//img.uscri.be/pth/0c0042d677dfb2f385cbe3ad602f365b983aa2c6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Se connaître soi-même pourquoi ? comment ?

De
140 pages
Dans un monde en changement constant où l'esprit humain est sans cesse sollicité par ce qui se passe « à l'extérieur », où la connaissance tend à être supplantée par la communication, quelle(s) signification(s) peut prendre la connaissance de soi ? Comment concilier le vivre-au-monde avec cette quête intérieure ? C'est cette question que l'édition 2012 de la Journée de la solidarité humaine se proposait de clarifier en se plaçant au carrefour des savoirs et des disciplines.
Voir plus Voir moins
Journées de la solidarité humaine
Se connaître soi-même pourquoi ? comment ?
Elsa Godart Pierre Guénancia MarieFrance Hirigoyen Jean Mesnard PierreMarie Morel Christiane Rancé Jérôme Sackur
Se connaître soi-même pourquoi?comment ?
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01751-8 EAN : 9782343017518
Se connaître soi-même pourquoi?comment ?
Actes du colloque organisé par la Fondation Ostad Elahi – éthique et solidarité humaine au Centre Sèvres le 15 septembre 2012
e Dans le cadre de la 11édition de la Journée de la solidarité humaine
Sous l’égide de l’Académie des Sciences morales et politiques
Journées de la solidarité humaine une collection de la Fondation Ostad Elahi – éthique et solidarité humaine reconnue d’utilité publique
Si la solidarité a un sens, il faut l’entendre universellement, sans restriction. Solidaires, nous ne le sommes pas seulement de nos proches, de ceux qui sont des «nôtres »(famille, amis, clan, communauté, société) ; nous ne le sommes pas seulement des plus démunis, de ceux qui se trouvent avoir besoin de notre aide ou de notre générosité. Solidaires, nous le sommes de chacun singulièrement, et de l’humanité dans son ensemble. Ce n’est pas un vœu pieux : d’une certaine manière, nous n’avons pas le choix, et les grandes crises du monde contemporain (11 septembre, tsunami, guerres, etc.) se chargent de nous le rappeler si nous l’avions oublié. Reste bien sûr à donner un sens effectif à ce sentiment irréductible d’une solidarité QpFHVVDLUH GH FKDTXH KRPPH DYHF WRXV 5HVWH j Gp¿QLU GH IDoRQ concrète et constructive, au-delà des clivages culturels mais aussi de la seule solidarité de circonstance, les moyens de pratiquer, de cultiver positivement l’appartenance à une communauté humaine GLJQH GH FH QRP /HV HQMHX[ G¶XQH WHOOH UpÀH[LRQ VRQW j OD IRLV sociaux, politiques, culturels, éducatifs, philosophiques. Parce qu’elle ne se résume pas à une belle idée, la solidarité se pratique et se cultive, en effet. Elle n’est pas une notion de secours, le minimum d’humanité requis en temps de crise. Relayée par des valeurs éthiques et spirituelles communes, elle peut s’épanouir en tolérance, et mieux, en respect mutuel, en sympathie active. La collection «Journées de la solidarité humaine» doit son titre à la Journée du même nom organisée chaque année par la Fondation Ostad Elahi. Elle entend contribuer à sa manière au développement d’une véritable culture d’humanisme et de solidarité en proposant GHV RXWLOV G¶DQDO\VH HW GHV SLVWHV GH UpÀH[LRQ VXVFHSWLEOHV G¶RULHQWHU les sociétés de demain.
Dans la même collection
Quelle sagesse pour notre temps ?(à paraître, 2013) Avec des contributions de L. Anvar, A. Baudart, B. Bourgeois,G. Gobillot, M.-R. Hayoun, M. Hulin, M. Lacroix, P. Magnard.
Spirituel et Rationnel : Les alliances paradoxales,2011 Avec des contributions de M. Balmary, B. Bourgeois, D. de Courcelles, A. Cugno, M. Dixsaut, É. During, P. Maniglier,J. Mesnard, Gh. Waterlot.
Comment la littérature change l’homme – Rûmi, Dante, Montaigne, Tagore, Hesse, Soljénitsyne,2009 Avec des contributions de L. Anvar, F. Bhattacharya, R. Dadoun, Mgr. Cl. Dagens, J.-Ch. Darmon, J. Risset.
L’Invention de la tolérance – Averroès, Maïmonide, Las Casas, Lincoln, Voltaire,2008 Avec des contributions de A. Benmakhlouf, N. Capdevila, B.de Negroni, C. Fohlen, M.-R. Hayoun.
