Bouddhisme et Islam

De
Publié par

Bouddhisme et islam font de l'interdiction du meurtre le premier de leurs commandements et ont de ce fait pour vocation première d'être des facteurs de paix. Islam et bouddhisme ont également en commun de vouloir contribuer à l'amélioration du monde réel, de se préoccuper de la fraternité et de la justice entre les êtres humains. Le dialogue que l'on va lire dans ces pages est un exemple de respect mutuel et d'écoute.
Publié le : samedi 1 novembre 2008
Lecture(s) : 229
Tags :
EAN13 : 9782296215535
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bouddhisme-islam.indd 1
27/10/08 22:51:23
Bouddhisme-islam.indd 2
27/10/08 22:51:25
Bouddhisme-islam.indd 3
BOUDDHISME ET ISLAM
27/10/08 22:51:25
TeXte original en anglais Global Civilization: A Buddhist-Islamic Dialogue, British Academic Press, 2003, 197 pages. Première édition en français, Éditions du Rocher, 2004.
Bouddhisme-islam.indd 4
27/10/08 22:51:25
Daisaku Ikeda et Majid Tehranian
BOUDDHISME ET ISLAM
Bouddhisme-islam.indd 5
Le choix du dialogue
Avantpropos de David W. Chapell
Traduit de l’anglais par Marc Tardieu et Marc Albert
27/10/08 22:51:25
Avant-propos
Un dialogue entre islam et bouddhisme ? De toutes les re-ligions, ces deuX-là semblent les plus éloignées, en dépit de mille ans d’histoire partagée. Ces dernières années, une cer-taine collaboration s’est établie en Asie du Sud-Est, mais le dia-logue entre musulmans et bouddhistes est toujours demeuré le domaine le moins probable d’un dialogue interconfessionnel fructueuX. Mais ce fossé apparent est maintenant comblé. Dans une initiative pleine d’audace et de courage, Daisaku lkeda, le prési-dent de la Soka Gakkai internationale (SGI), une organisation de bouddhistes laïques initialement formée au Japon, a créé l’Institut Toda pour la paiX et une politique prospective et a nommé Majid Tehranian son président fondateur en 1996. C’est sans précédent puisque M. Tehranian non seulement n’est pas membre de la SGI, ni même un bouddhiste, mais qu’il est un musulman soufi originaire de Perse, c’est-à-dire d’Iran. Cette décision de nommer Majid Tehranian directeur de l’Institut Toda pour la paiX, un organisme fondé par la SGI, démontrait du même coup la conviction de Daisaku Ikeda que les valeurs partagées par bouddhistes et musulmans sont plus fortes que ce qui les divise, et que les personnes de bonne volonté doivent travailler ensemble et s’enrichir de leurs diffé-rences plutôt que de les craindre, si nous voulons ouvrir des perspectives de paiX.
Bouddhisme-islam.indd 7
27/10/08 22:51:26

