//img.uscri.be/pth/f5c617841047be0572802e8f2627ba249cbd9128
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Spinoza et la médecine

De
186 pages
La médecine est chez Spinoza un véritable modèle pour la pensée : son éthique constitue une thérapeutique du Corps et de l'Esprit, et le matérialisme médical joue un rôle décisif dans la constitution de sa philosophie de la nature. On comprend mieux alors comment la médecine permet de définir l'activité philosophique en tant que processus thérapeutique et comment le spinozisme est une invitation à prendre soin de sa vie afin d'accéder à la béatitude ou à la grande santé de l'âme.
Voir plus Voir moins

Spinoza

Éthique

et

et

la

médecine

thérapeutique

HIPPOCRATE E
Édusetedhpilosop
Collectiondirigéep
’unité originelle delamédecine
l’aventureintellectuelle delaGrèce
médicaldel’ccident.Cette collectio
larelation fondatrice entrelesdeux
ainsi qu’àlaphilosophie delamédeci
etàl’avènementdelamodernité.Elle
pensée contemporainevers les interro
savoiretdu savoir-fairemédicalet s
d’unesagesse.Ellevise enfinà donne
et sur l’épistémologie dans lequel p
premiers tempsdelarationalitéméde
Déjàp
eanombardL’épidémie moder
traité du chikungunya,2006.
Bernard andewalleMichelFou
decine2006.
eanombard etBernard ande
2007.
eanombard etBernard andew
le temps de l’émergence2007.
imoneGougeaud-ArnaudeauLa
rialisme clinique2008.
eanombardÉthique médicale
tiquité2009.
GillesBarroux - , ,Philosophie de la
gie, mythologies2009.
ictorargerDevenir médecin, phénoménologie de la consulta-
tion médicale2011.

Bernard

Vandewalle

Spinoza et la médecine
Éthique et thérapeutique



ru



© ’rmttn20
l’Eololythniqu

00

httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattanwanadoofr
harmattanwanadoofr

B  2230
EA  2230

ris

I

UNEPHILOSOPHIE DELANATURE

Ebut n'est pasdu toutdeproposer uneinterprétation
d'ensemble del'ontologie de pinozaqui supposerait un
travaild'une autrenature.'enjeuest plus modestemais aussi
bien décisif.l s'agitdemontrer que pinozas'est nourridela
pensée etdelapratiquemédicalesdeson tempset que celan'a
pas été sanseffet sur la constitutiondesaphilosophie.pinoza
se donneles moyensdepenser lamédecine et sesenjeuxàla
lumière del'extraordinairerévolution scientifique deson temps.
apratique delamédecinelui sertaussiàpenser laspécificité
del'activité philosophique en tant queprocessus thérapeutique.
'appendice delapremièrepartie del'Éthiques'achève–etce
n'estcertainement pas par hasard– sur lanotiondesoin oude
purgationemendaresoigner ouexpurgersoit letermemême
utilisécommesubstantifdans letitre duTraité de la réforme de
l'entendementselon latraduction usuellequi substituelanotion
politiqueou juridique deréforme à celleplusexacte d'amen-
dement oud'épurationterminologie en toutcasd'inspiration
clairement médicale.ais pourcomprendrel'importance de ce
modèlemédicaltant sous l’angle del'épistémologiequesous
celuidel'éthiqueil fautd'abordmettre en placelesconcepts
fondamentauxdel'ontologiespinozistequi ont rendu possiblela
constitutiond'une des plus grandes philosophiesdelanature de
toutel'histoire delapensée.
Cequicaractérisenombre d'interprétationsde pinoza c'est
trop souvent lavolontédetirer lapensée denotre auteurducôté
detelleou telleinfluence lepanthéisme dela enaissancela
philosophiejuivelemécanisme et lasciencegaliléenne etc.r
pinozaoffre àson lecteur unepenséequiest uniquesingulière
et reconnaissableimmédiatementdans son écriture et seseffets

