Des noces de Cana au mariage chrétien

De
Publié par

Les noces de Cana, cadre du premier miracle de Jésus dans l'écrit johannique, sont ici l'occasion d'une réflexion sur la valeur du couple mis en exergue et sur la dimension spirituelle du mariage tel que conçu par le Christ au début de sa mission évangélique.

Publié le : mercredi 1 décembre 2010
Lecture(s) : 36
Tags :
EAN13 : 9782296710542
Nombre de pages : 155
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Des noces de Cana au mariage chrétien

© L'HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13227-6 EAN : 9782296132276

Nicolas Mba-Zué

Des noces de Cana au mariage chrétien

Préface de Mgr Basile MVE ENGONE Archevêque de Libreville Postface du Père Raphaël MBAGE ABOBAE

L’HARMATTAN

A l’os de mes os, chair de ma chair, Geneviève MBA-ZUE. A tous mes enfants. A mes petits enfants, et tout particulièrement : Nicolas Junior Elohim MBA-ZUE et Geneviève Noah Olivia MEGNENG MBA-ZUE

REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, nous voudrions remercier chaleureusement et fraternellement tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réussite de cette entreprise : M. François MONGUMU EBUTA, le frère dans le Christ, dont les conseils avisés ont permis de réorienter ou d’affiner certaines analyses sur le mariage chrétien. M. François NZIENGUI, ancien Directeur de Cabinet adjoint du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, dont l’appui matériel s’est révélé opportun lors de certaines phases de rédaction du document. M. Simon-Pierre MVONO-NDONG, chercheur au CENAREST et président du CEGARES, pour la mise en forme éditoriale. Mlle Axelle MISSEY, pour la saisie du présent texte.

-

-

-

Qu’ils trouvent tous ici l’expression de ma gratitude fraternelle dans le Christ Jésus.

Seigneur, Tout ce que tu fais est bon. Je te rends grâce pour mes limites et mes imperfections. Donne-moi de savoir reconnaître ton visage à travers mes douleurs et mes souffrances. Je sais que je suis loin de Toi, pourtant je Te sens si proche. Tu sais que je T’aime et je sais que Tu m’aimes, malgré mes péchés. «Je ne doute pas, mais je suis sûr dans ma conscience, Seigneur, que je t’aime. Tu as frappé mon cœur de ton Verbe et je t’ai aimé.» St Augustin, Confessions X, VII, 8. «Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même.» Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. «Là où la chair est une, un aussi est l’esprit.» Tertullien, Ad uxorem, 2, 9.

CONSEIL

A ceux qui veulent se lancer dans l’aventure du mariage chrétien, Nicogène (Nicolas et Geneviève) MBA-ZUE vous donnons ce conseil : Ne craignez pas pour votre vie Ne craignez pas pour votre salut Tendez vos mains vers la Lumière Criez vers Lui sans prendre peur. Dijon, le 19 septembre 2007

11

PREFACE
L’intention manifeste de ce livre est, avant tout, une invitation à contempler la présence de Jésus et la présence de Marie Mère de Jésus aux noces de Cana ; nous invitant par làmême à voir aussi cette double présence de Jésus et de Marie dans toute union matrimoniale sacramentelle ; à voir en Jésus la source de la réalité du mariage, la source de la joie des mariés et des convives ; à voir en Marie la cause de cette joie, joie de ceux que Dieu a unis et que l’homme ne doit ni séparer ni désunir… Comment ne pas saisir ici l’occasion de souligner que Jésus a tenu à naître, non pas hors-mariage, mais dans une structure de mariage, et une structure de mariage monogamique, au sein d’une société qui a pourtant eu à connaître les soubresauts de l’union polygamique. Ainsi la présence de Jésus est lumière, tout comme la personne elle-même. Une lumière qui éclaire la réalité profonde de l’union conjugale, une lumière qui éclaire notre regard sur cette réalité œuvre du Dieu-Créateur. Le mariage est sacré parce qu’il est l’œuvre de Dieu. La présence de Marie reste une présence significative. Marie est celle qui a toujours dit oui à la Parole de Dieu. La présence de Marie conforte le oui des mariés de Cana, le oui de tous les mariés d’ici et d’ailleurs, le oui de tous les sacrements reçus avec foi dans l’Eglise du Christ. Oui, aux noces de Cana, la présence de Marie est signe efficace de la présence de Jésus ; présence féconde et de Jésus et de Marie… Marie est Mère et Educatrice. Elle nous apprend à nous ouvrir. Il n’y a pas d’amour sans ouverture. Marie nous apprend à nous ouvrir à la présence des autres. Elle nous apprend à partager, comme elle, la joie des convives et des mariés ; à aller, comme elle, au-devant de leurs soucis et de leurs angoisses ; comme elle, à intercéder en leur faveur auprès du Seigneur. Marie nous apprend à prier, animés comme elle, d’une foi sans défaillance, certains que le Seigneur fera des merveilles. L’œuvre de Dieu est toujours merveille :

