//img.uscri.be/pth/c04aa52e86f2f495027ad35c136722b443125abd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Rationalisation et moralité

De
240 pages
C'est Freud qui a introduit le concept de rationalisation dans la psychanalyse. La psychologie cognitive, dans une perspective différente, s'est aussi attachée à la production des rationalisations. Enfin, dans les multiples tentatives de construction d'une théorie des actions rationnelles, l'usage de la raison pour justifier des actions susceptibles d'une sanction morale ne semble pas avoir été l'objet d'une analyse particulière...
Voir plus Voir moins

tst

t

rté

Ouverture philosophique
Collection dirigée parAlineCaillet,DominiqueChateau,
Jean-Marc Lachaud etBruno Péquignot

ne collectiond'ouvrages qui sepropose d'accueillirdes
travaux originaux sansexclusive d'écoles oudethématiques.
l s'agitdefavoriser la confrontationderecherchesetdes
réflexions qu'elles soient lefaitdephilosophes "professionnels" ou
non.n n'yconfondra doncpas laphilosophie avecune discipline
académique;elle est réputée êtrelefaitdetousceux qu'habitela
passiondepenserqu'ils soient professeursdephilosophie
spécialistesdes sciences humainessociales ou naturellesou…
polisseursdeverresdelunettesastronomiques.

Dernières parutions
téphane EELa philosophie transcendantale deGilles
Deleuze2011.
oëlBAAZArt, tragédie et vérité2011.
arie-FrançoiseBE-CADPasolini : le corps in-
carne,Apropos deétrole2011.
CyrilleCAEAppartenance et liberté2011.
arie-Françoise ALa problématique du mal dans une
philosophie de l’existence2011.
aulDBCEThomas d’Aquin, droit, politique et
métaphysique. Une critique de la science et de la philosophie
2011.
enriDEAELe musée imaginaire de Hegel et
Malraux2011.
DanielAADLa République a-t-elle encore un sens ?2011.
A.AImagination, espace et temps2011.
A.ALa perception2011.
Aimberê AImagination, espace et temps2011.
Aimberê ALa perception2011.
ascalGADEKant et la fondation architectonique de
l’existence,2011.

rt

uz

tst

t

rté

Du même auteur

Sujet et histoire,Éditionsdel’niversité d’ttawa1973
La comparaison interculturelle. Logique et méthodologie d’un usage
empiriste de la comparaison,ressesdel’niversité de ontréal1977
Epistemología y ciencias sociales y humanas,Edicionesdela
niversidad acionalAutónoma de éxico1977
Science, valeurs et rationalité,Éditionsdel’niversité d’ttawa194
L’idéologie et la reproduction du capital,Éditionsdel’niversité
d’ttawa196 (Encollaborationavec .DeAndrade ..Dussaultet
.ellos)
L analyse des formations sociales. Théorie et problématique,Éditions

egas1992
L’émergence de la sociologie,ressesdel’niversité d’ttawa1993
Les règles de l’interaction.Essais en philosophie sociologique,Éditions
del’niversité aval/Éditions’armattan2001

©’armattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http//www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattanwanadoo.fr
harmattan1wanadoo.fr
B 97-2-296-56530-2
EA 972296565302

Les

raisons, ce sont les choses
qui manquent le moins

ntroduction :
Objectifs et plan de l’ouvrage

Danscette étudeleterme de«rationalisation»désignele
procédé argumentatif par lequel un sujetcherche à donner une
explicationcohérente du pointdevuelogique en vue de
justifierdesattitudes desactions des idées des sentiments
etc.’étudesepropose demontrer (1) quelarationalisation
doitêtre appréhendée commeune catégorie desactions
rationnellesayantdoncunestructure et unefonction qui leur
sont propres(2) quelafonctiondelarationalisationétudiée
est lajustification morale desattitudes desactions des idées
des sentiments etc.(3) queles idéologies peuventêtresaisies
comme des théories servantà construireuncertain type de
rationalisationsd’autojustification morale(4) qu’unetelle
théorie delarationalisationd’auto-justification moralefonde
unenotionaolophrntuiqoge dans laquellel’êtrehumain se
définitcomme êtremoral –bien quenon pas nécessairement
éthique(5) que dans un telcontexte aolophrntugoqielemal
n’aqu’une existenceobjective.
Prologue.
ousdébutons l’analyse delaproblématique dela
rationalisation par le discours quetientélène devant
énélasdans latragédie d’EuripideLes Troyennes.Est-ce
qu’élène croit réellementdans saversiondes faits oubien la
construit-elle detoutes piècesafinde convaincre énélasde
son innocence?Entrelamanipulation quesupposeraitcette
dernièreinterprétationet l’innocenceobjectivequel’on

