Paul Ricoeur. La problématique de la méthode et le déplacement herméneutique du texte à l'action et à la traduction

De
Publié par

L'auteur analyse ici le déplacement de l'herméneutique ricoeurienne de la théorie du texte à celle de l'action et à celle de la traduction. Tout en analysant la relation dialectique entre comprendre, expliquer et interpréter, le livre propose une herméneutique du discours oral en général et du dialogue en particulier.
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 11
Tags :
EAN13 : 9782296487505
Nombre de pages : 225
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 
      
Paul Ricur
La problématique de la méthode et le déplacement herméneutique du texte à laction et à la traduction.
 
Vers une herméneutique du dialogue
 
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lÉcole polytechnique, 75005 Paris 
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56798-6 EAN : 9782296567986
Housamedden Darwish
Paul Ricur
La problématique de la méthode et le déplacement herméneutique du texte à laction et à la traduction.
Vers une herméneutique du dialogue
Préface de Claudie Lavaud
L'Harmattan
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes "professionnels" ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutions
Blaise ORIET, Héraclite ou la philosophie, 2011. Roberto MIGUELEZ, Rationalisation et moralité , 2011. Stéphane LLERES, La philosophie transcendantale de Gilles Deleuze , 2011. Joël BALAZUT, Art, tragédie et vérité , 2011. Marie-Françoise BURESI-COLLARD, Pasolini : le corps in-carne, A propos de Pétrole, 2011. Cyrille CAHEN, Appartenance et liberté , 2011. Marie-Françoise MARTIN, La problématique du mal dans une philosophie de lexistence , 2011. Paul DUBOUCHET, Thomas dAquin, droit, politique et métaphysique. Une critique de la science et de la philosophie , 2011. Henri DE MONVALLIER, Le musée imaginaire de Hegel et Malraux , 2011. Daniel ARNAUD, La République a-t-elle encore un sens ? , 2011. A. QUINTILIANO, Imagination, espace et temps , 2011. A. QUINTILIANO, La perception , 2011. Aimberê QUINTILIANO, Imagination, espace et temps , 2011. Aimberê QUINTILIANO, La perception , 2011. Pascal GAUDET, Kant et la fondation architectonique de lexistence, 2011. Camille Laura VILLET, Voir un tableau : entendre le monde. Essai sur labstraction du sujet à partir de lexpérience picturale , 2011. Jan-Ivar LINDEN, Lanimalité. Six interprétations , 2011. Christophe Rouard , La vérité chez Alasdair MacIntyre , 2011. Salvatore Grandone, Lectures phénoménologiques de Mallarmé, 2011.
 
 
 
À Mohamed Bouazizi  Et à tout ce quil représente
Je tiens à remercier très vivement Madame Claudie LAVAUD  davoir accepté de diriger la thèse qui a donné naissance à ce livre. Je la remercie pour le temps quelle ma très généreusement consacré et qui a contribué à lévolution de ce travail. Le soutien, les discussions et linitiation à la recherche mont été indispensables à laccomplissement de cet ouvrage. De plus, ce travail naurait pu être effectué sans le soutien et laide de Madame Christiane TEYTAUT , à qui jexprime ma plus sincère gratitude pour son soutien constant, sa gentillesse, sa patience, ses efforts et son aide précieuse. Je tiens aussi à témoigner de ma plus grande reconnaissance à lassociation AGIR  pour son aide inestimable et généreuse.   
  
 
 
 
                                   
 
 