8

Spinoza et la médecine

devie.aphilosophieneressemblequ'à elle-même etellese
révèleirréductible àtelleou telleinfluence.Àpartird’unetrès
grande diversitédetraditions philosophiques pinoza asu
élaborer unephilosophiesa philosophiequi neseprétendpas
lameilleuremais simplement unephilosophievraie commeil
lesoulignelui-même dans unelettre célèbre àAlbertBurgh.
C'est toujours laquestion ontologique del'unetdu multiple
qui setrouveposéeici comme dans laphilosophie de latonet
notamment l'étourdissante constructiondu jeudialectique du
Parménide.Comment eneffetpasserdu multiple àl'unetde
l'unau multiple?aformeplatonicienne demeure-t-elleidenti-
que à elle-même dans leschoses multiples oubienaucontraire
sefragmente-t-elle àl'infinidans la diversitédeschoses ?En
termes spinozistes faut-il privilégier laplénitude delasubstance
infinie dans sonadhésionàsoi ou laformidablepuissancequi
s'exprime dans laproductivitédes modes ?l nous sembleque
pinoza conjuguelesdeux mouvements ascendant vers la
substance etdescendant vers les modes dans unegrandepensée
del'immanence.Chaque chosesingulière exprimel'infiniepuis-
sance delasubstancequielle-mêmen'est queparetdans la
multiplicité infinie desesaffirmations modales comme dans la
symphonie delaquatrièmehypothèse duParménide.
'élémentdetoute connaissancehumaine est pourpinozala
connaissance deDieu1.C'est qu'il s'agitdans ledeDeosoit la

1.-.Desanti leremarque bien«C'estbien l'entendement (intellectus) qui
setrouveici installéaucœurdel'infinicommefoyer éternellement productif
des idées.'idée deDieu n'est plus seulement uncontenudepenséequeje
découvre en l'âme.aisbiendavantagelepointderéflexion au seinde
l'attribut infini nommépensée del'infinitédelasubstance elle-même.oilà
cequesignifielecommencement aDeo.apossibilitédu savoir humain se
trouveinscrite dans l'indivisible et infinieproductivitédelasubstance.'idée
adéquatenelaisse aucun résidu »Le philosophe et les pouvoirs et autres
dialogues achette ittératures coll.luriel2008p. 64.eprocessusdela
connaissancen'estdonc astreintà aucune enquêtesur sesconditionsa priori.
Demêmelaraisonaquelque chose d'absolu desortequelatotalitédu réel
est pleinement intelligible.nestbien iciauxantipodesd'unephilosophie de
type critiquesur lemodèlekantienoupinozaouant…

Une philosophie de la nature

9

premièrepartie del'Éthique de connaîtrelatotalitédu réel.Car
toutcequiest réelest pleinement intelligible.apensée et la
connaissancenesontdonc en rien l'œuvre d'un sujet commesi
elles étaientdenaturesubjectivemaisellescoïncidentavecun
processus immanentau réel lui-même.Etc'estceprocessusde
productiondu réeldans laproductivité infinie delasubstance
que décrit lapremièrepartie del'Éthique.l n'yani fondement
subjectifni sujetdela connaissancepuisquel'entendement
n'est pas lepouvoird'un sujet mais lapropriétédela ensée
comme attribut infinidelasubstanceoubiencommemode
infinidel'entendementdeDieu.es premières propositionsde
l'Éthiquefontassisteràl'autoproductiondu réeldans l'affirma-
tionabsolue delasubstanceinfinie.
pinozapartdel'intelligence enactequiest lavie del'esprit.
outes lesdéfinitions par quoicommencel'Éthique eneffet
sont rapportéesàunacte del'intelligence(intelligo« je com-
prends »).'Éthiquecommence certes par unepremière défi-
nition relative àl'infini celle dela cause desoimaiselle abor
-
de aussitôt laquestiondu finidans sa deuxième définition1.e
fini se comprendpar l'infinimaisc'estbien lui qu'il s'agitde
changerdans le doubleprojetd'une cathartique del'esprit (le
purifierdes maladiesdel'esprit)etd'unelibération éthique(la
clinique desaffects).lestessentielde comprendrequel'entre-
prise de pinoza a d'abordun sens éthique dont nousanalysons
ici laportée« thérapeutique».
aréalitécoïncide ainsiavecleprocessus immanentdela
cause desoi identifiée àDieu.emouvementdudeDeoira en
conséquence commel'a bien notéierre acherey de ceque