7

pourraitdécelerdans lapremières’ouvrelapossibilité d’une
tentative d’autojustificationles raisonsélaborées parélène
ne chercheraient qu’àla convaincre elle-même deson
innocence.Ellesconstitueraientalors uncasde cequenous
appellerons unerationalisationd’autojustification morale.
.
1.Actions et rationalisation
apremièresectiondel’ouvragevise àfixer lestatut
particulierdes rationalisationsdans le cadregénérald’une
théorie desactions.ous partonsdelatypologie desactions
proposéeparabermasdans lamesureoùcelle-ci privilégie
laquestiondelarationalité desactionsetdes formes
spécifiquesde celle-ci (1.1.).r étantdonnéquelatypologie
habermasiennenethématisepasdesactions rationalisatrices
nousexaminonscelleproposéeparreckel quiparcequ’elle
s’ouvre àla complexité des situations naturelles peut offrir un
pointde départ pour l’examendes phénomènesde
rationalisationsi fréquentsdans laviequotidienne.a
typologie de reckel nousconduiten ligne droite à ces
actions orientées vers lapersonnequesont lesactions
dramaturgiquesetexpressives (1.2).ous revenons sur
l’examen quefaitencore abermasd’uneforme derationalité
orientéevers lapersonnequ’ildécritcomme« forme
thérapeutique del’argumentation »dont lemodèlesetrouve
dans lapsychanalyse.ousconstatons que cetexamen laisse
cependant non questionné cequi paraîtêtreleproblème
centraldelarationalisation àsavoircomment sefait-il que
l’argumentation rationnellesoit mise au service du maintien
voire du renforcementdes illusionset donc del’irrationnel?
(1.3).ousconsacrons le chapitresuivantàl’analysequefait

Freud d’uncasderationalisation – pointde départ d’ailleurs
del’usage du terme dans lapsychanalyse.ous y trouvons
deux perspectives fortdifférentesdelarationalisationl’une
faisantde celle-ci unepseudo-rationalitél’autreun
mécanismequi neseraccordenullementàun manque de
rationalité. (1.4)C’estavec cette dernièreperspectiveque
nousenvisageons lephénomène desactions rationalisatrices
qui dès lorsvontbienau-delà descadres pathologiques.
Après unchapitre derécapitulationetcommentaires (1.5)
nousabordons la deuxièmesource desensduconceptde
rationalisation.
2.Dissonance et rationalisation.
Cette deuxièmesource estcelle des recherchesen psychologie
cognitiveinspirées notamment parFestingeret sathéorie de
la dissonance.aprémissequi préside à ces recherches
renversel’ordrequetraditionnellementenchaînent lesactions
et les raisons au lieudevoir les raisons précédant lesactions
celles-ci sontappréhendéesàl’origine de celles-là.Dansce
cadrel’inconfort queprovoqueunesituationde dissonance
cognitive conduirait l’individuà construire des raisons lui
permettantd’éliminer ou toutau moinsderéduire cet
inconfort (1.6).es recherchesconduites parBeauvoiset
oule dans le contexte desituationsdesuoimssoindans
lesquelles les individus sont placés (expérimentalement)
élargissentconsidérablement laproblématique dela
rationalisation (1.7).C’est le casen particulierdes
conséquences queprovoquel’engagementdel’individudans
des situationsdesoumission sans pression.aplus
intéressante de cesconséquencesest lasuivante la décision
initiale a enelle-mêmeuneforce d’engagement qui ne

