Tradition et modernité

De
Publié par

L'auteur examine le rapport tradition et modernité dans ses ruptures et ses compromis et tente non seulement de lire, mais aussi de dépasser ce conflit en rapport à la condition historique de l'homme. Il s'appuie sur l'herméneutique ricoeurienne, et invite chaque génération à assumer sa responsabilité pour la construction d'un meilleur avenir, par la transcendance des identités réductrices qui constituent aujourd'hui une menace dans nos sociétés.
Publié le : mardi 15 mars 2016
Lecture(s) : 17
Tags :
EAN13 : 9782140004445
Nombre de pages : 248
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Godefroy NOAHON ANA
TRADITION ET MODERNITÉ Rupture ou continuité ?
Préface de Monique CASTILLO
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
Tradition et modernité Rupture ou continuité ?
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Benoît BASSE,De la peine de mort en philosophie, Quel fondement pour l’abolition ?,2016. Bruno TRAVERSI,Le corps inconscient. Et l'Ame du monde selon C.G. Jung et W. Pauli,2016. Pierre-André STUCKI,Démocratie et populisme religieux. L’homme est-il un loup pour l’homme ?,2016. Ange Bergson LENDJANGNEMZUE,Identité et primauté d’autrui. La philosophie merleau-pontyenne de l’hospitalité, 2016. Mahamadé SAVADOGO,Théorie de la création, Philosophie et créativité, 2016. Marc LEBIEZ,Œdipe athée, Les hommes abandonnés des dieux, 2016. Philippe FLEURY,Nicolas de Cues et Giordano Bruno, philosophes de la Renaissance, 2016. Christian SALOMON,La Condition corporelle, 2015. Edmundo MORIM de CARVALHO,Paradoxes et peinture I : Escher, Klee, Kandinsky, Matisse, Picasso, 2015. Edmundo MORIM de CARVALHO,Paradoxes et peinture II : Monochrome, Hyperréalisme, expressionnisme abstrait et pop art, 2015. Lenka STRANSKA, Hervé ZÉNOUDA (dir.),Son – image – geste. Une interaction illusoire ?, 2015. Jean-Luc EVARD,Du sensible au sensé, 2015.
Godefroy NOAHONANATRADITION ET MODERNITERupture ou continuité ? Préface de Monique CASTILLO L’Harmattan
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07907-3 EAN : 9782343079073
PREFACE Monsieur l’abbé Noah élabore dans son ouvrage, Tradition et Modernité. Rupture ou Continuité ?une sorte de topique des relations entre tradition et modernité, un procédé qui a l’avantage de ne pas reproduire l’histoire de la philosophie moderne de manière chronologique, mais qui choisit d’ériger des modèles de réflexion en schèmes d’intelligence de la modernité qui se peuvent partager. Ainsi, le personnage de Voltaire ou la personnalité de Joseph de Maistre illustrent deux modes de rupture : l’un, parce qu’il rejette la tradition, l’autre, parce qu’il rejette la modernité. C’est cette exclusion réciproque, en deux versions distinctes, qui se trouve analysée comme une topique dont les figures peuvent se retrouver dans d’autres événements (dogmatisme et fanatisme provoquant des scepticismes et des révolutionnarismes dont la rigidité peut, en retour, encourager des conservatismes agressifs). L’auteur transporte dans les temps contemporains le produit de sa réflexion sur ces inconciliables, ce qui le conduit à percevoir combien le statut moderne de la raison s’y trouve mis en cause et même en péril, au risque de conduire la raison à ne plus savoir faire front contre les retours occultes de la tradition ou les excès de la modernité. Penser la laïcité et repenser la foi apparaissent ainsi comme deux nouveaux défis qui suscitent le besoin d’une rationalité qui soit critique et constructive tout à la fois. Le destin de la raison se confond alors avec le devenir de la démocratie : Joseph Ratzinger et Habermas illustrent la capacité et le courage d’en parler ensemble. C’est toujours avec tact et prudence que les textes, qu’ils soient empruntés au christianisme ou au rationalisme sceptique, aux antimodernes ou aux progressistes, sont examinés. Il ne s’agit ni de condamner ni de louer, mais de prendre conscience et d’adopter le ton
7
de la responsabilité face à l’avenir. En recourant au rationalisme examinateur de Kant, Monsieur Noah suggère de regarder la modernité selon sa fécondité scientifique et sa générosité juridique sans hésiter pour autant à pointer la faiblesse de son pouvoir de comprendre ce qui échappe à son domaine : la foi, l’amour, le registre du cœur. En étudiant alors tout particulièrement la force du symbolisme kantien comme mode d’expression de l’indicible et comme la capacité d’interpréter les ressources éthiques du symbolisme religieux, il peut examiner la pensée critique contemporaine à la lumière de ses sources modernes et des promesses de jadis. Aussi peut-il terminer son parcours en rendant justice à Paul Ricœur, philosophe de l’interprétation, pour son courage d’avoir affronté des écoles de pensée rivales et d’avoir regardé avec la même rigueur les ressources de la foi et les soupçons de la philosophie déconstructive. La conciliation entre tradition et modernité, entre foi et savoir, entre passé et avenir ne résultera ni de l’oubli ni de l’ignorance ni de la paresse, mais d’un travail de la connaisse de soi qui passe par l’autre, en donnant à chaque place et à chaque temporalité son rôle de bâtisseur dans l’élaboration d’une histoire qu’il faut bien écrire ensemble, à l’heure où l’interdépendance entre les peuples n’a jamais été aussi grande. Ce message, livré par l’ouvrage, apporte une contribution précieuse au dialogue entre les cultures dont notre époque a soif. Pr Monique CASTILLO U.P.E.C. France
8
INTRODUCTION Etablir un parallèle entre les concepts de tradition et de modernité est une entreprise très complexe. A nos yeux, cette complexité pourrait s’expliquer de prime abord par le caractère antithétique de ces deux notions. Ce qui généralement développe entre elles, une apparence conflictuelle. De plus cette difficulté serait également considérée comme la conséquence des problèmes sémantiques qui les entourent. Ainsi, pour mieux appréhender ces deux notions, il conviendrait de les aborder en tenant compte qu’elles obéissent chacune à une acception plurielle. En ce qui concerne la tradition par exemple, on peut tenter de la saisir d’abord en rapport au temps. Dans ce sens, elle désignerait ce qui est de l’ordre du passé par opposition au présent et au futur. Il s’agirait de tout ce qui appartient à une époque révolue, et qui par conséquent, reflète une apparence dépassée. Par ailleurs, ce concept pourrait aussi être envisagé par rapport à la morale. Il aurait alors pour contenu, un ensemble de normes et de prescriptions destiné à la codification des attitudes et des comportements des individus dans une société donnée. Bien plus, de l’usage du concept tradition, on peut aussi entendre un état d’arriération qui se mesure au degré de la rusticité. On parlerait dans ce sens de l’état primitif pour ainsi dire, un état de développement encore rudimentaire. Lorsqu’elle est ainsi considérée, la tradition semble développer à l’égard de la modernité une relation pour le moins antinomique. Car la modernité suivant les trois critères de définition que nous venons d’évoquer apparaît du point de vue temporel s’opposer au passé ou au dépassé, pour s’identifier au présent ou à l’actuel. De plus lorsqu’elle est envisagée du point de vue moral, elle s’opposerait à l’échelle de valeurs traditionnelles,
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.