//img.uscri.be/pth/bb1fe6ef98b893b393bedb5696192bec49cab929
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Olivier qu'on arrache et qui pleure sa terre

De
108 pages
Yves Letourneur tient chronique du dernier épisode en date de cette tragédie sur la terre de la Palestine : « Gaza été 2014 ». En explorant tous les méandres de cet été meurtrier, ce recueil nous montre que le pire peut aussi faire poème en y trouvant les lueurs de son possible dépassement. Osama Khalil
Voir plus Voir moins
Yves Letourneur
j
dPilittéiFtk
Poètephilosophe engagé depuis sa jeunessede lAlgérieau Vietnam
Osama Khalil
honneur à son auteurMerci de ces vers qui émeuvent et révoltent
Henri Pena-Ruiz
 1
2
Maquette de la couverture : Osama Khalil
Olivier qu’on arrache et qui pleure sa terre Yves Letourneur
 3
4
Le Scribe cosmopolite – Poésie Collection dirigée par Osama Khalil
© Le Scribe l’Harmattan ISBN : 978-2-343-04540-5
à Marwan Barghouti
à Mahmoud Darwich
5
6
Avant-Propos Avec toutes celles et tous ceux qui lèvent la voix dans les vallées et dans le désert, contre les inégalités et les injustices, Yves Letourneur lance ce cri : préparer l’advenir de l’Homme. A l’écoute des bouleversements et des passions de son époque, il associe sa voix à celle de Jean Ferrat et d’Aragon pour nous livrer, envers et contre tout, à nouveau ce message : Il faudra réapprendre à vivre Ensemble écrire un nouveau livre Redécouvrir tous les possibles Chaque chose enfin partagéeA la façon d’une petite légende, où rôde l’ombre de Victor Hugo, le Rebelle, ce recueil tient chronique jour après jour, au plus près des événements, du dernier épisode en date de cette tragédie sur la terre de la Palestine : « Gaza été 2014 ». Ce recueil est dédié à Marwan Barghouti, ce Mandela palestinien qui incarne en sa personne tout l’enfermement actuel d’un peuple, non moins que l’attente de sa délivrance. Il l’est également à Mahmoud Darwich, comme l’indique son titre qui n’est pas sans faire écho au sujet d’un poème célèbre du poète palestinien consacré à la symbolique de l’Olivier : Si l'olive se souvient de son planteur Son huile se transformera en larmes …. L'olivier conservera sa couleur verte à jamais Et rentrera dans la terre comme une arme
7
Référence qui s’impose d’autant plus que la vie de Darwich se confond avec l’histoire déchirée de son pays, lui qui fut séparé de son aimée Rita l’israélienne, lors de la guerre : Entre Rita et mes yeux : un fusilAh Rita entre nous, mille oiseaux mille images d'innombrables rendez-vous criblés de balles Israël, Palestine : guerre fratricide qui continue à séparer un peuple de lui-même et à briser des couples osant passer outre les interdits de part et d’autre. Ainsi de ceMariage à Jaffa, que l’auteur nous dépeint, rattrapé par cette violence, alors que les conjoints opposent leur amour à la haine : Dans le mitan du lit où se cherchent les corps L’insidieux blocus reste l’obstacle encor, Qui contrarie l’étreinte et la rend sacrilège. L’Amour plus fort que tout, s’obstine le cortège Applaudi par les uns, par les autres hué. Gloire à ce jeune couple, encor que mutilé, Belle ébauche du jour qu’aura lieu la rencontre De l’Arabe et du Juif lisant la même montre ! Yves Letourneur, poète-philosophe engagé depuis sa jeunesse, de l’Algérie au Vietnam, nous livre son témoignage sur une actualité ardente en alexandrins, mode d’écriture classique qu’il s’est approprié en raison de ses ressources expressives, et qui lui permet de rapporter et d’éclairer les faits d’une manière inédite. En explorant tous les méandres de cet été meurtrier, ce recueil nous montre que le pire peut aussi faire poème en y trouvant les lueurs de son possible dépassement. Osama Khalil
8
Préface Yves Letourneur est un homme généreux. Au double sens que donnent Descartes et Spinoza à ce terme. Le généreux de Descartes crédite tout homme de la liberté et fonde l’estime de soi comme des autres sur le bon usage qui est fait de cette liberté. Il s'agit d'évaluer lucidement chaque type de bien et de régler sa conduite librement, par une juste assignation de ce qui vaut et de ce qui importe. Il s'agit également de distinguer l'homme libre comme tel et ce qu'il fait plus ou moins librement, plus ou moins aveuglément. Par cette déliaison de principe nul homme n'est assujetti à une servitude inexorable et tout homme peut faire appel de ce qu'il a été afin de devenir autre. Spinoza explicite ce point. Pour lui le généreux comprend que chaque individu singulier est partie prenante de la grande aventure humaine. Une solidarité se dessine alors, qui fait naître en lui un devoir et un désir de porter secours à tout homme en détresse, et dessaisi ainsi des conditions mêmes de l'accomplissement humain. «Par Générosité j'entends un Désir par lequel un individu s'efforce en vertu du seul commandement de la raison à assister les autres hommes et à 1 établir entre eux et lui un lien d'amitié »(…) D’où la lutte contre l’injustice qui meurtrit l’humanité dans l’homme. Cette lutte, Yves la fait sienne de façon remarquable. Avec sa sensibilité de poète et sa culture rationnelle de philosophe. J’aime ce couplage du poète engagé et du philosophe qui n’oublie jamais les droits de la raison. Comme nombre de penseurs progressistes du dix-neuvième siècle, Yves fait sien le critère de jugement cher à Fourier et à Marx : on mesure le degré de civilisation d’une société au sort qu’elle réserve aux plus démunis. 1 Éthique,Livre IV. Proposition 59. Scolie (Édition Garnier-Flammarion).
9