9

semblenullementdépendre des raisons pour lesquelleselle a
été adoptée.C’estcequenousdécrivonscomme«difficulté
d’autocritique» -difficultéouabsencequideviendraun
élémentcrucialdans unethéorie delarationalisationd’auto-
justification morale(1.8).Après unchapitre(1.9)de
récapitulationetcommentaires nousentreprenons latroisième
sectiondel’ouvrage consacrée à certainsaspectsdu rapport
entreraisonet rationalisation.
3. Raison et rationalisation
Cettesectioncommencepar unexcursus teqiulogomrnie
(3.1.)d’autant plus nécessairequemalgréleurcommune
étymologieles significations que comporteleterme de
rationalisation sontbiendifférentes.ousadoptonscellequi
faitdelarationalisation un procédérationnel visant la
justification morale d’unacte.e chapitresuivant (3.2.)
proposeunethéorie delarationalisationd’autojustification
morale(A)comportant quinzetioipososn.pre chapitre
3.3.seveut une applicationde cettethéorie àl’examend’un
casconcretde A.Autant lapsychologie« profonde» que
lapsychologie cognitiveont soupçonnél’existence d’un lien
entrerationalisationet idéologie.Dans lasection3.4.nous
examinons tout particulièrement les processus idéologiquesde
rationalisationdansdes situationsdeuoimsnssioétudiées par
lapsychologie cognitive.Afindemieuxcerner la
problématique du rapportentre A et idéologienous
adoptons unensemble de conventionsconcernant lanotion
d’idéologie(3.5.).Dans le chapitresuivant (3.6.)nous
discutons latroisième convention introduite àsavoircellequi
conçoit les rapports sociauxdepouvoircomme des rapports
asymétriquesainsi quelepostulat suivant lequel seulela

10

positiondominante au seinde ces rapports offrelesconditions
deproductiond’idéologies.e chapitresuivant (3.7.)cherche
àmontrer quesi les religions peuventéventuellement jouer le
rôle des idéologiesdans la constructionde A elles n’y
trouvent pas leur fonction proprelaquelle demeure celle
d’énonciateursdevaleurs.Enfinle chapitre3.8.examineun
casde discours idéologique àsavoircelui produiten
Allemagne entre1919et 1933commejustificationdu
racisme.Après unchapitre derécapitulationetcommentaires
(3.9.)débutelasection4.
4. Rationalisation et moralité
Dans lepremierchapitre de cettesection (4.1.) nous
examinons lephénomène crucialdela clôture desA
c’est-à-dire deleur fermeture àlaréfutationetà
l’autocritique.e chapitresuivant (4.2.)avancelathèse
suivant laquellelafréquence et l’extensiondesA
permettentdesaisir l’êtrehumaincommeunêtremoral –
pourautant quel’ondéfinit lamoralité comme champ
problématique à distinguerdel’éthique comme domaine des
valeurs.a digression4.2.1.examinelatragédie de ady
acbethlorsquele conflit moral netrouvepas son
«dépassement »dans unerationalisationc’est laperte dela
raison quiatteint lesujet.e chapitre4.3.s’attache à cette
formeparticulière etextrême de conséquences surautrui que
nous qualifionscommelemal.athéorie desA conduità
appréhender lemalcommephénomènepurement objectif –et
non pas subjectif.a digression qui suit (4.3.1.)cherche à
illustrercettepropositionavecune analyse du procès
d’Eichmannàpartirde celle d’annahArendt.Après une

11

récapitulationetcommentaires (4.4.) l’ouvrage débouchesur
une dernièresection5.

5. Retour sur les actions rationnelles.

Cettesectionexaminequelquesconséquences majeuresdela
théorie desAsurcelle desactions rationnelles.

12

Prologue :e discours d’élène1
nconnaît lemyth ae rrivé à parte ârisest reçu par
énélas.rofitantd’unbref voyage du roi spartiate enCrète
il séduitetenlève élènesafemme.elon lesauteurs
élène estenlevée de bon gréou non.our vengercetaffront
énélasdemandel’appuidetous lesGrecsau nomdu
ermentde yndare cequi provoquelaguerre de roie.
roieseravaincue etdétruite.Euripides’en inspirera etécrira
latragédie connuesous letitreLes Troyennes.Deux moments
marquentcettetragédie.epremier c’est lamise àmortde
l’enfantd’ectorau nomdelaraisond’Étatil pourrait un
jour venger lamortdeson père et la défaite de roie.e
deuxièmemomentest larencontre entre énélasetélène
avant la destruction totale delaville.énélas l’a condamnée
àlamort maisélèneluidemande depouvoir se défendre.
énélasaccepte d’écouter lesargumentsd’élène contre
l’opiniond’écubelareine déchue de roie.oici l’essentiel
desargumentsd’élène.
ÉÉE(va se placer devant Ménélas)
ete détournepas/egarde-moi/Aiele courage deregarder
tavictime./ais-tu que ceserait uncrime demetuer?/u
crois quejesuis tonennemie? /ontoitues lemien./oi
hélasjesuisbien loindetehaïr./i tu savais…Attends/l
faut quejemettemes idéesen ordre./e devineles
accusations qu’onaportéescontremoi/Et jeveux y répondre

1Euripide«esroyennes « adaptationde ean-aulartreGallimard
aris1965.