PRÉFACE
   Jai suivi avec grand intérêt la recherche dHousamedden Darwish et je me réjouis de voir la pensée du maître que fut Ricur relayée par des philosophes venus dautres horizons pour se former à son école et prendre la relève de son questionnement en prolongeant leur propre réflexion sur de nouvelles pistes. Pour avoir été moi-même dirigée par Paul Ricur dans mon travail de thèse, je sais quel était son respect de la pensée dautrui, sa tolérance et sa discrétion, et quelle liberté il leur laissait dans leurs orientations philosophiques. Je suis convaincue que Ricur eût accepté la même liberté dexpression dans la démarche poursuivie par H. Darwish, quil considère, selon sa propre formule, « à la fois comme dépassement, et comme extension », de lherméneutique du texte à laction, et à lhistoire, vers le dialogue oral.  Je voudrais, avant daborder le contenu, souligner la clarté de lécriture de cet ouvrage qui manifeste une grande aisance dans le discours philosophique, grâce à une grande familiarité avec le style de Paul Ricur, ainsi quà une pensée mûrement réfléchie, un esprit ordonné et soucieux de se faire comprendre, sans perdre de vue la complexité et les difficultés des débats dans lesquels entraîne un questionnement rigoureux.  Le titre de louvrage annonce une recherche de belle ampleur inspirée par la pensée de Paul Ricur : La problématique de la méthode et le déplacement herméneutique du texte à laction et à la traduction.  Ce projet garde le souci de la fidélité à la genèse et au développement de la pensée de Ricur, en croisant la méthodologie de lherméneutique avec celle des sciences humaines, à partir dune lecture respectueuse des textes, qui permet à lauteur de tenir le pari dune enquête personnelle conduisant à des positions originales.   Il ne sagit donc pas seulement de reprendre le programme des uvres de Ricur, cherchant la voie de lherméneutique au long dune vie consacrée à la recherche du sens, et à la compréhension des formes de la culture, et qui soriente vers laction, par le récit, lhistoire, la mémoire, la reconnaissance, sans perdre de vue la perspective de léthique qui
 
7
 
engage la personne dans un difficile et profond dialogue avec « soi-même comme un autre ». Or cette perspective ouvrira au dialogue oral entre des partenaires humains qui devront sajuster dans leur échange, en sobligeant à traduire leur pensée, voire leur langue pour parvenir à se comprendre.  Le sous-titre du livre : Vers une herméneutique du dialogue, précise ainsi le titre, en prolongeant la pensée de Ricur, vers une compréhension nouvelle du discours oral, télévisé ou radiophonique par exemple. La deuxième partie de louvrage propose en effet une nouvelle extension vers le discours oral moderne, le dialogue, et la relation éthique entre les interlocuteurs. Or pour Ricur le dialogue oral permet déviter la mécompréhension, de la surmonter par léchange des arguments, par des questions-réponses, et semble alors échapper à une herméneutique. Lauteur de ce livre mène un examen précis des raisons données par Ricur décarter de lherméneutique le discours oral, la première est la distanciation ou objectivation, la deuxième la mécompréhension, qui toutes deux, requièrent une herméneutique, alors que le dialogue semble pouvoir se défendre lui-même. Housamedden Darwish pose dabord la nécessité théorique de cette herméneutique de loralité, puis prend pour contre-exemple la place de la parole chez Ricur, qui englobe la dimension subjective et réflexive du langage, quil soit oral ou écrit  et il reprend la formule de Ricur : « Quest-ce que je fais quand jenseigne ? Je parle. Je nai pas dautre gagne-pain et je nai pas dautre dignité ; je nai pas dautre manière de transformer le monde et je nai pas dautre influence sur les hommes. La parole est mon travail ; la parole est mon royaume. »   Une ouverture conclusive propose de vérifier linterprétation du discours oral par le paradigme herméneutique de la traduction, qui trace un nouveau champ dexploration en nouant les fils de lherméneutique du dialogue avec ceux dune éthique de la bienveillance. « La traduction, en tant quépreuve de létranger, constitue un défi dans la mesure où elle confronte une double résistance aussi bien de la part de la langue daccueil que de la part de la langue de létranger <> « Dire autrement », cest par cette formule quon peut définir la traduction au sens large ». Lauteur sappuie ici sur la distinction ricurienne entre la traduction intra-langagière ou interne « dans la même langue », et la traduction extra-langagière ou la traduction externe, dans son sens étroit
 
8
 
« entre langue et langue ». Housamedden Darwish en sait quelque chose, lui dont le syrien est la langue maternelle et qui pratique aussi bien langlais et le français dans son parcours européen ! Il reprend à ce propos la belle expression de Ricur, lhospitalité langagière , dans laquelle : « le plaisir dhabiter la langue de lautre est compensé par le plaisir de recevoir chez soi, dans sa propre demeure daccueil, la parole dautrui ».  
      
    
 
 
 
      
 
À Bordeaux, le 13 février 2011  Claudie Lavaud , Professeur émérite des universités Université Michel de Montaigne, Département de Philosophie, Bordeaux.
9
 
                                      
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.