1urces questionsabondammentanalysées par lescommentateursvoir le
beau petit livre de aoloCristofoliniSpinoza,Chemins dans l' «Éthique »
..F. hilosophies n°6919981996]pp. 15et 32.'auteur invite chaque
lecteuràs'approprier l'œuvre de pinoza en élaborant ses proprescheminsde
lecture etaussibiendevie.Defaitnous proposons ici unchemin parmi
d'autresdans lavaste cartographie conceptuelle delaphilosophie de pinoza
celuid'unemédecine del'âme etducorps.amétaphore ducheminest
intéressante carelleinterditderéduirela complexitédelapensée de pinoza
àun seulde cescheminsetdonc àun filconducteur unique.

10

Spinoza et la médecine

Dieuesten soi (in se)àtoutcequ'il faitexisterdans laproduc-
tivité infinie desapuissance(a se).Et il yaréciprocité pleine
entre cequeDieu produitetcequ'ilcomprend.Dieuestdonc
substanceinfiniequienveloppetoutcequiexiste et toutcequi
peut être compris.ais l'idée deDieu n'apparaît que dans la
définition et laproposition desortequ'on ne commence
pas parDieu contrairementàuneidéereçuemais qu'on y
parvientàpartirdela constitutiondes notionsde cause desoi
desubstance etd'attribut.asubstanceinfinie est plénitude
d'être etaffirmation pure.Dieuest l'êtreinfinidont l'essence
enveloppenécessairement l'existence(aséité ontologique et
épistémologique Dieuest l'êtrequiexistepar lui-même et qui
se comprendpar soi)làoù leschoses finies se caractérisent par
lefait queleuressencen'implique en rien leurexistence(propo-
sitions et).
àoù lasubstance est suffisancelemodeluin'existeque
comme affectiondelasubstance etdoncparelle.Comme effet
lemode existenécessairementenautre chose.C'est queDieu ou
lasubstanceinfinie estàlafoiscause desoietcause detoutes
choses.ais pourcomprendre comment lapuissanceinfinie de
Dieu oudelanaturepeut être constitutive detoute chosefinie
il faut faireintervenir unenotion quiestcommune àDieuetaux
modes celle d'attribut.esattributs eneffetsontconstitutifs
delasubstanceinfinie.Chacund'entre euxest puissanceinfinie
quiexprimel'essenceinfinie delasubstance dans un genre
d'êtrequiest qualitativementdistinct ainsipourceux quenous
connaissons del'Étendueoudela ensée.Ainsil'infinidela
substancesetrouve constitué par uneinfinitéd'infinis (les
attributs).'attributestbiencequi permetàlapuissanceinfinie
delasubstance d'exprimer son infinieforce d'être dans un genre
d'êtreparticulieret ilestaussibiencequel'intellect perçoitde
lasubstance.outelasubstance estdanschaque attributtoutde
mêmequetoutel'étendue estdanschaquegoutte d'eau ou toute
lapensée danschaqueidée.
Constitutifsdelasubstancelesattributs sont producteursdes
modesl'infiniest immanentau fini pinozaplaçant l'infiniau