13

point par point./oiquemes raisons teparaissentbonnes ou
mauvaises/ois un homme/Écoute et réponds
(Un temps.)
u veux une coupable?Ehbienprends lavieille.2/a cause
première de cegâchis c’estelle./ârisest sortideson
ventre./esDieuxavaient prévu que ceruffian/erait fauteur
deguerre–etdequelleguerre/ls lui ontcommandé dele
tuer.’a-t-ellefait?/on.ielleni soncompliceleroi
riam3/Bonmais trop faible./out vientdelà  c’est la
fatalitévois-tu./Donc âris àvingtansmontesur l’da; /l
rencontretroisdéesses qui leprennent pourarbitre./ «uide
nous troisest laplusbelle? » /ais-tucequelui offraitallas
/ouracheter son jugement? /aGrècetout simplement.
Avecl’appuid’Athéna/l l’auraitconquise en un
tournemain./Etéra «i jegagnetuauras l’Asie entière/
Et lesconfinsdel’Europe» /Cypris encasdevictoiren’a
rien promis /auf moi.Ellem’a décrite elle agagné!/uelle
chancepour vous! /’ileût préférél’une desdeuxautres
déesses/ne arméetroyenne eût ravagélaGrèce. /ansce
corpsquetuas faitbrutaliser par tes hommes /ous seriez
sous lejougd’unAsiatique. /ousdevriez me couronnerde
lauriers. /Grâce àmoi roienevous gêneraplus /Et laroute
d’Asievousest ouverte. /ais votre bonheurafait mon
malheur. /Danscette affairelavictime c’est moi. /Cypris

2l s’agitd’écube épouse du roiriamde roie et mère de âris.
3Dans lemythe riamchargeson serviteurAgélasdetuer l’enfant.âris
estexposésur lemontdamais quelques joursaprèsAgélas retrouva
l’enfant vivantqu’uneoursel’avait nourrideson lait.Frappépar le
présageil l’emmena chez luiet l’éleva au milieudesbergers.
14

m’amaquignonnée. /Ô beauté beautémagloire! /ues
devenuemahonte.
ÉÉA
ourquoies-tu partie/Femmeindigne?
ÉÈE
aisc’est toi quies partimonchéri! /Ôleplus inconscient
des maris/uas quitté partepour laCrète/Et tu m’as
laissée en tête-à-tête/Avecton hôte cemaudit.
ÉÉA
outdemême/u pouvais résister.
ÉÈE
oisimplemortelle/ésisteràla déesseAphrodite? /En
serais-tucapabletoi? /ienspeux-tu lapunirde cequ’elle
m’afait? /u serais plus fort queleroidesDieux/CarZeus
est sonesclave commetout lemonde./ourquoi jesuis
partie? /C’est unequestion quejemesuis souvent posée. /Et
laréponse est toujours lamême /enesais pas c’estune
autrequi s’estenfuie/C’était moietcen’était pas moi./
Aphrodite étaitcachée dans ton palais/nvisible derrière
âris/Ellem’atout simplementemportée. /aisécoute 
tant que ârisavécu /Cypris m’enchaînaitàlui; /mpossible
derompre ces liens odieuxet sacrés. /ais àpeine est-il
mortj’ai tout fait pour terejoindre. /anuit jemontais sur
les remparts /et j’attachaisdescordesauxcréneaux. /e

