les justifications qui insisteraient sur le caractère inédit de ces travaux, sur leur pertinence intellectuelle et politique, sur la nature inentaméed’une pensée saisie au vif, en plein envol de ses émotions et de ses passions théoriques, mais l’essentiel n’est pas là. Comme Foucault avait voulu nous en convaincre, il s’agit d’apprendre à penserautrement, à se déprendre des milles facettes et leçons studieuses qui ont été produites sur l’homme et l’œuvre afin de se confronter aux problèmes que nous vivons actuellement sous les thèmes du retour de laguerre permanente comme conflit périphérique, de la menace terroriste comme guerre invisible, de la mise en place d’undispositif sécuritaire comme terrorisme d’État, sans évoquer plus avant les blocages de la gouvernance sociale et économiquecomme « crise des représentations de l’avenir ».  Comme il l’avait fait à l’occasion d’une émission d’Apostrophes qui l’avait convié à présenter la parution de son ouvrageSurveiller et punir, en préférant parler de l’urgence politique du moment : dénoncer la psychiatrisationdes dissidents politiques en ex-URSS, devrions-nous saisir l’instant fuyant de l’actualité présente afin d’en déchiffrer les signes d’un diagnostic possible plutôt qu’entreprendre une lecture de la problématisationqu’il met en œuvre dans le Cours de 1976 «Il faut défendre la société»? Une mise en garde cependant qu’il a faite au début de ce Cours devrait nous retenir de répondre précipitamment, en nous méfiant des schémas d’interprétation d’ensemble, des théories totalisantes. Par ailleurs, il faudrait se garder également de la tentation de vouloir produire un « savoir-pouvoir » avec les travaux de Michel Foucault qui n’appartiennent à personne et dont ni le Collège ou l’Université, ni davantage aucune institution, ne peuvent réclamer la propriété. Il n’y a pas d’imprimaturde la pensée foucaldienne à respecter, sinon celle de l’intégrité à témoigner envers la rigueur de ses travaux, l’engagement de sa démarche. Au moment où la France discute de la place de Michel Foucault 1 dans le panthéonlittéraire de sonTrésor nationalaux côtés de Voltaire, Victor Hugo ou Émile Zola, il faut voir que si quelque chose risque de porter ombrage à ses travaux, ce n’est pas tant à l’ère de l’internet et de la multiplication des supports qui dématérialisent la réception de l’œuvre, le risque de l’exportation, mais plutôt leur statutofficiellementde reconnu 1-Journal Officiel, samedi 14 avril 2012, ‘’La France a classé les archives de Michel Foucault commetrésor national’’. La BNF (Bibliothèque Nationale de France)a entrepris une procédure exceptionnelle d’acquisition des fonds manuscrits (37000 feuillets) par voie de mécénat.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.