Une philosophie de la nature

11

cœurdelaproductivitédetout êtrefini (laproposition
montrequetoutcequiest estenDieuet querien sansDieu ne
peut êtreni se concevoirtoutdemêmequelaproposition
soulignequeDieuestdetouteschosescauseimmanente
et non transitive).a diversité infinie des modes renvoie ainsià
laproductivité infinie delasubstance comme autantd'affec-
tionsde celle-ci.C'est lathèsefameuse del'univocitédel'être
qui se ditdelamêmemanière dans saréalité finie(modale) ou
infinie(substantielle).asubstancen'estdoncpas un étant ou
un êtreprivilégié denaturetranscendantemais toutcequiest
existe et peut aussibienêtre compris.Car lemêmeordre
substantielet lamême connexion s'effectuentdans tous les
attributs.C'est ici lanon moins fameusethèse du parallélisme
(le conceptestde eibnizet nonde pinoza).
Entreles modes finiset lesattributsexprimant lasubstance
on trouve des modes infinis quidésignent l'ensembleinfinides
modes finis.n modeinfini médiatest laFace del'nivers
entier qui restetoujours lemême(Facies totius Universi)soit
l'étatdu monde concretdans lequel nous vivons àquoicorres-
pondentdeux modes infinis immédiatspour la enséel'intellect
infiniet pour l'Étenduelemouvementet lerepos1.
anature del'homme estenconséquencemodale et non pas
substantielle dans un retournementconceptuelanticartésien.
ar le corpsl'homme est uneffetdel'attributÉtendue dela
substanceinfiniepar sonesprit ilesteffetdel'attributensée.
l n'estdonc en rienselon la célèbreformule de pinozaun
empire dans un empire.Car lepropre d'une chosefinie estde
pouvoir êtrelimitéepar une autre demêmenature(définition
).outeréalité finie etdonc aussibien l'êtrehumainpeuten
conséquencesetrouveraltéréeou modifiéepar une autreréalité.
Commepartie delanaturel'êtrefiniest nécessairement limité
limitation quiestextérieure et non intérieure.Cette approche a
uneportée àlafois éthique et épistémologiquerelativementàla
conception spinoziste delamédecine.l ya donc bien unefragi-
litéconstitutive dela chosesingulièrepar nature exposée àune

1ettre à chullerdu 29 juillet 1675.

12

Spinoza et la médecine

multiplicitéde déterminationscausalesetd'actions provoquées
pardes réalités plus puissantes qu'elle.ous verrons l'impor-
tance de ceci quantàl'approchespinoziste delamaladie.l n'ya
pasde clôturesur soidelaréalité finielaquellemodifieles
autresen permanence et setrouve àson tour modifiéeparelles.
Au sens strictdu termelaphilosophie de pinozan'est pas un
panthéismeoùchaque choseseraitDieucommel'unitédela
totalitédeschoses.etermen'apparaîtra eneffet qu'en 1705
avec .oland.C'est que pinozaimposesamarquephiloso-
phiquepropre àlaquestion traditionnelle del'unetdu multiple
évoquéeplus haut.Dieu n'est pas l'npuisque aussibien
l'intuitiondu troisièmegenrenousdélivrelamultiplicité infinie
desessences singulières sans jamais l'épuiser.Et on sait que
pinozasera amenéà commenterdurement laréférenceplatoni-
cienne.otreunivers ceque pinoza appellelaFacetotale de
l'niversentiern'est quelemodeinfini médiatdel'undesattri-
butsdelasubstancelesquelsattributs sonten nombreinfini.De
sortequ'uneidentification simple deDieuàlanatureouànotre
monde commeleveut lathéorie du panthéismetellequeles
querellesdu 18èmesièclelafera apparaîtren'est pasenvisagea-
ble.implementlanaturenaturéesoit toutcequi suitdela
nécessitédelanature deDieuet nepeut se comprendresans lui
car étanten lui doit êtrerapportée àlanaturenaturantesoitce
qui étanten soiet par soiestDieu même comme causelibre
(scolie delaproposition).Defaitlafameuseformule
Deus sive naturan'intervient que deux foisdans l'Éthique
commelesouligne ierre acherey età chaquefois pour
caractériser lelien qui unit l'être deDieuet l'effectuationdesa
puissance dans leréel1.C'est quenaturenaturée et nature
naturantesont uneseule et même chose considérée de deux
pointsdevue différents.Car l'infini peut se diresous laforme
del'existencemodaleoubiendel'existencesubstantielle.l n'y
apasencesensd'infériorité ontologiqueoudemoindre dignité
1l s'agit icidela réface dela4epartie del'Éthique.oir le commentaire de
.acherey quiconstitueun guidesûrIntroduction à l'Éthique de Spinoza,
La première partie, La nature des choses ..F.20011998]p. 13et note1.