15

voulais melaisser glisser jusqu'àterre/Etcourir jusqu’aux
tentes grecques/usqu’àtoi. /es sentinellesen
témoigneront car
élas /n m’atoujours reprise. /C’est qu’unautrehomme
veillait/Encoreun filsdelavieille /Deiphobem’avait
enlevée deforce/Et megardait prisonnière/Contrema
volonté contrelavôtre/Contre celle desroyens. /oilàma
tristehistoire/esuis laproie dudestin. /Enlevéemariée de
force àun homme détesté/etenue contremon gré dans une
ville étrangère/’ai sauvémapatrie au prixdemon honneur
/Et l’on m’yattendpour melapider. /aïe desGrecs/
Détestée desroyens/esuis seule au monde/ersonnene
me comprend.
(…..)
Dans lasuite écube essaie demontrerunàunlemanque
deplausibilité desargumentsd’élène.énélas semble
l’accepter mais on voitbien qu’élène aréussi sinonà
convaincre au moinsà créer le doute chezénélas.C’est
qu’écubeparaîtavoirbiencompris
ÉCBE
êmequandilcroit soncœur mort/l n’est pasd’amant qui
n’aime encore/l n’est pasd’amant qui n’aimetoujours4

osons-nous laquestion suivant dee quel genre derécit
s’agit-il lorsqu’élène composesa défense?ui renvoie à
cette autrequestion dequel genre d’actions s’agit-il

4bidpp. 97-107.

16

lorsqu’élène compose cerécit?otons que cette dernière
question netrouvepas saréponse dans lapremière.ous
savons qu’élène cherche àse défendremais nous voulons
plutôt savoircommentelle cherche àse défendreplus
précisémentcequelaforme du récit qu’elle composenous
permetdesaisirdesa défense deson rapportàsonaccusateur
énélasautant qu’àson rapportà elle-même devantces
accusations.
Examinons lesargumentsd’élène.emarquonsd’emblée
qu’il s’agit donc d’un récit qui seveut structurépardes
raisons.ndirait qu’élène cherche à convaincre énélaset
non pasàl’amadouer -bien quesur lafindeson récit eten
quelquesorte en supplémentexpressif elles’inclinera devant
énélaset seprendra àses genoux cequiétait un signe de
soumissionchez lesGrecs.Dequel genre deraisons s’agit-il?
élènenefournit pasà énélasdes informations nouvelles
lemettantdonc enconnaissance defaits qui pourraient
changer savisiondeschosesleseul fait que énélas ne
connaîtrait pas serait satentativeprésentée comme désespérée
delerejoindre en selaissant glisser lanuit par les remparts.
nformationd’ailleursbien peuefficacepourchanger la
visionde énélascar comme écubenemanquepasdele
signaler aucun soldat troyen nesetrouveplus làpour
l’attester.C’est plutôt uneinterprétationdefaitsconnus
qu’élène élaborepouressayerde convaincre énélas.
emarquonsencorequ’il nes’agit nullementderendre clair
cequi serait obscuroude donner un «sens»à cequi ne
l’aurait pas c’est unelecture defaits qu’élènepropose à
énélas – lecture bienentenduqui l’absoudraitdes
responsabilitéset donclarendrait innocente.uisquela
tragédie a eu lieulaguerre a décimélesGrecs conduitàla

17

destructionde roie etàl’esclavage deses femmes –cequi
est lepoint nodaldelatragédie d’Euripide-il fautbeletbien
des responsables ceuxàqui on pourrait ou ondevrait imputer
laséquence des malheurs.élène dans son récitfaitappelà
deux sortesderesponsabilités.’uneseraitdel’ordre du
personnell’autre del’impersonnel.élène commenceson
récit par l’attributionà écube delaresponsabilité delavie
même de âris quelesdieuxavaientcommandé detueràsa
naissancesachant qu’il serait la cause detous les troubles.
Cetteresponsabilitérectifiable déplace d’embléela
culpabilité chezécubemaisélènese doitd’aller plus loin
car lafautesupposée d’écubenesuffit pasà expliquer la
suite desévénements.e deuxième coupableseraiténélas
lui-même etcepar inadvertance dirait-on en laissant seule
élèneface àson séducteur/kidnappeur.aispeut-êtreles
vraiscoupables ou en toutcas ceuxdont l’agiréchappe à
toutcontrôle àtouterectificationsontdel’ordre de
l’impersonnel du transcendant dudestin oudelafatalité.
élènen’est pascoupable d’être belle etdeprovoquerainsi
lesdésirs.Ceserait la déesseCypris quiaurait provoquéle
désirde âriset même celuid’élènelorsqu’ellesetrouvait
avec âris c’est pourquoiceseraitune autrequiréellement
auraitagiàsaplace– une autre derrière elleincontrôlable.
C’est sansdoutel’argument leplus remarquable d’élène
lorsqu’elles’adresse à énélasen prenanten quelquesortele
taureau par lescornes-ourquoi jesuis partie? /C’est une
question quejemesuis souvent posée. /Et laréponse est
toujours lamême /enesais pas c’estune autrequi s’est
enfuie/C’était moietcen’était pas moi.-.Àla différence de
énélas quilalaissant seuleface à âris lefait par
inconscience c’est-à-direpar manque dejugementpar
aveuglementpar irréflexionpar légèreté élènelequitteon