13

Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon. Et nous pouvons ajouter : Et cela était très beau ! Marie nous invite à être attentifs à la réponse que fera le Seigneur à notre requête. Elle nous demande d’accueillir tout ce qu’il nous dira et de l’accomplir sans retenue, même si ce que nous propose le Seigneur semble ne pas correspondre à notre attente : accueillir avec empressement « l’eau » qu’il nous propose à la place du « vin » qui nous manque. Oui, à Cana et dans la vie de tous les couples et au sein des foyers, Marie est Signe, et l’eau est Signe, et le vin est Signe : Signe du Sacrement qu’est le Christ. Marie est Signe de la Présence de Jésus, Présence réelle… Marie est la Mère qui met en œuvre l’action créatrice et salvatrice de Jésus, Source et Auteur de nos joies. L’eau-de-Cana est signe, signe des problèmes, des préoccupations et soucis quotidiens de la vie, vie de couple, vie de famille. L’eau est signe de tout l’ordinaire de la vie, un ordinaire fait de moments et d’événements sans couleurs, sans saveurs, sans odeurs, sans arômes, sans parfums… Marie nous éduque à l’accueil du Christ. Elle nous montre que la présence du Christ dans l’ordinaire de notre vie peut transformer l’ordinaire en Extra-ordinaire. Oui, la présence accueillie du Christ peut transformer notre quotidien fastidieux et morose en « vin des noces de Cana », vin de qualité, délicieux… Le « vin-de-Cana » est signe de cette qualité de joie que seul Dieu peut donner à l’homme en Jésus Christ qui transforme nos jours de morosité en jours de fête et de joie. Accepter de remplir d’eau jusqu’aux bords toutes les jarres vides de notre condition de vie, toutes les jarres vides de nos besoins du moment, c’est avoir l’assurance et la certitude, par Marie, que du « vin » coulera, délicieux, pour la joie dans notre vie de mariés, dans notre foyer, dans notre vie chrétienne. Oui, aux noces de Cana, nous sommes à l’école de Marie. Comme Marie, nous sommes appelés à nous ouvrir, faire des rencontres, retenir, partager, cheminer… pour ensemble entrer dans la joie de Dieu, d’un Dieu qui est Trinité. Oui, là où Marie est présente et accueillie, Jésus est présent et accueilli. Et avec

14

Jésus, l’eau, c’est l’Eau du Baptême, et le vin, c’est le Vin de l’Eucharistie, Sang du Rédempteur. Mais nous savons que ni Jésus, ni Marie n’ont imposé leur présence à Cana. A Cana, Jésus et Marie sont des invités nommément l’un et l’autre. Il nous revient donc de savoir, nous aussi, faire une place à Jésus et à Marie sa Mère dans notre vie de relations, dans notre vie de couple, dans notre foyer, dans nos familles… Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là. Dans un couple ou une famille où l’on sait se tourner vers Marie, la vie sera toujours finalement ce vin délicieux des noces de Cana pour la joie des convives et des époux, joie partagée. Marie, Notre-Dame de Cana, est le « Lieu » du rendez-vous de Dieu avec l’homme (l’homme dans toute son humanité), rendez-vous de fêtes et de joies. Oui, dans le sein de Marie, Dieu épouse l’humanité pour que Dieu et l’homme ne soient plus jamais séparés en Jésus-Christ. Merci pour ce livre qui est une invitation, une invitation à l’ouverture, à l’écoute et à l’obéissance : ouverture à Dieu, à l’Ecole de Marie, Mère de la Parole de Dieu. A l’Ecole de Marie, Servante du Seigneur, nous apprenons à nous faire à notre tour serviteurs. A l’Ecole de Marie, dans la lumière de Cana, les conjoints sont invités à mieux s’ouvrir l’un à l’autre pour ensemble mieux s’ouvrir à l’écoute du Père en son Fils bien-aimé qui leur révèle que leur union est sacrée parce qu’elle est l’œuvre de Dieu, et que, ne pas défaire ce que Dieu a fait, là réside la source de leur bonheur vrai, de leur fécondité vraie et de leur épanouissement vrai. Oui, dans le sacrement du mariage, le oui de l’homme et le oui de la femme, soutenus par le oui de Marie, sont assumés par le oui du Christ Sauveur. Heureux ceux et celles qui écoutent Dieu et qui respectent sa Parole et l’observent.

15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.