Une philosophie de la nature

13

delanaturenaturéepar rapportàlanaturenaturante(lamême
causalité s'yexerce)sicen'est qu'ellenepeutexisteret se
comprendrepar soi1.
apensée de pinozan'est pas non plus unmatérialisme
puisque delasubstanceinfiniequ'estDieu ou la aturenous
connaissonsdeuxattributsl'étenduemaisaussi lapensée.
'attributdela ensée constituetoutaussibien quel'Étendue
l'essence deDieu« je croiseneffet qu'il ya dans lanatureune
puissanceinfinie depenseret que cettepuissance contient
objectivement dans son infinitélanaturetoutentièreles
pensées particulières qu'elleformes'enchaînanten même
manièrequeles partiesdelanaturequiest l'objetdontelle est
l'idée»2.l ya doncunepensée dans lanature au niveaude
l'entendement infinideDieuetdesentendements finis qui sont
les nôtres.Et l'entendement infinideDieuestaussibiencequi
donneuneintelligibilité universelle àlanature.otrepensée
modale elle-mêmen'est qu'uneffetdelapensée-causequ'est
l'attributdelapensée.
'existence de deuxattributs interditdemêmeune assimi-
lationdelapenséespinoziste àl'idéalisme car l'étenduen'est
pasendehorsdelasubstance divine lasubstanceinfinie expri-
mesapuissance dans l'univers matériel.n sait que pinoza

1Dans lalettre  à .sten pinozamontrequ'il yapeude différence
entreleDeus sive naturaet l'identificationdeDieuàl'univers (Universum
esse deum)«ene demandepas ici pourquoic'est tout un ou peudifférentde
juger quetoutdécoulenécessairementdelanature deDieuetd'identifierDieu
àl'univers »inŒuvres 4, Traité politiqueLettres citédésormaisLettres
p. 274.a différence estcelleprécisémentdelanaturenaturante etdela
naturenaturée.aisceci nepermet pasd'identifier purementet simplement
Dieuàlanature. «outefoiscroire commelefont quelques-uns unsquele
raité théologico-politiquesefondesurceprincipequeDieuet lanature(par
où l'onentendune certainemasseou matière corporelle) sont uneseule et
même chose c'est setrompercomplètement » ettre  à enri
ldenburgLettresp. 335.CarDieu s'exprime aussibiendans l'attribut
ensée et on nesauraitainsi leréduire àlamatière corporelle.amêmelettre
montrequeDieuestcauseimmanente et non transitive detouteschoses qui se
meuventainsienDieu.
2ettre Lettrespp. 237-238.

14

Spinoza et la médecine

refuse demêmetoutthéisme carDieu n'est pas unepersonne
séparée du mondetranscendantepas plus qu'ellen'estcréatrice
de cemonde « jen'établis pasentreDieuet lanaturelamême
séparation quelesauteursàma connaissanceont établie»
souligne pinoza1.a causalitédeDieuestbien immanente2
Deus sive natura.
Enfinlathèse del'athéismede pinozasoutenue àlasuite de
Bayleparcertainscommentateurs serévèle bien problématique.
CarpinozapartdeDieu (et non pasdela conscience comme
Descartesoubiendescréatures commeles scolastiques)selon
la célèbreformule de schirnhaus.Dieuest substanceinfinie
constituée d'uneinfinitéd'attributsil sesuffitàlui-même et se
comprendpar soi.l épuiseparconséquent tous lescorpsexis-
tantspuisquetoutes leschosesdu monde existentet viventen
Dieuet parDieu.ous lescorps individuels sontainsi intégrés
àl'unité indivisible d'unetotalité structurée desortequ'ils ne
forment pas unesimple collection indéfinie d'êtres singuliers
mêmesipinozane conçoit pasDieucommeunepersonneou
commeuneréalité transcendantepuisquelapuissanceinfinie
deDieu s'exprime dans latotalitédu réel.
outescesassimilationsdeviennentainsi problématiquesàun
moment ouàunautre cequi interditderabattrelapensée de
pinozasur un quelconquemonisme.Concluons pinozan'est
comparablequ'àlui-même etcejeud'associations n'a comme
but que detenterde cerner unepenséehors normelafameuse
anomalie sauvagedelapensée de pinozaselon lemotcélèbre
d'Antonioegri.Cettegrandephilosophie delanature constitue
philosophiquement un vasteplan d'immanencedans lequel
s'exprimel'infinieproductivitédeschoses (naturenaturée)et
donc aussibiendelasubstance(naturenaturante).Dieuest un