1

le diraitavecnos termesparcetteforce del’inconscient qui
nousdépassequenous nepouvons pascontrôler.
’inconscientc’est nousetcen’est pas nouscar iléchappe à
notre conscience ànotrevolonté et donc ànotreliberté età
notreresponsabilité.emarquons enfinque cetappelàune
causalitéqui nouséchappeparcequ’ellen’est pas lefaitde
notrevolonté et nous rend ainsi noncoupablessielle est le
faitdepuissances transcendantesdans lerécitd’élène–
l’agirdesdieux - elleneleserapasdans tous les récits qui
essaientdejustifier l’innocencepardesdéterminations non
transcendantes –comme celle du socialparexemple.a
structure del’argumentestcependant lamême dans uncas
comme dans l’autre.

ais et laquestiondevient maintenantcrucialepour nous
élène croit-elleréellementencequ’elle dit?epourrait-on
pas penser qu’elle construit son récit simplementen vue de
convaincre énélas etce avec desarguments qu’elle
fabrique detoutes pièces ouplus précisément avecune
interprétation qui n’est fabriquéequepour le convaincre?
Commentdéciderdans un sens oudans l’autresi bien
entendul’efficacité convaincante de cesarguments repose
justementdans l’effetd’authenticitéquelerécitd’élène doit
provoquerchezénélas?uisqu’élènese doitde cacher ses
intentions sicelles-ci ne cherchent qu’à convaincre énélas
en subordonnant lesargumentsàlaseulefinalité d’obtenir
son pardonpourrait-on trouverdans son récitvoire dans son
attitude des indices qui nous permettraientde décidercette
question?efait quepourcertainsauteursélènesefait
enleverde bon grétandis quepourd’autreselle estenlevée
contreson grémontre bien que detels indices nesemblent pas

19

setrouverdans son récit oudans sonattitude.Cequi bien
entendu donne aux metteursen scène del’œuvre d’Euripide
deux possibilités.ousavons vuauhéâtre ational
opulaire de aris lamise en scènepour laquelle artre a écrit
sonadaptation.i nos souvenirs sontbons danscettemise en
scène élène croitencequ’elle dit ouplutôtrien nenous
permetdepenser qu’ellene croit pasencequ’elle dit.ous
avons vuauFestivaldethéâtre de tratford enaoût 200une
mise en scène dans laquelle élènemanipule énélasy
comprisavec des gestesdeséduction.ous sommes tentésde
penser queles interprétationsdu récit – oudel’agir –
d’élènenesont pas indépendantesdel’interprétation que
l’on peut faire des motivations mêmesdelaguerre contre
roievoire de cellesde énélas lui-même.Eneffet
l’adaptationde artrefaiteimmédiatementaprès laguerre
d’Algérie etauxdébutsdelaguerre enndochine cherche
surtoutàmontrer lesconséquencesd’uneguerre colonialiste.
a destructionde roiepar lesGrecs netrouverait nullement
son origine dans l’enlèvementd’élèneparâris celui-ci
n’étant qu’un prétexte.Elleneserait quelerésultatd’une
politique colonialistevoireimpérialiste5.Dans unetelle
interprétationceseraitélènequiauraitétémanipuléela

5artre étaitbien situépour pouvoiradopter unetelleinterprétationcar la
conquête del’Algériepar lesFrançaisaue avaitétéjustifiéepar la
giflequelemonarque algérienavaitadministrée àl’ambassadeur français
–et que celui-ciavaitconsciemment provoquée.D’ailleurslafabrication
deprétextes pour justifier le déclenchementd’uneguerreimpérialiste est
devenuemonnaie courante àl’époque contemporaine.l suffitdepenser
aux prétextes fabriqués par lesÉtats-nis lorsdelaguerre de conquête de
Cuba àlafinduesiècle del’interventiondans laguerre d’ndochine
ettout récemment del’invasiondel’rak.