De l’Esprit à l’éthique. Les constructions de l’humain,2007 Avec des contributions de A. Baudart, P. Maniglier, M. Meslin,J.-D. Nasio, J.-L. Petit, Fr. Worms.
L’Universel (au) féminin – Hannah Arendt, Camille Claudel, Marie Curie, Françoise Dolto, Eleanor Roosevelt, Clara Schumann,2006 $YHF GHV FRQWULEXWLRQV GH / $GOHU $ 'HOEpH % )UDQoRLV6DSSH\ H. Harter, H. Langevin-Joliot, J.-P. Winter.
Comment devient-on universel? Socrate, Confucius, Avicenne, Galilée, Bach, Gandhi,2005 Avec des contributions de A. Baudart, G. Cantagrel, Fr. Chareix,A. Cheng, R. Deliège, A. Hasnaoui.
Comment devient-on universel ? De Vinci, Shakespeare, Descartes, Mozart, Einstein, Luther King,2005 Avec des contributions de F. Balibar, J.-M. Beyssade, S. Bramly, % )UDQoRLV6DSSH\ $ .DVSL )U /DURTXH $YDQWSURSRV GH 3+ Imbert, directeur général des Droits de l’Homme au Conseil de l’Europe.
Quelle éthique après le 11 septembre ?2003 Avec des contributions de O. Abel, J. Baubérot, J.-M. Belorgey,% %RXUJHRLV -3 'XSX\ -3 *XHWQ\ 3+ ,PEHUW % .ULHJHO J.-M. Muller, D. Reynié.
6
Sommaire
Socrate : La connaissance de soi par Jean Mesnard .................................................................................................... 9
Soi-même et tous les autres par Pierre Guénancia............................................................................................. 19
La Connaissance de soi, un enjeu de société par Marie-France Hirigoyen ................................................................................. 27
Penser mon essence d’homme par Christiane Rancé............................................................................................. 37
Débats.................................................................................................................. 45
Les Dangers de la connaissance de soi. Critique épicurienne d’une illusion par Pierre-Marie Morel ......................................................................................... 71
Comment parvenir à la connaissance de soi ? par Elsa Godart ..................................................................................................... 81
Introspection et métacognition. Vers une analyse cognitive de la connaissance de soi par Jérôme Sackur................................................................................................. 93
Débats................................................................................................................ 103
Biographies............................................................................................................ 127
7
Autres publications de, ou sous l’égide de la Fondation Ostad Elahi aux éditions L’Harmattan.................................................................................... 133
8
6RFUDWH /D FRQQDLVVDQFH GH VRL
par Jean Mesnard
/RUVTXH M¶DL UHoX O¶LQYLWDWLRQ j SDUOHU GHYDQW YRXV GH OD FRQQDLVVDQFH de soi, j’ai éprouvé une profonde surprise, accompagnée d’une vive satisfaction. Eh quoi! me disai-je, les prophètes de notre temps ne sont-ils pas Darwin, Marx, Nietzsche et Freud, entourés de multiples épigones, largement relayés par les médias, et bien implantés dans l’opinion ? Que vient faire désormais la connaissance de soi dans cet XQLYHUV GX VRXSoRQ GDQV XQH KXPDQLWp TXL UHOqJXH DX[ RXEOLHWWHV OD révolution socratique visant à «ramener la philosophie du ciel sur la 1 terre »,autrement dit des astres et de la nature extérieure à l’être humain, XQH KXPDQLWp SURQRQoDQW O¶LQMRQFWLRQ © &RQQDLVWRL WRLPrPH ª TXL D dominé pendant plus de vingt siècles l’histoire de la pensée? Je me suis pourtant bien gardé de me laisser intimider; et, me sentant plus TXH MDPDLV KXPDQLVWH HW ¿GqOH j OD WUDGLWLRQ GHV PRUDOLVWHV FODVVLTXHV je me suis beaucoup réjoui de me trouver en bonne compagnie, puisque c’est celle de la respectable Fondation Ostad Elahi. Il est vrai que O¶LQVFULSWLRQ GH FH VXMHW DX SURJUDPPH G¶DXMRXUG¶KXL VL HOOH DI¿UPH sa permanente actualité, n’en suppose pas moins le sentiment qu’il ne s’agit pas pour nous d’occuper des positions acquises, mais d’entrer dans un débat susceptible de conduire à des réévaluations et d’imposer des conclusions nouvelles. C’est donc à une sorte de recherche que nous sommes conviés, pour laquelle ma participation introductive devra se contenter de baliser le terrain pour permettre un échange de vues total.
1 Selon une formule célèbre de Cicéron,Tusculanus, V, 10.
9