1ettre Lettresp. 143.Danscettemêmelettre pinozamontre bien qu'il
réaménagelaligne deséparationentrelesattributsdeDieuet leschosescréés
etce contrelesauteursdelatradition.
2Commelenote ierre achereyletermeimmanensn'intervient que deux
fois dans laproposition dudeDeopour mettre en évidencelaperma-
nence d'un principe causal infini (Dieu)dans leschosesop.cit.p. 149.

Une philosophie de la nature

15

principe d'activité présenten tout êtreilest unepuissance de
vie etdemouvementdans leschoses à cetitreproducteurd'une
infinitéd'effets1.
ais n'oublions pas aussiquel'œuvre centrale de pinoza
est uneéthiqueil s'agitd'abord defaire comprendre au lecteur
quelles sont les voies possiblesdesonbonheur.pinozapropo-
seune doctrine du salut par la connaissance deDieu.e butest
clair conduiremore geometricol'homme àla connaissance de
sonâme etàla béatitude.D'où la constructiond'uneéthique de
lajoiequi veut libérer toutelapuissance affirmative delavie en
l'homme.
rcetenjeu éthique est régulièrement présenté parpinoza
lui-même commeunethérapeutique et unerecherche desanté
del'âmeindissociable delasantéducorps en vertudu parallé-
lisme un mêmeévénement s'exprime de deux manièresselon
l'étendue(le corps)et selon lapensée(l'esprit)puisque ensée
etÉtenduesont lesdeux grandsattributs qui permettentde
comprendrelaproductivité infinie delasubstance.Augmenter
lesaptitudesdel'âmesupposenécessairement dans lemême
temps de développer les potentialitésducorps.Aussibien
existe-t-ilchezpinozatouteunepsychologie desaffectsune
1Antonioegri montrel'existence d'uneanomalie hollandaise au sens où la
ollande avécu uneparenthèsehistorique et unephase d'expansion économi-
quequi l’ont préservéeuncertain tempsdela crise baroquepropre au 17ème
siècle.afraîcheurdel'humanismerenaissantestainsi restéeintacte dans la
ollande duiècle d'or cf.L'anomalie sauvage, Puissance et pouvoir chez
SpinozaÉditionsAmsterdam2007pp. 42-43.apensée de pinozaresterait
marquée au moinsdans sapremièrephaseparcettepensée dela enaissance
qu'ellesubvertirait radicalementdans unegrandepenséematérialiste del'être
commesurfaceplénitudepositivité dans l'infinieproductivitédeschoses
singulières.elleserait l’anomalie sauvagede pinoza.i l'idée d'une anomie
spinoziste est séduisante cettelecturematérialisteresteproblématique dans
sesexcès au vudes texteseux-mêmes.arailleursl'auteur récusetouteidée
dethérapeutiquespinoziste p. 238note25]sans guèrefournird'arguments
hormis l'absence d'individualisme chezpinoza.aisnous semble-t-ilil ya
uneréflexion politique chezpinoza d'inspiration médicaleou physiologique
(voir plus loin notre chapitre ).