20

rendantcoupablemême à elle-même.epourrait-on pas
penseralors quelesargumentsd’élènene cherchent pas
seulementà convaincre énélasdeson innocencemaisaussi
àse convaincre elle-mêmequ’elle est innocente?Dansce cas
lesarguments qu’elle élaboreles raisons qu’elle cherchene
pointent pas tellement vers lavérité elles nesont pas non plus
subordonnéesàunefinalitéqui pointevers l’autre sides
finalités peuventêtreiciattribuées elles pointent vers soi-
même.l nes’agiraitdoncpasd’unejustification face à
l’autremaisd’une autojustification.Cetteprésence d’un
tribunalchez soi-même devant qui nous nousdevonsde
justifier nosactions présupposeraitalors unenaturemorale et
les raisonsconstruites pour s’autojustifierconstitueraientce
quel’ondevrait pouvoirappelerdes «rationalisations».C’est
àl’analyse de ce comportement rationalisateur quenous
consacreronscet ouvrage.ouscommencerons paressayer
d’identifier lesactes rationalisateurs defixer leur particularité
dans l’universdesactionsetce dans le cadre dequelques
typologiesdéjàproposées.

21

1.ACTOSET RATOASATO

1.1.a typologie habermassienne des actions et la
rationalité

Dans son ouvrageThéorie de l’agir communicationnel
abermasélaboreunetypologie desactions qui entre autres
choses estcenséepermettre(1)d’ordonner lamultiplicité
desactions humainesen les ramenantàquelques types
fondamentaux(2)desaisir laformepropre derationalité des
actionsditescommunicationnelles.ereprendrai rapidement
l’essentielde cettetypologie.

abermasdistinguequatre concepts fondamentauxdel’agir à
savoir (1) l’agir téléologique(2) l’agir régulépardes normes
(3) l’agirdramaturgique et (4) l’agircommunicationnel6.
Dans l’agir téléologique«l’acteur réaliseunbut ou provoque
l’apparitiond’unétat souhaité enchoisissantet utilisantde
façonappropriéeles moyens qui dans unesituationdonnée
paraissent luiassurer lesuccès».orsquel’acteur fait
intervenirdans soncalculde conséquences l’attente de
décisiond’au moins unautre acteur quiagitaussien vue
d’atteindreunbutunetelleforme d’agirdevient stratégique.

6abermas ürgenThéorie de l’agir communicationnel, Tome 1.
Rationalité de l’agir et rationalisation de la société,Fayard aris197
pp. 101et suiv.

23

’agir régulépardes normesconcerneles membresd’un
groupesocial «qui orientent leuraction selondes valeurs
communes».abermas supposeque«les normesexpriment
unaccord existantdans un groupesocial».Bien qu’unetelle
supposition soitdiscutable7l’essentielde cetype d’actionest
l’obéissance àunenorme–décidée d’uncommunaccordou
imposée-et dans lamesureoù lanorme estcenséeréguler
descomportementsàl’intérieurd’un groupesocialdéterminé
l’attente descomportements qu’elleprovoqueou justifie.
’agirdramaturgique concerne des participantsdans une
interactiondont la caractéristiquefondamentale est qu’ils se
constituent réciproquementen un public.’acteur quiagit
d’unetellesorte cherche à créer uneimage delui-même en
dévoilant sasubjectivitéplus ou moins intentionnellement.
abermas signaleque cemodèlen’apasencore atteint le
niveaud’unethéoriegénéralemalgrélefait qu’il serviraitau
premierchefà décrirephénoménologiquementdes
interactions.Enfinl’agircommunicationnel «concerne
l’interactiond’au moinsdeux sujetscapablesdeparleret
d’agir qui s’engagentdans unerelation interpersonnelle».
’essentield’un telagir serait larecherche d’une ententesur
unesituationd’action etce avecl’objectifd’une coordination
consensuelle des respectifs plansd’action.Àpremièrevue
seul l’agir téléologiquesembleoffrir unaspectdela
rationalité del’actioncar il s’inscritdanscetteforme de
rationalitépar rapportàunefin (ttälinaioatZweckr) que ax

7lestclair eneffetquenombre denormes n’expriment nullement un
accordsocial mais sont lerésultatd’uneimposition.
Bienentenduil seréfèreici notammentàGoffman. (GoffmanWir
spielen alle Theater.Die Selbstdarstellung imAllag.unich1969).l
aurait pu seréféreraussià hakespeare commenous lerappellerons plus
tard.

24