b o u ­ ­ h i s m e e t i s l a m
Précédemment, dans les années 1990, Samuel Huntington avait occupé le centre des débats sur les relations internatio-nales en avançant que « les chocs de civilisations sont la plus grande menace à la paiX mondiale ». Huntington est moins connu pour le revers de cette affirmation, à savoir qu’« un ordre international basé sur la civilisation est la meilleure pro-tection contre une guerre mondiale ». En accord avec cette conception, les Nations unies ont décidé d’entrer dans le nou-veau millénaire en choisissant pour devise de l’année 2001 le « dialogue des civilisations », pour construire une culture de paiX. Mais, pour dialoguer, les civilisations doivent s’incarner dans des individus de talent. Le présent dialogue entre Majid Tehranian et Daisaku lkeda fonctionne à plusieurs niveauX. Leur brillant eXposé de connais-sances intercivilisationnelles révèle un remarquable éventail de points communs entre les mondes bouddhique et musulman. Mais leur dialogue révèle aussi la passion de deuX responsa-bles visionnaires qui nous entraînent, au-delà des détails de leur pratique personnelle et des murs de leurs traditions, pour ouvrir de vastes perspectives à un monde futur sans guerres. Tous deuX connaissent les souffrances infligées par la guerre et s’attachent avec enthousiasme, depuis leur jeunesse, à trouver des alternatives à la violence : c’est l’un des points clés de leur dialogue. En parcourant la planète, tous deuX ont voyagé pour rencontrer d’autres activistes pour la paiX, utilisant l’alchimie du dialogue pour transformer les différences en des liens qui renforcent. e Lexxsiècle a été, de loin, le plus barbare et le plus sanglant, au moment même où les progrès technologiques accroissaient nos capacités destructrices sans qu’elles soient bridées par un progrès équivalent dans les domaines de la morale et de la spiritualité. Toutefois, à la fin du siècle, alors que la puce électronique changeait notre planète, une évolution religieuse se dessinait, que l’on appelle le dialogue interreligieuX. Au lieu de lutter entre elles, les communautés religieuses ont eu de plus en plus tendance à apprendre les unes des autres, utilisant l’outil du dialogue interconfessionnel pour eXplorer le monde des autres religions. Au-delà de la stimulation créée par la
Bouddhisme-islam.indd 8
27/10/08 22:51:26
ava n t - p r o p o s
découverte d’un terrain commun entre personnes de traditions religieuses totalement différentes, le dialogue entre confessions a également eXercé une « transformation mutuelle » tandis que les participants approfondissaient et amendaient leur propre pratique religieuse. Par suite, le dialogue interreligieuX, et tout particulièrement entre chrétiens et bouddhistes, a été reconnu, ces dernières décennies, non seulement comme une façon d’améliorer sa propre vie spirituelle, mais aussi comme une nouvelle étape significative dans l’histoire religieuse humaine. Nulle part mieuX que dans ce livre on ne verra la créativité et les potentialités du dialogue entre confessions. Le dialogue utilise les mots, et Daisaku lkeda et Majid Tehranian sont des « communicateurs » de talent qui aiment les mots, et plus encore le sens qui va au-delà des mots. Wilfred Smith, ancien directeur du Centre pour l’étude des religions du monde, à l’université Harvard, déclarait que la théologie est plus proche de la poésie que de la prose. Cette vérité est prouvée d’un bout à l’autre de ce volume enrichissant. Majid Tehranian a hérité de la tradition poétique persane les ailes spirituelles qui permettent auX mots de s’envoler bien au-delà de leurs limites. Daisaku Ikeda est non seulement le dirigeant inspiré de ce qui est peut-être le mouvement le plus novateur du boud-dhisme de nos jours, mais il est aussi reconnu comme un remarquable poète japonais. Leur admiration commune pour les réformateurs courageuX de la société s’accompagne d’un profond respect pour la merveille et le mystère de l’eXistence. Ils lancent un défi à ceuX qui, par des affirmations fausses et par l’intimidation, prétendent avoir le monopole absolu de la vérité. Leur évident amour de la poésie confère à leur dialogue une joie et un enthousiasme uniques. Il y a eu de nombreuses collaborations célèbres dans l’His-toire, mais peu ont été aussi remarquables ou surprenantes que le travail d’équipe de Daisaku lkeda et Majid Tehranian en faveur de la paiX mondiale à travers les activités de l’Institut Toda pour la paiX. Au-delà de la riche tapisserie qu’ils tissent avec les fils du bouddhisme et de l’islam, leur dialogue eXprime l’inspiration et la jubilation de dépasser les frontières, de dé-couvrir des esprits en affinité à travers l’Histoire, et d’élaborer
Bouddhisme-islam.indd 9
27/10/08 22:51:26
10
b o u ­ ­ h i s m e e t i s l a m
de nouvelles structures pour la construction de cultures de paiX. Après avoir emprunté de nombreuses voies au cours de leurs voyages respectifs, leur esprit de recherche a trouvé, dans le dialogue, l’espoir le plus sûr pour la survie et la prospérité de la civilisation. Plus personnellement, ils incitent chacun de nous à choisir le dialogue dans notre famille et dans notre quartier, sur notre lieu de travail et dans notre monde, comme la voie la plus large et la plus sûre vers la coopération et la paiX entre les hommes. L’islam et le bouddhisme sont peut-être auX antipodes sur le plan doctrinal et institutionnel, mais dans leur travail commun pour la liberté, la justice et l’intégrité, ils sont les deuX roues du progrès de la civilisation. L’amitié chaleureuse de Majid Tehranian et de Daisaku lkeda fait jaillir l’étincelle de la recon-naissance mutuelle, par-delà les traditions ; la souffrance et la poésie de leurs vies se métamorphosent pour devenir les deuX ailes de l’oiseau de la paiX. David W. Chappell, Laguna Hills, Californie.
Bouddhisme-islam.indd 10
27/10/08 22:51:26
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.