16

Spinoza et la médecine

psychiatrie des formesdudélirehumainunemédecine de
l'âmeune diététique doncunepensée du régime devieune
théorie del'usage des plaisirs.amédecine constitue ainsi un
paradigmefondamental constammentàl'œuvre dans lapensée
de pinoza.on quetoutesapenséepuisses'y réduire  au
finalla béatitudesuppose de dépasser lesimple enjeud'une
thérapeutiquephilosophiquemais la cure constitueun moment
nécessaire du parcours philosophiqueproposé parpinoza.Ce
n'est pas hasardsi undisciple de pinozaparmi les meilleurs
schirnhaus aproposéprécisémentuneMédecine de l'âme
(Medicina mentis).
n trouveégalementdans lavie etdans l'œuvre de pinozales
marquesd'un intérêtconstant pour l'art médical.Entouréde
médecins pinoza avait uneforte connaissance del'anatomie
deson temps.Et si saphilosophie est l’une des premièresà
s'interroger dans un renversement ontologiquemajeursur la
puissance ducorps (onconnaît la célèbrequestionqu'est-ce
quepeut uncorps ?) c'est sansdoutepour unelargepartque
pinoza aété influencé par uncertain matérialismequiafini
c'est notrehypothèsepar marquer l'ensemble desapensée.a
réflexion sur lamédecinejoue ainsià deux niveaux d'abordsur
lapratique et la connaissancemédicales ensuitesur la consti-
tutiondelaphilosophie elle-même en pratiquemédicale.Et il
s'agitbienau finalderechercheret lasantéducorpset lasanté
del'âme dans unevéritablethérapeutiquephilosophique.
Cemodèlemédicalaété trop peuexploré aubénéficesans
doute du paradigme euclidien oubiendu modèlephysique de
la dynamiquegaliléenne.nefoisencoreil nes'agit pasd'en
fairela clé uniquepermettantd'entrerdans la citadellephiloso-
phique del'Éthique car il yaplusieursentrées légitimes dans
lamesureoù leseffetsconceptuelsengendrés par lapratique
philosophiquenesont possibles quesur la base d'un gigantes-
quetravailduconcept portant sur les matériaux les plusdivers
(songeonsparexemple aux incroyables ressources herméneu-
tiquesetexégétiques quesupposeuneœuvre commeleTraité
théologico-politique).Demanièresignificative eibnizachève

Une philosophie de la nature

17

unelettre adressée à pinoza en lequalifiantdemédecin1
emendator]  pinozamédecinducorpsetdel'âme?lest
loisible à chaquelecteurderessentir leseffets proprement
thérapeutiquesdelaphilosophie de pinoza en faisant siennela
lecture del'Éthique.
electeur trouvera dans lasuite de cet ouvrageuneétude des
connaissances médicalesde pinoza etdeson rapport personnel
àlamaladietel quesesbiographes peuvent nous permettre de
lescomprendre(chapitre )puisdeses propresconceptions
physiologiquescentrées sur lafabrique ducorps (chapitre ).
n voitapparaître dans l'œuvre de pinozaunethéorie des
maladiesdel'esprit (chapitre ) en particulieravecleTraité
de la réforme de l'entendementqui neserapas sansalimenter
unetrès longuepostérité philosophique ainsi qu'une clinique
desaffectscomme dans l'Éthique(chapitre ).C'est qu'il s'agit
demettre en œuvreunethérapeutiquephilosophique(chap.)
dont le butest la béatitudeou lagrandesantédel'âme(chap.
).ais il ya aussi touteunepolitique delamédecinequi
constitueun ressort fondamentaldelapenséespinoziste(chap.
) àmesurequel'individu nesaurait êtrepensécommeune
monade closesurelle-mêmepuisquesanature estd'entrerdans
unemultiplicitéderapportsde compositionavec d'autres indivi-
dus.Chaqueétudepeut êtreluepourelle-même en fonctionde
ses propres intérêtsdelecturemêmesi leparcoursd'ensemble
possèdeune cohérence et suggèreunelogique d'interprétation
globale.Au finalil revient évidemmentà chacunde construire
dans l'œuvre de pinozason itinérairepersonnel.

1ettre GebhardtSpinoza Opera eidelberg1924vol. 4p. 231.e
termen'est pas reproduitdans l'éditiondela léiadenidanscelle d'Appuhnen
GF.a dernièreéditionendate dela correspondance de pinoza comporte
cettelettres'achevant surces mots«Àonsieurpinoza édecin trèscélè-
bre et philosophetrès profondparcouvertàAmsterdam » inpinozaCorres-
pondanceGF2010traductionet présentationde axime overe ettre45
p. 277 (citédésormaisCadnoecnorspre overe).